Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Rencontres Viticoles d'Aquitaine: la chasse aux intrants est ouverte, de la vigne à la vinification

01/02/2018 | Les Rencontres Viticoles d'Aquitaine ont permis de faire le focus sur 4 nouvelles variétés résistantes ENTA-INRA qui s'apprêtent à être déployées en France

Rencontres Viticoles d'Aquitaine 2018

Pour leur 5ème édition, ce 31 janvier, Les Rencontres Viticoles d'Aquitaine qui suivent d'une édition à l'autre le fil rouge de l'innovation, se tenaient dans les murs du lycée agri-viticole de Blanquefort. Et pour cause, ces Rencontres, sont organisées par le Vinopôle Bordeaux Aquitaine, lui-même issu d'un partenariat entre la Chambre d'agriculture de Gironde, l'Etablissement Public Local d'Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole de Bordeaux-Gironde (EPLEFPA) qui regroupe les lycées agricoles de Gironde, et l'Institut Français de la Vigne et du Vin. Une occasion biennale de présenter aux professionnels les travaux de recherche de ces structures et leur avancement en termes d'expérimentation. Au total une vingtaine d'intervenants pour contribuer en autant de briques à la construction active d'une viticulture durable, de la vigne à la vinification.

Au travers de l'ensemble des aspects abordés par les intervenants des 5èmes Rencontres Viticoles d'Aquitaine, il est évident que la ''durabilité'' de la viticulture, autant dire sa capacité à être respectueuse de l'environnement et de la santé tant des consommateurs que des riverains et des producteurs, tout en garantissant à ces derniers de pouvoir vive de leur activité, ne se joue pas seulement à l'étape de la protection du vignoble par application d'intrants, mais bien comme une approche systémique englobant aussi bien des leviers d'actions agronomiques, que de types environnementaux, s'appuyant sur le constat que l'environnement paysager a un effet sur la biodiversité fonctionnelle. Sans oublier le facteur économique via les outils d'aide à la décision sur les changements de pratiques.

Souffre vs lampe à UV
Mais la recherche et les expérimentations en matière d'intrants ne se cantonnent pas à la mise en œuvre de nouvelles pratiques au niveau du vignoble. Le processus de vinification est lui aussi par exemple passé à la loupe des chercheurs. En effet, la connaissance en matière de micro-biologie du vin s'affine. De meilleures connaissances des micro-organismes qui s'allient à la « découverte » de nouveaux procédés de stabilisation du vin. L'ISVV a notamment mis au point un procédé innovant permettant de se passer de sulfites... Pour ce faire, l'ISVV a utilisé une « lampe émettant une lumière germicide, déjà utilisée dans le traitement de l'eau pour diminuer les traitements chlorés », explique le chercheur Rémy Ghidossi. Mais pour plus d'efficacité, le vin, n'étant pas de l'eau, il a fallu modifier cette lampe, jusque-là semblable à un tube néon, en un vortex de Dean, afin « d'optimiser le contact entre le liquide et la lampe ». Un élément qui permet de diminuer la longueur d'onde émise et ainsi d'éviter un risque de déviation organoleptique en « goût de lumière », explique le chercheur.

Une trouvaille de laboratoire à partir de laquelle l'IFV a pu mener des essais pilotes, sur site ou en chai expérimental, pour valider les résultats des chercheurs de l'ISVV, et notamment l'efficacité et l'incidence de cet « UVC » sur les vins ainsi traités. « La stabilisation se fait au bout de 10 jours, les vins testés (blanc et rouge) conservent des profils homogènes 10 mois après le traitement. Quant à l'analyse sensorielle il n'y a pas de différence significative, tout en permettant un coût énergétique inférieur aux autres techniques de stabilisation », constate Emmanuel Visonneau, responsable projet œnologie à l'IFV. Pour autant, mesure-t-il, « l'utilisation de cette méthode doit continuer à être raisonnée au cas par cas ».

Les résistantes Artaban, Vidoc, Floreal et Viltis déployées au début du mois

Mais avant même le vignoble et plus encore avant la vinification, une des solutions imaginées par la recherche pour diminuer les intrants, est d'agir directement sur les variétés par la création de variétés résistantes à l'oïdium et au mildiou. Si à l'heure actuelle il existe déjà 12 variétés résistantes étrangères, les 4 premières variétés résistantes françaises s'apprêtent à être déployées sur le territoire en ce début février, « Artaban et Vidoc pour les rouges, Floréal et Viltis pour les blancs » présente Marie-Catherine Dufour, Directrice du pôle Aquitaine-Charentes IFV. Un bémol, tout de même, elles ne pourront pas, pour l'heure, être utilisées dans le cadre d'AOC, celles-ci n'étant pas (encore...) admises dans les cahier des charges. Mais « les discussions sont en cours », assure-t-on. « Avec ce type de variétés résistantes, on estime la diminution des produits phytosanitaires de l'ordre de 80 à 90% ».

D'autant que ces 4 variétés françaises, ont, contrairement aux autres variétés déjà créées, « des résistances polygéniques ». « Elles ont deux gènes de résistance au mildiou et 2 gênes de résistance à l'oïdium. Quand il n'y a qu'un seul gêne de résistance, il y a un risque de contournement par la maladie assez rapide », précise la chercheuse qui complète : « l'idée n'est pas d'arrêter entièrement les traitements mais de les réduire à un par an. Sur nos expérimentation nous avons noté la présence d'un peu de mildiou sur quelques feuilles, mais c'est très faible. Aucune perte de récolte n'est à déplorer, même si ces variétés présentent une plus grande sensibilité au black Rot, à l'exception de Floreal qui a une résistance partielle. » Au total tout de même, un sacré bénéficie environnemental et économique.
Une première vague de variétés résistantes qui sera suivie dans une deuxième vague issue de croisements entre génotypes résistants et variétés typiques de nos régions (à l'horizon 2021) puis une 3ème vague à partir de 2024. « On peut imaginer que nous allons continuer, peut-être sur d'autre gênes que la résistance au mildiou et à l'oïdium ».

Vers de nouveaux vins hors AOC?
Mais l'apparition de ces nouvelles variétés, avec leur propre qualités fermentaires et gustatives, parfois éloignées des variétés « classiques », posent également la question des changements des pratiques de vinification et des process œnologiques à mettre en œuvre, si l'on veut pouvoir conserver une certaine typicité de terroirs... Et pour ce faire des expérimentations sont déjà en cours, notamment par exemple au sein de la cave des Vignerons de Tutiac, de même que la Région finance, d'ores et déjà, un projet sur l'optimisation de la vinification des variétés résistantes, soit dans l'optique de conserver les typicités, soit à l'inverse de toucher de nouveaux consommateurs, par la création de nouveaux vins hors AOC. Au total donc, un chantier qui pourra encore nourrir plusieurs éditions des Rencontres Viticoles d'Aquitaine. La sélection variétale ayant un pas de temps d'environ 15 ans.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
43142
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr