Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Comment La Rochelle passe le cap des 18% d’énergies renouvelables

12/06/2018 | Avec près d'un tiers d'énergies renouvelables, La Rochelle a réussi à faire baisser sa facture énergétique de 15% en 5 ans.

A La Rochelle, 20 groupes scolaires sur les 40 de l'agglomération sont fournis en énergies renouvelables. Un dispositif qui s'accompagne par de la pédagogie en ce sens auprès des élèves.

Depuis 2014, l’agglomération de La Rochelle s’est engagée à intégrer 23% d’énergies renouvelables dans ses consommations et à améliorer de 20% l’efficacité énergétique de ses équipements publics d’ici 2020. A mi parcours, elle a déjà franchi le cap des 18% d’énergies renouvelables et réduit sa facture d’énergie de 15%. Pour y parvenir, elle a cherché à la fois à diminuer ses consommations tout en augmentant la part d’énergies renouvelables. Un équilibre pas toujours facile à trouver quand on sait que les énergies propres sont encore un peu plus chères que celles émanant du réseau classique.

Après diagnostic, la première initiative de La Rochelle a été de se séparer de ses bâtiments publics les plus voraces en énergies, pour les redistribuer avec un nouvel usage. L’ancienne Poste du quartier Laleu a été par exemple mise à disposition de l’école proche. Certains bâtiments ont été rénovés dans une exigence de performance énergétique, comme la Maison associative de Lagord, dont le chauffage et l’éclairage sont gérés de façon automatique en fonction de la présence dans les pièces et de leur utilisation. Une centaine de bâtiments (sur les 400 que possède la Ville) sont ainsi équipée d’un système de Gestion technique centralisé permettant de suivre et d’adapter au jour le jour les consommations, comme dans les écoles. D’autres bâtiments à venir seront construits pour être économes et alimentés par des énergies renouvelables (réseau de chaleur, solaire, etc.). Objectif de la Ville : créer des « solutions numériques plus précises pour suivre les consommations et les adapter à distance aux usages et aux variations climatiques », avec un système d’alerte en cas de surconsommation.

Un effort est également fourni au niveau de l’éclairage des bâtiments et de l’espace publics, dont les ampoules sont progressivement remplacées par des leds depuis deux ans. Un test est également en cours depuis six mois, en accord avec les riverains : éteindre 15 luminaires du quartier Laleu de 23h à 6 du matin. « Et nous menons une réflexion pour l’appliquer à d’autres quartiers », assure Gérard Gouron, conseiller municipal délégué de La Rochelle chargé des énergies, de la transition énergétique et de l’éclairage public.

De l'énergie propre et coopérative

Toujours dans l’objectif de concilier baisse des consommations énergétiques et augmentation de la part des énergies renouvelables au quotidien, La Rochelle a passé l’an dernier un marché public avec Enercoop. Ce fournisseur d’énergies alternatives fournit 29 points de raccordements alimentant des bâtiments publics, dont la moitié des groupes scolaires de l’agglomération (une vingtaine). Un véritable « engagement militant », selon Gérard Gouron, car l’énergie produite par Enercoop coûte environ 15% plus cher que celle du réseau classique. Une garantie de traçabilité de la provenance de son énergie, pour La Rochelle, car Enercoop produit de l’énergie française 100% renouvelable : 90% en hydroélectrique, via des micro-centrales, 6% en éolien, 3% en photovoltaïque et moins d’1% en biomasse.
Malgré ce surcoût, l’agglomération a tout de même réussi a faire baisser la facture en combinant adaptations des bâtiments, nouvelles gestions énergétiques en interne, etc. Associée à l’usage des autres énergies renouvelables de l’agglo (deux chaudières bois et des panneaux solaires au Stade Marcel-Deflandre et à l’école Jean-Bart), la facture a été réduite de 400 000 € annuel. Une démarche qui s’inscrit en parallèle d’un autre objectif de réduction : celle de l’émission des gaz à effet de serre.  Un des objectifs du programme « territoire zéro carbone » porté par l’agglomération dans le cadre de l’appel à projet "Territoires d'innovation de grande ambition" lancé par l’Etat l’an dernier et dont la ville compte bien finir parmi les lauréats.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
2132
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !