Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Agriculture | Zones défavorisées: les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques montent au créneau

08/02/2018 | A la veille d'une réunion à Paris sur la réforme des zones défavorisées, les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques ont mené des opérations escargots ce jeudi 8 février dans et autour de Pau.

Les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques, devant la Chambre d'agricutlure de Pau, mobilisés contre la réforme des zones défavorisées

Après les manifestations de leurs voisins d'Occitanie, mais aussi Lot-et-garonnais ces derniers jours, les agriculteurs des Pyrénées-Atlantiques ont à leur tour partagé leur colère quant au projet de réforme des zones défavorisées. Venus des quatre coins du département et pour quelques un des Landes, ils étaient 150 à 200 à s'être mobilisés, tout au long de la matinée et une partie de l'après-midi ; tracteurs, fumier et pneus à l'appui, sous les couleurs de la FDSEA et des JA. Une inquiétude bien comprise au niveau politique régional : Jean-Pierre Raynaud, vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l'Agriculture, rencontrera Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, demain vendredi 9 février à Paris. Objectif : demander un réexamen du zonage proposé par l'Etat dans la région.

Depuis plusieurs années, les gouvernements successifs français travaillent, à la demande de la Commission européenne, à une redéfinition des zones défavorisées, afin d'avoir une meilleure harmonisation de ces aides au niveau européen, tout en mettant à jour un classement élaboré en 1976. Une réforme de la cartographie de ces zones qui ne va pas sans faire de mécontents dans les campagnes de France et de Nouvelle-Aquitaine. Et pour cause, de cette cartographie dépendent des compensations touchées par les agriculteurs, principalement des éleveurs, qui sont installés sur ces zones dites défavorables.
La Nouvelle-Aquitaine serait la région la plus impactée par cette nouvelle cartographie, avec 2.000 éleveurs qui ne bénéficieraient plus de l'Indemnité Compensatrice de Handicaps Naturels (ICHN) dès 2020, « ce qui représenterait pour ces exploitations une perte nette de 15 M€ par an », calcule le Conseil régional.
Concrètement, plusieurs zones importantes d'élevage de Dordogne, de Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques perdraient le bénéfice de cette indemnité qui, bien souvent, représente une part substantielle du revenu de la majorité des éleveurs concernés. De même, selon les données du Conseil régional, l'ensemble du département des Deux-Sèvres serait déclassé...

De 121 à 150 communes classées: une amélioration de façade
Dans les Pyrénées-Atlantiques, ce qui provoque le colère du Président de la FDSEA, c'est qu' « aux critères de handicaps naturels tels que par exemple, les sols pierreux, donc moins fertiles, les pourcentages de pentes, les zones à sécheresse récurrentes, etc, on nous impose des critères économiques, qui entraînent des déclassements de zones. Il ne faut pas dépasser 1858€ de revenu par hectare et par an. Notre département a un revenu à l'hectare qui est supérieur à ça, mais si on regarde les revenus par exploitations, nous sommes au 84ème rang national... » Un double constat qui s'appuie explique-t-il, sur des productions à forte valeur ajoutée, mais réalisées par des exploitations de petite taille, là où d'autres départements français connaissent certes des exploitations agricoles ayant des revenus à l'hectare moins importants, mais s'étendant sur de bien plus grandes superficies.
Sur le classement de 1976, 121 communes des Pyrénées-Atlantiques sont classées. Désormais depuis un an, ce sont 150 communes qui ont pu être « récupérées » dans la cartographies, précise le syndicaliste. Mais, l'augmentation du nombre de communes classées, n'est qu'une amélioration de façade pour les manifestants de ce jeudi. Et pour cause : le nombre de communes, n'est pas proportionnel au nombre d'éleveurs bénéficiaires de l'ICHN. « Les 121 communes classées sous le régime encore en cours représentent 1266 éleveurs, les 150 communes classées par la réformes en représentent 1145. », pointe Bernard Layre. « Sur les 121 communes, 49 sont sorties du classement par la réformes et 80 sont ajoutées. Mais dans ces nouvelles communes classées, il y a des villes qui n'ont pas d'agriculteurs, comme Bayonne, Biarritz ou Anglet par exemple... ça n'a aucun sens! », s'agace avec lui Iban Pebet, Président des JA 64.

« Prêt à agir ou réagir »
Quoi qu'il en soit, 120 ou 150, l'objectif pour les deux hommes est d'obtenir le classement de 300 communes du département, car au-delà de l'obtention de l'aide de compensation qui représente un enjeux de 4000 à 5000 € par an par éleveur, c'est aussi une question d'aménagement du territoire, soulève Iban Pebet. « Ces terres ce sont principalement des zones d'élevage. Si elles ne sont pas classées au titre des handicaps naturels, l'élevage de ces coteaux va petit à petit disparaître, et elle ne vont plus être entretenues ». Un risque aussi d'une désertification rurale accentuée, d'autant que le critère du classement entre aussi en ligne de compte pour la dotation jeunes agriculteurs. Pour les candidats à l'installation dans ces zones, l'aide à l’installation peut se voir majorée jusqu'à 5000 €, précise le président des JA du département. « A tous les points de vue, c'est un combat vraiment légitime », conclut Gérad Layre qui se dit « prêt à agir ou réagir », en fonction de l'arbitrage final qui sera connu mercredi 15 février prochain. « On peut faire comme en Occitanie, on peut organiser des blocages pendant plusieurs jours. Aujourd'hui ce n'est qu'un échantillon !» ajoute-t-il d'autant plus motivé que les occitans ont obtenu gain de cause auprès du gouvernement ce jeudi.

La Région au côté des agriculteurs
En attendant la date fatidique du 15 février, les politiques se sont eux-aussi mobilisés. Outre la réunion de demain, en présence de Jean-Pierre Raynaud, Alain Rousset a d'ores et déjà fait part auprès du Premier Ministre de sa « vive inquiétude suite aux dernières propositions de révision de zonage formulées par ses services », et l'a alerté sur les conséquences sociales, financières et environnementales de cette réforme. Au côté des agriculteurs, il demande à ce que les propositions de zonage soient réexaminées. « Elles auraient pour conséquences, si rien n'était fait, d'entraîner une régression notable de l'élevage dans des zones intermédiaires, de conduire à des pertes significatives d'emplois en milieu rural et d'aboutir à des impacts négatifs sur l'environnement et sur l'attractivité de nos territoires. » indique-t-il dans un courier en date du 6 février.

En 2016, 11.500 éleveurs ont bénéficié de cette ICHN en Nouvelle-Aquitaine pour un montant total de 92 millions d'euros. Ils représentent plus de 20% des bénéficiaires.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
24422
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Agriculture
Agriculture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

A lire ailleurs sur aqui.fr