Fermer
Une édition Bordeaux-Métropole d'aqui.fr ! Suivez nous sur Facebook Suivez nous sur Google plus Suivez nous sur Twitter Notre flux RSS
Aqui-Bordeaux-Métropole
Fermer
:
:
: Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Portraits : Hommes et Femmes d'ici, d'Aqui !

Une métropole a besoin d'une ceinture verteOutre sa ceinture verte naturelle, le maraîchage aussi est un atout

Culture, outil du vivre ensemblePourquoi et comment? Des exemples.

Logement social : peut mieux faireLa Métropole veut rattraper son retard sur le logement social

Le fait du jour
Métropole

Quand la Banque alimente l'été

Banque Alimentaire été - RB

La Banque Alimentaire organise, entre juillet et août, une distribution d'été directement avec ceux qui le veulent. On s'est incrusté un mercredi, à Bègles.

Mercredi 19 juillet, 14h30. Certains sont assis sur des chaises, un ticket jaune à la main avec un ordre de passage. D'autres rangent leurs légumes dans des sacs ou des cabas. Derrière l'entrée de la salle du parc de Mussonville, à Bègles, une quinzaine de bénévoles s'activent à la distribution. De l'autre côté, quelques barrières, censées contenir les resquilleurs, ne servent en fait pas à grand-chose. C'est l'une des premières journées de distribution de denrées par la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde. Si la structure est toujours fortement mobilisée l'hiver (pas moins de 3000 bénévoles actifs et environ 500 tonnes récoltées en novembre lors de la collecte annuelle), elle l'est aussi à partir du 14 juillet jusqu'à la fin du mois d'août. Il y a des mères de familles, des jeunes, sans papiers ou avec... Peu importe, au fond. Ce ne sont que des gens qui ont trouvé une porte ouverte, dans une période durant laquelle une bonne trentaine d'associations et de CCAS de la métropole bordelaise ont déjà fermé leur porte durant l'été. On trouve qu'il y a quand même beaucoup de monde pour un mercredi après-midi. Bruno Bernat, secrétaire général de la Banque Alimentaire locale, tempère. "En général, les premiers jours, il y a moins de monde que les autres. Les gens se donnent le mot. À partir de la deuxième semaine d'août, c'est le moment où on a le plus de monde. Je pense que c'est tout simplement parce qu'au mois d'août il y a certainement plus d'associations fermées". 

Une "anomalie" 

À partir de la fin de matinée (vers 12h30) et en général jusqu'à 18h30, cinq jours par semaine (le lundi à Pessac, le mardi et vendredi aux Chartrons, le mercredi à Bègles et le jeudi à Lormont), c'est environ six à sept tonnes de produits par jour qui sont distribuées par l'organisme de solidarité. Sauf que là, ils le sont directement dans la main des bénéficiaires, et pas dans celle des associations partenaires. "C'est une anomalie par rapport à d'habitude. On est un grossiste, on récupère de quoi faire des colis qui partent dans des associations. Là, c'est une opération d'urgence, pour ne pas laisser tomber les gens ni les partenaires de la grande distribution", nous glisse la chargée de communication, Pierrette Castagné, avant de nous présenter à Valentina. Le cabas rempli de fruits et légumes, cette dernière est ukrainienne. En tant que bénévole, elle fait à manger pour la Banque et pour une école juive de Bordeaux le reste de l'année, depuis environ dix mois. Mais elle est aussi une bénéficiaire.

"C'est la première fois aujourd'hui que je viens à la distribution d'été. Je n'ai pas encore de papiers, donc avoir un travail rémunéré n'est pas possible pour moi", glisse-t-elle dans un français balbutiant à l'accent de l'est prononcé. Le seul moment, donc, ou la Banque distribue en direct, depuis environ une dizaine d'années, chaque été, en mobilisant cinq ou six camions pour faire le ramassage. Si les chiffres sont aussi imprécis, c'est que les gérants sont loin de peser les portions au gramme près, ils font en fonction des arrivages. "Il faut environ vingt bénévoles par jour et par site pour que ça tourne bien. Pendant l'été, on est moins exigeants que les autres au niveau du reste à vivre. Les gens qui arrivent ici et ont besoin, on ne leur demande rien. On a tendance à penser que c'est plus facile que l'hiver, mais c'est faux. Les deux tiers des gens qui viennent ici, on les retrouve le reste de l'année dans des associations ou des CCAS partenaires. Ils peuvent venir des restaurants du coeur, où de n'importe où ailleurs. On est pas trop regardants… on ne l'est peut-être pas assez, je n'en sais rien. Mais on ne choisit pas qui on sert", justifie Bruno Bernat. 

Des besoins réels 

Sous ce qui ressemble fort à une buvette, on distribue des bouteilles d'eau. La chaleur n'est pas étouffante, mais suffisamment pour que les gens affublés de gros pulls dénotent avec le reste. Assis sur une chaise, un sac rempli d'une couverture de fortune à la main, Ibrahim parle encore moins français que les autres. Originaire du Soudan et ayant passé quelques mois en Italie, il est arrivé en France en juin dernier. Depuis, il tourne un peu partout, à Saint-Michel ou sur le reste de la métropole. Il vit dans la rue, avec une précieuse chemise dans laquelle il a rangé tous ses papiers, dont une première demande d'asile. Il doit retourner à la préfecture début août, avec un justificatif de domicile... Les personnes en situation de grande précarité ne sont pas les seules à pousser la porte, on l'a dit. En revanche, chez beaucoup, la honte et le refus de parler sont malheureusement toujours là, ils reviennent s'accrocher comme des fantômes un peu trop envahissants.

15h45. Il y a moins de monde qu'à notre arrivée, mais certains continuent de franchir le portail à double batant du parc. Pour la suite, on se base sur les quelques "3000 étudiants en dessous du seuil de pauvreté" sur l'ensemble des campus bordelais : la Banque Alimentaire prévoit, dès la réntrée, d'entamer une distribution mobile. La période la plus difficile est derrière, mais les besoins sont toujours bien là. En 2016, rien que sur le point de distribution de Bègles, 44 tonnes ont été distribuées durant l'été auprès de 1442 bénéficiaires. Sur l'ensemble des points de distribution, on parle de quelques 168 tonnes et de 4600 bénéficiaires, soit entre 18 et 20% de personnes et de volume distribué supplémentaires par rapport à 2015. La BABG n'est évidemment pas la seule en France à faire une étape d'été. En région parisienne par exemple, "Août secours alimentaire" prend le relais depuis 1994, en distribuant près de 900 000 repas chaque année à cette période. Au moment de sortir du parc, on voit Ibrahim se faire prendre en charge par une femme à l'humeur visiblement volubile. Il a été orienté vers l'association Saint-Vincent de Paul pour essayer de lui trouver une adresse où une boite postale, même provisoire. Ce soir, il mangera à sa faim. 

Romain Béteille
Crédit Photo : RB

Autres faits du jour
L'exposition consacrée à la Georgie est à découvrir jusqu'au 5 novembre - Claude Hélène Yvard

La Géorgie, berceau de la viticulture

La cité du vin à Bordeaux présente jusqu'au 5 novembre une magnifique exposition qui illustre la place de la vigne dans la culture georgienne depuis 8000 ans.

Cadiot-Badie - RB

Cadiot-Badie, le chocolat made in Bordeaux

Depuis 1826, la maison Cadiot-Badie fabrique des chocolats de manière artisanale. En tenue d'été, elle nous a ouvert son atelier, visitable toute l'année.

Le site de la Vacherie à Blanquefort accueille pendant trois jours, le Fermes avenir Tour - RB

Le Tour de France de l'agroécologie à Blanquefort

Le « Fermes d’Avenir Tour » est le premier tour de France de l’Agroécologie et de la permaculture. Les 14, 15 et 16 août, l'événement pose ses vélos à la Vacherie.

Bataille de Castillon - DR

Castillon: Talbot et mort, Vive Talbot !

Six soirées encore en ce mois d'août pour assister à la reconstitution de "La Bataille".

La cuisine ''lieu stratégique'' de la Maison des familles - Apprentis Auteuil

Le 107 rue Kléber fait Famille

La Maison des Familles a ouvert sa porte il y a un an, après plusieurs mois d'un fonctionnement « hors les murs ». Un beau lieu pour les familles vulnérables.

L'Institut Culturel Bernard Magrez expose 109 oeuvres pour son Grand Prix - Aqui.fr

L'exposition «Never give up» se dévoile

L'Institut Culturel Bernard Magrez expose du 7 juillet au 1er octobre les 109 œuvres sélectionnées pour son Grand Prix sur le thème « Never give up ».

La Ferme de Tartifume  - Léo Fournier

Tartifume: une ferme en ville

La Ferme de Tartifume est une exploitation agricole laitière à Pessac qui perdure au fil du temps pour le plus grand bonheur des habitants.

pont de pierre - RB

Pont de pierre: fermeture et conséquences

À compter du 1er août, le pont de pierre sera interdit aux automobilistes dans les deux sens. On vous dit pourquoi et ce que cette modification va entraîner.

Saison culturelle pessac - Léo Fournier

La saison culturelle de Pessac se dévoile

Après une saison 2016/2017 marquée par plusieurs temps forts tels que la venue d'Art Mengo, Pessac a présenté son prochain menu culturel 2017/2018

L'exposition traite de la matière, qui compose tout, des sols à nos accessoires voire nos armes. - CAPC Musée d'Art Contemporain

Le CAPC expose la matière

Le Musée d'Art Contemporain de Bordeaux propose l'exposition "4,543 milliards. La question de la matière", qui durera jusqu'au 7 janvier 2018

Développer plus...Développer plus...