Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

18/10/21 : Mardi 19 octobre a lieu la 15ème édition du Forum Emploi de Cenon, de 9h à 14h au Rocher de Palmer. Sécurité, commerces, restauration, logistique, sanitaire & social, hygiène, BTP, Industrie, de nombreux postes et formations seront proposées à tous

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

07/10/21 : Du 1er au 10 octobre, partout en Nouvelle-Aquitaine, la Fête de la science permet à toutes et tous de découvrir la science et les scientifiques avec des rencontres, conférences, cafés-sciences, expositions, ateliers, etc.+ d'info

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/10/21 | GPSO: pas de concomitance pour Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, mais presque

    Lire

    Guy Kauffman récemment nommé directeur de projet des LGV nouvelles était invité à la session plénière du Département des Landes ce vendredi. Face à la question du phasage des travaux des lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax, au sein du GPSO, il a esquissé une réponse: "Le préambule du plan de financement va sans doute proposer que l'on enchaîne les travaux sans poser la pioche entre les 2 lignes. Le préfet coordonnateur a bien compris cette demande unanime des collectivités".

  • 22/10/21 | Bus à haut niveau de service à Périgueux : une expérimentation dès le 25 octobre

    Lire

    Le Grand Périgueux va réaliser des aménagements rue du Président Wilson, place Bugeaud et place Francheville, à Périgueux, pour permettre la circulation de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS). Ils feront l’objet d’une expérimentation grandeur nature du 25 octobre au 26 novembre pour en valider la faisabilité avant de les engager. Le dispositif s’appuiera sur une trentaine de postes d’enquête, captant l’origine et la destination des véhicules et 24 points de comptage automatique. Il permettra d’évaluer la répercussion des aménagements envisagés.

  • 22/10/21 | Renouvellement de la flote SNCM : une 1ère étape à Gujan-Mestras

    Lire

    Mercredi 20 octobre à Gujan-Mestras (33), le Chantier Naval Couach a procédé à la mise à l'eau du premier NSH1 (Navire de Sauvetage Hauturier de type 1) de la nouvelle flotte des Sauveteurs en Mer de la SNSM dont l'identité visuelle est signée Philippe Starck. Le navire entre désormais en phase d'essais en mer avant sa livraison à la station SNSM de l'Herbaudière (85) en décembre 2021. Objectif de ces essais : confirmer les performances (vitesse, manœuvrabilité, équipement et sécurité) et ses qualités générales du navire.

  • 22/10/21 | Un herbicide alternatif au glyphosate à Layrac

    Lire

    Innovi, dans le Lot-et-Garonne, est un laboratoire d'expérimentation qui intervient dans l'ensemble des écosystèmes ayant une influence sur la santé. Il a développé, au cours de ces dernières années, ses compétences dans le domaine de la nutrition des plantes, et souhaite aujourd'hui développer un herbicide naturel qui pourrait se substituer au glyphosate. Pour l'aider dans son développement, il bénéficie du soutien de la Région et de BPI France.

  • 22/10/21 | Lormont passe à 30 km/h

    Lire

    A Lormont, dès le mois de novembre, la vitesse de circulation ne dépassera pas les 30 km/h sur la quasi totalité de la commune, à l’exception des grands axes structurants maintenus à 50 km/h. Objectif selon la municipalité: "renforcer la sécurité, donner plus de place aux autres modes de transports, limiter les accidents et de ce fait, améliorer le confort de tous les usagers". Les panneaux de signalisation verticaux vont être supprimés, laissant place à un marquage au sol sous forme d’ellipses 30 et 50. Un bilan sera réalisé à l’issue de la première année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Elise Martimort a plus d’une bobine dans son sac

30/08/2021 | La griffe de la créatrice : travailler avec des matières éco-responsables pour créer ses robes de mariée, mais désormais aussi des robes de soirée, en quantité très limitée.

Au rez-de-chaussé, la boutique bordelaise d'Elise Martimort accueille un concept-store mettant en valeur le travail de petits créateurs éco-responsables

Elise Martimort a implanté sa "Maison de mariée" en plein coeur du centre historique de Bordeaux. Depuis juin 2019, cet immeuble est consacré à l’univers du mariage. Différents espaces conçus pour que les futures mariées bénéficient d’une expérience unique et d’une robe sur-mesure. La créatrice parisienne travaille uniquement avec des matériaux écoresponsables et les chutes de tissus sont destinées aux écoles de mode de Bordeaux ou à des troupes de théâtre. Bousculée par le Covid, elle a su faire face et lance un nouveau projet : une collection de robes de soirée, de cérémonie et de gala.

Au centre historique de Bordeaux, au coeur de la rue Buhan, la Maison de mariée d’Elise Martimort se démarque. Dans cet immeuble en pierres, le rez-de-chaussée est dédié à différents acteurs du mariage, « qui sont des petits créateurs éco-responsables, parce que nous avons vraiment cette charte-là », explique la créatrice. D’ailleurs, les chutes de tissus de la maison finissent dans des écoles de mode bordelaises ou dans des troupes de théâtre. Un espace de visibilité pour ces anciennes mariées ou prestataires de longue date. Bijoux, couronnes, accessoires, lingerie, vaisselle, décoration… tout ce dont une mariée peut avoir besoin, elle le trouvera.

Elise Martimort, dans sa combinaison ample, nous emmène au premier étage. Ici se trouve le showroom d’essayage où robes de mariées, canapés et fauteuils en velours, bustes, décorent la pièce. Il faut encore monter d'un étage pour découvrir l’atelier de confection. Machines à coudre, pôle broderie, table de coupe et patronage, robe en cours de livraison, tout y est pour confectionner des robes de mariée sur-mesure. Mais tout est fait aussi pour que les futures mariées bénéficient d’une expérience 360 degrés.

AU rez-de-chaussé, la boutique d'Elise Martimort accueille un concept store mettant en valeur le travail de petits créateurs éco-responsables
Au rez-de-chaussé, la boutique bordelaise d'Elise Martimort accueille un concept-store mettant en valeur le travail de petits créateurs éco-responsables



Au troisième et dernier étage, un espace de bureau partagé pour que les prestataires du mariage viennent travailler. « C’est souvent des personnes qui bossent de chez eux, et au final ils arrivent pas a bosser. Moi je crois beaucoup en l’innovation artistique donc j’avais envie de créer un espace de co-working spécial mariage », confie Elise Martimort. S’ajoute à cela l’espace « cocon », qui est conçu pour que les mariées et leurs prestataires ( wedding planner, photographe etc…) puissent échanger en toute tranquillité et intimité. En clair, tout est pensé et rien n’est laissé au hasard.

Un savoir-faire unique
Comment on arrive à créer une maison de robe de mariées ? Avec l’ambition, le savoir-faire et la volonté d’Elise Martimort. Tout commence il y a huit ans. « Je n’avais pas vocation à faire beaucoup de robes. Je pensais en faire peu, dix par an ça m’allait bien. » Mais très vite, le fait de travailler avec des matières éco-responsables fait grimper la cote de popularité de la créatrice. Huit robes la première année, 42 la deuxième, pour atteindre la centaine dès la troisième année. La première difficulté est de trouver des fournisseurs français et des matières naturelles. « C’est un peu un challenge. Comme je viens de la haute couture, la technique je l’avais, la difficulté numéro une, c’était de trouver les matières. »

Beaucoup de ses clientes sont parisiennes. « Elles me demandaient où me trouver à Paris et j’ai commencé à répondre « ligne 8 ou 13, vous prenez un bouquin, en 2h vous êtes là, on vous récupère » et ça a très bien marché », se remémore-t-elle, le sourire aux lèvres. Rapidement, les locaux deviennent trop petits. Si elles ont commencé à travailler à deux, elles se retrouvent rapidement à six et ont besoin davantage d’espace pour créer.

Le savoir-faire unique d'Elise Martimort et son équipeL’atelier de confection: machines à coudre, pôle broderie, table de coupe et patronage, robe en cours de livraison, tout y est pour confectionner des robes de mariée sur-mesure

Au vu des nombreuses demandes de parisienne, elle décide de s’installer à Paris en septembre 2018. Avec les partenaires avec lesquelles elle a l’habitude de travailler, elles se regroupent et s’implantent rue Saint-Honorée. « On échange nos clientes, ça permet de faire connaître tout le monde et la cliente, au lieu de faire quinze essayages, elle rencontre tout le monde et tout est prêt ». Avec un emplacement, plutôt pas mal ! « On a Chanel comme voisin, Dior sur le palier, dit-elle en riant. On a tous les hôtels de luxe dans un périmètre de 50 mètres car tous les palaces sont sectorisés. Les concierges nous envoient leur clientèle internationale sur des robes d’exceptions. Donc on a une belle adresse ».

Plus forte que le Covid

Le showroom d'essayage  au premier étage de la boutique d'Elise Martimort

Alors l’idée de faire la même chose à Bordeaux traverse l’esprit de la créatrice. Avec une volonté de faire encore mieux et plus grand. C’est comme cela qu’on termine au 16 de la rue Buhan.

Diplômée de nouvelle couture à l’école ESMOD à Paris, Elise Martimort s’est vue rattrapée par le Covid. « Qui dit sur mesure, dit service irréprochable et dit s’adapter à toutes les situations. Quand la mariée tombe enceinte, on s’adapte et avec le Covid on a fait la même chose. » Et au début, ça passe par des journées de huit heures au téléphone pour rassurer les futures mariées. « L’été dernier, on a fait 70 mariages. Deux fois moins que d’habitude, mais on l’a quand même fait ! »

Mais de cette crise sanitaire, une volonté qui était enfouie dans son esprit resurgit. « On s’est rendu compte qu’on faisait du mono produit. Et dans une situation sanitaire un peu extrême où le mariage n’est plus, notre métier, on ne sait plus trop quoi en faire. Ça fait longtemps qu’on voulait ouvrir une ligne à l’international ».
Un nouveau projet en collaboration avec la Région, qui verra le jour l’hiver prochain. Une collection de robes de soirée/cérémonie/gala, qui a vocation de partir à l’international. A Dubaï, au Liban et aux Etats-Unis principalement. Une micro-collection qui ne connaitra pas de série. « On veut être davantage dans la créativité. On veut juste s’amuser et faire de très belles robes. On a les outils, la technique, le savoir-faire, l’équipe. Il nous manquait du temps et de la visibilité. » Voilà qui est fait ! Le Covid a été dur et n’aura pas ménagé Elise Martimort et son équipe. Mais elle a su faire face et avec envie et détermination, ce nouveau projet offre de belles perspectives à cette créatrice pleine de ressources.

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Kewin Conin Jackson et Manza Studio

Partager sur Facebook
Vu par vous
4331
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !