Aqui.fr - Une publication d'Aqui!Presse Aqui.fr - Partageons l'information en Nouvelle-Aquitaine et bien au delà

Société | Handicap et insertion professionnelle : naissance du passeport compétences "gestes barrières"

Travailleur en situation de handicap

Le réseau différent & compétent Nouvelle-Aquitaine, réseau qui œuvre à reconnaître les compétences professionnelles des travailleurs en situation de handicap, a mis en place un passeport compétences « gestes barrières ». En partenariat avec l’ARS Nouvelle-Aquitaine. Ce produit 100% Nouvelle-Aquitaine est né de la relation entre le réseau et l’ARS durant le confinement. Les deux parties souhaitent élargir ce dispositif de passeport compétences à d'autres sujets de santé publique. François Lalanne, administrateur de différent & compétent Nouvelle-Aquitaine, nous parle de ces passeports.

« C’est une initiative de l’ARS. C’est parti de cette question : est-ce qu’il n’y a pas quelque chose à faire sur la validation de compétences, la valorisation de savoir-faire autour des gestes barrière », explique François Lalanne. C’est comme ça qu’a vu le jour le passeport compétences : l’idée de valorisation de compétences des travailleurs handicapés situés en Esat (établissement et service d'aide par le travail). « C’est un dispositif qui s’appuie sur la RAE. Donc là on parle de la Reconnaissance des Acquis et de l’Expérience ». Ce projet est parti du constat que certaines personnes ne peuvent pas valider la totalité et l’entièreté d’un diplôme. Pour autant cela ne veut pas dire que dans l’exercice de leur activité professionnelle au sein des Esat, ils n’ont pas les compétences attendues par le référentiel de droit commun. 

Reconnaitre les acquis

Passeport compétences  Le dispositif passeport compétences s’appuie sur la philosophie de différent & compétent. C'est-à-dire la valorisation de compétences, la promotion de leurs compétences et non pas de leur déficit. « C’est quelque chose qui nous parle beaucoup l’accompagnement du handicap. On essaye de regarder les gens avec ce qu’ils savent faire plutôt que ce qu’ils ne savent pas faire », ajoute l’administrateur. « On a fait le constat que ces travailleurs d’Esat, ils remplissent des missions professionnelles et pour autant, ils sont nombreux à ne pas pouvoir pas valider un diplôme ». Parce que par exemple, s’il faut valider cinq compétences et qu’eux n’en valident que trois, alors ils n’ont pas le diplôme. Ils sont donc partis de l’idée de reconnaitre les compétences qu’ils ont, plutôt que de se concentrer sur le fait qu’ils n’ont pas de diplôme. 

C’est donc à partir de cette philosophie de différent & compétent que l’ARS et le réseau se sont mis en accord. Alors que le virus se propage encore et qu’il risque de s’installer durablement, il était nécessaire, selon eux, de valoriser les compétences sur les gestes barrières. Basé sur les différentes recommandations sanitaires, celles-ci ont été déclinées sous forme de compétences pour pouvoir être validées. 5 compétences autour de la transmission du virus, de l’application des gestes barrières simples, le lavage de mains, le port du masque le contact avec les autres. Chacune divisée en sous-compétences. Au niveau de l’évaluation, différents degrés de validation. « Il y a même un petit niveau bonus « je maitrise et peux apprendre/aider les autres ». Nous on aime bien l’idée de participer à la montée en compétences des autres », ajoute-t-il. 

 Un passeport unique à chacun

La formation est disponible en ligne, sur une plateforme de l’ARS, et dure 1 h 30. L’accompagnant travaille avec le jeune sur l’acquisition des gestes et le test sert à valider les compétences travaillées. Une fois les tests réalisés, un passeport est édité avec les différentes compétences validées. « Ça permet de valider un acquis et à minima, tout le monde a au moins une compétence. Le passeport est spécifique à chaque individu en fonction des compétences qu’il a validées », précise François Lalanne. Donc d’une personne à l’autre, le passeport est différent et est nominatif. À ce jour, c'est déjà 189 professionnels qui ont été formés à délivrer des passeports de compétences en Nouvelle-Aquitaine dans les classes virtuelles animées par les coordinateurs. Le projet a ensuite été diffusé au national.  

« Avec l’ARS on est en train de se dire, comment on pourrait essaimer ce dispositif-là de validation de compétences sur d’autres sujets, d’avoir un portefeuille plus large de passeports de compétences », explique François Lalanne. De nombreux établissements comptent travailler autour des gestes barrières sans avoir d’outils de validation d’acquis, selon François Lalanne. C’est pourquoi différent & compétent espère diffuser au plus grand nombre ce dispositif de passeport compétences, afin que cela servent d'outils pour les autres. 

 

Mélanie Philips
Mélanie Philips

Crédit Photo : istock

Publié sur aqui.fr le 17/11/2020