Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/05/20 : La crise sanitaire est passée par là: la Commission et sa présidente Mme Von der Leyen annoncent un plan de relance de 750 milliards empruntés sur les marchés pour renforcer le budget de l'Union.Préalable: obtenir l'accord des 27 pour ce New Deal "fédéral

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

  • 30/05/20 | Plus de 48 000 salariés périgourdins en activité partielle

    Lire

    En Dordogne, 7390 entreprises ont établi une demande de chômage partielle, ce qui concerne 48 572 salariés actuellement. 1045 entreprises ont demandé des reports de charges fiscales, cela correspond à un montant de 9,4 millions d'euros. 14 487 entreprises ont sollicité le fonds de solidarité, cela représente une somme globale de 24,2 millions d'euros. Sur ces demandeurs, 64 % sont des entreprises individuelles et 24 % sont des SARL.

  • 30/05/20 | Bordeaux Métropole : des mesures pour le tourisme

    Lire

    Bordeaux Métropole vient d'adopter 11 mesures (550 000€) pour soutenir la filière tourisme, parmi lesquelles le financement (à 50%) du déficit d'exploitation "à venir" de l'Office de Tourisme et d'une campagne de promotion de la "destination Bordeaux", une réduction du prix du stationnement dans certains parkings souterrains pour les clients des hôtels, un délai de reversement de la taxe de séjour (dont la redevance passe de 2,5 à 5%) pour les hébergeurs ou l'exonération de "tout ou partie" des redevances d'occupation des pontons pour le tourisme fluvial.

  • 30/05/20 | Fonds d'urgence : 2154 dossiers pour Bordeaux métropole

    Lire

    Ce vendredi, dans un point consacré à l'économie, Bordeaux Métropole a précisé que 2154 dossiers avaient été traités dans le cadre de son fonds d'urgence (15,2 millions d'euros) aux entreprises de 1 à 5 salariés, pour un montant total distribué de 4,313 millions d'euros. Ils l'ont été principalement à des entreprises de services (39%), des cafés/hôtels et restaurants (30%) et des commerces (20%). L'essentiel de ces dossiers (1107) a été déposé par des entreprises bordelaises. Les entreprises peuvent encore déposer une demande d'aide jusqu'au 30 juin.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Bassin versant de la Leyre: un phénomène de crues inédit qui appelle la prudence

15/05/2020 | Alors que la décrue s'amorce, le Parc Naturel régional des Landes de Gascogne a mis en place une cellule de crise qui permet de dresser un état des lieux de la situation et des chantiers à venir.

Bassin versant de la Leyre, un phénomène de crues inédit

« Orages cévenols » sur les bassins versant du Ciron et de la Leyre... Telle est la comparaison du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne pour décrire le phénomène pluvieux d'une rare intensité qui s'est abattu sur ces deux vallées, les 10 et 11 mai dernier. En chiffres ce sont 160mm d'eau qui sont tombés en 36 heures, soit l'équivalent de 2 mois de précipitations. Une situation exceptionnelle et des dégâts importants sur le Val de l’Eyre, le Sud-Gironde et la Haute Lande. Le Président du Parc, Renaud Lagrave, a annoncé se rendre sur place lundi 18 mai prochain. Pour l'heure, en tout cas, la prudence est de mise notamment autour de la Leyre.

Dans la très grande majorité des cas, les dépressions se déplacent d’Ouest en Est et donc, habituellement, se contentent de traverser Val de Leyre, Sud Gironde et Haute Landes. Mais les 10 et 11 mai, le phénomène pluvieux est resté bloqué au-dessus des bassins versants du Ciron et de La Leyre, de quoi provoquer des cumuls de grande ampleur en peu de temps, dans un contexte de nappes phréatiques saturées suite aux différents épisodes pluvieux de l'hiver et début du printemps.

« Le ciel nous est tombé sur la tête »
Selon Laurent Degrave, technicien rivières du Parc, si l'ampleur de l'épisode connu les 10 et 11 mai, était inédite sur ce territoire, se sont en réalité deux phénomènes qui sont conjugués : « Il y a d'abord eu la remontée de la nappe phréatique qui été déjà très haute, quasiment à raz du sol avec les pluies importantes depuis décembre. Puis, très vite, le deuxième effet est arrivé derrière : le débordements des fossés et des cours d'eau » causant des écoulements de surface et des déversements qui se sont multipliés. Conséquence : des ruissellements puissants ont surgi dans les rues, des maisons ont été inondées, des infrastructures notamment des ponts, des édifices soutenant des pistes cyclables et des routes n’ont pas résisté.

A Salles, une des villes touchées dans le sud Gironde, le maire Luc Dervillé l'assure dans une vidéo sur la page facebook de la ville, tournée au côté de Laurent Degrave : « Le ciel nous est tombé sur la tête! Tous les quartiers de Salles ont été inondés, il n'y en a pas un seul quartier qui ait été épargné. » Côté routes : sur l'ensemble du département de la Gironde près de 90 routes ont été impactées par les fortes précipitations des 10 et 11 mai, et plus d'une vingtaine coupées en raison de l'inondation des voies. Sur ces dernières près de la moitié se situent en Sud Gironde.

Si la décrue est désormais amorcée, Salles notamment, mais aussi Mios, Biganos, Le Teich et les communes de l'aval, se sont vues à nouveau particulièrement touchées, par « la montée vertigineuse de la Leyre », raconte le maire Sallois. En cause : la marée haute du mardi 12 mai en soirée et la l’arrivée des eaux dans les différents affluents qui sont eux-mêmes venus gonfler la Petite Leyre, la Grande Leyre et l’Eyre. « À Belin-Béliet, on a enregistré le 13 mai, sur l’échelle de référence du Pont de Mesplet, la cote de 2m40 », note la cellule de veille du Parc, menée par Laurent Degrave.

Demandes de reconnaissance de catastrophe naturelle
« En plus des routes fragilisées, stations d’épurations, piscicultures, moulins, activités agricoles et autres équipements en fond de vallées ont pu être touchés. Des habitants ont également subi la montée des eaux sur certains secteurs, souvent loin des cours d’eau, nécessitant l’intervention solidaire de la cellule de crise mise en place par le Parc », précise ce dernier. Selon Laurent Degrave, « le principal travail à mettre en oeuvre maintenant c'est de travailler avec les commune à l'élaboration du dossier de demande de reconnaissance de catastrophe naturelle ». C'est en effet « cette reconnaissance qui permettra aux particuliers de faciliter leur relation avec les assurances », souligne quant à lui le Maire de Salles.

Mais le Parc travaille aussi dans le cadre de sa compétence GeMaPI (gestion des milieu aquatique et prévention des inondations) prise en charge très récemment, et accompagne les communes à la rédaction de ce document « qui est atypique pour toutes ces communes de la partie amont du Bassin (que ce soit côté landes ou côté Gironde) car elles n'avaient jamais connu ces soucis là. C'est vraiment un événement inédit. » Et s'il faut pointer un responsable, pour Laurent Degrave, le changement climatique, n'est pas innocent. « Les anciens ont sans doute déjà vu des crues importantes mais sur des temps long, là ,36 heures c'est extrêmement rapide », pointe l'expert qui souligne d'une part la chance d'avoir un fleuve sans trop d'aménagements dans son lit majeur (ayant ainsi limité la gravité du bilan) et d'autre part la possibilité que ce genre d'événement pourrait se multiplier en parallèle de plus longues périodes de sécheresse...


« Un impact plus fort que la tempête Klaus »
Dans un futur, espérons le plus proche, une fois la décrue achevée, le temps sera aussi à dresser le bilan : il faudra faire l'inventaire des dégâts, mettre en place des expertises sur les ouvrages d'arts, les ponts, les routes qui ont été coupées ». Mais sur la rivière également. « Demain nous aurons sans doute un fleuve qui aura énormément d'arbres en travers, des berges affaiblies, des glissements de terrains par endroits dans la vallée, un fleuve qui va peut-être s'être déplacé... Donc ça veut dire une rivière dangereuse. Je m'attends à un impact plus fort que la tempête Klaus en termes d'encombrement de la rivière ». Et qui dit rivière dangereuse dit prudence. L'inventaire doit être complet avant de nouveau autoriser l'accès à la rivière. Pêcher, faire du kanoé sur la Layre, on ne peut pas l'envisager, ça serait extrêmement dangereux de vouloir s'y aventurer » avertit Laurent Degrave.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : PNR des Landes de Gascogne

Partager sur Facebook
Vu par vous
3894
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 33 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !