Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Un plan de vol chargé pour l'ADS Show 2018

25/05/2018 | La quatrième édition du salon de la maintenance aéronautique prendra ses quartiers à la base 106 fin septembre, dans un contexte politique très agité. Voici pourquoi.

ADS Show 2018

L'été n'a même pas encore pointé le bout de son nez que, déjà, certains pensent au coup d'après. C'est le cas des organisateurs de l'ADS Show, le grand rendez-vous aquitain (et international) des acteurs du MCO aéronautique et de défense (Maintien en Condition Opérationnelle, autrement dit la maintenance des appareils). Un secteur hautement stratégique pour la Région Nouvelle Aquitaine mais aussi, plus globalement, un enjeu très fort au niveau de l'économie et de la formation. Et même s'il ne prend date qu'en septembre (les 26 et 27 très précisément), on vous dit quand même pourquoi il s'annonce comme un carrefour stratégique important.

Restructuration

Officiellement, la France se situe comme le premier marché européen en matière de MCO dans le secteur de la Défense, avec un budget prévisionnel du Ministère des Armées de trois milliards d'euros par an (+25%) pour assurer le maintien en condition opérationnelle de ses flottes aériennes en 2018. Ça, c'est pour le discours officiel. En moins lisse, la raison pour laquelle la Défense s'intéresse aux acteurs de la maintenance aéronautique, c'est notamment parce que le taux de disponibilité des aéronefs militaires nationaux n'est pas vraiment dans le peloton de tête. Pour en attester, les rapports ne manquent pas. Le dernier en date, rédigé par le spécialiste Christian Chabert (ingénieur général de l'armement), sur lequel s'est basée la Ministre Florence Parly pour annoncer une mission spécialement dédié au Maintien en Condition Opérationnelle), montre en effet que la disponibilité des flottes des forces françaises stagne autour de 44% depuis 2012, soit moins d'un aéronef sur deux capable de réaliser la mission pour laquelle il a été demandé. Pour tenter de faire face à cette faille importante, le projet de loi de programmation militaire 2019-2025 (en ce moment étudié au Sénat) prévoit donc de moderniser les processus et les outils de ce fameux MCO. C'est sans doute la raison pour laquelle la nouvelle direction de la maintenance aéronautique fait les yeux doux à la mise en concurrence telle qu'elle est déjà réalisée dans des services comme la DGA (Direction Générale des Armées). Même si les premiers contrats ne sont pas attendus avant la fin de l'année voir au début 2019 (pour les flottes dont les performances sont les moins bonnes notamment, comme l'A 400M ou le Rafale pour les avions), leur durée pourrait s'étaler sur cinq ou dix ans. L'innovation est elle aussi un levier sur lequel l'armée compte jouer, notamment auprès des industriels, qui travaillent déjà depuis plusieurs années sur la maintenance prédictive (on pense notamment à Dassault et Airbus et leur nouveau projet, pour ne citer qu'eux).

Ambitions locales

Voilà pour le contexte. Là où la Nouvelle Aquitaine entre en jeu, c'est dans sa capacité à mettre en place ses forces pour contribuer à ce vaste plan. Par exemple, à la fin du mois de mars dernier, la naissance de la DMAé (Direction de la Maintenance Aéronautique) sur la base aérienne de Bordeaux-Mérignac n'avait évidemment rien d'un hasard : c'est dans la région que l'on trouve déjà les DGA, SIAé, états-majors, unités opérationnelles et de très nombreuses entreprises de la filière aéronautique, l'un des poumons économiques locaux, avec pas moins de 60 000 emplois, dont un tiers dans la défense et douze centres de formation (dont trois sont spécialisés dans la maintenance, Aérocampus étant en bonne place). Le fait que le seul salon européen dédié au MCO se déroule sur la même base aérienne de Bordeaux-Mérignac tous les deux ans, et s'apprête à rempiler pour une quatrième édition les 26 et 27 septembre prochain arrive donc à point nommé, au carrefour des ambitions politiques et économiques nationales, chantier dont le président de la Région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, n'a jamais cessé de s'emparer (même pour défendre son pré carré). La Région ne se prive d'ailleurs jamais d'abonder la filière ASD en fonds publics : plus de 20 millions d'euros par an selon les derniers chiffres, dont 45% sont dédiés à l'innovation. "C'est un enjeu industriel considérable", a réaffirmé Alain Rousset, "autant en termes d'emplois industriels que de formation. La révolution de la maintenance prédictive, le fait que demain, on puisse réparer les moteurs en fonction de l'usure, c'est une révolution technologique colossale, il était donc normal d'avoir un lieu de visibilité, de rencontre, d'échanges". 

Vitrine et enjeux

C'est ce qu'est devenu, petit à petit, l'ADS Show. Car le moteur tourne à plein régime : en 2017, le secteur ASD (Aéronautique Spatial Défense) national enregistrait le premier solde excédentaire de la balance commerciale nationale avec 17 milliards d'euros. Régionalement, la Nouvelle Aquitaine ne compte pas moins de six milliards d'euros de chiffre d'affaire global, à 60% à l'export. Le fait que l'ensemble des acteurs de la filière à l'échelle européenne compte répondre présent n'est donc pas une surprise. Le salon en lui même se déploiera au travers de cinq pôles stratégiques d'activité : ISR et combat (aéronefs et drones), appui, transformation numérique (c'est là, notamment, que l'on retrouvera la transformation additive utilisant le laser, une autre spécificité régionale...) et enfin un important pôle dédié aux "formations innovantes" (sujet chaud s'il en est). C'est que, comme aime souvent à le rappeler Jérôme Verschave, directeur d'Aérocampus, les besoins en bras du secteur ne cessent de croître (depuis 2009 selon le Gifas, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales, qui a récemment avancé le chiffre de 12 000 recrutements prévus en 2018 face à des carnets de commandes déjà bien remplis). "Souvent, on se représente la filière à travers des métiers comme les pilotes, stewarts et ingénieurs. Mais le gros des troupes est dans la maintenance. L'année 2018 a commencé très mal en termes de sécurité des avions. Or, on estime que leur nombre va encore grimper dans les années à venir, avec des risques de crash et des questions de sécurité d'autant plus importantes. Ces gens dont on ne parle pas, c'est aussi ça l'enjeu d'un tel salon", a d'ailleurs souligné ce dernier.

Mais l'ADS Show, de l'aveu même d'Aymar de Blomac, son Commissaire Général, ne compte pas être simplement une vitrine bonne à serrer des mains, il vise plus concret. À travers différents temps forts (réflexions et échanges stratégiques au travers d'un grand séminaire, rencontres entre entreprises et donneurs d'ordres pour le volet économique et présentation des innovations qui est la grande nouveauté cette année,  le volet "démonstration" restant le centre névralgique de l'évènement), l'ADS, qui attend chaque année entre 4500 et 5000 visiteurs "rêve de devenir le premier salon en termes de maintenance globale aérienne". "L'enjeu du MCO pour les armées, raison pour laquelle nous devons être au rendez-vous de toute cette innovation, c'est la garantie de notre autonomie d'action et de posséder un armement à long rayon d'action. La capacité à former des experts est donc un moyen évident d'améliorer ce soutien global à la soutenabilité des systèmes d'armements", a pour sa part justifié Pascal Delerce, Général de brigade aérienne du corps des officiers de l'air. Il n'y a qu'à voir l'important développement du volet business (pas moins de 1000 rendez-vous programmés) pour constater les ambitions plurielles et hautement stratégiques d'un tel rendez-vous. Et si son aspect biennal n'a pour l'instant pas été remis en cause, on nous a murmuré que les organisateurs comptaient déjà réfléchir à la tenue d'un séminaire annuel pour 2019. En attendant l'intentionnelle vitrine imposée par la future Cité Aéronautique, le contexte de rentrée devrait permettre à l'ADS Show d'être scruté de près... 

L'info en plus : pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus sur le programme et l'aspect pratique de ce salon se déroulant sur la BA 106, rendez-vous sur le site officiel de l'évènement www.adsshow.eu.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : ADS

Partager sur Facebook
Vu par vous
3407
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !