Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

16/10/19 : C'est à Saint-Jean-Pied-de-Port (64) que se tient les 17 et 18 octobre le congrès annuel de l'Association Nationale des Elus de Montagne. Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires participera à l'ouverture de la manifestation.

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : Le 17 octobre à 8h45, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers organise un forum emploi inversé : les demandeurs d'emploi ont un stand et les entreprises qui sont les visiteurs venant rencontrer les "offreurs de compétences".

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

14/10/19 : La préfète de Région et le préfet maritime de l'Atlantique ont signé aujourd'hui le premier volet du document stratégique de façade maritime Sud-Atlantique, dont ils ont coordonné les travaux. Une 1re dans la gestion des 720 km de littoral.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

07/10/19 : Le prochain congrès des départements de France se tiendra à Bourges du 16 au 18 octobre, avant de faire sa 90e édition en novembre prochain à La Rochelle. Cette année voit célébrer le 230e anniversaire de la création des Départements.

04/10/19 : A partir de lundi 7 octobre, le Département de la Gironde réalise des travaux de mise en sécurité sur la voie verte située sur la RD 809, entre le carrefour giratoire d'Aquitaine et celui du Sauternais. Fin des travaux prévue le 28 octobre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/19 | 180 exposants au Salon de l'habitat et de l'immobilier à Biarritz

    Lire

    Dès ce jour à la halle Iraty de Biarritz et jusqu'à dimanche, près de l'aéroport, se tiennent deux salons complémentaires, Solution Maison pour son aménagement et un second qui rassemble les constructeurs et promoteurs de la Région. Sans oublier les Offices HLM. Des conférences à thèmes seront en outre organisées. Dans un secteur immobilier très tendu et très convoité au Pays basque, une visite qui s'impose, de 10 h à 19h. Entrée 6 euros et à 3 euros pour...les plus de 60 ans. Gratuit pour les moins de 18 ans.

  • 18/10/19 | Congrès des départements : la gauche dénonce un "mépris"

    Lire

    Vive réaction du groupe de gauche (PS, PCF, PRG) ce vendredi dans le cadre du Congrès des Départements de France (du 16 au 18 octobre à Bourges). Dans un communiqué conjoint, il souligne "le mépris de l'exécutif" suite au refus de participation au congrès d'Edouard Philippe. Ils exigent le maintien de leur autonomie financière, le soutien à l'expérimentation, et affirment que "l’Etat doit 9 milliards d'euros aux Départements" et "masque cette réalité par un effet d’annonce autour d’un fonds insuffisant de 250 millions d'euros".

  • 18/10/19 | Sécheresse en Creuse : la préfecture alerte

    Lire

    Dans un communiqué publié ce jeudi, la préfecture de la Creuse alerte sur les conditions de sécheresse profonde des sols dans le département qui, malgré les pluies de ces derniers jours, ne semblent pas s'atténuer. L'État a annoncé que la Creuse allait être placée en alerte à la sécheresse, soit un seuil moins fort que celui de "crise aïgue", pour cause d'une pluviométrie plus forte depuis plusieurs semaines. "Si l’automne et l’hiver 2019/2020 s’avéraient secs, le retour à une situation de crise aiguë pourrait réapparaître très rapidement", prévient la préfecture.

  • 18/10/19 | Pau: l'expo Apollo fête les 50 ans de la mission lunaire

    Lire

    Le 50e anniversaire des premiers pas de l’Homme sur la Lune (mission Apollo 11 en 1969), est l'occasion d’expliquer et de resituer dans un contexte historique une étape marquante de l’histoire des sciences et des techniques. C'est l'objet de l'"Expo Apollo" présentée à la Chapelle de la Persévérance à Pau par l'asso GERMEA : maquettes de la fusée Saturn V, présentation du voyage d'Apollo 11, des sites d'atterrissage, d'expériences réalisées sur la Lune, vidéos sous-titrées pour les sourds et malentendants, et panneaux d'exposition transcrits en braille. Du 21 au 26 octobre de 14h à 18h.

  • 18/10/19 | Nouvelle-Aquitaine: Programme chargé pour les Journées de l'architecture

    Lire

    Pour la 4ème édition des Journées nationales de l'Architecture (du 18 au 20/10) 130 rendez-vous sont proposés au public en région: ateliers pour enfants, balades urbaines, visites de chantiers, expositions ou conférences autour de la réhabilitation du patrimoine et de l’architecture contemporaine. A voir notamment: un magasin aux vivres du 17e s. devenu résidence à Rochefort, le réaménagement du centre-bourg de Meymac (19), un village de tiers-lieux à Lavaveix-les-Mines (23), la nouvelle École d’art et de design dans un édifice art déco à Pau, un ancien garage devenu Maison de l’architecture à Poitiers (86), le Palais de justice à Limoges.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Start-Up à succès : Oenphinée, le "devin" du vin

21/05/2019 | La start-up Oenphinée, dirigée par Cécile Dulimbert et Romain Guillaument, a intégré le Village by Crédit Agricole en février dernier. Portrait et ambitions.

Oenphinée

14,1%. C'est le taux de croissance annuel moyen du vin bio entre 2012 et 2017. Face à une baisse de la consommation globale, à une forte concurrence et à des aléas climatiques imprévisibles (sans compter des débats de société profonds autour des pesticides), le vignoble bordelais voient ses défis se multiplier. Arrivée il y a peu, une jeune entreprise née d'un partenariat entre une experte en vins et un physicien, baptisée Oenphinée, a une ambition nouvelle dans ce secteur qui se cherche : détecter les risques ou "marqueurs de réussite" de la qualité des vins. On vous explique comment elle compte s'y prendre.

Quand on demande à Cécile Dulimbert comment elle s'est retrouvée à la tête de cette jeune entreprise bordelaise, son C.V parle à sa place. Originaire du Bassin d'Arcachon, sans passé agricole familial, elle s'oriente rapidement vers une formation en écologie et agronomie, avant d'obtenir un brevet technique agricole général en option viticulture. "L'Élevage était trop loin de mes centres d'intérêt. J'ai fait plusieurs stages chez un viticulteur de Blaye qui m'a transmis sa passion. A partir de là, je n'ai eu de cesse de vouloir en apprendre plus". Plusieurs diplômes (en viticulture et œnologie et en expertise judiciaire) plus tard, Cécile, avec son "parcours un peu atypique", se retrouve plongée au sein d'un milieu dans lequel les statuts de consultant indépendant en "viticulture et œnologie durables" et de conseillère en bas-intrant (en tant qu'ingénieur viticole) qu'elle occupe au sein de la Chambre d'Agriculture de la Gironde et de sa propre entreprise Vinanova pendant onze ans, détonne quelque peu, dans une décennie où la viticulture biologique ne dépasse pas 1% de l'ensemble de la production. Déjà, son objectif est d'amener le plus de viticulteurs possibles vers le bio et à "intégrer des pratiques respectueuses de l'environnement". Un métier qu'elle ne pourra peut-être plus exercer dans quelques années. "Je reste consciente que la partie conseil, dans les dix ans qui viennent, va se réduire considérablement. On assiste à des regroupements d'exploitations, on a des postes de directeurs techniques déjà surqualifiés qui n'ont visiblement pas besoin de conseils et des gros groupes qui raisonnent différemment. Je pense qu'il y a beaucoup de spéculatif derrière tout ça, le côté financier leur importe plus". Sur ce point, les chiffres sont en effet plutôt parlant : 120 000 hectares et un chiffre d'affaire des maisons de négoce évalué à 3,8 milliards d'euros en 2015 pour le vignoble bordelais.

Changement d'échelle

Mais le contexte a tout de même pas mal changé : l'opinion publique pousse de plus en plus les viticulteurs locaux à accélérer la transition, et les chiffres de la conversion sont chaque année supérieurs aux précédentes : 103 nouvelles conversions en bio ont été recensées en Gironde en 2018, et de grands domaines ont fait parler d'eux en annonçant une transformation, immédiate ou progressive. Pour autant, le chemin reste encore long pour les quelques 5834 exploitations viticoles que compte le département. Si la situation économique des vins de Bordeaux n'est pas dans sa meilleure forme, il faut aussi souligner que le coût plus élevé du bio est bien souvent un frein invoqué par les professionnels. Ce coût a d'ailleurs été documenté dans un référentiel de la Chambre d'Agriculture de Gironde en 2018 et comparé à celui d'une viticulture dite "raisonnée". Résultat : un rendement inférieur et plus coûteux : entre 7 et 10 000 euros, aides comprises, pour le bio contre environ 6 à 8000 pour le raisonné. Pour Cécile Dulimbert, l'enjeu de la démocratisation du bio, c'est aussi celui des mœurs. "Il faut qu'on arrête de présenter et de réduire le bio à des applications de produits phytopharmaceutiques. Il faut arrêter de dire aux gens qu'on peut produire sans rien : même ceux qui sont en bio utilisent des produits. Dépassionner le débat vis-à-vis des produits phyto, ça me semble important pour faire en sorte que des agriculteurs puissent faire face aux nouveaux enjeux et aux exigences règlementaires, très fortes aujourd'hui. Il a fallu attendre l'an dernier pour que le CIVB fasse une communication sur le SME (Système de Management Environnemental) qui fasse prendre conscience aux agriculteurs et aux viticulteurs qu'ils sont sur la bonne voie et ont des voies d'amélioration. Même si la certification bio est la seule compréhensible du point de vue du marché et du consommateur, beaucoup de professionnels passent instinctivement vers le bio après avoir bénéficié du SME et vont jusqu'à s'engager vis-à-vis de l'Agence bio. Bien sûr qu'il y a toujours plus à faire, mais des vignobles partent avec plus de handicaps que d'autres".

Pour la professionnelle, avoir une inversion entre le bio et le conventionnel en termes de surface sur le département nécessiterait de changer complètement le tissu commercial. La particularité de Bordeaux, c'est le négoce, c'est assurer les volumes. C'est sur ces peurs là qu'on joue avec le vigneron, cet inconscient des volumes par rapport au marché. Les vins de Bordeaux n'ont jamais été aussi bons, quelque soit la gamme de prix : ils sont plus qualitatifs sur le plan sanitaire et en dessous des seuils résiduels sur la quantité de raisins. Les métabolismes des micro-organismes ou les principes techniques d'usage de vinification permettent d'éliminer une grande partie des résidus, y compris sur le cuivre". C'est là qu'arrive Oenphinée. Cette start-up, qui fait partie des dernières à avoir intégré le Village du Crédit Agricole de Nouvelle-Aquitaine, est née d'une association singulière. À l'expertise de Cécile dans le monde du vin vient s'ajouter celle de Romain Guillaument, physicien bordelais. "On s'est rencontrés dans une réunion au sein du cluster Innov'vin, dans laquelle j'ai découvert son bureau d'étude (Celsius) et de modélisation thermique par des procédés empruntés à la physique. Au gré de nos discussions, on a convenu que ce serait plus intelligent qu'on s'associe. Je faisais remonter les problématiques de terrain, les besoins des viticuleurs, je cherchais à mettre en valeur des pratiques déjà très exigeantes pour leur redonner un peu confiance et reconnaître le savoir-faire de ces vignerons. C'est là qu'est venue l'idée de concevoir des outils d'aide à la décision. On ne vient pas remplacer l'humain, on vient le conforter et on apporte aux vignerons de la donnée qui va permettre de continuer améliorer leurs pratiques", explique Cécile.

Première tentative

Le domaine de la physique, comme elle le confesse volontiers, est "très peu abordé dans la viticulture". Pourtant, selon elle, il peut représenter un levier important face aux enjeux de la réduction des intrants chimiques. "En fait, on veut aider les vignerons, les industriels, les tonneliers, les entrepositaires, à consolider et à tracer mieux leurs pratiques, leurs marqueurs d'intérêts positifs (en gros, ce qui fait la particularité et la qualité d'un vin) et prédire en amont pour pouvoir faire du préventif. Garder la qualité d'un vin de la sortie du chai jusqu'à la dégustation, c'est en gros la mission que s'est fixée l'entreprise. En guise d'amorce, Cécile et Romain ont noué en 2018 un partenariat de recherche et développement sur mesure avec un tonnelier de la région, le tout pour financer un premier capteur thermique, baptisé "Thermosign", et un second "capteur contaminant", en cours de brevet. Quel est donc le rôle de ce "capteur thermique" inventé par la société ? Cécile explique qu'il "permet de vérifier la dynamique de la chauffe du tonneau. On va mesurer en continu pendant tout le procédé comment se restitue une chauffe du brasero sur la coque du fût, ce qui est le premier point pour garantir un certain profil aromatique au vin. Il est important pour un tonnelier de pouvoir reproduire ses propres critères qualitatifs. Ce capteur va lui permettre d'avoir de la récurrence, de l'historique et de pouvoir reproduire une réussite de chauffe ou une demande client, pour consolider son savoir-faire. Aujourd'hui, il y a de moins en moins de tonneliers qui se forment et de plus en plus de besoins, la matière première (c’est-à-dire le bois servant à fabriquer les tonneaux) est renouvelable mais à l'échelle de 400 ans, donc on a besoin de protéger la ressource. Notre but, c'est de garantir qu'il a bien travaillé ses barriques, ça évite de les gaspiller". Les premiers devraient être mis en vente d'ici l'été (au même moment que le lancement de la communication "officielle" de l'entreprise), affirme Romain Guillaument.

"Prédire l'avenir"

Le second capteur sur lequel Oenphinée planche, lui, va permettre de détecter un contaminant "assez universel et reconnu dans le monde du vin", le TCA (ou trichloroanisole) dans l'atmosphère (si votre vin à un goût de bouchon, c'est lui le responsable). "On aura un seuil de détection tellement bas qu'on pourra le prévenir et éviter que toute la chaîne de production soit impactée par ce contaminant. On a l'ambition de faire de la recherche et de développer des capteurs aux vignobles pour voir les bonnes pratiques des viticulteurs dans leur utilisation des pesticides, travailler en collaboration avec la nature et la plante pour pouvoir détecter à quel moment une plante met en place des systèmes de défense naturelle pour essayer de dire au viticulteur quand il aura moins besoin de traiter". Comme on a pu le constater à Blanquefort en mars dernier, la Fréquence de Traitement est un enjeu stratégique très important pour les vignerons : les groupements de viticulteurs regroupés en région autour des fermes Dephy muliplient les axes de recherche pour faire baisser la fréquence de traitement. Les résultats sont prometteurs puisqu'on parle, grâce à différentes méthodes (cépages résistants, outils d'aide à la décision, robotique), d'une réduction moyenne de 17% sur l'Indicateur de Fréquence de Traitements phytosanitaires entre 2015 et 2017. Oenphinée compte donc être une solution supplémentaire à cette problématique, avec l'originalité de jouer sur le prédictif. C'est d'aileurs de là que vient son nom, Phinée étant une figure royale de la mythologie grecque ayant des capacités de prédiction. "Aujourd'hui, le viticulteur peut vérifier la qualité du vin, mais seulement après l'arrivée d'un problème l'obligeant à rappeler sa marchandise. Grâce à un mouchard inséré dans les containers, on pourra savoir ce qui est arrivé à la marchandise pendant le transport pour éviter des litiges ou une contamination du produit. Le but du jeu est de préserver la qualité du produit que le vigneron met en bouteille ou de l'air du local dans lequel vont vieillir les vins".

Comme le confie enfin Cécile, le cap visé par Oenphinée est ambitieux : transformer cette petite start-up en PME développant de multiples solutions brevetées, avec des capteurs qu'elle compte fabriquer industriellement, dans un futur hypothétique où l'entreprise décollerait. "Pour l'instant, on fait breveter l'équipement, on le fait fabriquer en achetant les matériaux bruts nécessaires en fonction de notre cahier des charges. On y lie un logiciel d'intelligence artificielle de base, un exécutable, mais le but ultime est de créer un interface qui pourra avoir des codes d'accès pour chacun de nos clients. Peut-être auront-ils plusieurs capteurs et l'envie de les faire fonctionner ensemble…". Thermosign devrait, s'il s'adresse à un marché limité, servir de tremplin pour la sortie du second capteur, prévu pour début 2020 et qui s'adressera à un plus grand nombre de professions. "Aujourd'hui, si vous voulez vérifier l'absence de contaminant dans un vin, vous allez vous adresser à des laboratoires d'analyses qui ont des outils, un savoir-faire et appliquent des normes et sont capables de quantifier un problème. L'objectif de nos capteurs, c'est de qualifier le problème, ils quantifieront au seuil de détection que l'on aura déterminé". Oenphinée, avec sa vision et ses propres objectifs, s'inscrit en tout cas aux frontières entre l'économie du vin et celle, en plein boom, de la "maintenance prédictive". Cette dernière, selon une étude d'un cabinet spécialisé, permettra aux entreprises d'économiser 630 milliards de dollars d'ici 2025.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Oenphinée

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
8414
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr