Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Les grandes ambitions de Mas Seeds (ex Maïsadour Semences) en Europe de l'Est

07/06/2018 | "En tant que semencier, nous avons besoin d'exister à l'échelle européenne et bien au-delà", explique Régis Fournier, DG de Mas Seeds. En juin, Mas Seeds accentue son développement en Ukraine.

Jean-Luc Capes, Président de MAS Seeds et Philippe Carré, Directeur Général du Groupe Coopératif Maïsadour inaugurent le siège social et la nouvelle station de recherche de MAS Seeds Ukraine.

Le 10 avril dernier Maïsadour Semences devenait « Mas Seeds ». Nouveau nom et nouveau logo pour l'activité semences du groupe coopératif landais Maïsadour, qui affiche ainsi clairement ses ambitions internationales. Des ambitions qui se confirment en ce début du mois de juin avec l'inauguration toute récente d'une nouvelle station de recherche et d'un nouveau siège ukrainien pour cette filiale. Des développements qui sont le résultat d'une implantation de 10 ans en Europe de l'Est visiblement réussie, et le signe d'un objectif fort pour l'activité semences : multiplier par 3 son chiffre d'affaires d'ici 2026.

Le Groupe coopératif landais n'en fait pas secret. C'est même l'un des 4 axes structurants de son projet stratégique « Maïsadour 2026 ». L'international y est clairement affiché comme « un relais de croissance » pour le groupe, avec en fer de lance l'activité semences, présente dans 40 pays à travers 12 filiales. Mas Seeds réalise en effet, déjà 85% de son chiffre d'affaires ( sur un total de 140 M€) à l'international. N'oubliant pour autant pas ses racines Sud-Ouest – où sont réalisées les deux tiers de sa production et où l'ouverture de 3 nouveaux sites d'expérimentation et un investissement de 3M€ dans l'usine Haut-Mauco sont prévus pour 2018 - c'est bien à l'Est que les choses s'accélèrent pour Mas Seeds et Maïsaour, en cette fin de printemps.

Objectif: 2M ha ensemencés en Ukraine et en Russie
Les récentes inaugurations ukrainiennes sont en réalité la poursuite, d'une stratégie initiée en 2007 en Ukraine puis en Russie en 2008, avec l'implantation de zones de production, puis d'une usine de fabrication et de conditionnement de semences en 2010. Objectif : renforcer sa présence du groupe landais sur des marchés en très forte croissance. La Russie et l'Ukraine représentent en effet à eux seuls 9 millions d'ha de maïs et 13 millions d'ha de tournesol. Après une décennie de présence, MAS Seeds y réalise un tiers de son chiffre d'affaires. En outre, les efforts de recherche, dans laquelle la filiale investit 15 % de son chiffre d'affaires ont permis d'enrichir sa gamme de variétés hybrides de maïs et de tournesol.
Avec ce bon bilan, les ambitions sont donc revues à la hausse : « Pour 2026, nous avons fixé pour objectif qu'un million d'hectare de maïs et tournesol en Ukraine soit ensemencé avec des variétés Mas Seeds», annonce Romain Desthieux, Directeur Général de MAS Seeds Ukraine. Quant à la Russie, l'entreprise projette de doubler ses positions sur la même période pour atteindre également un million d'hectares ensemencé avec ses variétés.

Produire de nouvelles lignées adaptées
Dans ce cadre les deux nouvelles structures récemment inaugurées à Kiev par Jean-Luc Capes, Président de Mas Seeds et Philippe Carré, Directeur Général du Groupe Coopératif Maïsadour s'inscrivent en accompagnement de ces développements. Jusque-là les investissements en Ukraine ont permis, selon Régis Fournier, Directeur Général de MAS Seeds, de « créer des variétés associant des génétiques à fort potentiel de rendement -sélectionnées à l'Ouest- à des génétiques adaptées au stress hydrique et au climat continental de l'Est ». Dans la nouvelle station de recherche, les salariés sélectionneront des hybrides adaptés aux conditions pédoclimatiques du grand bassin de production de maïs et tournesol qu'est l'Europe de l'Est. Leur mission consistera à produire de nouvelles lignées, à travailler sur l'expérimentation, sur le développement et sur la mise en marché. Un programme de sélection ukrainien, qui s'appuiera sur le laboratoire de biotechnologies et de génomique situé au siège de Mas Seeds, à Haut-Mauco dans les Landes.

Quant au nouveau siège social de MAS Seeds Ukraine, à proximité de la station de recherche, il permet de regrouper la R&D, la direction commerciale et l'administration de la filiale dans un nouveau centre innovant aux portes de Kiev en partenariat avec l'Agro Holding AGRO-REGION. Installé sur 1 500 m² près des champs, ce centre combine innovation, ruralité et urbanisme sur un site logistique névralgique, à 5 minutes de l'aéroport. « Nous attendons beaucoup de notre partenariat avec AGRO-REGION qui entend accueillir ici d'autres entreprises prêtes à innover pour l'agriculture, à la façon d'un cluster», détaille Romain Desthieux.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Groupe coopératif Maïsadour

Partager sur Facebook
Vu par vous
2245
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !