Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

17/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du P S de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux, dans le cadre de la déclinaison locale de l’appel national

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/02/19 | L'actualité du Polar à La Machine à Lire le 22 février

    Lire

    Le polar sera encore à la fête cette semaine à La Machine à Lire... Le vendredi 22 à 20h La Machine à Polar se penchera sur les nouveautés, autour tout naturellement de Hervé Le Corre qui vient de publier «  Dans l'ombre du brasier », Yan Lespoux, enseignant et responsable d'un blog sur le roman noir (encoredunoir) et Olivier Pène, libraire à La Machine à Lire.

  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Agriculture | Christian Dussau: l'innovant entrepreneur landais "oscarisé" à EuroTier pour son robot pailleur

06/12/2018 | A Pécorade, l'entreprise de machinisme agricole de Christian Dussau compte une vingtaine de salariés. Son dernier "bébé": un robot pailleur, bientôt doté de l'intelligence artificielle.

Christian Dussau entouré d'une partie de son équipe INATECO, lors de la remise de médaille sur le Salon EuroTier à Hanovre

Christian Dussau a le sourire aux lèvres et le regard qui pétille. Chez lui, à Pécorade dans les Landes, celui qui dit avoir « une âme d'inventeur », est un chef d'entreprise heureux. Récemment récompensés de la médaille d'argent lors du dernier Salon Mondial de la production animale, Eurotier à Hanovre, (« l'équivalent d'un Oscar au cinéma ») pour le « Sentinel Robot », robot pailleur adaptable à tout type d'élevage et de paillage, son entreprise et son cabinet d'études INATECO, sont en plein développement en France et à l'international. La récompense bien méritée de 40 ans de travail et d'innovations, au service des filières de l'élevage, pour le confort des hommes et le bien-être des animaux.

« A 5 ans, je voulais faire comme Papa, être éleveur. » Et ça ne l'a pas vraiment lâché. Christian Dussau a d'ailleurs suivi les études adéquates au lycée agricole de Montardon (64). Etudes que ses parents financent en lançant leur exploitation dans une nouvelle activité : l'élevage de poulets. En contre-partie le jeune homme doit y travailler le week-end. « Mais je voulais aussi sortir avec mes amis... ». Afin de pouvoir diminuer son temps de présence et de fatigue sur la ferme, il met au point en 1978 une distributrice d'aliment qui permet de simplifier et d'alléger la tâche pour l'éleveur. Ce sera sa première invention. Le début d'une longue série d'autres machines ingénieuses, qui seront repérées voire sollicitées par les professionnels, qu'ils soient organismes de production, chambre d'agriculture, station expérimentale ou « simple » éleveurs. Avec toujours pour objectif de « trouver des solutions à des problèmes sans réponse ». Un mantra de ce Géo Trouvetou de l'agriculture qui lui fera finalement aborder le secteur par un autre angle que celui qu'il avait imaginé. Il ne sera pas éleveur mais dès ses 24 ans, président d'une société de machines agricoles.
C'est d'ailleurs à Christian Dussau, que l'on doit dans les années 1990, l'invention d'une machine que l'on retrouve désormais dans plus de 90% des fermes du Sud-Ouest pratiquant l'engraissement des canards à foie gras. En automatisant le processus d'engraissement celle-ci a permis d'améliorer la productivité des producteurs locaux face à la concurrence grandissante des pays de l'Est de l'Europe. Une révolution dans le milieu qui participera à sauver la filière locale, avant de s'exporter dans le monde entier; avec l'idée fixe chez Christian Dussau, « de ne vendre que des machines qui fonctionnent à vie ». La fiabilité ou l'anti obsolescence programmée en point d'honneur. On pourrait dire aussi l'attachement à un développement durable avant l'heure. « Le pendant de ça, pour pouvoir en vivre, c'est que nous passons des contrats de maintenance pour les machines que nous vendons ». Avec une préférence pour la réparation à distance. « Sur les 3 000 dépannages annuels que nous faisons, seules 300 sorties sont enregistrées, le reste se fait par téléphone ! » Une maintenance assumée par la vingtaine de collaborateurs « hors pairs », c'est le patron qui le dit, que compte l'entreprise Dussau Distribution.

"Meca Pulse Paille", un premier bond en avant pour la biosécurité des élevages
Dans la même période, l'entrepreneuer répond à une autre demande émise cette fois par les accouveurs de canards : faciliter la corvée de paillage quotidienne des bâtiments d'élevage, qui au-delà du gain de temps pour les éleveurs, permet une amélioration du bien-être des animaux et de leurs conditions sanitaires. « J'ai alors transformé ma première distributrice d'aliment, pour qu'elle permette d’épandre des copeaux et de la sciure. Puis en 2004-2005 on m'a demandé à la fois de robotiser la tâche et de pouvoir l'utiliser pour de la paille plutôt que pour la sciure de bois, qui se découvrant de nouveaux marchés a vu son prix grimper. » En 2005 né alors dans les ateliers de Dussau Distribution, le premier robot pailleur mécanique. Mais avec l'arrivée d'un premier épisode de grippe aviaire en 2006, celui-ci a une durée de vie relativement courte. « Avec ce modèle mécanique, il fallait rentrer la machine tractée par le tracteur dans le bâtiment d'élevage. Avec la grippe aviaire, les stations expérimentales m'ont demandé de travailler à un pailleur utilisant la technologie pneumatique, qui permet de laisser le matériel à l'extérieur, et de souffler le paillage grâce à un canon tenu et dirigé par l'éleveur à l'intérieur du bâtiment. » C'est la naissance du « Meca Pulse Paille », qui permet un bon en avant en terme de biosécurité. 
L'innovation est récompensée par de nombreux prix, mais dans la période de répit sanitaire entre 2007 et 2015, elle a presque failli être oubliée « A cette période nous vendions 40 à 50 machines par an mais pas plus. Le regain d'intérêt pour notre matériel c'est fait avec le retour de la grippe aviaire en 2015 et 2016 qui a nécessité le renforcement de la biosécurité dans les élevages. A la même période, il y avait aussi un mouvement général d'aller vers une utilisation moindre d'antibiotiques pour les animaux ainsi que le renforcement des demandes sociétales pour un plus grand bien-être des animaux d'élevage. » Une sorte d'alignement des planètes pour donner une nouvelle naissance à ce matériel qui répond positivement à ces 3 conditions, comme en témoigne volontiers Christophe Tauziet Dutey, éleveur à Samadet.

Le chef d'entreprise, 'inventeur dans l'âme'' Christian Dussau au côté de Christophe Tauziet Dutey, éleveur de canards à Samadet (40)


Gain de temps, économie de paille, bien-être animal...
Producteur de canards sur un total de 9 bâtiments répartis sur 3 sites, il a en effet adopté le Meca Pulse depuis juin 2017. Mais son exploitation est aussi un lieu de démonstration pour le « Sentinel Robot », la nouvelle version du Meca Pulse qui n'oblige plus l'éleveur à être présent dans le bâtiment lors du paillage : celui-ci est désormais réalisé par un robot fonctionnant en toute autonomie en se déplaçant suspendu au plafond du bâtiment. 
« Avant je réalisais le paillage à la main. C'était très chronophage, et fatigant car c'est un effort constant. Le paillage, c'est vraiment la partie la plus laborieuse du travail d'éleveur, que la fatigue nous pousse parfois à décaler... Mais si on ne le fait pas régulièrement, c'est alors moins de confort pour les animaux. Avec le robot Sentinel ou même sa version antérieure le Meca Pulse, il n'y a pas d'effort à faire, le gain de temps est important (de l'ordre de 60%, ndlr) et le paillage gagne en régularité, en qualité, tout en étant économe en quantité de paille utilisée. » Et pour cause, l'éleveur landais, constate une économie de 30% de litière par rapport à un paillage manuel, « et à cela s'ajoute une meilleure qualité au niveau des animaux, sur les pattes, les plumes... et nous avons bien moins de problèmes de boiteries. » Autant de points positifs qui ont un impact sur le prix payé au producteur qui estime que la qualité de ses animaux lui apporte un « bonus » de 10 centimes par canard... « Avec 45 000 animaux produits par an, c'est loin d'être négligeable ! ». Enfin, puisque ses canards sont en bonne santé, l'éleveur n'utilise plus d'antibiotique depuis près de 2 ans... De quoi là encore trouver une source d'économies tout en se mettant en adéquation avec une demande sociétale forte.
Parmi les autres fonctionnalités de ce robot pailleur, c'est qu'il est doté d'un bac de traitement permettant d'ajouter des produits désinfectants ou des huiles essentielles à la litière. « Ces dernières sont notamment utilisées dans les élevages de chèvres et de brebis qui sont particulièrement sensibles aux maladies respiratoires », précise Christian Dussau dont l'engagement pour le bien-être animal, est bien plus qu'un simple argument de vente.

Le robot pailleur ''Sentinel'' par INATECO et Dussau Distribution en action dans un bâtiment d'élevage de canards dans les Landes

Continuer à inventer... à l'international et pour toutes les filières d'élevage
Mais le Sentinel Robot, qui a reçu en novembre, à Hanovre, la médaille d’argent EuroTier 2018, apportera bientôt encore plus d'innovation promet son concepteur, qui parie désormais sur l'intelligence artificielle pour améliorer encore ses performances. Ainsi la machine en cours de développement au sein du cabinet d'étude de Christian Dussau, INATECO by Dussau, « saura adapter la densité du paillage à déposer. Elle évitera ainsi par exemple, les zones où la paille est sèche ou la litière non dégradée ». Sur option, le robot, pourra également être équipé d’autres capteurs (caméra 360, micro, sondes, etc.) lui permettant de surveiller en permanence température, CO2, ammoniac, hygrométrie, vitesse de l’air ou encore fuite d’eau au sein du bâtiment d'élevage....
Un produit résolument innovant loin d'être passé inaperçu au niveau international grâce notamment à sa récente récompense. La demande à l'export est forte mais l'intérêt vient aussi des grands élevages de volailles de l'Ouest de la France. Afin de se rapprocher des ses clients de l'Ouest, l'entrepreneur landais s'apprête à ouvrir un établissement secondaire à Montauban-de-Bretagne, en Bretagne, et à Montaigu en Vendée. Mais, il n'oublie pour autant pas les éleveurs de chez lui : un robot Sentinel adaptable aux ateliers de taille moyenne ou petite, comme on en trouve dans le Sud-Ouest, est aussi en cours de finalisation. "Pour un prix que l'on tire au plus raisonnable, permettant un amortissement rapide tant par rapport aux économies de paille, à une meilleure valorisation des animaux qu'à la durée de vie moyenne de nos machines...", n'oublie pas de préciser le chef d'entreprise.
Autre atout du robot, et de son succès qui se dessine déjà, son caractère adaptable à toutes les filières de l'élevage: volaille, porcin, bovin, caprin, ovin... Tout est imaginable selon Christian Dussau. Dans cet esprit, Inateco veut « développer des licences avec des constructeurs de machines agricoles français et internationaux et adapter notre savoir-faire pour trouver des solutions personnalisées selon l'élevage considéré ». En d'autres termes, continuer à inventer tout en gardant toujours une longueur d'avance, dans une période de développement potentiel de son entreprise « à coefficient 10 ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : inateco

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7217
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
La filière ovine continue d'attirer les jeunes agriculteurs puisqu'en 2018, elle compte encore une fois le plus grand nombre d'installations dans les Pyrénées-Atlantiques Agriculture | 17/02/2019

Installation agricole. Les Pyrénées-Atlantiques gardent la dynamique

ean-Philippe Granger a été réélu ce 15 février à la tête de la chambre d'agriculture de la Dordogne Agriculture | 15/02/2019

Jean-Philippe Granger, réélu à la tête de la chambre d'agriculture de la Dordogne

Salon Agriculture Paris Agriculture | 13/02/2019

Salon de l'Agriculture de Paris : la Nouvelle-Aquitaine veut sa "révolution verte"

Le nouveau paysage électoral Agriculture | 07/02/2019

Elections Chambre agriculture : nouvelles victoires pour la CR en Nouvelle-Aquitaine

François Feugier Agriculture | 07/02/2019

5ème concours Agrinove : Innovez en agriculture !

SIA 2016 PHOTO ARCHIVE RAYMOND GIRARDI AU CENTRE Agriculture | 06/02/2019

SIA 2019 : « une vitrine » pour le Lot-et-Garonne

Rachel Lagière est la première agricultrice a géré une micro-ferme, rive droite à Bordeaux. Agriculture | 31/01/2019

Rachel Lagière, l’heureuse agricultrice élue pour la micro-ferme de Floirac

Fraises Dordogne Agriculture | 31/01/2019

L'Europe d'Aqui! : vers une fraise "zéro traitement" en Dordogne

Les JA64 lors du forum installation Agriculture | 27/01/2019

Forum de l’installation : le syndicat des Jeunes Agriculteurs excelle dans la communication avec les lycéens.

Logo de la Chambre d'Agriculture Agriculture | 22/01/2019

Cinq candidats à l’élection de la Chambre d’agriculture 17

Grégoire Gilger, directeur opérationnel de l’EPF Nouvelle-Aquitaine, Patrice Coutin, Président directeur général Safer Poitou-Charentes, Laurence Rouède, Présidente du conseil d’administration de l’EPF de Nouvelle-Aquitaine, Francis Massé, Président direc Agriculture | 21/01/2019

L’EPF et la Safer main dans la main

Randal et Juanita Agriculture | 21/01/2019

Les Agron'Hommes d'Opaline Lysiak: S’inspirer d’une ferme Australienne pour faire l’agroécologie en France

L'Anefa des Pyrénées-Atlantiques Agriculture | 21/01/2019

L’Anefa des Pyrénées-Atlantiques dévoile son livret et ses 1480 emplois agricoles saisonniers.

Vignoble girondin Agriculture | 21/01/2019

Elections Chambre agriculture : en Gironde, 3 listes en présence

Serge Bousquet-Cassagne président de la Chambre d'agriculture 47 Agriculture | 13/01/2019

Elections Chambre d’agriculture 47 : du sang neuf sur les listes