Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

Banque Alimentaire, AgriSud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce samedi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'AGRISUD INTERNATIONAL, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Quand CDiscount se transforme en incubateur

16/06/2018 | L'entreprise CDiscount a inauguré ce vendredi son nouvel incubateur. Baptisé "The Warehouse", il dispose d'un "laboratoire de recherche" inédit à Canéjan. Visite.

CDiscount Warehouse

Petit pas en avant pour l'entreprise bordelaise CDiscount : ce vendredi 15 juin, elle a présenté officiellement dans des locaux à Canéjan, près de son vaste entrepôt logistique basé à Cestas, la première promotion de son tout nouvel incubateur de start-ups. Les cinq nouveaux fils dans la vaste toile de la société de e-commerce n'ont qu'un seul but : développer, sous haut chaperonnage, des innovations en termes de pénibilité pour améliorer les conditions de travail des quelques 1800 salariés de l'entreprise, notamment ceux s'occupant de toute la partie logistique des colis. Petit tour d'horizon des nouveaux arrivants.

En septembre 2017, une étude comparative du Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET) a mis les pieds dans le plat sur le sujet des conditions de travail des salariés français et européens. Le constat n'est pas vraiment brillant : les travailleurs français, grecs et espagnols ont été pointés du doigt comme les plus exposés à une dégradation de leurs conditions de travail. En détail, l'étude explique que les salariés français font face à une "dégradation lente mais persistante des conditions de travail, engendrant ainsi une vulnérabilité face aux risques liés au travail supérieure à la médiane européenne", de manière plus prononcée pour les hommes que pour les femmes. La problématique touche tous les secteurs d'activité, mais certains sont particulièrement sensibles à la question. Les 1758 salariés de CDiscount et sa vaste chaîne logistique basée à Cestas (110 000 mètres carrés) sont de ceux là. Bien qu'ils aient connu des épisodes moins glorieux sur la question dans le passé, le fleuron de l'e-commerce local semble essayer d'améliorer les performances et la pénibilité de ses salariés.

C'est en tout cas le point commun des cinq start-ups ayant rejoint depuis quelques semaines leur tout nouvel incubateur, basé dans des locaux de Canéjan appartenant à CDiscount. Après un appel à candidature ayant reçu une trentaine de réponses, l'entreprise, dont la stratégie commerciale s'oriente de plus en plus vers les services, a retenu cinq candidats sérieux pour que chacun puisse développer un projet au sein d'un laboratoire d'innovation dédié spécifiquement à l'amélioration de l'efficacité dans la chaîne logistique. L'espace en question et l'appel à ces entreprises spécialisées chacune dans un domaine en particulier correspond à plusieurs objectifs : tester des innovations mais aussi organiser des formations (au moyen de trois ou quatre ateliers par semaine) auprès des employés, histoire de voir si l'entreprise part dans la bonne direction. La Région Nouvelle Aquitaine a financé la création de cet incubateur, baptisé "The Warehouse", à hauteur de 150 000 euros et reste la seule institution publique à avoir fourni des fonds (même si on ne connaît pas le coût final de l'opération). Comme le confie Pierre-Yves Escarpit, directeur des opérations chez CDiscount, "travailler sur les conditions de travail, ça profite à l'entreprise. Les gens sont plus présents et quand on a besoin de personnel en fin d'année lorsque les ventes sont très fortes et qu'on doit faire appel à du volontariat, plus de 70% de nos CDI viennent travailler le samedi et le dimanche quand il faut sortir les colis. Au moment où on a monté le premier projet Exotech, on a constaté que le fait d'intégrer les collaborateurs a cette démarche de robotisation était essentiel dans l'acceptation de voir des machines travailler avec les hommes, que c'était complémentaire. Ce double sujet nous a fait dire que dans le cadre de l'incubateur, il fallait non seulement que l'on axe sur le sujet de la pénibilité mais aussi que l'on travaille avec les employés". 

Voilà donc la particularité des cinq lauréats : chacun travailler sur une solution dont CDiscount aura évidemment la primeur. ShopRunBack, par exemple, est censé résoudre le problème du retour de gros produits (exemple : une machine à laver). Au moyen d'une application, l'entreprise fondée à Paris en 2014 propose un retour vers des sociétés marchandes à l'international, et est en train de viser l'Asie et les Etats-Unis. Le principe est simple : il veut faciliter le retour des produits du domicile des consommateurs vers des entreprises comme CDiscount. Tout est réglé clé en main, mode d'envoi auprès du transporteur, photographie au domicile du produit servant d'état des lieux notamment concernant le conditionnement et l'emballage du produit concerné, facilité d'intervention du transporteur pour le client (via, notamment, un délai de passage et un créneau précis) et le ré-étiquetage pour une remise en stock la plus rapide possible. HRV, elle, semble plus disruptive encore : grâce à un logiciel en 3D et à un casque de réalité virtuelle, elle mesure les risques prédictifs liés aux troubles musculosquelettiques des employés sur les chaînes de logistique. Le but : cartographier la pénibilité des postes de travail à un niveau industriel au moyen de statistiques précises qui seront par la suite validées par une collaboration avec l'Université de Perpignan, afin de prévenir les risques.

CDiscount Warehouse

Comme l'explique Pierre Foubert l'un des porte-paroles de cette entreprise spécialisée dans les solutions virtuelles au service de la santé, "on choisit une personne ou plusieurs pour étudier l'activité du poste de travail et mesurer sa pénibilité. Généralement, même si chaque personne est différente, la morphologie reste similaire d'un opérateur à l'autre. On utilise des règles de quotation existantes, elles ont été adaptées en fonction de certains secteurs d'activité. On n'a pas forcément de méthode dédiée à la logistique pour CDiscount, c'est l'objectif de notre intégration dans l'incubateur. C'est là dessus qu'on travaille avec l'Université de Perpignan en plus du développement d'autres fonctionnalités sur le logiciel comme la mesure des efforts (le port de charges) et l'aspect cognitif  notamment (charge mentale sur un poste de travail)". Les trois autres start-ups sont toutes assez différentes, chacune correspond pourtant à une problématique très particulière. Ez-Wheel et ses chariots à roues électriques autonomes qui permet une assistance au déplacement des charges lourdes, NoMagic spécialisée dans les algorithmes développant un robot intelligent capable de sélectionner des produits dans un bac en vrac et de les empaqueter ou encore e-cobot et son "Husky", un robot intelligent capable de porter des charges jusqu'à 400 kilos. L'entreprise nantaise travaille actuellement sur un nouveau bras articulé pour son "cobot" (collaborateur robotique) capable de composer la palette idéale (en empilant les colis de la manière la plus performante possible, un peu comme les briques dans Tetris).

Pour CDiscount, imaginer de nouvelles solutions est évident le moteur d'un tel appel à candidature. "Si la solution était déjà sur l'étagère, on ne l'intègrerait pas dans un incubateur. L'idée ici, c'était d'amener sur le marché, et pour nous en premier, une création. E-Cobot travaille déjà avec plusieurs entreprises aéronautiques, mais le bras articulé qu'elle est en train de créer n'existe pas encore. Ez Wheel font déjà des roues mais pas autonomes ni articulées par des personnes de cette manière là. On voulait intégrer des start-ups qui nous proposent de développer avec nous un sujet innovant. Ils ont leur technologies, on a nos besoins, il y a un projet en commun a faire. C'est une sorte d'union libre, on les aide à se développer et peut-être qu'on investira chez eux si vraiment ils sont rupturistes". Le premier contrat pour ces jeunes entreprises : arriver à sortir un produit en six à huit mois, même si rien n'est totalement figé. Quant au sujet de la pénibilité, il pourrait être le premier d'une longue série pour l'incubateur "The Warehouse", surtout quand on sait que CDiscount s'est récemment lancé dans les assurances de prêt immobilier ou le tourisme... Les produits prévus par cette première promotion sont en tout cas encore en plein développement. Le bras articulé de E-cobot, à titre d'exemple, pourrait être testé en situation réelle d'ici la fin d'année 2019. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5552
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !