Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Entreprises et cybersécurité : « prévenir plutôt que guérir »

21/03/2018 | Au Palais Beaumont de Pau la journée de ce mercredi a été consacrée à la cybersécurité des entreprises. Enjeux, acteurs ou encore moyens pour se prémunir étaient au programme

Ouverture des Rencontres de la Cybersécurité à Pau, le 21 mars 2018

Dans le courant de ce mois de mars, une PME d'Orthez a été victime d'une cyber-attaque. Ses données commerciales, financières et comptables ont été cryptées, et une rançon pour leur décryptage a été demandée. Rançon, espionnage, sabotage, le phénomène, déjà bien connu et régulièrement médiatisé en 2017 pour les grandes entreprises voire ministères et services d'Etats, frappe désormais aussi de plus en plus les petites entreprises. C'est bien dans le but de sensibiliser ces acteurs et de créer chez eux une culture commune de ce risque d'un nouveau genre, que la CCI Pau Béarn organisait ce mercredi 21 mars, en partenariat avec CCI France, les Rencontres de la Cybersécurité de Pau. 250 à 300 personnes y ont participé.

Si, comme l'a rappelé Didier Laporte, le Président de la CCI Pau Béarn, la chambre consulaire travaille depuis 3 ans déjà sur les questions de cybersécurité, à travers un service de veille, de sensibilisation, d'accompagnement et de formation des entreprises à cette question, il n'empêche que « la numérisation de l'économie, nous expose, nous entreprises, un peu plus chaque jour au revers de la médaille, que sont les dangers du numérique ». Un revers qui selon les convictions des différents intervenants n'épargne personne, ni les grosses entreprises, ni les individus ni les PME, ni la défense ou la sécurité nationale.... Nicolas Patriarche, Vice-Président de la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées, et maire de Lons (13000 habitants), témoignant pour sa part que sa collectivité avait déjà été attaquée 3 fois, dont une fois, la première, avait donné lieu à un versement de rançon.

"Ne pas parier sur les compétences techniques des pirates"
Une rançon que les professionnels de la sécurité présents, dont notamment, le Colonel Christophe Vercellonne, commandant du groupement de gendarmerie départementale des Pyrénées-Atlantiques, déconseille fortement : « d'une part la rançon participe à l'ambiance mafieuse du système et d'autre part, la récupération effective des données est très faible, car déchiffrer un disque dur de façon discrète est bien plus difficile que de le crypter... » En d'autres termes, « il ne faut pas parier sur les compétences techniques du pirate », synthétise également, Guillaume Poupard, Directeur général de l'Agence Nationale de la Sécurité des Système de l'Information (ANSSI) via une intervention vidéo. Sur le caractère généralisée des attaques, ou tentatives d'attaques, une étude Microsoft, estimait que 81% des entreprises françaises ont été visées par une cyberattaque en 2015... et le phénomène ne fait que croître, n'ont cessé d'alarmer les intervenants.
Quant aux types d'attaques, outre le rançonnage « qui va continuer à se développer », selon le DG de l'ANSSI, il y a aussi l'espionnage « qui touche tout le monde », ou le sabotage, qui vise à porter atteinte au système de la gestion de la donnée, et qui, là encore, « par rebond peut toucher beaucoup de monde », indique-t-il, fournissant l'exemple, peu rassurant, d'un système de transport qui pourrait être retourné contre son utilisateur... A ceux-là le colonel de gendarmerie ajoute aussi le « défaçage » visant à nuire à l'image ou à la réputation d'une entreprise par la modification non sollicitée de la présentation d'un site web.

32% d'augmentation de dépôt de plainte
Selon le Colonel Christophe Vercellone, « ce sont 5300 plaintes liées à la cybercriminalité qui sont déposées chaque mois sur le territoire, en zone gendarmerie . C'est une augmentation de 32% par rapport à 2016, mais cela représente sans doute très peu par rapport à la réalité de faits », nuance-t-il. Car un autre des messages importants, et répétés, de la matinée a été d'encourager au signalement et au dépôt de plainte. « Dans ce domaine, ce n'est pas toujours le cas, car pas mal d'entreprises ne sont pas fières de s'être faites « pigeonner ». Pour autant, cela permet aux différents services de croiser les données et d'avoir une meilleure connaissance de cette cyber criminalité », encourage notamment Michel Gouriou, le Directeur de Cabinet du Préfet.
Car en effet, la cybercriminalité est n'est pas l'apanage de quelques « geeks » isolés, confirme le colonel de gendarmerie. « Il y a désormais une véritable structuration du « darknet », avec des groupes spécialisés dans le cryptage de données, d'autres dans l'effraction des systèmes d'information... A cela s'ajoute une démocratisation des pratiques, mais aussi une professionnalisation, avec de véritables « ''prestataires'' se proposant d'entrer dans un système d'information pour vous. Au regard des prix proposés, l'attaque peut ainsi venir d'une petite structure, comme un concurrent ou un ancien employé mécontent... » Pas de quoi rassurer le public présent dans la salle....

"Se protéger n'est pas si compliqué"
Si le discours anxiogène des intervenants a sans doute marqué les esprits, celui-ci s'est aussi voulu positif. « Les risques sont majeurs, mais se protéger n'est pas si compliqué », a en effet contre-balancé Guillaume Poupard. Et, pour cause, la plus grosse faille de sécurité, se trouve dans l'interface clavier-chaise : c'est l'utilisateur », s'est amusé Christophe Vercellone. « Il faut sensibiliser les personnels, identifier les données sensibles, fixer des règles d'utilisation du Système d'information, apprendre à repérer les anomalies de fonctionnement... et bien sûr aussi sécuriser son système d'information, avoir un plan de sauvegarde, éventuellement un plan de communication de crise, etc. »
Une sensibilisation aux risques qui est une des vocations du site cybermalveillance.gouv.fr présenté par son Directeur général, Jérôme Notin, comme « un dispositif d'assistance aux victimes de cyberattaque », à l'initiative de l'Etat. Car, au-delà de la prévention, l'outil lancé en avril dernier offre une aide aux victimes, à travers la réalisation d'un certain nombre de « fiches réflexes sur quoi faire en cas d'attaque », ou encore de mise en contact possible avec des prestataires de proximité pour tenter de remédier aux conséquences de cette attaque. Par ailleurs un kit de sensibilisation s'apprête à être édité à partir de logiciels libres afin d'être disponible auprès du plus grand nombre. Pour l'heure, « nous manquons encore de relais pour une diffusion de ce kit auprès des petites structures, regrette-t-il ». Mais nul doute qu'une journée comme celle-ci, permettra d'améliorer le score, au moins dans le département.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9789
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !