Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/19 : La ville de Bordeaux a lancé une consultation en ligne pour déterminer quel équipement public de la ville pourrait porter le nom de Jacques Chirac. Le Parc des Expositions, la Bibliothèque Médiadeck ou "un autre lieu" sont les trois propositions énoncées.

21/10/19 : Fermée en septembre 2018 suite à des inondations survenues durant l’été, la médiathèque de Gan (64) rouvre dans des locaux provisoires de 150 m2, rue du Bel Air, près du centre de loisirs, le mardi 22 octobre à 14h.

19/10/19 : Trafic SNCF toujours perturbé en Nouvelle-Aquitaine à la fois sur le service OUIGO et sur les TER à la suite du mouvement national de "droit de retrait" suite à un accident. "un détournement du droit de retrait à l'impact inacceptable" pour E. Philippe

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/10/19 | Pau: Focus sur l'animation handicap du Concours complet 5*

    Lire

    Dans le cadre du Concours Complet International 5 étoiles de Pau, une animation «Découverte du cheval» est proposée les 25 et 26 octobre aux personnes handicapées, adultes et enfants. Cette animation, proposée par les Ateliers de la Cavale, s'organise autour de 3 ateliers: le pansage, le travail du pied et une balade en calèche (adaptée pour l'accueil d'une personne en fauteuil roulant). Cette animation d'une heure permet l'accueil de 6 personnes pouvant chacune participer aux 3 ateliers. Inscription uniquement par mail mission.handicap@ville-pau.fr. Rappel : l'entrée est gratuite le vendredi, payante le samedi.

  • 23/10/19 | L'Entre-deux-Mers interroge sa ruralité

    Lire

    Du vendredi 25 au dimanche 27 octobre prochain, le Comité de Liaison de l'Entre-Deux-Mers (CLEM) organise un colloque autour de "l'histoire des relations du Cadillacais et du Podensacais avec Bordeaux". Y seront notamment abordés les thèmes de la ruralité et de l'effet de la métropolisation sur ce territoire viticole et le projet de labellisation "Pays d'Art de d'Histoire" porté par plusieurs communautés de communes de Sud-Gironde. Les débats se tiendront à Rions (le 25 octobre), à Sainte-Croix-du-Mont le 26 et à Cadillac le 27. Plus d'infos au 05 56 84 45 75.

  • 23/10/19 | Charente-Maritime : une soixantaine d'agriculteurs mobilisés

    Lire

    Une soixantaine d'agriculteurs ont répondu à l'appel à mobilisation de la FNSEA 17 ce 22 octobre. Ils sont allés jusqu'à la station d'épuration de La Rochelle chercher des boues, qu'ils sont ensuite allés épandre devant la mairie de Chambon, dont le maire fait partie du mouvement des "pisseurs de glyphosates". Une trentaine d'entre eux sont ensuite allés poser des banderoles et distribuer des tracts au rond-point à l'entrée de Rochefort.

  • 22/10/19 | Ford signe la revitalisation du site de Blanquefort

    Lire

    Lors d'un nouveau comité de suivi qui s'est tenu ce lundi 21 octobre, le protocole d'accord pour la revitalisation du site de l'ancienne usine Ford à Blanquefort a officiellement été signé par le constructeur. Ce dernier s'engage à injecter 18 millions d'euros dans cette opération, dont quatre millions pour céder certains terrains à Bordeaux Métropole. Ford s'est également engagé à dépolluer le site d'ici 2024. D'anciens salariés de l'usine se sont rassemblés devant la préfecture de Bordeaux à l'appel de la CGT. Pour cibler où seront injectés les 14 millions restants, une nouvelle réunion doit se tenir en novembre.

  • 22/10/19 | Un escape game d'horreur à Bordeaux !

    Lire

    Le frisson pour aider (ou pas) à la réflexion. Closed Escape Game a ouvert dans le Parc d'Activités du Grand Stade (Tram B arrêt Berges de la Garonne) le 06 juin dernier. Deux parcours d'horreur pour 2 à 5 personnes sont proposés, avec pour chacun une immersion dans le frisson garantie. Par sécurité pour les joueurs, les parcours sont déconseillés aux personnes sensibles et aux femmes enceintes. Les joueurs peuvent également abandonner en cours de parcours. Depuis l'ouverture, 63 abandons ont été comptabilisés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | La chambre d'agriculture de la Dordogne s'inquiète d'une baisse de budget annoncée

06/10/2019 | Réunis en session vendredi 4 octobre, les élus de la chambre d'agriculture de la Dordogne s'inquiètent, d'une réduction de 15 % de la taxe sur le foncier non bâti.

Jacqueline Dubois députée du sarladais et Jean Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture de la Dordogne

Les élus de la Chambre d'agriculture ont adopté les derniers ajustements de leur budget 2019 lors de la session du vendredi 4 octobre, marquée par une forte hausse des charges. Principal sujet d'inquiétude, la baisse annoncée de la taxe sur le foncier non-bâti qui pénaliserait les missions d'accompagnement de la chambre consulaire. Cette session fut aussi l'occasion de s'inquiéter du dénigrement et de la stigmatisation perpétuelle dont est victime la profession. La FDSEA et la JA de la Dordogne annoncent une manifestation mardi 8 octobre devant la préfecture de la Dordogne.

Jean-Philippe Granger, président de la chambre d'agriculture de la Dordogne, comme la grande majorité  des collègues, présidents de chambres,  dénoncent de le contenu du projet de Loi de Finances pour 2020 qui pour l'heure comporte une réduction de 15 % et une régionalisation de la TATFNB (taxe sur le foncier non bâti). Cette taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties, sert, entre autres, à financer les missions de service public des chambres d’agriculture. Lors de la session du vendredi 4 octobre, les élus ont procédé aux derniers ajustements du budget, en tenant compte de l'évolution des recettes et des dépenses, et des perspectives d'activité. Le budget qui avoisine les 9,5 millions d'euros est en déficit de 1,4 % : les charges notamment de personnel et de fonctionnement sont en forte hausse, + 345 000 euros, malgré une baisse du nombre d'agents, actuellement de 94,08 salariés équivalents temps plein. "

Un impact de 645 000 euros ?

La future baisse de 15% de la taxe sur le foncier non-bâti menace le budget 2020 et les actions de la Chambre d'agriculture : "nous risquons de perdre 650.000 euros de financement qui servent à accompagner les agriculteurs au quotidien" explique Jean-Philippe Granger. Il dénonce les conséquences désastreuses pour l’accompagnement des agriculteurs et des territoires » d'une telle mesure, estimant ce texte « en totale contradiction avec les projets stratégiques du réseau." Jean Philippe Granger a d'ailleurs interpellé la députée du Sarladais, Jacqueline Dubois, dès son arrivée.  Jacqueline Dubois lui a répondu qu'elle avait co-signé deux amendements à la loi de finance 2020 : "ce n'est pas le moment de baisser les budgets des chambres d'agriculture, puisqu'il faut accompagner les agriculteurs pour le réchauffement climatique et le développement durable." Elle précise qu'elle s'oppose avec plusieurs de ses collègues à une baisse du budget des chambres. . Jean-Philippe Granger lui a aussi rappelé que les 94 salariés de la Chambre sont engagés dans des formations pour la réduction des traitements phytosanitaires, et de rencontrer de tous les agriculteurs qui veulent prendre leur retraite pour assurer le renouvellement des générations, qui reste la priorité. Dans ce contexte, la chambre d'agriculture a construit un nouveau projet stratégique sur trois ans en réaffirmant plusieurs  priorités :que chaque départ soit compensé par une arrivée dans la profession ( c'est actuellement le cas), accompagner en termes de conseils la filière élevage, en grande difficulté en mettant l'accent sur l'innovation et la recherche qui devront être développées au niveau régional, développer la présence sur les réseaux afin de promouvoir l'image du métier d'agriculteur auprès du jeune public, de l'éducation nationale en multipliant les partenariats. 
Les élus de la chambre ont ensuite présenté plusieurs motions pour relayer leurs inquiétudes, sur le photovoltaïque, sur le manque de vétérinaires ruraux qui met en difficulté les éleveurs pour des visites de routine et les urgences, sur la filière bovine. Au cours des débats, il fut aussi largement question du projet de réforme des retraites. Si le monde agricole apparaît majoritairement favorable au système de retraite par points (à l'exception de la Confédération paysanne), il demande le relèvement de la retraite minimum à carrière complète à 85 % du SMIC, pour les chefs d'exploitation retraités actuels et futurs retraités, mais aussi pour les collaborateurs d'exploitation. 

Une manifestation mardi

Entre les restrictions de zones de traitement, les arrêtés anti-phytosanitaires, les recours contre les constructions de bâtiments d'élevage, et les vidéos d'associations comme L-214, les agriculteurs se sentent harcelés par l'agri-bashing". Ils en ont assez et veulent le faire savoir. Le vice-président de la Chambre Fabien Joffre a annoncé l'organisation d'un pique-nique le mardi 8 octobre devant la préfecture. "'L'agri-bashing va crescendo - explique le président de la FDSEA - et nous avons besoin du soutien de l'état. "Nous nous mobiliserons une fois de plus, de manière responsable dans le respect des biens et des personnes. " assurent-ils dans un communiqué. 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8065
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr