Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | L'Agro Smart Campus, nouvelle arme du "soft power" agricole régional

05/05/2018 | Un nouveau dispositif à l'initiative de la région et de plusieurs partenaires locaux a été dévoilé ce vendredi 24 mai. On vous en dit plus sur ses principaux objectifs.

Agro Smart Campus

C'est une idée assez singulière pour qui ne connaît pas le fonctionnement de l'enseignement agricole, public comme privé. Ce matin, la région Nouvelle Aquitaine, à quelques semaines du Salon de l'Agriculture (et dans un contexte tendu de diminution du budget de la PAC), a présenté les premières esquisses, depuis le lycée agricole et viticole de Montagne-Saint-Emilion, du premier Agro Smart Campus de France. Ce dernier sera organisationnel et non physique, et son but principal, "la diffusion des savoirs" entre différents types de formation, était suffisamment intrigant pour qu'on tente de vous l'expliquer.

La croisée des chemins

Agro Smart Campus. En entendant ce nom, on pourrait s'imaginer un nouveau lycée agricole flambant neuf financé par la région Nouvelle Aquitaine, avec des équipements à la pointe de la technologie. Il n'en est rien. En fait, l'ASC est plus intellectuel que physique. De l'aveu même du président de région, Alain Rousset, ayant fait le déplacement au lycée agro-viticole de Montagne Saint-Émilion ce vendredi 4 mai pour en dévoiler les prémices, ce projet est en fait un "mélange d'incubateur et d'accélérateur : incubateur de nouvelles pratiques et accélérateur de mise en place de ces dernières". L'Agro Smart Campus n'est en effet pas à mettre au seul crédit de la compétence régionale, partagée avec l'État, autour des lycées : l'INRA (Institut National de la Recherche Agricole), la Draaf (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt) et Bordeaux Sciences Agro sont en effet déjà pleinement partenaires de l'opération, avant même que cette dernière n'aie réellement débuté. Ses objectifs sont multiples, mais l'un des plus importants, c'est celui de créer ou renforcer les passerelles existantes où à imaginer entre l'enseignement agricole public ou privé (lycées en formation continue, en apprentissage ou en formation professionnelle), l'enseignement supérieur (dont fait partie Bordeaux Sciences Agro et, plus généralement, l'Université de Bordeaux) et la recherche (INRA et CNRS). Le but: développer une réelle relation entre ces différents organismes, qui fonctionnent souvent chacun de leur côté et dont les barrières imaginaires sont tenaces, mais également rapprocher les jeunes en formations agricoles de la culture scientifique, pour former les exploitations régionales de demain. La région Nouvelle Aquitaine, qui est la première en France à se lancer dans l'aventure, précise d'ailleurs que de nouvelles structures (clusters, pôles de compétitivité, centres technologiques, coopératives, organismes agricoles, ect.) pouraient être intégrées à ce campus 2.0 dans un deuxième temps. 

Des attentes fortes

Il faut dire que les attentes de la part des formateurs sont grandes, tant les ambitions derrière l'idée sont vastes : rien de moins que faire de tous les lycées agricoles régionaux des lieux de généralisation et d'expérimentation de nouvelles pratiques agricoles (autant au niveau économique via une amélioration des connaissances réelles des différents marchés pour améliorer le niveau et la capacité de la production, qu'au niveau purement scientifique via des nouvelles pratiques comme l'agro-écologie, devenu depuis peu un enjeu politique national). En bref, prendre le train en marche concernant les profondes mutations de l'agriculture en train de s'opérer (dont le réchauffement climatique et le stress hydrique sont deux des principaux enjeux). "On a la chance d'avoir, au niveau de l'enseignement agricole, une vraie compétence. Je ne sais pas s'il existe la même chose dans d'autres pays européens similaires : chaque lycée agricole a une exploitation, et notre souci est de faire de chacune un lieu d'expérimentation et d'avant-garde sur la transition du modèle agricole. Les lycées agricoles ont aussi, par la formation des futurs exploitants, un rôle éminent. Nous sommes un peu dos au mur : face aux problématiques du revenu des agriculteurs, du réchauffement climatique et des attentes de la population… Le temps nous est compté. Aujourd'hui, dans le bassin Adour-Garonne, nous avons un manque de 250 à 250 millions de mètres cubes d'eau. Si l'on calcule le réchauffement climatique à plus de deux degrés dans les 30 prochaines années, c'est 1,2 milliards de mètres cubes dont nous allons manquer. Tout le monde devra faire des efforts : les entreprises, les agricultures mais aussi nous-mêmes. Il faut se poser ce défi, faire appel à de nouvelles techniques agraires, de nouveaux dispositifs de machinerie, tout en prenant de vraies avances sur la sortie des pesticides" a résumé le Président de la région Nouvelle Aquitaine.

De la théorie aux nouvelles pratiques

Les objectifs sont certes louables, mais la manière de les réaliser (lancement oblige) est encore un peu floue, raison pour laquelle le colloque de ce vendredi avait invité, autour de tables rondes, des enseignants, directeurs d'exploitations et même des lycées et étudiants spécialisés. Pour Thierry ADAM, à la tête de l'Eplefpa (Etablissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole) de Bordeaux-Gironde, pas question en tout cas de "refaire des programmes mais plus d'apporter un complément au programme officiel sous forme de support de commmunication, d'infos scientifiques de haut niveau et de techniques de diffusion en temps réel. Aujourd'hui, au niveau des LPA (38 en Nouvelle Aquitaine jumelés à une quarantaine d'exploitations sur site), l'enjeu de ces apports complémentaires aux programmes pédagogiques prévus par Agro Smart Campus passent autant par une volonté de vulgarisation des connaissances scientifiques via l'intervention dans les établissements d'économistes, de sociologues ou d'agronomes, qui pourraient passer par des visites de terrain (trois ou quatre par an), des conférences plus académiques (à raison de cinq ou six par an) ou des forums d'une journée comprenant un panel d'intervenants plus large. Ce sur quoi l'ASC mise à priori beaucoup, c'est le numérique : les séquences avec des spécialistes évoquées plus haut bénéficieraient du streaming, soit une diffusion en direct servant avant tout à s'affranchir le plus possible des problèmes de mobilités géographiques pour des établissements en majorité ruraux et situés sur une échelle très étalée. Les vidéos en question pourraient d'ailleurs être mise en ligne et servir de supports de cours, pourquoi pas sur la future plateforme numérique (potentiellement adossée à un "espace numérique de travail" déjà existant dans les lycées) par laquelle devraient aussi passer des études, des articles scientifiques et autres supports de connaissances destinés à être partagés par tous. Le tout sera suivi par un comité de pilotage et devrait se terminer sur l'année 2018 par la préparation des séquences suivantes (année 2018-2019).

Enjeux concrets 

Pour Valérie Lafosse, directrice de l'ISNAB, tout l'enjeu est donc d'élargir les champs de connaissances des étudiants (par exemple avec des focus sur les problèmes sociaux liés à alimentation), être un ascenseur social vers la formation supérieure et en favoriser l'accès à toutes les implantations locales". Plutôt bien accueilli par les professionnels du secteur, l'Agro Smart Campus a encore tout à prouver, y compris dans sa manière d'aborder des problématiques très concrètes . Pour Marie-Pierre Enjalbert, directrice de l'atelier technologique de l'EPLEFPA de Limoges, "les établissements sont déjà dans la transformation, notamment au travers de l'IUT génie biologique, mais c'est important de sensibiliser les étudiants à ces éléments de transformation et du produire autrement : moins d'additifs, plus de matières premières locales, mettre en action de nouveaux modes de relations entre les exploitants (maraîchers, éleveurs) et les consommateurs. On doit imaginer de nouveaux circuits logistiques, des moyens de transformation des produits agricoles différents. On doit se poser plusieurs questions : comment arriver à avoir l'appui des chercheurs et de précédentes études qui ont eu lieu ? comment les circuits courts se mettent en place, qu'est ce qui fait que ça fonctionne ? Ces connaissances vont sans doute permettre de mettre en place une innovation technique sur des agriculteurs ou des maraîchers qui veulent transformer leurs légumes par de nouveaux moyens". Il devrait en tout cas être intéressant de voir la manière dont cette nouvelle organisation circulaire, comparée ouvertement à une sorte d'"auberge espagnole" pour les lycéens agricoles, va dégager de nouveaux thèmes de travail et de nouvelles réflexions, dans un contexte de réduction budgétaire pour la Politique Agricole Commune (de 5% comme l'a dernièrement annoncé la Commission Européenne), une mesure loin de rassurer les esprits d'une filière déjà en tension (comme le prouvent les manifestations régulières des agriculteurs, de Bordeaux à Limoges). Reste que, si ce n'est pas le seul effort régional en faveur des professionnels de l'agriculture, l'Agro Smart Campus à une cible privilégiée : les jeunes, futurs gestionnaires de nouvelles installations. Si ce vendredi, les têtes étaient plutôt chenues aux premiers rangs, gageons que les futures annonces de calendrier présentées lors du prochain Salon de l'Agriculture au Parc des Expositions de Bordeaux du 12 au 21 mai (dont un important moment autour des questions de la PAC) sauront convaincre les plus concernés du bien fondé de ce nouveau dispositif, qui pourrait, le cas échéant, être étendu à d'autres régions en France.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5358
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr