Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

19/12/18 : Béatrice Lagarde, la nouvelle préfète de Lot-et-Garonne, a demandé aux services de l’État d'activer leur compte Facebook. Les internautes pourront ainsi suivre l'actualité des services en temps réel.

19/12/18 : L’EFS appelle à la générosité des donneurs et invite le plus grand nombre à se rendre dans l’une des 15 maisons du don de NA ou sur l’une de ses collectes mobiles durant les fêtes et vacances scolaires, en cette fin d'année les réserves sont fragiles

19/12/18 : 1ère réunion d'information le 20 déc. à Bordeaux sur AQUI-LITT, une étude de surveillance microbiologique inédite du littoral néo-aquitain. Portée par Aquitaine Microbiologie, elle établit une cartographie régionale de l'antibiorésistance.

19/12/18 : Au regard des événements actuels et de la clôture effective de la DRAC Nouvelle-Aquitaine, l'équipe du Pôle d'Enseignement Supérieur Musique et Danse annule "Midi en Musique" de Noël, le 21 déc. à 12h15, dans la Chapelle de l'Annonciade.

19/12/18 : Tempête Klaus. 1 M€ pour financer les derniers dossiers de reboisement. Depuis 2009, l’État aura consacré 442 M€, l’Europe 60 M€ et le Conseil régional 1 M€, notamment à la reconstitution des parcelles sinistrées. 203 000 ha ont ainsi été reboisés.

19/12/18 : Faubourg Immobilier, le promoteur spécialisé en immobilier résidentiel, a été retenu par Bordeaux Euratlantique pour réaliser 10 000 m² de logements. Ce projet proposera différents types de logements au cœur de la métropole girondine.

19/12/18 : Les services de la préfecture de la Vienne seront exceptionnellement fermés les lundis 24 et 31 décembre.

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.




- Publicité -
  • 19/12/18 | Maison itinérante du vélo à Bassens, Cenon, Floirac et Lormont

    Lire

    Les 19, 21, 22 décembre, 14 h 00, la « Maison du vélo et des mobilités » de la Rive Droite se rendra à Bassens, Cenon, Floirac et Lormont pour un atelier de réparation participatif. L’originalité du projet tient à son caractère itinérant. Pour assurer ses déplacements, l’association disposera de deux vélos cargo et de 3 modules d’animation : remorque atelier, remorque vélo-école et stand d’accueil/ressources.

  • 19/12/18 | Expo-vente de tableaux de Gérard Desplanques à Limoges

    Lire

    Le Groupe Mercure organise du 20 au 22 décembre une expo-vente, autour d’une rétrospective de 1972 à 2018, de tableaux et de dessins de l’artiste-peintre Gérard Desplanques dont il a puisé son inspiration dans la richesse de la nature du Limousin. Il cherche au travers de ses œuvres à se rapprocher des peintres préhistoriques. Le vernissage de l’exposition aura lieu, en présence de l’artiste le 21 décembre à 18h30, à la Galerie Municipale de Limoges.

  • 19/12/18 | Un marché de Noël 100 % producteurs de Dordogne

    Lire

    La Chambre d’Agriculture de Dordogne organise son 1er marché de Noël le 20 décembre de 16h30 à 19h au Pôle Interconsulaire à Coulounieix-Chamiers. Agriculteurs et artisans proposeront un large choix de produits : Monbazillac, vins de Bergerac, canard gras en frais et en conserves, confitures, agneaux, porcs et dérivés, légumes, bières artisanales, volailles et volailles de Noël, charcuteries, plantes aromatiques, macarons, pain d’épice, nonnettes, nougats, fromage, noix et dérivés, broderies.

  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Repolitiser la question climatique

Canicule quand tu nous tiens...Nous enchaînions les années les plus chaudes, depuis 2015, et maintenant nous allons en ajouter une : 2018. Un millésime qui faute d'un peu d'eau ne fait guère grossir les graines de raisins en ces temps où, à la vigne, la véraison se signale mais surtout qui, à nos yeux, marque un moment dans l'accélération de phénomènes, à l'échelle planétaire. Ne demandez pas aux Suédois s'ils croient ou non au réchauffement climatique: ils le vivent et leurs réactions sont plus qu'inquiètes. Ils ont vu les incendies courir le long du pays et voient fondre leur plus haut sommet glaciaire dans le cercle arctique. L'un de leurs plus éminents météorologues affirme que "la chaleur extrême est cent fois plus fréquente aujourd'hui qu'elle ne l'était dans les années 1950, 1960 et 1970. Et, pendant ce temps-là, la Californie brûle et un certain Donald Trump ordonne que l'on reconsidère à la hausse les consommations autorisées de carburant pour doper l'industrie automobile américaine... Nous sommes donc bien loin de l'accord de Paris et, d'ailleurs, le ministre Nicolas Hulot regrettait dans une manière de bilan contesté que la France ait émis trop de gaz à effet de serre en 2017. D'un peu partout montent des cris d'alarme, le plus souvent sur le mode désespéré: c'est foutu, l'humanité est entrée dans sa phase inarrêtable d'extinction.

Il y a quelque chose de terrible dans ce genre de propos défaitistes. Pour deux raisons au moins.

D'abord, parce qu'en effet les signes sont nombreux qui attestent de l'amplification des dérèglements climatiques, à commencer par la géographie des zones de plus en plus exposées à l'élévation du niveau des océans ou encore l'effondrement de la biodiversité qu'il ne faut pas aller bien loin pour constater.

Ensuite parce qu'ils engendrent le plus souvent un sentiment d'impuissance face à la dimension mondiale du problème plutôt qu'ils ne mobilisent les populations.

Que peut bien faire le citoyen alors que l'égoïsme des nations, et la loi du capitalisme financier, rendent invraisemblables la solution à l'échelle de la planète, la baisse drastique de ces émissions de gaz à effet de serre, responsables aux deux tiers du réchauffement actuel ? Subir et subir encore dans les pays dont les peuples luttent déjà pour la survie. Et pester ou se désespérer, ici, chez nous en se satisfaisant, ici et là, de progrès qui montrent des voies possibles mais sans jamais atteindre les niveaux qui montreraient que l'on peut rompre avec nos façons de vivre, d'agir, de créer. Qu'il s'agisse des transports, de nos consommations d'énergie, de notre façon de respecter un des biens dont on sait qu'il deviendra de plus en plus rare, l'eau, de nous chauffer aussi. Et, pourtant, qui ne voit l'intérêt de s'engager, chacun à sa façon, et bien sûr selon ses moyens, dans la voie d'une frugalité qui peut être heureuse?

A cet égard, dans les tout prochains mois, il va falloir prêter attention à la tournée que va entreprendre, dans plusieurs villes de Nouvelle-Aquitaine l'équipe « d'Acclima Terra ». Sous la houlette de l'éminent climatologue bordelais Hervé le Treut, elle a approfondi le travail qui avait déjà donné lieu, en 2013, à un premier rapport « Prévoir pour agir » et décline, maintenant, une série d'anticipations face aux changements climatiques, à l'échelle de la grande Région. Et entend le faire, en multipliant les occasions de donner, justement, la parole aux citoyens, en souhaitant une participation devant conduire «  à repolitiser la question climatique comme choix d'un destin collectif... ». Belle perspective que nous suivrons pas à pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4167
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires