Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.




- Publicité -
  • 24/02/20 | Aéroport de Bordeaux-Mérignac : des agents de sécurité en grève

    Lire

    Une centaine d'agents de la société Hubsafe chargés de contrôler la sécurité à l'aéroport de Mérignac ont manifesté devant les portes ce lundi matin pour la quatrième journée consécutive. Ils dénoncent leurs conditions de travail et un entretien "exécrable" de leurs postes de travail. La société a choisi de rapatrier des salariés de Paris et Nantes pour assurer le service et éviter des annulations ou perturbations dans les vols. Le préavis de grève de la majorité des 135 agents est illimité. Hubsafe n'a pour l'instant pas entamé de négociations.

  • 24/02/20 | Libourne, présélectionnée pour être le camp de base d'une équipe de la coupe du monde de rugby 2023

    Lire

    Le lundi 24 février Libourne s’est vue confirmer qu’elle figure bien sur la liste des 84 villes présélectionnées pour devenir camp de base d’une équipe pour la coupe du monde de rugby en 2023. Bordeaux accueillera plusieurs matchs de la compétition et les villes d’accueils devaient fournir plusieurs infrastructures parmi lesquelles : un terrain d’entraînement en extérieur clos, un gymnase, une salle de musculation et une piscine.

  • 24/02/20 | Un recours au Conseil d'État pour la déviation du Taillan

    Lire

    Les associations France Nature Environnement et Natur'Jalles, déboutées de leur requête en référé devant le tribunal administratif de Bordeaux dans le dossier de la déviation du Taillan, ont déposé un recours devant le Conseil d'État. Dans un communiqué, Natur'Jalles précise vouloir "continuer à dénoncer le risque de pollution que ce projet fait peser sur une part importante de la ressource en eau potable de Bordeaux-Métropole", affirmant que la procédure avait permis "l'accès à des preuves qui révèlent les manquements du Département et des services de l’Etat".

  • 24/02/20 | Projet de loi 3D : une plate-forme de concertation en région

    Lire

    Le futur projet de loi 3D, porteur du "nouvel acte de décentralisation" annoncé par Emmanuel Macron à l'issue du grand débat national vise à "transformer les relations entre l’État et les collectivités territoriales". Dans ce cadre, une concertation est organisée à l'échelon régional et départemental entre préfets, élus locaux et acteurs de la société civile autour notamment du logement, du transport et de la transition écologique. Une plate-forme participative permet aussi aux élus, entreprises, syndicats, associations et citoyens, de déposer leurs propositions jusqu'au 15/04.

  • 24/02/20 | Remonter le temps à grande vitesse à Poitiers

    Lire

    Potiers remonte dans le temps ! Elle accueillera l’exposition « L'archéologie à Grande Vitesse : 50 sites fouillés entre Tours et Bordeaux» du 16 avril au 30 août, au Musée Sainte-Croix. Ces fouilles initiées lors du tracé de la LGV en 2009, ont permis de mieux comprendre les anciens rites funéraires mais aussi l’évolution de la flore et la faune il y a 100 millions d’années, en Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine. Créée par LISEA et SNCF RÉSEAU, cette exposition est l’occasion de traverser les âges grâce à des reconstructions 3D, plongeant les visiteurs avec nos cousins, les chasseurs préhistoriques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

La PAC en question sur fond de Brexit: les nouveaux défis de l'agriculture française

Le Brexit est passé par là … Et l'on n'a pas fini d'en mesurer les conséquences pour l'existence d'une Union Européenne qui tire à hue et à dia et que, chaque jour davantage, seule la perspective des retombées financières pour certains pays maintient à flots. En douterait-on qu'il suffirait de constater l'échec, pur et dur, du sommet qui, deux jours durant à Bruxelles, était consacré à la préparation du futur budget pluriannuel de l'Union, couvrant la période 2021-2027. Quelques mille milliards d'euros et une perte de la contribution britannique estimée entre 60 et 75 milliards dont une grosse enveloppe qui bénéficiait à la Politique Agricole Commune. Cette agriculture européenne, au cœur du dilemme ce qui a conduit Emmanuel Macron, avant de filer dès potron-minet au Salon de l'agriculture, à affirmer : « Ce n'est pas la PAC qui peut payer pour le Brexit »

Ce même Macron qui ne redoutait pas d'affirmer, lors d'une interview à la presse régionale : « Nous avons à accomplir une révolution aussi profonde que celle qui fut accomplie dans les années 60, lorsque nous avons bâti une agriculture pour nourrir les Français."

Le temps, en effet, n'est plus où l'agriculture française, fille chérie de l'Europe, d'abord sommée d'assurer la sécurité alimentaire du pays, alignait les performances à l'exportation et était l'objet de toutes les attentions. On oublie de dire, ou de rappeler, que la réunification allemande, à partir de 1991, a bouleversé un fonctionnement jusque là équilibré, avec l'arrivée de l'Est et de grandes exploitations sur le mode soviétique que Berlin a alors soutenues, encourageant des évolutions qui devaient déboucher sur une réforme, en 2003, sur fond de négociations OMC. Un mot a fait, alors, son apparition dans le vocabulaire de la PAC : découplage, ou comment déconnecter les aides directes des productions. Naissait alors un système particulièrement favorable aux grandes exploitations qui bénéficiaient d'un paiement unique basé sur leur superficie. Et va pour l'agrandissement... si aléatoire pour les exploitations de type familial, tandis que l'élargissement de l'Union aux nouveaux venus de l'Europe centrale et de l'Est accélèrerait les concurrences à bas coût.

«  Notre modèle doit progressivement changer » affirme l'hôte de l'Elysée. Il aurait pu ajouter: en maintenant sa capacité à nourrir les Français, car nous nous ne voulons pas voir que notre pays glisse, chaque jour davantage, vers la dépendance que vient accélérer les accords de type CETA que l'Union continue d'accepter au nom du libre échange et d'intérêts industriels. Dépendance ? Faut-il rappeler, ici, le niveau de celle-ci pour les aliments du bétail, soja ou tourteaux de soja par exemple, le plus souvent OGM....

L'agriculture française doit donc relever un grand défi, en sachant que la manne européenne va rétrécir et qu'un autre défi doit être relevé celui du réchauffement climatique. Il ne s'agit pas seulement de faire du "verdissement", un autre mot qui a fait recette ces dernières années mais de rebattre les cartes. De concevoir une nouvelle donne, et de mettre le paquet pour la soutenir, d'investir par exemple, avec l'aide de la recherche qui s'organise aujourd'hui pour apporter des solutions, dans le développement des légumineuses qui offrent l'avantage de réduire notre dépendance aux importations mais aussi permettent de fixer l'azote de l'air et de réduire les intrants et les besoins en énergie pour les produire.

L'agriculture française doit aussi - et, là, la responsabilité de l'Etat et du législateur sont très grandes - bénéficier d'un renforcement de la loi foncière promise mais qui prend du retard. Protéger les terres agricoles et leur potentiel agronomique, donner aux outils existants la faculté de privilégier une agriculture qui échappe aux fonds de pension et encourage l'installation des jeunes... Un autre grand défi où le bio et les circuits courts voient l'arrivée d'une génération souvent habitée, aussi, par un projet de vie. Il ne faut pas aller loin, chez nous, ici, en Nouvelle-Aquitaine pour aller à sa rencontre et voir naître, pas à pas, une manière d'éco-système où les collectivités locales sont appelées à jouer un rôle d'entraînement profitable à la vie du monde rural et à la qualité des aliments qu'exigera de plus en plus le citoyen-consommateur.

 

 

 

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
820
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires