Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/21 | Une meileure apprentie de France 2020 bordelaise !

    Lire

    Morgane Benich, apprentie en bac pro commerce au Campus du Lac à Bordeaux vient d’être sacrée Meilleure Apprentie de France 2020 dans la catégorie Vente Etalagiste. Sur les 250 candidats inscrits au concours 2020, seuls 9, dont deux apprenties du Campus du Lac, s’étaient qualifiés pour la finale organisée à Saumur le 15 janvier dernier. A l’issue des épreuves, Morgane, 20 ans, a décroché la précieuse médaille d’or nationale.

  • 21/01/21 | Lancement de la 4ème promotion de l'Accélérateur PME-ETI Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    La 4ème promotion de l’Accélérateur PME-ETI Nouvelle-Aquitaine ouvre ses portes à 30 entreprises. Pendant 24 mois, elles bénéficieront d’un accompagnement sur mesure et d’un parcours d’excellence. Ce programme est à destination d’entreprises stratégiques, indépendantes et à fort potentiel de développement ainsi que de création d’emplois sur le territoire. La Région soutien davantage cette 4ème promotion, au vue de la crise économique. Depuis 2017, 146 entreprises régionales ont déjà pu bénéficier de ce programme.

  • 21/01/21 | Mise en route de la Chambre de métiers et de l’artisanat de région Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Après un an et demi de travail, la Chambre de métiers et de l’artisanat de région Nouvelle-Aquitaine a vu le jour. Le 18 janvier, elle s’est officiellement installée. Elle résulte de la fusion de la Chambre régionale de métiers et de l'artisanat et des établissements départementaux. Le but étant d’accompagner les entreprises, notamment en cette période de crise sanitaire qui bouleverse l’activité économique. La mise en place d’une démarche d’une offre globale de services a été validée lors de l’assemblée d’installation.

  • 21/01/21 | Bordeaux Métropole : les travaux de l'extension du tram A en vue

    Lire

    Alain Anziani, maire de Mérignac et président de Bordeaux Métropole, a fait le point sur le prolongement attendu de la ligne de tram A vers l’aéroport. Prévue pour septembre 2022, elle fera 5 kms et desservira 5 nouvelles stations à partir du carrefour des Quatre Chemins à Mérignac, pour rejoindre l’aéroport. La liaison entre la place Pey-Berland et l’aéroport se fera en 35 minutes. Cet investissement de 90 millions d’euros est financé par Bordeaux Métropole. La phase de travaux de construction de la plateforme du tram commencera le 25 janvier. Ce prolongement s’accompagne d’une végétalisation tout le long du tracé.

  • 20/01/21 | La Charente, premier département Néo-terra

    Lire

    Mercredi, la Charente a adhéré à Néo Terra, le programme néo-aquitain de préservation de l’environnement. « On risque d’être dans le climat de Séville dans une trentaine d’années, on a un travail d’adaptation à faire », signale Alain Rousset, présent pour l'occasion. Gestion de l’eau, transports, alimentation, habitat… « Il faut que l’action publique retrouve de l’anticipation et bouscule certaines habitudes et certaines certitudes ». Parmi les actions que la Charente veut lancer, 200000 € serviront à accompagner les agriculteurs dans la certification Haute Valeur Environnementale, et 1M€ à l’achat de voitures électriques pour l'aide à domicile.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Installation et accès au foncier : Interview croisée de Gaëtan Bodin, Président Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine et Jonathan Lalondrelle, Secrétaire général JA Nouvelle-Aquitaine

30/11/2020 | Installation, foncier mais aussi revenu agricole, promotion métier et communication, le nouveau président des JA Nouvelle-Aquitaine et son prédécesseur prennent la parole dans Aqui!

Jonathan Lalondrelle et Gaëtan Bodin

Le 21 octobre dernier, Jonathan Lalondrelle, éleveur de volailles fermières Label Rouge à Vielle Soubiran dans les Landes a passé le relais de la Présidence du Syndicat Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine à Gaëtan Bodin, viticulteur en AOP Cognac Petite Champagne mais aussi bouilleur de cru et céréalier installé à Réaux-sur-Trèfle en Charente-Maritime. Par la même occasion le landais est devenu secrétaire général du syndicat régional. Ils réagissent sur un des sujets phare de leur syndicat, la question de l'installation et son corollaire, l'accès au foncier.

@qui! : Jonathan Lalondrelle, vous avez été le premier Président de Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine, de 2016 à 2020. Quel est votre constat sur la dynamique des installations dans la région ?

Jonathan Lalondrelle : Sur les 4 premières années, on s'est retrouvé avec un double défi. D'abord fusionner 3 syndicats régionaux, pour créer un véritable syndicat régional à taille Nouvelle-Aquitaine et qui soit un vrai support à destination de nos structures départementales car ce sont elles qui font le boulot de terrain et d'accompagnement des jeunes qui s'installent. Il y a 4 ans, on finalisait aussi le travail sur la Dotation Jeunes Agriculteurs (DJA, ndlr) et sur tous les critères que l'on avait à mettre sur la région Nouvelle-Aquitaine.
Depuis 4 ans on a pu remarquer que ce travail d'accompagnement des syndicats départementaux et du syndicat régional vers les gens qui s'installent, en plus d'une DJA vraiment refondée et améliorée, ça a permis de ramener plus de jeunes vers le dispositif installation. Après bien sûr, on sait qu'on a une crise de la vocation, qu'on a en tout cas du mal à remplacer les agriculteurs qui prennent la retraite par des nouveaux jeunes. On est sur un tel niveau d'agriculteurs proches de la retraite que c'est difficile de trouver toutes les solutions pour renouveler les générations en seulement 4 ou 5 ans.
Cela dit, en 2019, on compte 645 installations aidées, c'est 2,7% de plus par rapport à 2018 qui avait connu une augmentation remarquable du nombre de dossiers. A ce chiffre, il faut aussi ajouter les 131 prêts d'honneur accordés à des porteurs de projet en agriculture non éligibles à la DJA; c'est 30% de plus que l'année précédente. La dynamique elle y est, l'envie de faire ce métier je pense que pas mal de personnes l'ont, mais avec des profils, des attentes et des envies qui évoluent. Et là c'est à nous de nous adapter aussi à ce nouveau « public ».


@! : Et justement, Gaëtan Bodin, vous qui êtes désormais le nouveau Président des JA Nouvelle-Aquitaine, ça correspond à quoi ces nouveaux profils et ces nouvelles attentes qu'évoque Jonathan Lalondrelle?

Gaëtan Bodin: Il faut d'abord rappeler qu'en Nouvelle-Aquitaine, on a une grande diversité d'agricultures avec beaucoup de filières et chaque filière a ses nouveaux profils et peut accueillir des profils différents. Ensuite, de manière générale, on voit bien que les jeunes sont de plus en plus formés, et les attentes sont de plus en plus grandes. Il y a des attentes sociétales fortes, des attentes notamment sur l'environnement, sur la production mais aussi sur la viabilité économique des exploitations. Et c'est une donnée qui est très importante quand on parle de dynamique à l'installation. On ne pourra pas conserver une dynamique importante sans que les agriculteurs ne gagnent correctement leur vie, il faut toujours le rappeler... Aujourd'hui il y a des filières qui sont en crise, il ne faut pas avoir peur de le dire, et c'est problématique parce qu'on perçoit, malgré que ce soit un métier de passionnés, que c'est un frein à l'installation.


J.L. : Les nouveaux profils, ce sont des personnes en reconversion professionnelles, surtout des jeunes issus du milieu agricole qui ont fait le choix d'aller travailler ailleurs, d'avoir une autre formation et qui reviennent à l'âge de 30-32 ans sur l'exploitation des parents. Ensuite ce sont des personnes pas du tout issues du milieu agricole, qui ont peut-être une image des fois un peu faussée de notre métier et de ses perspectives... Dans mon département des Landes, en 2020 on a quasiment une installation sur deux qui va se faire en maraîchage, alors que ce n'est pas du tout l'activité économique principale du département. Or, ces activités là, comme les filières volailles de qualité dans laquelle je suis, elles ont du mal à trouver des personnes et des jeunes pour remplacer des agriculteurs qui partent ou vont partir en retraite. C'est là que JA doit s'adapter pour répondre à ce public et le réorienter vers des productions dont on a besoin. Produire pour se faire plaisir c'est bien, mais il faut aussi penser que derrière il y a une alimentation, des consommateurs au bout et si on ne produit pas ce qu'ils attendent, et ce dont ils ont besoin, l'agriculture se trompera de chemin.

"installation-agricole.com, le site vitrine du renouvellement des générations"

@! : Malgré la dynamique que vous décrivez, le défi du renouvellement des générations est donc toujours bien là. Au niveau régional, comme au niveau national, 2 agriculteurs sur 3 de plus de 50 ans, n'ont pas de solution de reprise. Quelles sont les actions des JA pour « booster » plus encore cette dynamique à l'installation ?

GB: Il y a plusieurs choses. Aujourd'hui le syndicat JA par l'intermédiaire de ses départements mais aussi avec l'appui de la structure régionale fait beaucoup de promotion métier dans les collèges et les lycées. Il s'agit d'expliquer ce qu'est le métier d'agriculteur, ce qu'on fait exactement, et parfois encore essayer de changer une image de notre métier qui, à un moment, a été vieillissante... Même si aujourd'hui, ça a évolué dans le bon sens grâce au renouvellement des générations et des jeunes qui communiquent plus facilement sur leur métier avec les réseaux sociaux.
La promotion métier, ça c'est quelque chose que fait JA au quotidien. Il y a les forums installation dans les lycées agricoles auxquels participent des fils et filles d'agriculteurs qui se destinent à reprendre les exploitations, mais aussi des jeunes qui s'intéressent aux métiers de l'agriculture de manière globale en envisageant de travailler dans une coopérative, de devenir technicien, mais qui peuvent aussi être intéressés par l'installation. Et dans ces actions au contact des jeunes, tous les départements en Nouvelle-Aquitaine sont très très dynamiques.
Mais parmi nos actions phare, il y a aussi le site installation-agricole.com qui est complètement dédié à la mise en commun des connaissances et de tout ce qui existe sur le sujet de l'installation en agriculture. Ce site internet pour moi, il a de belles heures devant lui, et il faut absolument qu'on arrive à le développer. Mais je laisse Jonathan en parler puisque c'est lui qui a mené le projet durant son mandat.

JL : En effet, les JA Nouvelle-Aquitaine ont travaillé depuis 3 - 4 ans, sur deux sites internet : stages-agricoles.com et installation-agricole.com. Ce site permet à des jeunes de pouvoir découvrir où se former, comment se former, à quelles aides prétendre, ou encore à découvrir quels sont les partenaires en agriculture, avec notamment toutes les chartes à l'installation disponibles en Nouvelle-Aquitaine. Il y en a plus de 90 ! Bientôt il y aura aussi en ligne une cartographie et un agenda de toutes les structures qui font des actions de communications et de promotions du métier d'agriculteur. C'est un peu le site internet « L'installation pour les nuls » si on peut le dire comme ça! Même si vous ne connaissez rien au métier d'agriculteur, il vous donne quelques clés, quelques outils, un référencement des écoles et des lycées qui gravitent autour du monde agricole, et vous pouvez aussi y peaufiner votre installation.
A l'origine c'est une initiative des JA de Gironde qui est vite remontée au niveau du syndicat régional. Et désormais il est géré par le réseau JA Nouvelle-Aquitaine; c'est un vrai site vitrine du renouvellement des générations. Ce site est tout jeune, il a donc vocation à être amélioré et à évoluer dans le temps pour être encore plus un outil d'accompagnement à l'installation des jeunes.

Le site installation-agricole.com

@! : Qui dit installation dit foncier... Un sujet qui est aussi une des missions premières de la Safer, comment travaillez-vous avec elle et quel regard portez-vous sur cette structure au regard des enjeux que porte l'installation?

J.L : La Safer c'est un outil de régulation du foncier, et beaucoup de pays européens envient notre système français grâce auquel les agriculteurs ont un véritable outil de protection du foncier. Un outil auquel tous les membres du syndicat Jeunes Agriculteurs sont attachés. A travers la Safer on a le système le plus impartial possible pour vendre des terres et pour permettre la transmission, l'installation, ou accompagner les personnes en difficultés ou autres, tout en préservant du foncier agricole pour que ce foncier reste productif. C'est vraiment quelque chose de très important pour nous, et on s'y implique. Au niveau départemental il y a des comités techniques SAFER dans lesquels il y a un membre du syndicat Jeunes Agriculteurs, mais aussi d'autres syndicats agricoles. Au niveau régional, le syndicat est aussi représenté, c'est moi qui ai la chance d'y siéger. On y débat un peu plus des projets et des outils que la Safer peut mettre en œuvre et qui sont déclinés dans les départements.
D'ailleurs, la Safer a beaucoup d'outils qui ne servent pas qu'à l'installation des jeunes. Sur l'installation, on peut par exemple parler du portage foncier qui est un outil très important (un dispositif d'acquisition progressive proche de la location vente, qui permet de différer l’investissement sur le foncier et ainsi d’alléger l’endettement au moment de l’installation, ndlr), il y a aussi toutes les règles liées au schéma des structures qui permettent de toujours mettre en priorité un jeune qui s'installe par rapport à un agrandissement par exemple. On peut aussi citer l'accompagnement pour avoir des baux ruraux et éviter parfois la surenchère et donc protéger le loyer foncier pour que les installations ne se fassent pas hors de prix. Même si bien sûr elle ne peut pas tout contrôler, il est certain que la Safer est un vrai outil d'accompagnement à l'installation des jeunes même si elle pourrait être encore renforcée.

G.B: L'accès au foncier, c'est en effet, une condition sine qua non à l'installation. Même s'il existe des ateliers ou des activités agricoles pour lesquelles le besoin en foncier peut-être moins important, il en faut quand même. Et si on n'a pas de moyens pour laisser les jeunes accéder au foncier, il y a moins d'installations voire pas d'installation du tout. Comme le dit Jonathan, la Safer a un rôle de régulateur et d'arbitre pour définir à qui part tel ou tel champ ou telle ou telle parcelle, avec des jeunes qui sont effectivement prioritaires dans les comités techniques Safer et dans les CDOA pour les autorisations d'exploiter.
Malgré qu'il soit décrié, avec une Safer qui n'a pas toujours une très bonne image, on a un système en France qui fonctionne bien. Pour avoir déjà siégé dans des comités techniques, surtout au niveau départemental, je peux assurer que la Safer et les représentants qui sont autour de la table jouent le jeu. Il y a la loi mais il y a aussi une vraie philosophie pour faciliter l'accès au foncier, et réguler les prix de la terre pour que ceux-ci ne soient pas déconnectés de la rentabilité de l'outil de production. La terre ne doit pas être un produit de spéculation, et la Safer travaille pour que ça n'arrive pas.
En France on a des prix qui restent, entre guillemets, assez faibles par rapport à d'autres pays européens. Même si on peut considérer que c'est déjà bien trop haut dans certains départements, et que c'est un frein à l'installation, on doit réguler cette augmentation du prix du foncier en France et en Nouvelle-Aquitaine parce que sans cela les jeunes ne pourront pas accéder ni aux terres ni au métier d'agriculteur. C'est très clair. En Allemagne ou Belgique, où les prix sont très très élevés, d'autres systèmes sont mis en œuvre ; les jeunes ne sont plus propriétaires du foncier, ils accèdent au métier d'agriculteur par un autre canal, et finalement le nom même d'agriculteur perd un peu de son sens... Il faut quand même que l'agriculteur soit fermier ou propriétaire de son terrain pour pouvoir exploiter pleinement son métier.

"La dynamique de l'installation est liée à l'essor économique de la filière"

@!: Jonathan Lalondrelle, vous disiez que le rôle de la Safer pouvait être renforcé, qu'entendez-vous par là ?

JL : Je pensais particulièrement au portage. Selon moi il n'y a pas assez d'acteurs qui s'impliquent sur le portage, et en même temps on pourrait le pousser plus loin. Je m'explique. Le portage, c'est une solution pour accéder à un peu de foncier mais sur une exploitation il faut qu'il y ait déjà une base solide, et il faudrait que ça aille, au-delà de l'achat de foncier, sur l'achat de bâtiments d'élevage ou de matériels liés à de l'élevage. Il a en effet beaucoup été utilisé sur la partie viticole ou alors purement céréalière, alors que la vraie crise des vocations elle est sur les filières d'élevage. On a certes un problème de revenu sur ces filières-là pour attirer du monde, mais le revenu il est d'autant plus compliqué à aller chercher quand les investissements sont trop lourds. Concrètement, quand vous avez une exploitation de 150ha céréalière, avec un atelier bovin viande ou lait à vendre, les 150ha ils vont être repris, mais plutôt sur de l'agrandissement. Ou, si c'est repris par un jeune, il n'y a sans doute que les 150 ha en agriculture qui seront repris, et pas l'atelier en bovins viande ou en bovins lait. C'est malheureux parce qu'on a vraiment besoin de renforcer ces filières et d'avoir un véritable accompagnement là dessus... Sur ce sujet, la Safer a un rôle à jouer mais je pense aussi aux coopératives, aux banques, aux conseils départementaux, aux conseils régionaux... si tout le monde y met un peu du sien pour pouvoir accompagner la reprise d'exploitations en filières d'élevage notamment, on arrivera à installer un peu plus de jeunes.

G.B : C'est vrai ce que dit Jonathan, mais, j'insiste, on peut mettre tous les dispositifs en place possibles et imaginables, s'il n y a pas de revenu, l'installation est plus difficile de toute façon. Je peux témoigner de mon département et de l'appellation. Ca fonctionne très bien, et la dynamique à l'installation, elle est là sur la partie viticole, avec tous les profils qu'on évoquait au début de l'entretien qui reviennent. Il y a des jeunes qui reviennent sur les exploitations par ce que le métier est intéressant et c'est un métier de passionnés, mais il reviennent aussi parce qu'effectivement à la fin du mois, ils arrivent à se sortir un salaire décent à la hauteur de leur travail. Et clairement les services installation des chambres d'agriculture se rendent bien compte que la dynamique, elle est liée à l'essor économique de la filière.

@! : Avez-vous d'autres travaux en cours, réflexions ou mobilisation sur la question de l'accès au foncier par les jeunes installés et porteurs de projet ?

J.L : Oui deux autres sujets nous tiennent à cœur, et sur lesquelles les sections départementales nous sollicitent aussi : le travail à façon et le photovoltaïque au sol, qui vont nous occuper pour 2021. Le travail à façon on a vraiment commencé le boulot dessus puisque la SAFER justement nous a demandé de réaliser une enquête dont on espère pouvoir faire la restitution tout début d'année 2021. L'objectif aussi c'est que notre syndicat puisse prendre des positions claires sur ce qui est acceptable ou non sur le travail à façon, et ensuite, il en sera de même sur le photovoltaïque au sol, parce qu'on ne pense pas qu'on puisse résumer à « je suis pour » ou « je suis contre ». On n'a jamais raisonné comme ça aux JA, et je suis sûr que Gaëtan est d'accord avec moi, c'est par la concertation, le travail et la réflexion qu'on peut se positionner sur un avis tranché mais qui nous permet à tous d'expliquer pourquoi on a cet avis là et quel argumentaire on peut créer derrière.
Un autre sujet qui nous interpelle, c'est le projet du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et sa feuille de route Néo Terra. Vouloir d'ici 10 ans 80% de bio ou de HVE niveau 3 alors que il n'y a pas de débouchés ni de filières qui sont capables de l'absorber, je trouve que c'est dangereux... Et pour en revenir au foncier, attention aussi parce qu'à partir du moment où vous avez pris le chemin de convertir un foncier agricole à de nouvelles pratiques, notamment sur le bio ou le HVE 3, faire marche arrière sera très compliqué. Il ne faudrait pas que ça mette en danger la partie accession au foncier pour des jeunes qui voudraient s'installer demain sur d'autres filières.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Jonathan Lalondrelle et Gaëtan Bodin

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
16967
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr
Luc Servant, Président de la Chambre régionale d'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 21/01/2021

Agriculture néo-aquitaine : "Des signes qui permettent de sourire" pour 2021, selon Luc Servant

Michel Prugue, Alain Rousset et Xavier Fortinon à Haut-mauco dans les locuax du groupe coopératif Maïsadour Agriculture | 15/01/2021

Crise aviaire : Alain Rousset appelle à "sortir des certitudes"

Julien Denormandie dans les Landes Agriculture | 09/01/2021

Crise aviaire : déjà 600.000 canards abattus dans les Landes, bien d'autres à venir

Signature du Pacte alimentaire Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset et Fabienne Bucchio Agriculture | 07/01/2021

Agriculture, transformation et distribution s'engagent sur un Pacte régional de l'alimentation

Les représentants des syndicats Modef et Confédération paysanne en colère contre la gestion de la nouvelle crise Influenza aviaire 2020 Agriculture | 06/01/2021

Influenza aviaire : la fièvre de la colère monte dans les élevages landais

Denis Vicentini Comin Industrie Agriculture | 06/01/2021

Concours Agrinove : Que sont-ils devenus ? Denis Vicentini lauréat 2015 (épisode 1/4)

Luc Servant et Cédric Tranquard Agriculture | 20/12/2020

Cédric Tranquard prend l’interim de la Chambre d’agriculture 17

Luc Servant, président de la Chambre régionale de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine Agriculture | 15/12/2020

Luc Servant élu président de la Chambre régionale d’agriculture

Christophe Congues et Philippe Saux, Président délégué et Directeur général du groupe coopératif Euralis Agriculture | 15/12/2020

Le groupe coopératif Euralis sauve 2020

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes Agriculture | 08/12/2020

Landes : la présence d’influenza aviaire confirmée

Elevage de canards prêts-à-gaver dans les Landes dans un bâtiments 900 m2 aux normes de la biosécurité Agriculture | 07/12/2020

Forte suspicion de grippe aviaire dans les Landes

Pierre Saint-Jean Agriculture | 20/11/2020

Les bénéfices possibles du confinement pour les agriculteurs

Antonio Marquès et son innovation Agriculture | 06/11/2020

Un process innovant pour protéger les cultures lauréat du concours Agrinove

Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA Agriculture | 04/11/2020

Interview d’Henri Bies-Péré, n°2 de la FNSEA : « Cette PAC permet d’accompagner le virage que doit prendre l’agriculture, dans la durée, en souplesse. »

Lurrama 2020 Agriculture | 04/11/2020

L'annulation de Lurrama 2020, un crève-cœur pour le monde agricole basque