Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Méthanisation en Béarn: profession et enseignement agricoles se mobilisent pour son développement

24/05/2018 | En Béarn, les projets de méthanisations agricoles sont (très) peu nombreux. Un colloque et le lancement d'une nouvelle formation dédiée visent à accélérer les réflexions.

Claire Collado Larramendy (CFAA 64) Benoît De guillebon, Marie-Pierre Guinchard, Pierre Moureu et François Delage

La France compte sans doute un peu plus de 500 unités de méthanisation agricoles, quand l'Allemagne tourne autour de 10 000. Des chiffres qui sont certes le résultat de stratégies politiques nationales très différentes, mais qui n'enlèvent pas à la France, au niveau européen, de compter parmi les pays les moins avancés en la matière. Un retard dont le Béarn fourni malheureusement une belle illustration. Afin de tenter de résoudre ce problème, ou à tout le moins « d'amorcer les réflexions », comme le signale Pierre Moureu, Président du comité territorial Béarn de la Chambre d'agriculture, un colloque « Energie et agriculture » s'organise le 4 juin 2018 au CFA Agricole de Pau Montardon. Il permettra notamment de promouvoir le lancement à la rentrée 2018 d'une nouvelle licence professionnelle dédiée à l'Optimisation Energétique des Entreprises Agricoles (OEEA), en partenariat avec l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA).

La méthanisation c'est la production d'énergie (gaz ou électricité) à partir de la dégradation des matières organiques issues de l'agriculture. Une fois dégradé, le « digestat » sert également d'engrais pour l'agriculture. Les enjeux de la méthanisation se placent alors tant du point de vue individuel que global. La méthanisation permet en effet à l'agriculteur la valorisation de ses effluents (mais pas seulement : les cultures intermédiaires par exemple peuvent également nourrir une unité de méthanisation) via la possibilité d'une autoconsommation sur l'exploitation de l'énergie produite, voire celle d'un revenu complémentaire par la vente de l'électricité ou des gaz issus du processus. Démultipliée sur un ou plusieurs territoires, « La méthanisation répond à des enjeux énergétiques globaux, et à des enjeux environnementaux si on regarde la question des émissions de méthane », souligne François Delage, consultant en environnement et énergie auprès de la Chambre d'agriculture. « Si on ne méthanise pas dans un méthanisateur, le phénomène de méthanisation et donc de production de méthane se fait de toute façon naturellement en extérieur... », synthétise Benoît De Guillebon. Les deux hommes sont d'autant plus convaincus de la nécesssité de développer cette pratique, que « 90% des gisements de la méthanisation proviendront à long terme, de l'agriculture », assurent-ils.

Des projets béarnais qui se comptent sur les doigts de la main
Mais pour l'heure, si on entend ces temps-ci parler du méthaniseur actuellement en montée de charge « Méthalayou », qui s'est monté autour d'une quinzaine d'agriculteurs sur la commune de Préchacq Navarrenx, les projets de ce type se comptent sur les doigts d'une main en Béarn. François Delage liste seulement trois autres projets en cours, à des stades plus ou moins avancés. « Un premier projet à Nousty, porté par 2 éleveurs, vient de clore sa consultation auprès du public et attend la décision du préfet pour se lancer, un deuxième à Prechacq Josbaig, autour de 8 agriculteurs devrait voir son dossier administratif déposé autour du mois de septembre, et enfin il existe un troisième projet qui réunit 7 agriculteurs à Artigueloutan, avec la particularité de récupérer le fumier de l'hippodrome de Pau, mais là encore les procédures sont à leur début. »
Le constat, pauvre, est sans appel. Il faut dire que les limites sont belles et bien là: limite financière surtout; « il n'y a pas de projet à moins d'1,5 M€ », indique François Delage, limite sociétale parfois. « Il faut aussi travailler à l'acceptabilité de ces unités de méthanisation, expliquer notamment au riverain, qu'une fois les effluents dans le méthaniseurs, il n'y a pas d'odeurs particulières », indique Benoît De guillebon.
Détailler les enjeux, les limites (mais aussi leurs réponses), et les exemples telle est bien aussi la vocation du Colloque du 4 juin, organisé au CFA Agricole de Pau Montardon. Si cette journée fait particulièrement le focus sur la méthanisation ( avec des visites de terrain dans l'après-midi sur le site de l'unité de méthanisation du lycée agricole de Vic en Bigorre, puis d'une petite unité de méthanisaton agricole à Villefranque) les autres sources d'énergies agricoles seront aussi évoquées.

"Développer des compétences, c'est développer des atouts pour demain"
Pour Pierre Moureu, Président du comité territorial Béarn de la Chambre d'agriculture, pas de doute, « l'agriculture doit réfléchir à cette question de la production d'énergie sur les exploitations. La Chambre d'agriculture se devait d'amorcer cette réflexion en valorisant ce qui se fait et en contribuant à la formation de personnes qui soient capables de conseiller les agriculteurs dans ce domaine. Développer les compétences sur ce sujet dans le département, c'est développer des atouts pour les futurs agriculteurs du département ».
Une formation qui englobe l'optimisation énergétique au sein des entreprises agricoles dans son ensemble, voilà le cœur de la nouvelle licence pro par apprentissage qui démarre en septembre au CFA Agricole de Pau Montardon. Cette formation, de 12 places, est en réalité intégrée à la licence professionnelle, MEEGC « Métiers de l'énergétique, de l'environnement et du génie climatique » de l'IUT Génie Mécanique de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour. Sur les 521 heures de formation 40% des cours se feront en commun avec les étudiants de la licence pro MEEGC à l'IUT, et les 60% restant se feront au sein du CFAA de Montardon.
Objectif, selon Marie-Pierre Guinchard, professeur et coordinatrice de cette formation: « aborder les enjeux liés à la production d'énergies renouvelables en agriculture, et apprendre les techniques pour développer, financer et gérer des projets. Une formation, dans laquelle 30% des intervenants seront des professionnels, et qui prévoit également la mise en pratique d'études et diagnostics énergétiques agricoles ou agro-alimentaires grâce à des études de cas réels, et des mises en pratique ». L'alternance, sur un rythme de 3 semaines de cours et 3 semaines en entreprise, permettra aux candidats d'acquérir les compétences professionnelles nécessaires pour mener à bien leurs projets personnels et leur insertion à l'issue de la formation

Formation : Renseignement auprès du secrétariat du CFA au lycée agricole de Montardon ou sur le site internet du CFAA64 www.cfaa64.com , ainsi que sur le site de l'IUT de Génie Thermique à la rubrique licence pro MEEGC. http://iutpa.univ-pau.fr

Colloque du 4 juin 2018: « Energie et agriculture » organisé au CFAA 64 Pau Montardon
Renseignement secrétariat CFAA 64 : 0559331289
Infos et programme : http://iutpa.univ-pau.fr et reservation en ligne: ici

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
5642
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr