Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/01/18 : Les réactions stupéfaites et bouleversées se succèdent après la mort de Joan Taris élu Modem du Conseil régional adjoint au maire du Bouscat et directeur de cabinet du maire de Saint-Médard en Jalles. Joan Taris 41 ans s'est donné la mort ce dimanche

19/01/18 : Charente-Maritime : Air France et l'aéroport de La Rochelle-Ré annoncent une nouvelle ouverture de ligne pour cette année. L'annonce officielle sera faite mardi prochain.

19/01/18 : Le Conseil d’administration de l’université de Bordeaux a réélu Manuel Tunon de Lara à sa présidence. Antoine de Daruvar, directeur de l’école doctorale des Sciences de la vie et de la santé prend la vice-présidence suite à Dean Lewis.

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/01/18 | Didier Pourquery nommé président de Cap Sciences

    Lire

    Didier Pourquery devient le nouveau président de Cap Sciences, centre de culture scientifique technique et industrielle de Bordeaux. Elu à l'unanimité du Conseil d'Administration de Cap Sciences ce 18 janvier Didier Pourquery, Floiracais d'origine, partage son temps entre Bordeaux et Paris où il est directeur des rédactions de The Conversation (theconversation.fr), site de médiation scientifique alliant expertise universitaire et exigence journalistique. Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et de l'ESSEC, Didier Pourquery a notamment été rédacteur en chef de Science et Vie Économie et de La Tribune

  • 19/01/18 | Charente-Maritime : Rochefort passe en mode doux

    Lire

    La ville de Rochefort est en train de repenser complètement son approche de la circulation, dans le but de développer les transports doux. Après quelques travaux de voirie, la ville s'engage plus fort dans son projet en rétrécissant la largeur de certaines voies principales et en aménageant des trottoirs mixte piétons/vélos. Le triangle des avenues Rochambeau, des Déportés-Fusillés et de la rue Auguste-Roux sera assimilé à la zone 30 qui couvre le reste du centre-ville de Rochefort.

  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Le succès du réseau BNI Dordogne Gironde, entre confiance et affaires

01/12/2017 | Business, solidarité et bienveillance. Au sein du réseau BNI Dordogne-Gironde, l'un n'empêche pas les autres. A l'inverse il en découle... Explications par Jessica Milot, sa créatrice.

Le bureau de BNI Dordogne-Gironde à la convention nationale BNI 2017

Business Network International, dit BNI, est un réseau d'affaires international. A travers le monde, il compte près de 223 000 membres, répartis dans plus de 8070 groupes dans 73 pays, qui se sont échangés plus de 13 Mds€ de chiffre d'affaires sur les 12 derniers mois. Sa déclinaison française a permis à ses 19 000 membres d'échanger plus de 979 M€. Sur le seul réseaux BNI Dordogne-Gironde, les 29 groupes locaux qui le composent (dont 5 en Doredogne)frôlent en cette fin 2017 les 1000 membres, un cap symbolique pour ce réseau régional de bientôt 9 ans d'existence. Sur les 12 derniers mois, les membres BNI Bordeaux-Gironde se sont échangés 55 millions d'euros de chiffre d'affaires ! « C'est l'équivalent de 366 emplois créés dans dans la région », calcule rapidement Jessica Milot qui a implanté la franchise BNI en région. Un beau résultat dont elle partage la fierté avec son équipe. Car en réalité BNI est bien plus qu'un réseau, c'est une communauté d'affaires, avec une méthode, une organisation et un état d'esprit bienveillant mais sans fausse pudeur : on y parle argent en toute transparence et confiance.

A son arrivée à Bordeaux en 2007, la conseillère en gestion de patrimoine qu'est Jessica Milot, a besoin de développer son business. « Or, le placement financier, c'est avant tout une question de confiance » ; pas facile, donc, lorsqu'on arrive dans une nouvelle ville de développer sa clientèle. Mais venant de Paris où son mari appartenait à un groupe BNI, dont le concept américain a été importé en France en 2004, elle décide de se lancer à son tour dans la création du premier groupe BNI à Bordeaux en 2009. Un groupe de 12 personnes voit alors le jour, lui apportant ses premières affaires et amitiés bordelaises. Un groupe comme un prémice de ce qui allait devenir en 2012, le réseau BNI Dordogne-Gironde, après que Jessica Milot ait acheté la franchise BNI, « totalement contaminée par le virus positif de solidarité et d'entraide » qui en est la marque de fabrique, et de succès. Une franchise donnant les clefs des codes, organisation, mais surtout qualité du réseau mis en place, qu'elle gère désormais depuis Cenon avec une trentaine de personnes.
Si, au fond, tout réseau fonctionne par le bouche à oreille, BNI a systématisé la chose, en faisant de la recommandation d'affaire une véritable méthode marketing, et en posant quelques présupposés à l'attention de ses membres. Des principes que Jessica Milot aime à qualifier de « contrat moral entre les membres ». Parmi ceux-là, l'incontournable est que « chaque membre accepte de partager son carnet d'adresses ». Une condition nécessaire permettant de répondre au leitmotiv qui guide l'état d'esprit et le déroulé des réunions des groupes BNI : « qui donne reçoit ». En effet, selon la directrice régionale, « quand on rentre dans un groupe, on devient le commercial des autres, et vice-versa. Si je t'aide à développer ton business, tu vas vouloir m'aider à développer le mien. »
Parmi les autres règles du jeu d'un groupe BNI dynamique et convivial : pas de relation d'argent entre les membres et interdiction absolue de parler politique ou religion. « BNI est apolitique et laïc », insiste la directrice régionale. Voilà les ingrédients de base d'une recette visant à bâtir avant tout la confiance entre les membres.

Rencontres physiques, régulières et (très) structurées
Mais au-delà des bonnes intentions, la clef du succès des groupes BNI, c'est la structuration de la technique mis en place. A l'heure des réseaux sociaux et virtuels, BNI parie sur les rencontres physiques, bien réelles et surtout régulières. Chaque groupe se réunit 1 fois par semaine, toujours le même jour entre 7h et 9h30, autour d'un petit déjeuner. « C'est un peu comme se rendre à sa salle de gym, compare Jessica Milot. Ces réunions hebdomadaires permettent de mettre en place une dynamique, parce que la répétition crée une habitude. Ainsi on garde à l'esprit son groupe BNI et on se demande chaque jour comment lui être utile ».
Des rencontres à l'ordre du jour lui aussi très précis et en 5 étapes. Il y a d'abord, « l'infomerciale » : chacun intervient pour présenter un volet de son activité et faire une demande spécifique à l'ensemble du groupe. Puis un membre approfondit la présentation de son entreprise et de son métier pour que le groupe en ait une meilleure connaissance. Dans un troisième temps vient l'étape des « témoignages », qui permet de mettre en avant les résultats de l'efficacité d'un membre par un autre, puis celle de « l'échange de recommandations » où chacun annonce et remet à son destinataire les mises en relation qu'il a suscitées dans la semaine. Et enfin ceux qui ont conclu une affaire grâce à une recommandation remercient publiquement le membre qui en a été le prescripteur. C'est l'étape de la « reconnaissance » qui permet aussi de connaître le volume d'affaires échangé dans chaque groupe.
Et lorsqu'un groupe fonctionne bien, ce qui est le cas des groupes du réseau Dordogne-Gironde (indicateurs de performance à l'appui sur une plateforme internet dédiée) les entrepreneurs adhérents voient leur chiffre d'affaires augmenter : environ 15% la première année, jusqu'à 30% les années suivantes... L'obejctif est alors atteint pour BNI qui se veut être un accélérateur de buisiness, « tout en changeant la manière dont le monde fait dea affaires : en se basant sur la confiance, en choisissant de regarder le verre à moitié plein », s'enthousiasme la directrice. « Et quand le chiffre d'affaires augmente, c'est le nombre d'emplois créés qui augmente aussi. Moi c'est ça qui me motive! », poursuit-elle.

Jessica Milot, directrice executive BNI Dordogne Gironde


Formation et mentorat
Mais la réussite du concept tient aussi à la composition même des groupes : dans chacun d'entre eux figurent plusieurs sphères professionnelles, mais « un seul professionnel par métier, une exclusivité qui garantit l'absence de concurrence ». Quant au profil des membres, « la plupart sont des représentants de TPE PME et nous avons de plus en plus de franchisés tels des concessions automobiles, assuances, etc. Les très gros groupes ne sont pas intéressés par cette démarche mais leurs fournisseurs ou sous-traitants le sont. A eux, leur groupe BNI leur permet par exemple de mettre en place des partenariats pour offrir leurs services en commun et chercher des clients à l'extérieur de leur propre cercle », note Jessica Milot, « mais nous sommes ouverts à toutes les personnes prêtes à s'engager », ajoute-elle.
Quant aux nouveaux entrants, « ils doivent suivre une formation de 4heures 30 sur "comment développer son business", et peuvent bénéficier d'un programme de mentorat durant 10 semaines, pour connaître les "trucs et astuces" du BNI afin de pouvoir rapidement donner et recevoir »... Autre condition d'accès : la cotisation annuelle de 925€ et un droit d'entrée de 165€ permettant de garantir l'exclusivité métier au sein du groupe. Une forme supplémentaire d'engagement conçoit volontiers Jessica Milot. Mais avant tout engagement, le potentiel futur membre rencontre le Comité des membres « sorte de DRH » du groupe, responsable de la qualité et du fonctionnement du groupe. Preuve supplémentaire de la forte structuration du réseau.

"40% des recommandations débouchent sur de véritables offres"
« Bien sûr certains choisissent de quitter le réseau », reconnaît Jessica Milot. « Généralement ce sont de nouveaux arrivants, car c'est vrai que le développement du business peut prendre du temps par BNI. Cela dit 40% des recommandations qui se font à l'intérieur des groupes débouchent sur de véritables offres, et permettent de multiplier les nouveaux contacts, qui seront peut-être utiles à plus longs termes. »
S'il y a des déçus, il n'en reste pas moins que les affaires se font. Avec un chiffre d'affaires échangé de 55 M€ sur la dernière année, un nombre et une taille de groupe qui augmentent régulièrement, le réseau Dordogne-Gironde affiche "une très belle dynamique depuis 2-3 ans". A tel point que sur les 980 réseaux régionaux BNI à travers le monde, le réseau lancé par Jessica Milot est au rang 9. Dans une région aussi attractive que la nôtre, il est fort à parier que le réseau a encore de beaux jours devant lui.

Pour célébrer cette réussite mais aussi continuer à se faire connaître, rendez-vous est donné les 25 janvier prochain au Château Lafitte à Yvrac. Une soirée de gala qui donnera également lieu à une conférence de Philippe Bloch auteur de l'ouvrage « Ne me dites plus jamais bon courage ». Infos et contacts : http://www.bni33.fr

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : BNI - Brooklyn-Studio

Partager sur Facebook
Vu par vous
11092
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !