Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Les Caves de Rauzan : un exemple de responsabilité sociétale de l'entreprise

10/01/2018 | Engagée dans la Responsabilité Sociétale des Entreprises, les Caves de Rauzan viennent de recevoir leur labellisation au niveau "exemplaire". La belle récompense d'un travail de longue haleine.

Anne-Eugénie Gaspar (AFNOR), Denis Baro et Philippe Hébrard, respectivement président et directeur des Caves de Rauzan.

Hôtellerie, restauration... plus le nombre d'étoiles est important, plus le niveau atteint est élevé. Le système est le même avec la responsabilité sociétale des entreprises, RSE, dont la labellisation est assurée par l'AFNOR. Et, dans le cadre de cet audit, elles sont peu nombreuses les entreprises françaises à avoir réussi à atteindre le degré le plus élevé de cette certification. En obtenant plus de 700 points sur 1000, la coopérative Les Caves de Rauzan(3500he de vignobles, 350 vignerons, 45 salariés) non seulement confirme sa certification obtenue en 2014, mais progresse, et, avec désormais, trois étoiles dorées à son palmarès, elle entre officiellement dans le groupe des entreprises engagées RSE « exemplaires ». En d'autre terme, le haut du panier de la responsabilité sociétale.

Voilà donc une année qui commence bien pour les Caves de Rauzan en Gironde ! Si la bonne nouvelle est tombée l'avant veille de Noël, c'est ce mardi 9 janvier que son président Denis Baro, et son directeur Philippe Hébrard ont reçu des mains d'Anne-Eugénie Gaspar, déléguée régionale de l'AFNOR, le certificat de la labellisation RSE niveau « exemplaire » de la coopérative. La cave, qui lors de sa première évaluation avait déjà atteint le très honorable niveau « confirmé » a donc encore progressé dans sa démarche ces 3 dernières années.

Initiatives environnementales, sociales, et de gouvernance
Une démarche en réalité entamée depuis 2009 et qui prend en compte à la fois les aspects et impacts environnementaux, sociaux et sociétaux de la Cave tant dans ses pratiques, que dans sa relation avec ses parties prenantes (des clients aux adhérents et salariés, en passant par les fournisseurs ou autres acteurs du territoires) ou encore son mode de gestion. « Concrètement si les mesures prises dans le domaine de l'environnement sont les plus ''spectaculaires'' parce que les plus visibles pour le consommateurs, les démarches mises en place sur un plan social ou de gouvernance sont aussi primordiale pour une démarche RSE réussies », souligne Philippe Hébrard.
Côté environnemental, la cave valorise et recycle 99% de ses déchets. « Pour parvenir à un tel résultat, nous avons du identifier les filières de valorisation pour tous nos types de déchets, et mettre en place un système de collecte. Nous avons aussi créer des stations d'épuration sur chacun de nos sites (c'est à dire 3 équipements, ndlr), ou encore mis en place un système de traitement collectif permettant à nos viticulteurs adhérents de nettoyer les pulvérisateurs par micro-filtration. » Autres initiatives environnementales : la récente création d'un parcours de biodiversité de 40 ha, sur une surface globale de 80 ha, le déploiement de la démarche « Agriconfiance volet vert » sur 100% des exploitations des adhérents (en cours), ou encore, la récente certification environnementale HVE (haute valeur environnementale) de niveau 3 (valorisable sur les bouteilles) pour les 10 premières exploitations de la caves, soit 15 % du vignoble.

"La RSE est notre outil de management, le fondement de l'entreprise"
Sur le plan social, il est par exemple proposé la présence régulière d'un coach sportif pour les employés, ou est en projet sur 2018, la participation à un groupe test sur l'égalité professionnelle avec la DIRRECTE. Mais d'un point de vue plus global, on pourrait également citer l'encouragement et la formation des adhérents à des démarches bio et éco-responsables, l'accompagnement à l'installation de jeunes agriculteurs, une garantie de traçabilité, ou encore un taux d'achats locaux de plus de 80%... Quant à la gouvernance, c'est un principe de transparence, qui s'applique à la coopérative. Une dimension non négligeable pour une structure qui s'est régulièrement, et avec succès, agrandie par fusion de caves ces dernières années.
Sur les moyens mis en oeuvres pour de tels résultats, au-delà de la mise à disposition d'1,5 Equivalent Temps Plein du point de vue des ressources humaines, « et un effort régulier de l'ensemble des salariés », c'est aussi bien sûr de l'investissement financier. « Je peux citer quelques exemple précis d'investissement comme par exemple notre dernière station d'épuration de Romagne, livrée en novembre nous a coûté 360 000€, l'aménagement du parcours biodiversité, 50 000 €,... Mais la RSE est tellement intégrée à tous les niveaux de l'entreprise, que c'est impossible budgétairement de la différencier du reste. Par exemple, la sécurité alimentaire, comme le profil produits sont intégrés dans la RSE. C'est notre outil de management, un fondement de l'entreprises et de nos plans d'investissement à 3 ans (de 4M€, ndlr). »

"La RSE contribue à notre performance de valorisation commerciale"
Mais au-delà des impacts sociaux et environnementaux positifs de cette démarche, la RSE de la cave coopérative est aussi un facteur important de différenciation et donc de valorisation commerciale. « Nos équipes commerciales ont obligation de parler de la RSE de la cave lors de nos rendez-vous commerciaux », indique le directeur. « Au-delà de la relation purement commerciale, c'est aussi une autre forme de relation qui se met en place car de plus en plus de nos clients d'affaires se renseignent auprès de nous pour à leur tour entrer dans une telle démarche ». De quoi assurer des partenariat de longs termes avec ces interlocuteurs...
Et, des acteurs de la grande distribution en passant par les grands compte nationaux et internationaux, tout le monde, à son rythme, s'y met... « même certains acteurs du négoce et des grands crus classés commencent à s'y intéresser. Ca va assurément être un facteur différenciant dans les années à venir ». Un élément qui est tout au bénéfice du chiffre d'affaires des Caves de Rauza(31 M€ en 2017), qui est la seule cave coopérative de Bordeaux à avoir franchi le pas, et de manière spectaculaire. « Historiquement, en terme de performance de valorisation nous nous situons 10% au dessus du marché bordelais, autrement dit, nous sommes 10 % au dessus de la moyenne des transactions enregistrée chaque année par le CIVB entre production et négoce. Désormais c'est la RSE qui contribue de plus en plus à cette performance et à notre statut de leader dans notre activité », assure Philippe Hébrard. Car non seulement, cela renforce l'activité en général mais le bio et le haut de gamme en particulier... Une des dernières belles réussites de la cave, portée par la RSE, est celle d'avoir franchi la porte de la Société des Alcools du Québec, qui, chez nos cousins québécois a le monopole de la distribution de l'alcool et des vins. En d'autres termes, la SAQ est l'unique moyen de pénétrer ce marché. La structure a en 2016 ajouté une clause RSE à son appel d'offre sur les vins de Bordeaux. « Notre avance en la matière qui nous a permis de remporter ce marché ». Concrètement : ce sont 150 000 bouteilles supplémentaires qui partent à l'export chaque année. Un beau coup pour la cave !

Mais désormais l'enjeu pour les Caves de Rauzan est de parvenir à maintenir son haut niveau d'engagement RSE. Pour ce faire, les attentes sociétales étant toujours plus fortes, la cave ne doit non seulement rien lâcher de ses actions, mais bien continuer à les développer. Au programme des trois prochaines années, il s'agira de « mettre les bouchées doubles sur la réduction des intrants, mettre en œuvre la décision politique de la cave d'arrêter les CMR, et regarder de très prés la question du glyphosate, pour être prêt lorsqu'il sera définitivement interdit. Il s'agira aussi pour nous de plus et mieux communiquer sur notre exemplarité en la matière », prévoit le directeur.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
4326
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !