Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Politique | Le Plan d’Actions Régional pour l’entrepreneuriat des femmes est lancé

PAR entrepreneuriats des femmes G

Le Conseil régional, l’Etat, la Caisse des Dépôts, la BNP Paribas Sud-Ouest ainsi que la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charente ont signé ce mardi 12 juin la convention de mise en œuvre du nouveau Plan d’Actions Régional (PAR) pour l’entrepreneuriat des femmes en Nouvelle-Aquitaine. Par cet acte, les cosignataires s’engagent jusqu’en 2020 à réduire les inégalités entre les femmes et les hommes dans le milieu entrepreneurial. Avec un financement à hauteur de 855.000 euros, les membres du comité de pilotage espèrent encourager et accompagner les femmes à créer leur entreprise, véritable source d’émancipation, de croissance, de développement et d’innovation.

35%. C’est le pourcentage de femmes créatrices d’entreprises en Nouvelle-Aquitaine. Certes, la Région fait partie des mieux classées sur l’ensemble du territoire français mais la parité reste encore loin d’être atteinte. L’objectif des signataires du PAR est d’atteindre le chiffre de 45% de femmes créatrices d’entreprise d’ici trois ans et d’augmenter la proportion de femmes ayant bénéficié d’accompagnement post-création. Comment ? A travers quatre piliers d’action qui sont l’accompagnement à l’accès aux financements, le développement d’actions dans les territoires fragiles, la sensibilisation à l’accompagnement post-création et la valorisation de l’entrepreneuriat féminin par la formation. Quant au financement total de 855.000€ versé sur trois ans, il sera assuré à hauteur de 450.000€ par le Conseil Régional, 150.000€ par la Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l’Egalité (DRDFE) et 150.000€ par la Caisse des Dépôts. Le reste sera financé par la Caisse d’Epargne et BNP Paribas.

Le comité de pilotage s’engage à se réunir tous les mois pour veiller au bon déroulement des actions et mettre en synergie les différents acteurs. Les groupes de travail seront divisés en huit thématiques d’actions, allant du déploiement d’actions volontaristes dans le domaine du numérique à la mobilisation des structures d’hébergement (espaces de co-working…). La connaissance des statistiques de l’entrepreneuriat des femmes est désormais une priorité, de même que l’accès aux financements et l’aide à la mise en place d’un réseau. Enfin, un accompagnement dans les zones fragiles est prévu, ainsi qu’un suivi après la création de l’entreprise. Pour Alain Rousset, président du Conseil régional, « l’importance n’est pas seulement de créer mais c’est surtout de faire pérenniser une entreprise ». Le fonds d’investissement et les moyens d’actions doivent notamment permettre de répondre à cette attente. 

"Une volonté collective

Maryne Cotty-Eslous, créatrice de l’entreprise Lucine et récompensée par le prix pépite 2017 (qui met en avant l’entreprenariat étudiant) souligne l’importance de cette initiative mais rappelle que nous sommes tous concernés par cette situation : « Au départ, personne n’avait parié sur moi. Personne ne pensait que j’allais réussir à créer mon entreprise et encore moins dans le numérique. Pourtant c’est possible, il faut encourager et sensibiliser les jeunes filles à se lancer. Aujourd’hui, la volonté est collective et rien ne remplacera cette volonté ». Un bel exemple d’audace quand on sait que seulement 8% des femmes sont créatrices d’entreprises dans le milieu du numérique en France.

Bien qu’ayant un niveau de diplôme plus élevé que celui des hommes, les femmes sont encore trop peu nombreuses à occuper un poste clé dans les entreprises. Encourager les plus jeunes filles à devenir entrepreneur, c’est aussi un moyen d’inverser la tendance et de parier sur un avenir plus féminin au sein des membres exécutifs des entreprises. Cela passe notamment par une meilleure information des outils d’aide à l’accompagnement et la sensibilisation. A la BNP Paribas, le programme #Connecthers qui fait partie du Plan d’Actions Régional, vise à mettre en relation les femmes avec les bons acteurs et à favoriser la formation à travers des ateliers pédagogiques. Vincent Thiery, directeur de la BNP Sud-Ouest affirme que « si l’égalité femmes/hommes était atteinte, nous réaliserions 0,4% de croissance par an ».

La signature de ce Plan d’Actions Régional pour l’entrepreneuriat des femmes n’avait donc rien d’une mise en scène symbolique. Cette coopération des différents acteurs financiers, institutionnels et administratifs autour des femmes entrepreneurs pourrait être un premier pas vers l’égalité des chances dans la création des entreprises en Nouvelle-Aquitaine. Reste à savoir si les engagements seront tenus à la fin du PAR. Le rendez-vous est pris pour un bilan attendu fin 2020.  

 

Nicolas Laplume
Nicolas Laplume

Crédit Photo : Nicolas Laplume

Publié sur aqui.fr le 12/06/2018