Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

17/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du P S de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux, dans le cadre de la déclinaison locale de l’appel national

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/02/19 | L'actualité du Polar à La Machine à Lire le 22 février

    Lire

    Le polar sera encore à la fête cette semaine à La Machine à Lire... Le vendredi 22 à 20h La Machine à Polar se penchera sur les nouveautés, autour tout naturellement de Hervé Le Corre qui vient de publier «  Dans l'ombre du brasier », Yan Lespoux, enseignant et responsable d'un blog sur le roman noir (encoredunoir) et Olivier Pène, libraire à La Machine à Lire.

  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Le Pays basque se met sur son 31 dans le XIIIe

06/03/2018 | Pour la 2ème année consécutive, le Pays basque s’installe au cœur de la capitale pour présenter aux Franciliens ses savoir-faire, ses tendances, ses innovations, ses saveurs et son art de vivre.

Max Brisson Paris en mode basque

"Paris en mode basque". Pour la deuxième année, c'est le pari entrepris pendant cinq jours (14-18 mars) par l’Agence d’attractivité et de Développement Touristiques Béarn-Pays basque (AaDT) présidée par le sénateur biarrot Max Brisson et Atlantica Communication, la branche com de la maison d'édition basque éponyme animée par Bertrand Hiribarren avec Jean-François Duprat, de Pop Up. Comme l'an dernier, c'est la mairie du XIII qui servira de cadre à cette plateforme éphémère et exceptionnelle dont les deux premiers jours seront réservés aux professionnels et les trois derniers au public francilien.

Pour la deuxième année, Paris se mettra en mode basque... dans la mairie d'un XIIIe arrondissement dont le maire s'appelle Jérôme...Coumet. Un nom qui n'est pas étranger au Pays Basque. Son oncle ne fut-il pas le maire emblématique de Hasparren? Ikuriñas (les drapeaux basques) et une exposition de mégas photos sera déployée sur le parvis. Impossible d'y échapper.

Occasion est donc donnée, pour tous les acteurs régionaux, touristiques, économiques, culturels et innovants de faire découvrir leurs activités au public francilien. Parmi eux, une nouvelle génération de créateurs basques, dont les réalisations concilient savoir-faire traditionnels, tendances et innovation. Le Pays basque a déjà fait de manière parfois éparse sa promo dans la capitale...Que Max Brisson balaie d'un revers de la main. "C'est vrai, il y avait deux rendez-vous à Paris. Désormais finis les egos, ils sont mis de côté. Nous travaillons ensemble pour offrir quelque chose de plus cohérent." Avec trois partenaires et un budget de 280 000 euros, le ciel sera dégagé.... La mutualisation et l'union font la force."
Et le sénateur biarrot veut profiter de l'occasion, il n'en fait pas secret, pour installer plus encore l'image, de la jeune marque Biarritz Pays basque. Et avec une idée derrière la tête... "Il nous faut favoriser l'avant-saison. Nous avons deux mois qui fonctionnent dits de pleine saison, voire se prolongent en septembre, en revanche, il nous faut fortifier le mois de juin."

L'innovation et le dynamisme économique en pôle position

Pour cela, à l'image d'Epinal du Pays basque qui sera évidemment présente, les organisateurs ont ancré deux journées réservées aux professionnels pour démontrer qu'outre une meilleure santé économique que d'autres régions, Euskal Herria possède de sérieux arguments économiques. Ainsi le mercredi  sera réservé à l'innovation avec une conférence de Manuel de Lara, président de La Océan Tech : « L’accélération en mode basque » suivi d'un speed meeting entre start-up et PME innovantes et les incubateurs, accélérateurs, pépinières d’entreprises, studios start-up et grands comptes.

Cinq start-up, pré-sélectionnées lors d’une soutenance courant février au Pays basque, présenteront leur concept et iront à la rencontre de médias nationaux, entrepreneurs, investisseurs, incubateurs, accélérateurs, pépinières d’entreprises...
Le lendemain jeudi,  accueil des entrepreneur(e)s présents pour la journée économique avec prise de parole par la SNCF partenaire de Paris en mode basque . "Guillaume Pepy, le PDG de la SNCF nous a assuré qu'il passera", ajoute avec une évidente satisfaction" Mac Brisson. Le partenariat pourrait bien se poursuivre avec des tarifs préférentiels pour cette avant-saison chère au sénateur.
Ce zoom sur l’économie débutera par une analyse d’Eric Heyer – docteur en sciences économiques, enseignant à Sciences Po Paris, directeur et également chercheur au sein de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) – sur les conséquences des différentes réformes économiques établies pendant la première année du quinquennat Macron. Durant la seconde partie de cette journée, l’accent sera mis sur la réussite des Basques à l’étranger. Quelques expatriés remettront le pied à Paris et viendront témoigner de leur expérience. La culture basque aurait-elle facilité leur réussite ?
Plus de cinquante chefs d’entreprises basques et poids lourds de l’économie ont déjà répondu présents : Nature & Résidence, Sokoa, Traimeca Pyro, SIS Sécurité, Transakauto, le Groupe Olano, EMAC, la CCI Bayonne Pays basque, Extendam, Rom Sud Ouest, ainsi que l’association des femmes chefs d’entreprise « Diriger au Féminin » présidée par Nilda Jurado.

Paris en mode basque et Brisson

Le tourisme, évidemment, et les joyaux gastronomiques et festifs

Si les deux premières journées de cette seconde édition de Paris en mode basque sont dédiées à l’économie et à l’innovation du Pays basque, l’événement fera également la part belle au tourisme, à la création, la gastronomie, le sport et la culture de son territoire.
Selon l’Organisation mondiale du tourisme, le tourisme culturel est en progression constante, représentant désormais 40 % du tourisme mondial. C’est dire les attentes sinon les exigences d’un public qui, de plus en plus averti, ne se trompe pas sur les qualités culturelles d’une destination. Et de ce point de vue, le Pays basque a beaucoup à offrir. Seront ainsi annoncés les grands événements et festivals de la saison 2018. D'ailleurs, outre l'Agence d'attractivité et de développement touristique, de nombreux Offices de tourisme seront présents pour présenter les richesses de ce territoire.

Makila, espadrilles, linge basque, autant de fleurons de l’artisanat que l’on ne trouve qu’au Pays basque. réservé à quinze créateurs, chacun représentant la continuité de l’artisanat basque ; aux métiers traditionnels s’ajouteront ceux du design, de la mode, du sport, de la conception graphique, de l’art;  Ces boutiques éphémères seront ouvertes au public du jeudi soir au dimanche soir.
Chocolat, jambon de Bayonne, porc Manex, chipirons, piment d’Espelette, fromage de brebis, rappelleront en outre que le Pays basque est aussi le pays des saveurs ! Dans ce domaine, auparavant, sept chefs de renom Lionel Elissalde, Sébastien Oudill, Sébastien Gravé, Fabrice Idiart, Nicolas Brousse, Thierry Dufroux et William Pradeleix participeront au dîner de gala qui aura lieu le mercredi 14 mars – réservé aux partenaires – à l’issue de la journée dédiée à l’innovation.
Les Parisiens pourront à leur tour découvrir et déguster les saveurs et produits basques durant les trois jours d’ouverture au grand public.

Certes! Mais quelles retombées attendre d'une telle opération qui, l'an dernier, avait attiré 6 000 visiteurs ? La responsable du marketing du Comité départemental du tourisme admet qu'il est quasiment impossible de les traduire en nombre de nuitées, mais elle a remarqué que l'opération précédente avait conduit un nombre important de visites et demandes de renseignements sur le site (pays-basque.tourisme.com) et sur la page Facebook.

En outre, comme un retour de service, les organisateurs permettront à des Parisiens d'effectuer des sorties à vélo électrique accompagnées de deux heures dans l'arrondissement et lieux aux couleurs basques (trinquet, bars et restaurants basques). Une délicate attention vis-à-vis de la protection de la planète qui ira droit au cœur d'Anne Hidalgo, qui ne manquera pas de venir séjourner au Pays basque. Comme son prédécesseur Bertrand Delanoë quand il était convalescent de l'attentat dont il avait été victime. Et qui avait donné à Anne Hidalgo l'opportunité d'assurer l'intérim...

Renseignements sur pays-basque.tourisme64.com

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
10133
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !