Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/12/18 : Faubourg Immobilier, le promoteur spécialisé en immobilier résidentiel, a été retenu par Bordeaux Euratlantique pour réaliser 10 000 m² de logements. Ce projet proposera différents types de logements au cœur de la métropole girondine.

19/12/18 : Les services de la préfecture de la Vienne seront exceptionnellement fermés les lundis 24 et 31 décembre.

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/12/18 | Expo-vente de tableaux de Gérard Desplanques à Limoges

    Lire

    Le Groupe Mercure organise du 20 au 22 décembre une expo-vente, autour d’une rétrospective de 1972 à 2018, de tableaux et de dessins de l’artiste-peintre Gérard Desplanques dont il a puisé son inspiration dans la richesse de la nature du Limousin. Il cherche au travers de ses œuvres à se rapprocher des peintres préhistoriques. Le vernissage de l’exposition aura lieu, en présence de l’artiste le 21 décembre à 18h30, à la Galerie Municipale de Limoges.

  • 19/12/18 | Un marché de Noël 100 % producteurs de Dordogne

    Lire

    La Chambre d’Agriculture de Dordogne organise son 1er marché de Noël le 20 décembre de 16h30 à 19h au Pôle Interconsulaire à Coulounieix-Chamiers. Agriculteurs et artisans proposeront un large choix de produits : Monbazillac, vins de Bergerac, canard gras en frais et en conserves, confitures, agneaux, porcs et dérivés, légumes, bières artisanales, volailles et volailles de Noël, charcuteries, plantes aromatiques, macarons, pain d’épice, nonnettes, nougats, fromage, noix et dérivés, broderies.

  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Collecte des céréales : Maïsadour parie sur le silo mobile

05/10/2018 | Ce 4 octobre, la coopérative Maïsadour se livrait à une avant-première: la présentation de Prox'Silo, un prototype de silo mobile pour la collecte des céréales après récolte

Ancienne et nouvelle génératoin de silo de collecte présentée par M. Prugue (Maïsadour) sur le site de Casteignos-Souslens dans les Landes

Et si désormais ce n'était plus l'agriculteur qui apportait sa récolte à la collecte mais la collecte qui venait à l'agriculteur ? Tel est à terme l'objectif du nouveau Prox'Silo en cours d'expérimentation dans la Chalosse landaise. Ce jeudi matin, une première démonstration était proposée aux adhérents de la coopérative à Casteignos-Souslens (40) sur le site de l'actuel site de collecte. Une innovation réalisée dans un étroit partenariat entre la société Pérard, constructeur de matériel agricole, et Maïsadour. Au-delà de la praticité pour les agriculteurs, l'innovation dévoilée jeudi matin, une première européenne, veut répondre au triple défi de la compétitivité, de la qualité et de la proximité avec les adhérents dans un contexte agricole en forte évolution.

« A terme, dans les 3 ans peut-être, ce système de collecte mobile doit être généralisé dans nos campagnes », estime Michel Prugue, Président du groupe coopératif Maïsadour. « Nous pensons nous doter assez rapidement d'une dizaine de Prox'Silo sur notre territoire confirme Michel Montet, directeur des productions végétales. Une ambition forte pour le premier collecteur européen de maïs qu'est la coopérative et qui s'inscrit pleinement dans son plan d'action pour 2020 entre performance et proximité de ses adhérents. Car du macro au micro, de la planète au champ, le pas n'est pas si grand pour la coopérative landaise.

Des outils vieillissants et coûteux...
Or, sur la culture céréalière plusieurs éléments doivent être pris en compte rappelle Michel Prugue : « d'abord en raison des aléas climatiques, les variations annuelles des volumes récoltés sont de plus en plus fortes »; ensuite les mesures de verdissement de la PAC entraînent « une rotation des cultures de plus en plus importante, ce qui amène à diminuer la production de maïs, qui lui-même connaît une diversité croissante de semences spéciales impactant d'autant plus la taille des surfaces en maïs standard ». Enfin, troisième élément interne à la Coopérative « afin de préserver le maillage territorial de la coopérative, il faut réussir à maîtriser nos charges et avoir des flux optimisés ». Pour Daniel Peyraube, Vice-président de Maïsadour en charge des Céréales et Agrofournitures, « la coopérative doit répondre au besoin de collecter les céréales où qu'elles se trouvent en cherchant les meilleures synergies en terme de proximité de collecte ».
En d'autres termes, synthétise le directeur général Philippe Carré, « pour s'adapter au mieux aux défis qui sont devant nous en termes de production, de compétitivité et de proximité, il faut aussi que les équipements s'adaptent ». Et notamment les équipements de collecte. D'autant que ceux-ci sont par ailleurs « vieillissants et coûteux, datant pour la plupart datant des années 80 et 90, et ayant jusque-là peu connu d'évolutions », complète Michel Montet.

...en un outil intelligent, interactif et connecté
Autant de défis que le silo mobile semble à son échelle, combler. D'abord « avec Prox'Silo, c'est le silo qui vient à l'adhérent et pas l'inverse, avec les mêmes fonctionnalités qu'un point de collecte classique ». En d'autres termes ce silo, qui se déplace à vide, tracté par un tracteur, mais sans convoi agricole exceptionnel, permet non seulement de réceptionner les céréales (avec une capacité totale de 65 tonnes), de peser la ou les récoltes réceptionnées mais aussi grâce à un fourgon « agréage » qui l'accompagne, de connaître immédiatement la qualité de la récolte en terme d'humidité et d'impureté.
Si le prototype est actuellement en test de fonctionnement immobile, sur le site du silo traditionnel de Casteignos-Souslens, pour la récolte de maïs en cours (soit une vingtaine de jours selon la météo), il n'est pas dédié à une seule culture, contrairement aux installations actuelles. Le même engin peut donc réceptionner et mesurer tant du maïs standard que spécial ou encore du tournesol... Une polyvalence bienvenue en terme de rentabilité du matériel. Autre point fort selon le constructeur et la coopérative, sa rapidité de chargement des céréales. Un silo classique charge en environ 110 tonnes par heure quand le nouveau Prox'Silo grimpe à 500 tonnes par heure...
A l'heure du lancement de l'activité de ce prototype, l'objectif clairement affiché ici est avant tout de permettre aux agriculteurs adhérents du coin « de commencer à s'approprier la machine, et à donner leur avis sur son efficacité à l'usage et sur d'éventuelles améliorations à apporter », indiquent les responsables friands de ce retour terrain avant tout plan de déploiement à plus grande échelle. En ce qui concerne les améliorations, le constructeur et Maïsadour ne manquent pas d'idées puisqu'il est d'ores et déjà prévu que grâce à des capteurs adaptés, le silo mobile une fois le dispositif officiellement lancé, pourra transmettre ses données de collecte en temps réel aux opérateurs en charge du pilotage de l'activité. Autant dire la transformation d'un réseau de collecte vieillissant en un outil intelligent, interactif et connecté.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5668
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr