Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Environnement | Des hôtels labellisés écologiques !

05/06/2018 | En France, 264 hôtels portent l'écolabel européen, le seul label officiel européen en terme d'écologie.

L'écolabel européen pour les hôtels se base avant tout sur une démarche volontaire.

Avec plus de 27 millions de touristes générant environ 12 milliards d’euros de dépenses par an, le tourisme constitue un secteur économique très dynamique dans la région Nouvelle-Aquitaine. Et cet afflux de touristes n’est pas sans conséquences pour l’environnement. Pour répondre à ce problème, les professionnels du tourisme se sont engagés dans des démarches éco-responsables. Certaines structures d’hébergement notamment ont décidé de s’y lancer, en devenant volontaires pour obtenir « l’Écolabel européen », label écologique officiel européen. C’est notamment le cas de l’hôtel Campanile de Bordeaux Saint-Jean, officiellement titulaire de cet éco-label depuis 2013.

« Il faut y trouver du sens personnellement », voilà la principale consigne donnée par Marjorie Belliard, directrice du Campanile Bordeaux Saint-Jean. Car si la décision de se lancer dans l’éco-labellisation est louable, l’application du label et les changements que cela impose « sont très contraignants », témoigne celle dont l’hôtel est labellisé depuis 5 ans. « Au niveau des points lumineux, on a du changer la plupart de nos ampoules car elles étaient trop gourmandes en énergie », dit-elle en souriant, avec du recul. En effet, l’éco-label englobe un certain nombre de domaines différents (tri des déchets, énergie, eau, alimentation…), dans lesquels l’hôtel doit respecter des critères bien précis, s’il veut bénéficier du label. « Pourquoi est-ce aussi contraignant ? », se demandent même les dirigeants d’hôtels intéressés et présents pour écouter le témoignage du Campanile Bordeaux. « Les critères sont définis par l’Europe, on ne peut rien y faire », répond Mathieu Anglade, directeur régional délégué de l’ADEME Nouvelle-Aquitaine. Et oui, car si l’accompagnement des hôtels dans les démarches d’éco-labellisation est assuré au niveau régional (coopération entre l’ADEME, l’AFNOR et le Conseil Régional), les normes du label sont définies au niveau européen.

Un label dur à acquérir donc, mais qui peut faire la différence par rapport aux établissements concurrents. En effet, celui-ci est le seul label écologique officiel européen, il est donc gage de qualité dans la démarche écologique. Une démarche qui permet selon l’ADEME aux hôtels titulaires de grandement réduire la consommation d’eau, d’énergie, de détergents et la production de déchets. Des hôtels qui portent donc les valeurs du développement durable dans un milieu (celui du tourisme) plutôt nocif pour l’environnement. Le tourisme de masse et tout ce qu’il engendre (pollution, déchets, gaz à effet de serre…) n’est en effet pas sans conséquences pour l’environnement, et les valeurs portées par cet éco-label s’y opposent. La démarche pédagogique envers les clients fonctionne aussi plutôt bien, et la majorité des clients félicite les hôtels concernés, ce qui prouve « une vraie évolution des mentalités », comme l’explique Marjorie Belliard.

Un manque de communication

Pourtant, le label peine à se faire connaître, autant par le milieu hôtelier que par les touristes, qui font rarement attention à ce genre de choses. « Il y a un vrai décalage » indique même Mathieu Anglade. Un décalage entre le développement durable, dont tout le monde parle et sait son importance pour notre planète, et le peu d’engagement des hôtels dans cette démarche écologique. En effet, selon le site officiel de l'écolabel, au 13 janvier 2017, seulement 342 établissements d’hébergement (dont 96 en Nouvelle-Aquitaine) étaient titulaires de l’éco-label européen, sur plusieurs dizaines de milliers en France. Un manque d’engagement dû à la fois aux nombreuses contraintes du label, mais aussi à un certain manque de communication auquel les partenaires essaient de remédier.

C’est notamment ce que fait l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), qui a organisé un concours avec à la clé 6 séjours en éco-tourisme à gagner. Pour y participer, rendez-vous sur la page Facebook de l’ADEME Nouvelle-Aquitaine avant le 9 juin. Les consignes du concours seront disponibles sur le post épinglé. Un concours qui permet donc de faire connaître le label et le tourisme durable, et de montrer l’engagement que porte la région Nouvelle-Aquitaine dans ces thématiques cruciales pour notre planète.

En plus du concours, l’ADEME a aussi financé la création d’une application, « Sumwhere », qui permet de géolocaliser les hébergements détenteurs de l’Écolabel européen. Une application au niveau national qui permet de faire découvrir ces hôtels qui font beaucoup d’efforts pour contribuer au développement durable. Pour en savoir plus sur cette application, rendez-vous sur le site internet : https://www.sumwhere.co

Comme l’explique Mathieu Anglade,« la révolution écologique passe par la révolution numérique », et c’est donc tout naturellement que le monde du tourisme durable passe par internet et les réseaux sociaux pour se faire connaître, et pour pallier le manque de communication qu’il connaît depuis plusieurs années.

Tom Compayrot
Par Tom Compayrot

Crédit Photo : Europe

Partager sur Facebook
Vu par vous
4042
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Environnement
Environnement
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !