Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Idées neuves en Nouvelle Aquitaine

Les dossiers d'Aqui

Idées neuves en Nouvelle Aquitaine : dernier article publié

Société | La silver-économie au rythme creusois

12/12/2017 | La nouvelle directrice du Pôle Domotique de Guéret nous éclaire sur les avancées de la silver-économie revêtant, dans ce département, des atours stratégiques majeurs.

Pôle Domotique Guéret

En janvier dernier, l'ancienne secrétaire d'État chargée des personnes âgées et de l'autonomie, Pascale Boistard, avait lancé en Nouvelle Aquitaine une déclinaison régionale de la "feuille de route silver-économie". Un marché qui se cherche toujours, même si on dénombrerait au moins 200 start-ups identifiés en France spécialisées dans le domaine. Au delà des chiffres annoncés (56 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2013, 300 000 emplois d'ici 2020), l'économie des seniors est plus que jamais un enjeu régional. En Creuse, où se prépare un "plan de redynamisation", de nouvelles initiatives voient le jour.

La feuille de route régionale de la silver-économie (déclinaison d'un rapport national datant de décembre 2016), si elle n'a pas permis de dégager encore de réelles actions concrètes, a au moins eu le mérite de remettre le sujet sur la table des débats politiques régionaux. Il faut dire que du haut de ses 84 000 kilomètres carrés, cette grande région est particulièrement concernée par le phénomène de vieillissement de la population : 30% de ses six millions d'habitants ont plus de soixante ans et 11% plus de 75 ans. Pour gérer cet enjeu démographique majeur, chaque ancienne région a sa spécialité : médecine et santé pour l'Aquitaine, développement des technologies pour Poitou-Charentes et "accompagnement des parcours résidentiels" et domotique, regroupés en "silver économie" pour la Limousin. Si un partenariat inter-régional a été annoncé pour 2018, il ne correspond pour l'instant qu'à un objectif sur le papier. En mars 2015, entre Limoges et Guéret, le bilan que nous avions pu faire était situé entre de grands espoirs et un développement de la filière plombé par des défis structurels de taille. Nous avons voulu savoir si les choses avaient avancé depuis, et dans quelle(s) direction(s).

Stratégie territoriale

Car la Creuse est toujours le département le plus concerné par le vieillissement de la population en France, bien qu'il soit le moins peuplé de la région Nouvelle Aquitaine (22 habitants par kilomètre carré, c'est trois fois moins que les 70 habitants par kilomètre carré de la région). En plus d'un solde migratoire négatif (en moyenne 1000 décès de plus que les naissances), l'âge moyen des habitants est de 47,5 ans, soit la plus haute moyenne de la région. Cela dit, les avancées dans la filière de l'économie des seniors sont tout sauf flamboyantes : malgré un comité stratégique et le contrat de filière qui l'a suivi en 2013, on a l'impression que les initiatives en la matière sont éparpillées un peu partout sur le territoire, si bien que des salons comme la "Silver Economy Expo"(en novembre à Paris) ou les récompenses du Trophée Silver-Éco remis par la CCI locale semblent encore nécessaires pour en identifier les acteurs. Le Pôle Domotique et Santé de Guéret est sans conteste l'une des plus identifiées en Creuse. Il y a quelques mois, il s'est adjoint les services d'une nouvelle directrice et ancienne directrice de l'éducation et des sports au Conseil départemental, Cécile Bourderionnet. Pour exemple, la délégation de service public pilotée par le département (et baptisée Domo Creuse Assistance) avait distribué, à l'été dernier, 2000 packs "autonomie" et recensaient 3500 abonnés à la plateforme de téléassistance pour la détection des chutes. 

Questionnées sur les avancées concrètes du Pôle depuis notre dernière visite, cette dernière, pragmatique, préfère nous avertir. par mail : "S’agissant de la filière silver-économie locale (...) cette thématique fait partie des axes de négociation dans le cadre du plan de redynamisation de la Creuse à soumettre au président de la République. Pour l’instant, nous n’avons pas de visibilité claire sur les leviers/ressources complémentaires que nous pourrions mobiliser", écrit-elle. C'est que le département de la Creuse se trouve actuellement dans un chantier éminemment politique : ce fameux "plan de redynamisation" du département qui doit être remis dans les mains d'Emmanuel Macron avant la fin de l'année. En concertation avec les habitants (plus de 2000 participants en tout selon les derniers chiffres) et le cabinet Auxilia, plusieurs pistes ont déjà été identifiées, en plus de l'élaboration d'un fort "marketing territorial" : développement de zones franches dans le but d'attirer les entreprises dans le secteur, créer des "centres d'accueil pour personnes handicapées" en Creuse, demander des transferts de sièges d'administration publiques comme La Poste ou la CAF... les idées ne manquent pas. Le Pôle Domotique de Guéret a lui aussi fait des propositions en accord avec ses attentes, évidemment très grandes. "On attend des leviers, pas uniquement des moyens financier, plus de coordination". 

De nouvelles pistes à exploiter

La plus grosse nouveauté, dont ce dernier va se doter en février prochain, est l'exemple parfait d'un partenariat inter-régional. Il est présenté comme un "showroom virtuel en 3D immersive" dans lequel on pourra trouver, de l'aveu de Cécile Bourderionnet, une "bibliothèque numérique de tous les produits" en termes de domotique, histoire de gagner du temps. Au sein de ce showroom, il y aura surtout un cube "Cave", une pièce au sein de laquelle sont projetées des vidéos en 3D, commandé à l'entreprise bordelaise Immersion, "leader européen des systèmes de simulation visuelle et de réalité virtuelle sur mesure". Table tactile, cloud privé, visio intégrée, projection murale : bien évidemment, c'est, pour Guéret, bien plus qu'un simple gadget pour impressionner les touristes. L'idée de départ, celle d'un appartement témoin, est devenue un projet avorté, "en raison d'une obsolescence assez rapide, et parce qu'on ne voulait pas avoir le monopole d'une marque sur d'autres. L'objectif de ce showroom, c'est d'attirer les professionnels qui sont mobilisés dans le maintien à domicile. C'est difficile de faire connaître les solutions existantes en termes d'aménagement de l'habitat, les dossiers sont souvent conçus par l'administration dans l'urgence. Pour solliciter les artisans locaux, on manque de coordination dans les différents bassins d'emplois", continue Cécile Bourderionnet, contactée par téléphone.

"Il faut prendre le besoin dans toute ses dimensions. Aujourd'hui, la technologie existe, ce qu'on cherche c'est l'innovation dans la façon qu'on a de travailler avec. Il manque un maillon en terme de formation continue à l'équipement (...) le mot domotique fait aussi un peu peur. Le problème, c'est souvent la petite taille des entreprises et des acteurs du secteur, qui du coup n'arrivent pas à atteindre une masse critique afin d'être rentables. On veut tenter d'accompagner l'artisan l'architecte ou le prescripteur parce que l'équipement dans un habitat coûte cher, même si le prix de l'immobilier a chuté. On a une image de l'équipement moderne assez vêtuste, cela peut amener des réticences. On veut essayer de rassurer les gens en les transformant en acteurs de la décision". Démonstration de la domotique favorisant un maintien à domicile ou formation des professionnels (via des simulations) à un habitat plus adapté : voilà donc bien le but recherché par le "cube" et tout ce nouvel attirail technologique. Ce n'est, cela dit, pas le seul point sur lequel travaille le Pôle domotique de Guéret. Là bas, on peut déjà être étudiant en BTS, licence pro ou master 2 international et spécialisé dans la silver-économie (en tout, le campus de Guéret comptait, à la dernière rentrée 550 étudiants). Ce qu'il recherche désormais, c'est de "booster les collaborations pour appuyer les projets du territoire via le financement des stages des étudiants au sein de la communauté d'agglomération". Il suffit de voir les projets tutorés de ces derniers, présentés chaque année, pour se rendre compte de la fertilité évidente du terreau local.

La collaboration, c'est bien là le mot clé essentiel. Depuis peu, le Pôle de Guéret l'a appliqué au champ des start-ups en développant, depuis mai 2016, un incubateur/pépinière d'entreprises. Cette dernière est de taille modeste : si "One Gates" et sa serrure connectée vont venir "tester" le marché local dans les mois qui viennent, ils ne seront que les deuxièmes derrière Carcidiag. Cette start-up a cependant pas mal fait parler d'elle en développant un kit de diagnostic du cancer. Pour Guéret, chaque chose en son temps. "Un pas après l'autre", justifie Cécile Bourderionnet. "Le secteur est segmenté, c'est compliqué d'avoir une vue d'ensemble mais se positionner comme une pépinière qui a déjà une assise, c'est aussi un enjeu de territoire. Aujourd'hui, on est davantage identifié par l'extérieur qu'au sein du département. Les start-ups ont la crainte de venir s'installer dans un territoire qu'elles ne connaissent pas". Pour ces dernières, le Pôle a pour projet de mettre en place un système de location de bureaux, "plus agile" selon la responsable qu'un contrat d'échéance passé dans une pépinière classique. Et, pourquoi pas, de lancer une plateforme de financement participatif en partenariat avec des associations locales ? Certains de ces projets sont bien plus développés que d'autres, simplement à l'état d'ébauche. Mais l'enjeu de structurer et de mobiliser une filière éparpillée et pas toujours visible restr primordial dans les ambitions locales. "Il faut que la Creuse se place comme un territoire d'expérimentations. On ne pourra pas être compétitifs par rapport à Bordeaux, mais il y a un marché à prendre ou à booster. La dynamique régionale va nous porter plus qu'autre chose, et on pourrait être identifiés comme un lieu potentiel d'innovation, pour gagner du temps et être force de proposition". La revanche de la Creuse se situera, à n'en pas douter, dans tous les acteurs qu'elle pourra fédérer autour d'elle.

 

Lire aussi notre article: Grande Région : La silver économie, véritable enjeu démographique en Limousin

Romain Béteille
Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
14972
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires



J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !

Synergies@venir: Un exemple de développement de la silver économie

Jean-Paul Di Cristo, directeur général de "Synergies@venir"

Economie | 13/12/2017 Pousser la porte de "Synergies@venir dans le bel immeuble sis à deux pas de la "Table de Montesquieu" au coeur de La Brède, en Gironde, c'est entrer dans un lieu qui évoque d'emblée le service à la personne, le soin que l'on prend du genre humain qu'il s'agisse du salarié de l'entreprise ou de la personne âgée que l'on retrouvera une heure plus tard dans le cadre de " La Rose de Mons". Une résidence où l'attention portée aux personnes est synonyme de valeurs, un établissement où du studio au T2 chacun organise sa journée selon le rythme qu'il a choisi ou un certain André Détampes offre ses peintures au regard des visiteurs et des habitants du lieu.

Interview - Françoise Jeanson: La Nouvelle Aquitaine face au grand chantier de la Silver Economie

Françoise Jeanson

Société | 10/12/2017 Au sein du Conseil régional de Nouvelle Aquitaine Françoise Jeanson est déléguée à la Santé et à la Silver Economie. Une responsabilité de premier ordre dans un immense territoire où la population vieillit mais qui a la chance de bénéficier d'un potentiel de recherche important, de formations de qualité, d'entreprises de haut niveau et de PME innovantes. Au delà de la santé et du médico-social, appartiennent aussi à la silver économie, le maintien et l'autonomie à domicile, les transports et la mobilité, le bien-être, l'habitat adapté, les loisirs et le tourisme adaptés... Un véritable éco-système qu'il faut bien connaître pour prendre les bonnes décisions. Françoise Jeanson fait le point du travail en profondeur engagé depuis le début de l'année.

Aqui! TV7 : La Parthenaise, nouvel atout charme de l'élevage bovin régional

Le taureau Fanfaron (à droite), un des bovins de la Race Parthenaise présentée au Salon de l'Agriculture 2016

Agriculture | 16/10/2017 En 2016, elle était LA « petite » nouvelle du Salon de l'Agriculture. Le symbole de l'avènement de la fusion régionale, entre Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. Avec sa robe froment et ses yeux en amande maquillés de noir, la Parthenaise, tout droit venue de son berceau racial des Deux-Sèvres, se présentera donc cette année pour la deuxième fois aux visiteurs du Salon. L'occasion de redécouvrir une race désormais régionale, qui, après avoir frôlé la disparition, se félicite désormais, et à raison, d'un développement de 5% par an ! Rencontre avec Didier Dupuis, éleveur et Président de l'Organisme de Sélection (OS) de la race, et Lilian Babin, éleveur et propriétaire de 2 animaux présents sur le Salon.

Le Centre de Formation Professionnelle en langue et culture OCcitane, qu’es aquò ?

Ce mercredi 20 septembre, à Pau, la salle de l’Assemblée départementale a en entendu résonner l’occitan à l’occasion de la remise des diplômes du Centre de Formation Professionnelle en langue et culture OCcitane

Société | 21/09/2017 Ce mercredi, à Pau, la salle de l’Assemblée départementale a entendu résonner l’occitan à l’occasion de la remise des diplômes du Centre de Formation Professionnelle en langue et culture OCcitane. Sur la photo des diplômés, petits et grands sont réunis. Mais, dans la grande famille des locuteurs de l’occitan, Aqui choisit aujourd’hui de faire le focus sur ces adultes qui retournent en cours pour apprendre ou réapprendre la langue occitane. Une démarche porteuse de (ré)appropriation culturelle, mais aussi souvent, d'opportunités professionnelles. Des cours et formations délivrés par le CFPOC, dont Marie-Hélène Villacampa, la directrice, nous a donné les clefs.

Bayonne: le lycée de Seaska inauguré

Alain Rousset

Société | 17/09/2017 Ce samedi 16 septembre restera comme un grand moment dans l'histoire de l'association Seaska qui, à côté de l'enseignement public et de l'enseignement privé confessionnel, prend une part importante à la sauvegarde et au renouveau de la langue basque. En effet, sur Les Hauts de Sainte-Croix à Bayonne, était inauguré le lycée "Bernat Etxepare" qui accueille, pour sa première rentrée 299 lycéens, dans un ensemble de qualité au financement duquel le Conseil régional, dont on rappelle qu'il dispose de la compétence "lycées", a pris une part essentielle.

A la Région, Sandrine Derville, ne fait pas de tourisme

Sandrine Derville CR

Economie | 24/06/2017 Choisie comme vice-présidente chargée du tourisme il y a un an et demi par le président Alain Rousset,la jeune Angloye, ingénieure en informatique dans une grande entreprise française, ne cesse de sillonner la vaste Nouvelle Aquitaine. Chargée d'une lourde mission de confiance sur la deuxième activité économique de la région. Après avoir effectué un état des lieux en présence de tous les acteurs du secteur, elle s'attaque à un gros chantier, toujours en concertation avec eux, un schéma régional du développement touristique. Avec en matière d'emplois veiller au bien-être des nombreux saisonniers

Tourisme: Les premières fortes retombées de Lascaux IV

Lascaux a ouvert le 15 décembre 2016 et table sur 450000 entrées à l'issue de la première année

Economie | 23/06/2017 Six mois après sont ouverture, le centre international d'art pariétal a franchi le cap des 200 000 entrées. C'est au delà des prévisions et c'est de bon augure avant la période touristique haute. Si la clientèle française et notamment régionale répond représente 84 % des visiteurs, des efforts restent à développer vis à vis de la clientèle nord américaine et de l'Asie, férue de préhistoire et de culture. Pour ce tourisme, plutôt haut de gamme, la porte d'entrée, c'est naturellement Bordeaux. Des actions de promotion sont menés cette année par le Comité du tourisme avec la capitale régionale.

Bordeaux: La "Cité emblématique"

Philippe Massol, directeur général de la Cité du Vin

Culture | 23/06/2017 C'est une incontestable réussite au regard de la fréquentation enregistrée un an après son ouverture. La Cité du Vin ne se signale pas seulement par son dessein et son architecture uniques : désormais elle est emblématique de la ville, une manière de signature universelle pour Bordeaux, bien au-delà de la seule reconnaissance de l'Unesco et du patrimoine mondial. Sa conception en fait un véritable outil de culture, le sésame vers la découverte de la civilisation de la vigne et du vin. Philippe Massol, son directeur général le rappelle dans l'interview qu'il nous a accordée, en avant première à l'émission diffusée sous les couleurs d'Aqui et de Tv7 lundi 26 juin à 18h45. Il y insiste sur la volonté de la Fondation qui gère la Cité de trouver de nouveaux soutiens, en particulier pour développer le potentiel quelle recèle au sein de la Nouvelle Aquitaine.

Aqui/TV7 : Élevage : Trouver des arguments pour faire face aux critiques

Agriculture | 16/05/2017 En Dordogne, les projets d’élevage sont de plus en plus contestés. L’an passé, huit dossiers ont été débattu devant les tribunaux. Les éleveurs périgourdins ont organisé pour la première fois au mois d’avril à Périgueux une conférence autour des bienfaits ou non de l’élevage. Une centaine de personnes y a assisté mais pas les opposants qui étaient pourtant invités. Invité à cette conférence, Jean-Louis Peyraud, directeur scientifique de l'INRA a mis en avant plusieurs atouts de l'élevage dont celui de favoriser la biodiversité.

Aqui! TV7 :Trois questions à Marion Lapoujade, la technicienne passionnée d'Excellence Bazadaise

Marion Lapoujade, technicienne de l'OS Excellence Bazadaise, à Bazas

Agriculture | 12/05/2017 Marion Lapoujade a 25 ans. Ingénieur agronome spécialisée dans la production animale, elle a une passion pour l'élevage qu'elle assouvit visiblement pleinement depuis son poste de technicienne à Excellence Bazadaise, l'organisme de sélection de la race Bazadaise, basé, sans surprise, à Bazas, le berceau de la race bovine éponyme. Retour avec elle, sur l'histoire et le développement de cette race rustique fièrement girondine, mais aussi sur les grandes actions et objectifs de l'Organisme de Sélection (OS), et leur mise en œuvre au quotidien par la jeune femme qui fraîchement sortie de Bordeaux Sciences Agro a rejoint l'OS il y a à peine plus d'un an. Marion Lapoujade témoignera de son métier, ce lundi 15 mai, à 18h45, lors du magazine de TV7 réalisé en partenariat avec Aqui.fr.

Reportage Aqui-TV7: Ces belles races bovines de Nouvelle-Aquitaine

La race Salers rejoint le troupeau des races présentent sur le Salon Aquitanima

Agriculture | 12/05/2017 Entre l'élevage de bovins, canards gras ou poulets de chair, sans oublier les ovins, la production animale régionale se distingue par sa diversité et sa qualité. Dans ce large tableau, l'élevage de bovins viande est en première ligne, avec plus de la moitié des emplois agricoles liés à la viande dans la région. On compte 900 000 vaches nourricières fin 2015, soit 22 % du cheptel national. Du point de vue des races, la région est le berceau de deux races majeures que sont la Limousine (57 % des effectifs dans la région) et la Blonde d'Aquitaine (19 %). Mais, au-delà de ces deux poids lourds c'est tout un panel racial qui coexiste avec pour certaines, et malgré les difficultés de la filière, de belles dynamiques de développement que le passage à la Nouvelle Aquitaine va sans doute contribuer à maintenir voire à accroître. Un enrichissement à constater lors du Salon Aquitanima à l'occasion du Salon de l'Agriculture à Bordeaux.

Reportage Aqui!TV7: île de Ré, Grands travaux contre submersion

Tempête Xynthia

Environnement | 17/03/2017 Depuis que l' Aquitaine est devenue " Nouvelle" la Région s'est enrichie d'un département qui porte bien son nom, la Charente-maritime. Du coup, elle héritait par la grâce d'une côte, entre dunes et rochers, avec une rive du plus grand estuaire d'Europe et des îles magnifiques, d'un littoral, à la fois riche de paysages divers et de rivages submersibles. C'est le cas de l'île de Ré qui vit non seulement de l'ostréiculture, de la viticulture mais surtout d'un tourisme de masse qui multiplie par dix, l'été venu, la population de l'île. Autant dire que les enjeux de la protection du littoral sont considérables comme le rappelle dans l'interview qu'il nous a accordée Lionel Quillet, Président de la Communauté de Communes de l'île de Ré et Vice-Président d'un département qui sous sa houlette s'est engagé dans un programme de grands travaux.

Reportage Aqui!: Imaginer le littoral de demain

Dunes

Environnement | 06/03/2017 En ce début de semaine, la conjugaison de coefficients de marée au-dessus de 100, d'une forte houle et de coups de vent violent ont fait recouvrir d'eau la plage à Capbreton, l'écume venant jusqu'à envahir la promenade le long de la Centrale d'Hossegor. Scènes hivernales devenues presque ordinaires. Si le littoral landais a été plutôt épargné après cette nouvelle alerte orange aux vagues submersion, à chaque nouvelle tempête, un phénomène immuable ne fait que s'intensifier : le trait de côte recule.

Reportage Aqui!TV7 : Tous mobilisés pour défendre le littoral

Environnement | 03/03/2017 Défendre ses 720 kilomètres de côtes: c'est l'un des défis majeurs que la Nouvelle Aquitaine doit relever à la fois pour des raisons qui touchent à la sécurité des personnes et des biens mais aussi parce que le littoral et sa proximité sont de plus en plus attractifs. Et le lieu d'un tourisme qui est le poumon de l'économie. Qu'il s'agisse de la Charente-Maritime, de la Gironde avec son plus grand estuaire d'Europe, des côtes girondine, landaise et basque. La rédaction d'Aqui.fr a mené l'enquête, entre l'île de ré où les ravages de Xynthia en 2010 ont accéléré la prise de conscience de la nécessité d'agir vite et fort et la côte, de la Gironde à la frontière où le recul du trait de côte est spectaculaire. Et où en ces heures de février que ce soit à Lacanau, Biscarrosse, Mimizan ou Capbreton on s'affaire pour ramener sur les plages les mètres cube de sable rejetés au-delà de la dune sous les assauts conjugués de l'Océan et du vent. Un chantier à la Sisyphe qui désormais fait partie de la vie des communes et mobilise les collectivités. Ce grand reportage connaîtra un prolongement, forces images et témoignages, sur l'antenne de TV7. Ce sera le 22 mars à 18h15 avec Renaud Lagrave en invité.

Littoral : les solutions innovantes de La Rochelle contre les submersions

La tour Saint-Nicolas à La Rochelle

Environnement | 02/02/2017 Alors que la première phase de travaux du plan digues, décidés après la tempête Xynthia, se poursuit pour la 6e année sur le littoral charentais-maritime, la ville de La Rochelle rentre à son tour dans une phase de chantiers. Mais il n’est point question ici de digue en béton ou de cordons d’enrochements, comme ont pu s’en pourvoir les autres cités balnéaires proches. Pour sa protection anti-submersion, La Rochelle a fait le choix du beau allié au pragmatisme, en adaptant les outils de protection au paysage urbain. Coût de l’opération : 8 millions d’euros.