Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Une nouvelle feuille de route pour la chambre de métiers de la Dordogne

11/02/2018 | Cette semaine, le président Didier Gouraud a présenté les priorités et les axes de développement de la chambre consulaire pour la nouvelle mandature.

Didier Gouraud, artisan boucher et président de la CMAI 24 entouré de son équipe

Un an après son entrée en fonction, la nouvelle équipe dirigeante de la chambre de métiers de la Dordogne a fait le point des sujets d'actualité et présenté les axes de développement de cette nouvelle mandature qui s'achèvera en 2021. Parmi les objectifs, la chambre consulaire souhaite davantage venir en aide aux entreprises artisanales en créant une cellule de crise pour limiter les défaillances, accompagner le développement de villages d'artisans, développer l'entrepreunariat au féminin et être au plus près des artisans.

En Dordogne, un tiers des entreprises est une entreprise artisanale. La chambre de Métiers de la Dordogne (CMAI24) compte 12655 ressortissants dont 4103 auto-entrepreneurs. La densité artisanale est supérieure à la moyenne nationale : 1 artisan pour 41 habitants en Dordogne, contre 1 artisan pour 52 habitants en France. Pour la nouvelle équipe de la chambre de métiers de la Dordogne, qui s'est mise en place en novembre 2016, les chantiers en cours ne manquent pas en cette période de débats sur des réformes très importantes pour le milieu artisanal  : réforme de l'apprentissage, de la formation professionnelle, disparition du RSI ( régime social des indépendants). Face à ses chantiers nationaux, et pour accompagner au mieux les artisans de Dordogne, que ce soit dans la création, dans leurs projets de développement ou dans les difficultés, la chambre de métiers de la Dordogne a défini une nouvelle feuille de route. Parmi les mesures concrètes, elle va créer une cellule de crise pour aider les artisans en difficulté dans le but d'agir afin d'éviter les défaillances d'entreprises. "Les artisans n'ont pas dans leurs habitudes d'évoquer leurs difficultés quand elles surviennent. Le but est d'agir en amont pour éviter la disparition de l'entreprise. Nous alllons travailler avec les banques, les comptables, les élus, explique Laurent Beaudout, administrateur et sécrétaire adjoint de la chambre régionale. La cellule "sos artisans" prendrait la forme d'un numéro vert accessible à tous les ressortissants de la chambre de métiers.


Un travail de lobbyingDeuxième axe, la chambre de métiers  veut être un levier du développement économique local. "La désertification en milieu rural a pris ces dernières années, un vrai coup d'accélérateur. C'est un gros souci, précise Didier Gouraud, président de la délégation Dordogne et artisan boucher à Saint-Pardoux la Rivière. La chambre consulaire va multiplier les contacts avec les élus locaux, les communautés de communes et développer une offre de services pour les collectivités. Elle veut créer une vraie force de lobbying à travers notamment le lancement d'une campagne de communication "consommons local, consommons artisanat, qui sera lancée pendant la mandature. L'objectif est d'inciter à recourir aux savoir faire locaux. La chambre de métiers veut aussi se faire le relais de la politique  du conseil départemental qui vise à favoriser la création de villages d'artisans. "Notre rôle est de susciter le besoin dans les zones où c'est envisageable. Certains projets sont bien avancés, celui de Coulounieix Chamiers notamment, précise Sylvie Mérigeau, directrice territoriale de la CMAI24. 

Des services novateursUn axe important concerne l'accompagnement de l'entreprise artisanale dès l'émergence d'un projet, ou ensuite lors d'une phase de développement. Depuis quelques temps, le stage préparatoire est proposé en ligne. Et sachant que 10 % des ressortissants et des porteurs de projets n'ont pas la nationalité française, des réunions d'information en anglais ont été instaurées à l'intention des créateurs et repreneurs britanniques notamment, qui restent nombreux sur le département. Après une diminution, on assiste à un retour des ressortissants britanniques qui ont un projet de devenir artisan . A noter que depuis 2001, la CMAI 24 est certifiée Afnor pour la qualité de son offre de services. Pour développer l'entrepeunariat au féminin, la CMA reconduit le trophée Elle M'l'artisanat en mars et instaure un système ou chaque créatrice d'entreprise sera accompagnée par une élue de la chambre consulaire. En octobre, une session 100 % féminine du diplôme universitaire outils pour entreprendre sera organisée. Malgré une baisse de son budget,  entre 9 et 10 millions d'euros avec le CFA, l'organisme consulaire souhaite maintenir la gratuité de ses interventions auprès des artisans. 

Campus de la formation et apprentissage

Actualité oblige, Didier Gouraud a réagi "positivement" à la réforme de l'apprentissage  et voit plutôt d'un bon oeil que le contenu des formations échoue aux branches professionnelles. Là, il faudra pourtant être vigilant sur les branches professionnelles qui sont moins bien organisées. "Elles devraient plus réactives aux évolutions des métiers. C'est une réforme courageuse." Il a fait le point sur le chantier du futur campus de la formation, résultat d'un partenariat 50-50 avec la chambre de commerce et d'industrie, qui comprend 180 lits pour des apprentis et des stagiaires de la formation professionnelle.  Le campus devrait totalement être opérationnel début 2019.
Alors qu’un rapport du gouvernement préconise la fusion des deux chambres consulaires, Didier Gouraud, à la fin de son intervention, a défendu la nécessité de maintenir l’indépendance des deux institutions. "Je n’ai aucun problème avec mon homologue de la CCI, Christophe Fauvel. On s'entend très bien.  Mais, il y a des particularités artisanales à prendre en compte. Le risque, ce serait de voir notre chambre noyée dans un gigantesque ensemble". Je ne nous vois pas au côté des dirigeants de la grande distribution," a expliqué Didier Gouraud.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
2120
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !