Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

17/01/20 : Ce 17 et 18 janvier, le parc des expositions de Poitiers accueille le Salon du lycéen et de l'étudiant. Durant ces 2 jours, les visiteurs pourront venir à la rencontre des acteurs de la formation et de l’orientation de la Région.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié aujourd'hui de "baroque" la présence de deux ministre du gouvernement en lice pour les Municipales de Biarritz. Il donne quelques jours à Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour se mettre d'accord?

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

15/01/20 : Dordogne : Le maire de Nontron Pascal Bourdeau, âgé de 59 ans, (PS) a annoncé qu'il ne briguera pas de second mandat. Il se dit fatigué par ce mandat très exigeant. Pascal Bourdeau demeure vice-président du Conseil départemental.

14/01/20 : Thomas Cazenave, candidat LREM aux élections municipales de mars prochain à Bordeaux, recevra Stanislas Guerini délégué général du parti, le jeudi 16 janvier.

14/01/20 : 6ème édition du Colloque KLAUS, ce samedi 18 janvier de 9h à 13h, au Pavillon de l'écomusée de Marquèze où chercheurs, techniciens du Parc, acteurs de la filière forêt et élus proposeront des échanges et des débats sur le thème de la forêt et de l'eau.

14/01/20 : A Bordeaux, CGT, FSU et Solidaires et les collectifs de lutte girondins appellent à une marche aux flambeaux le mercredi 15 janvier qui débutera par un rassemblement place Stalingrad à 18h30 pour se terminer Place de la Victoire par un Bal populaire.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/01/20 | Brive-La-Gaillarde retrace la Grande Guerre

    Lire

    "Les mercredis de Michelet" reviennent le 22 janvier 2020 à 14h30, au Centre d'études et musée Edmond-Michelet à Brive-La-Gaillarde. Le Chemin des dames qui a été le théâtre de batailles meurtrières pendant la première guerre mondiale, sera le cœur du thème de la conférence. Intitulée "vie et mort au chemin des Dames" elle sera donnée par Alain Michel, le spécialiste de la Grande Guerre. Il retracera lors de la conférence ce qui fut le quotidien des soldats et des civils durant la Guerre 14-18 en abordant des sujets souvent méconnus.

  • 19/01/20 | Coup de pouce de Bio Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Une hausse de 21% des ventes de produits phytosanitaires en France pour 2018, face à ce constat alarmant la fédération Bio Nouvelle-Aquitaine réagit, regroupant des agriculteurs et des professionnels impliqués pour la transition vers une agriculture biologique. Ils s’engagent à fournir un accompagnement autant technique que psychologique pour les agriculteurs qui souhaitent s’orienter vers le label AB, le seul garantissant aucun produit de synthèse. L’agriculture bio s’impose en solution d’avenir fiable, dans laquelle s’implique la Région avec son programme Néo Terra et sa promesse d’une sortie des pesticides en 2030.

  • 19/01/20 | Le Parc naturel régional des Landes continue l'inventaire du patrimoine bâti à Brocas

    Lire

    Une mission inédite dans laquelle le Parc s'engage à répertorier et présenter le patrimoine bâti aux habitants des 52 communes que compte le Parc naturel des Landes de Gascogne. 13 d'entre elles ont déjà été inventoriées et c'est maintenant la commune de Brocas (40) qui sera concernée dès le 21 janvier. Les habitants pourront croiser Hadrien Rozier et Caroline Bordes, agents en charge de la mission. A l'issue de l'inventaire, une conférence sera proposée aux Brocassais pour une présentation des résultats. Plus d'informations : Inventaire-Landes-de-Gascogne

  • 18/01/20 | Un appel à projets pour le port de Bordeaux

    Lire

    Après le plan de réaménagement du port de plaisance dans le bassin numéro 2 au quartier des Bassins à Flot, c'est au tour du bassin numéro 1 d'entamer une "étude d'optimisation et de valorisation". Dans cette perspective, Bordeaux Port Atlantique lance un appel à projet pour l'implantation de "huit nouvelles embarcations à vocation économique et commerciale" d'ici fin 2020. La direction précise que "tous les projets seront étudiés (à l’exception des établissements de nuit et discothèques)". La date limite des contributions est fixée au 16 mars.

  • 17/01/20 | Les médiathèques du Grand Poitiers font revivre Toni Morrison

    Lire

    La nuit de la lecture revient le 18 janvier 2020 dans les médiathèques du Grand Poitiers pour une traversée polyphonique. Cette année, l'événement littéraire propose des expositions, des déambulations sonores, des jeux littéraires, des lectures théâtrales, des concerts de jazz et de swings, des lectures d’histoires pour les enfants, des lectures accompagnées de chants Gospels. Ce programme a été pensé pour rendre hommage au Prix Nobel de la littérature disparue l'an dernier, Toni Morrison.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Tech Ovin : succès pour le salon du mouton de Bellac

07/09/2019 | La 11e édition de Tech Ovin s'est déroulée ces 4 et 5 septembre à Bellac en Haute-Vienne. 15 000 visiteurs se sont rendus à ce salon professionnel du mouton.

Ces 4 et 5 septembre s'est déroulée la 11e édition de Tech Ovin à Bellac (Haute-Vienne)

Tech Ovin a fêté son vingtième anniversaire ces 4 et 5 septembre à Bellac en Haute-Vienne. La fréquentation de ce salon professionnel du mouton reste stable avec 15 000 visiteurs. Les exposants (plus de 200) semblent satisfaits, tout comme les organisateurs qui tirent déjà les premiers bilans. Petit tour du salon avec les nouveautés de cette onzième édition, l’habituelle inauguration et quelques réflexions et inquiétudes soulevées par certains agriculteurs auprès du président de la région Nouvelle-Aquitaine.

Au loin, on entend quelques bêlements... Bellac, ces 4 et 5 septembre, était véritablement la cité du mouton puisque la sous-préfecture de Haute-Vienne a accueilli Tech Ovin. Un salon unique destiné en premier lieu aux professionnels de la filière ovine, aux élèves en formation, mais aussi au grand public. La foule s’est déplacée en nombre pour cette onzième édition qui marquait également le vingtième anniversaire de cette manifestation.  

Ce mercredi 4 septembre a débuté par l’inauguration du salon. Claude Souchaud, président de Tech Ovin, a fait le tour des exposants et des stands accompagné  par notamment Alain Rousset, le président du conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine, le préfet de Haute-Vienne, le président du Conseil Départemental, le maire de Bellac, de nombreux officiels. Les agriculteurs ont interpellé à plusieurs reprises Alain Rousset lors de cette déambulation. Premier sujet d’inquiétude : l’eau. La sécheresse préoccupe notamment les Jeunes Agriculteurs qui aimeraient qu’on réfléchisse à des solutions face à ce problème qui devient de plus en plus fréquent. Ces derniers utilisent déjà les réserves de nourriture de l’hiver « Il y a un changement climatique, on ne peut pas le nier, confie Clément Courteix, vice-président à l’installation des JA Dordogne et des JA Nouvelle-Aquitaine. Depuis juin, il a très peu plu. Il faut prendre des mesures concrètes pour stocker l’eau et pour pouvoir s’en servir après, car nous avons un besoin d’eau même pour pratiquer de l’agroécologie ». Autre sujet épineux, celui  de l’ours et du loup qui attaquent des troupeaux. Le président de la région a clairement dit que ce dernier était présent en Nouvelle-Aquitaine. Le préfet de Haute-Vienne a légèrement nuancé le propos en utilisant le terme de chiens hybrides. Cependant, ils sont d’accord pour mettre en place un plan de lutte contre les attaques de troupeaux. La déambulation a duré une heure avec bien évidemment des dégustations de viandes ou de fromages. 

Le salon Tech Ovin a été le lieu de signature d'une feuille de route en faveur de la transition écologique entre la région et la filière ovine

La filière ovine en faveur de la transition écologique

Le salon Tech Ovin a été le lieu d’une signature importante aussi bien pour la région Nouvelle-Aquitaine que la filière ovine. A l’échelle régionale, cette dernière concentre 5 000 éleveurs pour 1,3 million de brebis allaitantes et lait. Cette filière représentée par l’Association Régionale Ovine de Nouvelle-Aquitaine (ARONA) a décidé de parapher une feuille de route, Néo Terra, pour s’engager en faveur de la transition écologique. « Avec cette signature, nous mettons en avant les pratiques agroécologiques. Nous voulons nous adapter face au changement climatique et contribuer à diminuer la pollution, tout en développant le bien-être animal », explique le président de l’ARONA, Patrick Soury. La filière ovine est la première du monde agricole à signer cette convention avec la région. « C’est un signe de qualité, souligne Alain Rousset. Nous allons accompagner la filière dans cette transition et rechercher des solutions qui permettent de sortir de certaines impasses ». Cette feuille de route se développe autour de quatre axes : la filière ovine s’engage vers la sortie des pesticides et généralise les pratiques agroenvironnementales ; elle s’adapte au changement climatique et participe à son atténuation ; elle valorise le bien-être animal et optimise l’utilisation d’intrants vétérinaires ; elle se voudra pérenne et résiliente.

Retour dans les allées du salon Tech Ovin. Pour la première fois, un concours de découpe de viande d’agneau est organisé. Neuf équipes de deux bouchers, composées le plus souvent d’un professionnel et d’un jeune en formation, s’affrontent. Elles viennent d’un peu partout en France, du Limousin, bien sûr, mais également de l’Auvergne, de la région PACA ou encore des Hauts de France. Pour les départager, ils doivent réussir plusieurs sujets tels que la fente d’agneau, la découpe et la préparation de pièces de boucherie. Ils vont utiliser un agneau entier et seront notés sur la technique et la préparation. Jean-Claude Picavet, responsable d’unité pédagogique boucherie, est venu des Hauts de France avec deux équipes qu’il encourage et manage. « Ces concours mettent en valeur le travail des jeunes. Je fais attention aux gestes, à leur technique, je ne peux que conseiller et je n’ai surtout pas le droit de toucher au couteau », explique-t-il. Munis de couteaux, d’une scie, d’une feuille, de leurs gants de protection et d’un tablier, les bouchers sont concentrés sur leur découpe et le travail de la viande. Le jury fait le tour, observe la technique, note la découpe, le désossage, le parage, la présentation. Autour quelques curieux les regardent travailler avec passion cette viande d’agneau et découvrent l’envers des boucheries.

C'est la première qu'était organisé un concours de découpe de viande d'agneau durant le salon Tech Ovin

Des chiens de troupeau vendus aux enchères

A l’autre du bout du salon, une parcelle grillagée. C’est le terrain de jeux des chiens de berger.  Un troupeau de brebis pâture dans le champ qui reste encore un peu vert. C’est l’association ADUCT 87 (Association Départementale d’Utilisateurs de Chiens de Troupeau) qui proposent des démonstrations. « Les éleveurs peuvent venir avec leur chien. Nous avons deux formateurs qui peuvent les guider sur les  compétences en chien de troupeaux. On ne s’en rend pas forcément compte, mais les chiens représentent un outil de travail essentiel qui rend service, et permet à la fois d’avoir plus de confort et de sécurité. De plus, les animaux changent de comportement et gagnent en docilité,», explique Marion Couedou, membre de l’ADUCT 87 et éleveuse de brebis en Haute-Vienne. Pour le vingtième anniversaire de Tech Ovin, l’ADUCT 87 a décidé de marquer le coup en organisant pour la première fois une vente aux enchères de six chiens de troupeau (5 borders collies et un berger de Beauce). Avant que ces chiens ne deviennent des chiens de travail, il a fallu les dresser entre 12 à 18 mois. « Certains éleveurs aimeraient que les chiens soient opérationnels de suite. C’est notamment pour cela que nous avons organisé cette première vente aux enchères sur des chiens totalement formés ». Tous ont passé des épreuves de sélection et des tests oculaires et vétérinaires. Les meilleurs ont été gardés et sont donc aptes à devenir immédiatement des chiens de troupeau.

Sous trois chapiteaux, à quelques encablures de là, est présentée la grande majorité des races de moutons. De quoi découvrir des sélections de géodes ou de races rustiques comme le mouton d’Ouessant, noir, c’est le plus petit mouton au monde, comme son nom l’indique il est originaire de l’île bretonne située dans le Finistère. « La majorité des races françaises sont là », confirme Nathalie Lebraut qui travaille à la chambre de d’agriculture de Haute-Vienne et qui chapote les races de moutons durant le salon.

Un éleveur ovin sur deux en retraite d’ici 10 ans

Sur le stand des Jeunes Agriculteurs, il y a foule. Quelques conférences sont organisées avec plus de 650 jeunes en formation, venus le plus souvent de lycées agricoles. « Ce sont de futurs agriculteurs qui sont peut être voués à s’installer un jour, explique Clément Courteix. Ils ne connaissent pas forcément tous les accompagnements et les aides que nous proposons. C’est un métier d’avenir, nous avons besoin d’agriculteurs pour nourrir le pays ». Au niveau de la filière ovine, d’ici 10 ans, un éleveur sur deux va prendre sa retraite, il faut donc renouveler. Chaque année en Nouvelle-Aquitaine, 10% de ceux qui demandent une dotation aux JA sont en ovins.

La onzième édition de Tech Ovin a encore fait le plein avec une fréquentation stable. 15 000 personnes se sont rendues ces 4 et 5 septembre à ce salon professionnel unique en France et même bientôt en Europe. « Nous avons eu une grosse journée le jeudi », confie soulagé Claude Souchaud. « Tout s’est bien passé, tout le monde est content, les indices de satisfaction sont bons, nous avons donc gagné le droit de refaire un autre salon », sourit le président de Tech Ovin. (Avec sans doute l’envie de prendre de l’ampleur et peut-être d’européaniser ce salon du mouton). Avec le Brexit (l’autre salon du mouton est le Sheep Day, il est organisé à Malvern au Sud-Ouest de l’Angleterre, à la limite avec le Pays de Galles), le Tech Ovin de Bellac sera l’unique rendez-vous européen pour les professionnels du mouton. Rendez-vous donc en septembre 2021 pour la douzième édition de Tech Ovin.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
10842
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr