Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Creuse : un nouveau départ pour Laurianne et Pierre Grancher

11/05/2018 | Depuis avril 2017, Laurianne et Pierre Grancher se sont installés à Boussac-Bourg (Creuse) pour développer une activité d'élevage de mouton. Originaires du sud, ils ont flairé la bonne opportunité de s'installer dans un endroit plus vert. Et surtout

Laurianne Grancher

Avant de se retrouver par hasard à Chénérailles pour tondre des moutons il y a quelques années, Laurianne et Pierre Grancher ne connaissaient pas vraiment la Creuse. Habitants de Sisteron, dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, ils recherchaient un endroit plus clément sur le climat pour installer leur activité ovine. « On ne cherchait pas forcément en Creuse, avoue Laurianne. Mais on a trouvé que le coin était joli. » 

Ils ont surtout trouvé un terrain propice à leur désir de s’installer du côté de Boussac-Bourg. « C’était un site géré par la SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) et il était en liquidation, ça nous a pris du temps avant de pouvoir nous installer. Environ deux ans. » Depuis le 1er avril 2017, le couple a pris possession des terres, qui représentent pas moins de 96 hectares. « On est propriétaire de la majorité, nous ne louons que 14 hectares. » Ils ont investi plus de 300.000 euros pour s’installer en contractant notamment un prêt et en piochant dans leurs économies.

Une ferme en friche

Cette installation a demandé beaucoup de boulot aux agriculteurs de 23 et 24 ans puisque les terrains étaient en friche. Les haies n'avaient pas été taillées depuis 60 ans et les bâtiments agricoles n'étaient pas forcément pensés pour l’élevage de moutons. « Il fallait fermer certains bâtiments car ils étaient ouverts. Un servait à l’élevage de vache et l’autre à faire sécher le tabac. »

D’abord installé en EARL (entreprise agricole à responsabilité limitée), le couple est récemment passé en GAEC, quand Pierre a pu s’installer sur les terres adjacentes. Ce dernier part régulièrement réaliser des saisons de tonte d’avril à fin juin. En son absence, Laurianne s’occupe seule du troupeau composé de plus de 400 bêtes. « On aimerait arriver jusqu’à 700. » Un grand changement pour le couple qui ne possédait qu’une cinquantaine de moutons quand ils étaient dans le sud. « C’était uniquement pour le plaisir, nous étions juste tondeurs à l’époque. »

L'usage du pâturage tournant

La difficulté de cet élevage creusois réside principalement dans le fait qu’il est bio. « Cela signifie que les semences pour les prairies sont plus chères et que l’on ne peut utiliser que certains traitements pour les agnelles, mais c’était important pour nous. » L’autre facteur incontournable pour le couple d’agriculteur, est d’utiliser la technique du pâturage tournant. Chaque jour, Laurianne déplace ses moutons, pour faire aussi reposer la terre. Cette technique est particulièrement répandue en Nouvelle-Zélande, où les deux éleveurs ont voyagé après leurs études au lycée agricole de Gap (Hautes-Alpes). Laurianne plutôt tournée vers les chevaux lors de ses études, a décidé de suivre Pierre sur la voie de l’élevage ovin.

En plus de la vente de la laine que Laurianne et Pierre fournissent à un confectionneur de matelas dans la Haute-Vienne, quelques agneaux sont aussi revendus. Un crève-coeur pour Laurianne. « Je crains de les voir partir dans des camions, donc en général, on les amène nous-même. » Elle s’attache rapidement aux membres de son troupeau et donne parfois des petits noms. « Mais on n’en donne pas à ceux qui vont partir. »

En Creuse, Laurianne et Pierre ont trouvé un bel équilibre. Pourtant, elle craignait que son installation ne soit pas simple. « C’est parfois compliqué quand des étrangers agriculteurs viennent s’installer dans un nouvel endroit, on avait peur d’être rejetés. » Ce sentiment s’est rapidement estompé. « Les voisins ont été adorables et nous ont tout de suite aidé à labourer. Il y a une très bonne entente. » Une si bonne entente que le couple est déjà bien visible dans la commune. En juillet, ils organiseront même un concours de tonte dans le bourg.

Romain Conversin
Par Romain Conversin

Crédit Photo : Bruno Barlier

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4920
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr