Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/02/20 | A Bruges (33) Aérospline veut robotiser les tâches de désamiantage

    Lire

    Aérospline, à Bruges, est une PME d'ingénierie industrielle qui développe des solutions robotiques collaboratives innovantes, principalement pour la construction aéronautique. Ces nouveaux robots collaboratifs (dits cobots) permettent de réduire la toxicité ou la pénibilité des métiers, sans se passer des opérateurs. La société travaille sur un projet de cobots dans le cadre de travaux de désamiantage, permettant de réduire les risques d'exposition des salariés. Un projet, baptisé "Exelite", auquel s'associe la région Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 410 449 €.

  • 18/02/20 | Il fait bon vivre en Charente-Martime !

    Lire

    94% heureux de vivre en Charente-Maritime. C’est un des chiffres issu de l'enquête 2019, de l’institut BVA, auprès des Charentais. Les habitants ont par exemple, le sentiment d’être écoutés par le département dans leurs actions. L’occasion, aussi, de recueillir les préoccupations de la population. Au sujet, des routes départementales ou encore de l’environnement. Les résultats sont globalement très positifs, par rapport à l’enquête 2018, impactée par le mouvement gilets jaunes. Voir l’enquête au complet.

  • 18/02/20 | Menace sur l'abattoir de Ribérac en Dordogne

    Lire

    La société Arcadie Sud-Ouest, qui représente la moitié de l’activité de l'abattoir de Ribérac a annoncé qu’elle allait transférer son activité à Thiviers à partir de mai. C’est la pérennité du site employant 18 personnes qui est menacée. La Ville détient 55% des parts. La décision d’Arcadie est la conséquence des difficultés du groupe. Une rencontre est prévue dans les jours prochains entre la direction d'Arcadie, le maire de Ribérac et le préfet. Le député Jean-Pierre Cubertafon suivra aussi attentivement le dossier.

  • 17/02/20 | BOOST’CAMP : un concours qui s'adresse aux entrepreneurs

    Lire

    Bonne nouvelle pour les entrepreneurs engagés dans le développement durable, l’économie sociale et solidaire ou l’innovation d’usage ! Un concours organisé par Le Campement, pépinière de la Ville de Bordeaux installée à Darwin, va être lancé. Le principe ? Présenter un projet innovant et créateur d'emplois. A la clé du concours : 6 mois d'hébergement gratuit au Campement dès le 27 mars 2020. La réception des candidatures se fait du 3 mars au 13 mars prochain.

  • 17/02/20 | "Rendez-vous de la biodiversité" à Champagne-la-Noaille (19)

    Lire

    Le samedi 29 février à Champagnac-la-Noaille (19), la Maison de la Chasse et de la Nature accueillera l’événement « Rendez-vous de la biodiversité ». La Fédération Départementale des chasseurs de la Corrèze, le Conservatoire d’espaces naturels de Nouvelle-Aquitaine et l’Agence Régionale de la Biodiversité Nouvelle-Aquitaine proposeront une après-midi sur le thème des zones humides tout en appelant à leur préservation. Au programme de la journée, balades commentées et débats ! Plus d’informations : nouvelle-aquitaine.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | 6ème Rencontres viticoles d'Aquitaine, focus sur une viticulture plus "saine"

13/02/2020 | Les Rencontres viticoles d'Aquitaine sont l'occasion de rencontres de nombreux professionnels du vin, conscients des nouvelles préoccupations des consommateurs.

Rencontre Viticoles 2020

La 6ème édition des rencontres viticoles d’Aquitaine, s'est déroulée le 12 février dernier, à Blanquefort (33) organisée par le Vinopôle. Sous le thème « Attentes sociétaires et environnementales : la viticulture innove », de nombreux professionnels du milieu viticole, ont répondu présents. L’occasion de faire un point sur l’évolution des attentes des consommateurs. Des vins plus « sains », sans sulfites, des traitements phytosanitaires plus transparents ; les consommateurs changent, et les professionnels innovent, pour les satisfaire. C'est le message qu'a voulu faire passer l'évènement.

Les pesticides en viticulture ont été sous les projecteurs, et ont soulevé beaucoup de questions pour les riverains, suite à des émissions sur le sujet, telle que Cash Investigation. Les conséquences ont parfois été surprenantes, comme des riverains bloquant les engins de traitements des vignes. Alors, les viticulteurs et viticultrices innovent et surtout, communiquent plus, avec les habitants. Mélanie Lou, responsable environnement du Château Luchey Halde, s’est inspirée du système de drapeaux de baignade, sur les plages. À l’entrée de la propriété, un drapeau rouge est hissé lorsqu’un traitement phytosanitaire sur les vignes est en cours. L’orange, est utilisé quand il est possible de traverser par les allées centrales, sans toutefois toucher les végétaux. Les promeneurs sont directement informés de la situation des vignes par ce système. Des alertes SMS et mails sont aussi envoyés plusieurs jours avant les traitements, pour être plus « transparents » avec les riverains, témoigne le Château pauillacais Pédesclaux.

Vin à la loupe

Cette demande de transparence des consommateurs s’étale, aussi, à la composition du vin. « Le vin suit, c’est certain », souligne Alexis Raoux (Vins Castels), cette demande explique l’émergence des multitudes de vins « bon pour la santé ». Végan, biologique, peu calorifique et aussi « sans ». C’est-à-dire, sans résidus une fois en bouteille (pesticides par exemple). « Cette inquiétude est légitime, mais il faut la relativiser » précise Magali Grimbaum, de l’Institut Français de la Vigne et du Vin. Il existe déjà une règlementation, très précise, sur le nombre de résidus autorisés dans les vins (LMR), mais méconnue de la population. Dans un rapport européen (EFSA), sur 1317 vins analysés, 58% ne contenaient pas de résidus et 20 % seulement un élément résiduel ; tous respectaient la LMR. Des solutions sont déjà mises en place, des fibres végétales sélectives peuvent être utilisées, lors du filtrage du vin, pour diminuer les résidus. Autorisée en France depuis 2017, cette technique a été approuvée au niveau européen en 2019. Sans oublier que l’usage des produits phytosanitaires est en constante diminution dans les vignes et qu’un projet est en cours, pour mieux établir les seuils minimum de détections de résidus dans le vin.

Dans l’ensemble, la protection de l’environnement a aussi touché les producteurs de vins. Ils optent pour des étiquettes en papiers recyclés, des bouchons issus de forêts gérées durablement, pour les Caves de Rauzan. Dès aujourd’hui les habitudes de consommation changent et les manières de produire aussi, « il faut redorer l’image de l’ouvrier agricole » soutient Benjamin Banton, de Banton et Lauret, et cela ne peut se faire, sans communiquer avec le public.

Margaux Bonfils
Par Margaux Bonfils

Crédit Photo : MB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
18226
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr