Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/18 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour des travaux de maintenance dans les 2 sens de circulation entre les échangeurs 2 et 4a le 14 novembre de 21h jusqu'au 15 6h et le 15 novembre de 21h jusqu'au 16 6h.

13/11/18 : [Rectificatif] Le Parc Marin fait savoir ce soir que contrairement à ce qui a été annoncé à l'issue du vote du Parc Marin le 8 novembre, le grand port de La Rochelle n'avait pas voté pour le projet d'extraction de granulats dans l'estuaire.

12/11/18 : La Rochelle : à partir de lundi prochain, Pierre Thepot succédera à Alain Michel au poste de Directeur Général du Groupe Hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis, des Centres Hospitaliers de Rochefort et de Marennes et de l’EHPAD de Surgères.

09/11/18 : 1ères Assises régionales de lutte contre le gaspillage alimentaire en Nouvelle-Aquitaine, les 13 et 14 novembre au lycée Vaclav-Havel de Bègles portant sur « Alimentons la Transition écologique et solidaire ! »

07/11/18 : Semaine européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées. Table ronde à Bordeaux pour un échange sur le thème de l'inclusion des personnes handicapées le 22 novembre de 9h à 11h30 au Pullman Bordeaux Lac organisée par l'Agefiph

07/11/18 : 17338. C'est le nombre de visiteurs que Cap Sciences à Bordeaux a reçu en 15 jours pendant les vacances de La Toussaint.

07/11/18 : La semaine de la petite enfance, organisée par La Cali du 12 au 17 novembre, dédiée aux enfants/parents porte sur « Aider à grandir les 0 - 4 ans », et a lieu à Izon, St Quentin de Baron, Coutras, Libourne, St Denis de Pile, Nérigean et Génissac.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 13/11/18 | Réunions publiques sur les digues de protection dans le Marmandais

    Lire

    Les digues de protection contre les crues de Garonne au cœur de 5 réunions publiques dans l’agglomération du Val de Garonne. Ouvertes au public, elles ont lieu à Marmande, jeudi 15 novembre à 18h30, à Fauguerolles, lundi 19 novembre à 18h30, à Meilhan-sur-Garonne, lundi 26 novembre, à 18h30, à Monheurt, jeudi 29 novembre à 18h30 et à Tonneins, lundi 3 décembre à 18h30.

  • 13/11/18 | Billère: une expo pour les plus petits

    Lire

    Jusqu'au 31 décembre, la médiathèque d'Este à Billère (64) présente "Jouons avec les livres", une exposition pour les tout-petits de l'illustratrice Emilie Vast qui met en scène plantes et animaux, comme autant de personnages venant raconter leurs histoires dans des illustrations stylisées, douces et poétiques. Amoureuse de la nature et inspirée par les arts graphiques du passé, l'univers graphique de l'illustratrice, qui est aussi auteure et plasticienne, joue avec les lignes pures, la couleur en aplat et le contraste. Tout pour plaire aux 3 ans et plus. Entrée libre

  • 13/11/18 | Le campus euro-régional Bordeaux Pays basque récompensé

    Lire

    Le 8 novembre à l’Ambassade d’Espagne à Paris, les Universités de Bordeaux et du Pays Basque ont reçu le Prix Dialogo France pour «leur projet commun de développement d’une communauté euro-régionale de recherche, formation et transfert de connaissance». Leur alliance renforcée depuis 2011 a en effet permis la création de 5 doubles diplômes, l’augmentation de la mobilité étudiante entre Bordeaux et Pays Basque, la délivrance de doctorats en cotutelle, la création de 2 laboratoires transfrontaliers communs et le projet de campus Ocean Experience qui s’appuie sur un cluster de 50 entreprises euro-régionales.

  • 13/11/18 | Vous avez 4 heures

    Lire

    Le 19 novembre, la Communauté de Communes 4B, la ville de Barbezieux-Saint-Hilaire et la CCI Charente organisent « 4 Heures de la transmission-reprise d’entreprise » au Logis de Plaisance à Barbezieux. Au cours cette après-midi,une table ronde sur « les clés d’une transmission d’entreprise réussie » aura lieu à 14h30. S’en suivra des rdv individuels de 20 minutes avec des professionnels tels que des notaires, avocats, experts-comptables... pour toutes les personnes qui souhaitent reprendre une entreprise ou bien transmettre.

  • 12/11/18 | Mérignac: Le stade nautique acté par la Métropole

    Lire

    Après un passage en conseil municipal le 5 novembre, puis un vote le 9 novembre en conseil de Métropole, le projet du futur stade nautique de Mérignac, reconnu d’intérêt métropolitain, est lancé. Ce complexe aquatique, mêlant apprentissage de la nage, loisirs, bien-être, pratique sportive et accueil de compétitions d’envergure grâce à un bassin de 50 m doté de 10 couloirs, répond au besoin de plans d’eau inscrit dans le Plan Piscine élaboré par Bordeaux Métropole en mars 2017. Le coût de la construction sera assuré par Bordeaux Métropole (57%) et Mérignac (43%) pour une livraison prévue à l'été 2022

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Blanquefort : pour les salariés, Ford "joue la montre"

16/10/2018 | Réunis ce mardi devant l'entrée de l'usine, des salariés de Ford Blanquefort attendaient les résultats d'un nouveau comité d'entreprise dans une ambiance un peu inquiète.

Ford Blanquefort

Après un nouveau revirement dans la position officielle de Ford ce lundi, ce qui a valu un sérieux coup de gueule des collectivités locales à l'encontre du constructeur ayant annoncé en février son souhait de se retirer du site de production pour ses boîtes de vitesse à Blanquefort, le flou demeure. Réunis ce matin à l'occasion d'un nouveau comité d'entreprise, salariés et leaders syndicaux ne savaient plus vraiment sur quel pied danser. Il faut dire que malgré l'offre de reprise de l'industriel belge Punch, discutée avec les institutions depuis plusieurs semaines, la position des quelques 850 salariés est plus incertaine que jamais.

Entre incertitudes...

Ce mardi matin à l'entrée du site de l'usine Ford, à Blanquefort, les camions continuent de défiler mais beaucoup d'employés, en tenue de travail, sont venus attendre à l'entrée, espérant qu'un résultat concret pourrait être tiré d'une nouvelle réunion du comité d'entreprise. Ils sont quelques dizaines, dont beaucoup de syndiqués CGT. Les autres syndicats ont apparemment un peu déserté l'assemblée. L'annonce de ce lundi suite à la venue du ministre de l'économie, Bruno Le Maire, à Bordeaux, n'a apparemment pas surpris grand monde. Patricia ne travaille plus chez Ford depuis 2011. Elle est désormais à son compte depuis le deuxième plan social de Ford, après dix-huit ans à l'usine, et dirige son propre institut d'onglerie à Ambarès. Elle affirme quand même continuer de venir dès qu'elle le peut "pour soutenir les copains. Je ne crois pas à cette reprise. Déjà, dans les réunions à l'époque du deuxième PSE, Ford entretenait l'espoir d'un repreneur. On a parlé de First, du projet des éoliennes... il n'y a jamais rien eu au final", témoigne-t-elle juste avant la fin du comité d'entreprise.

Il faut dire que le revirement des dernières 24 heures a largement fait sa part dans le doute. Bruno Le Maire, même s'il a qualifié la position de Ford comme étant "indéfendable", est tout de même venu annoncer que l'entreprise préférait fermer son usine définitivement plutôt que de la confier à un repreneur, menaçant ainsi directement à nouveau les 847 salariés de l'usine, pendus pendant des mois aux résultats des discussions et des négociations ayant pris un tournant d'affaire nationale. "S'ils pensent qu'ils peuvent mettre la clef sous la porte sans que ni l'Etat ni les collectivités locales ne réagissent, ils se trompent ! Nous allons nous battre et nous ne nous laisserons pas faire", a même déclaré le ministre. Là où le constructeur américain semble renâcler, c'est surtout dans l'engagement qui lui est demandé par l'Etat français pour "participer à la période de transition du site", notamment en lui garantissant des contrats jusqu'en 2021, alors même que Ford a annoncé cesser la production sur le site de Blanquefort en 2019. Et apparemment cette fois, d'éventuelles rallonges financières prévues par les collectivités locales (12,5 millions d'euros apportés par Bordeaux Métropole et la région Nouvelle-Aquitaine et cinq millions d'euros abondés par l'Etat notamment pour financer des mesures de chômage technique) ne suffiraient pas à "faire plier" Ford, comme l'a répété ce mardi le représentant syndical et ancien candidat aux présidentielles Philippe Poutou.

...et promesses

Le discours de Ford, qui était concentré sur un travail en commun avec l'Etat pour trouver un repreneur, s'est heurtée à la procédure d'information lancée le 26 juin dernier pour ce fameux Plan de Sauvegarde de l'Emploi. Cette transition demandée par le gouvernement pourrait être coûteuse pour Ford, notamment pour financer des investissements qui pourraient avoisiner la centaine de millions d'euros. Mais pour Bruno Le Maire, "une fermeture leur coûtera plus cher qu'une la reprise". Peu après la visite du ministre, son conseiller presse aurait confirmé que l'entreprise était "encore prête à discuter avec les pouvoirs publics et Punch du projet de reprise". Pour certains salariés, Ford "joue la montre" et entretient le flou pour gagner du temps jusqu'au dernier comité d'entreprise programmé pour décembre. "On n'a pas du tout cette confirmation dans les discours de la direction locale qui dit que Ford refuse la reprise pour plusieurs raisons, notamment le fait que le plan de reprise prévoit une réduction des salaires, que le repreneur absorberait trop de cash et que la reprise présenterait un manque de sécurité pour les emplois. Ford se soucie donc de nos emplois et de notre avenir...", ironise Philippe Poutou. La direction a pourtant remis aux délégués syndicaux présents le document en détaillant les conditions de reprise par Punch... en anglais, ce qui va nécessiter quelques jours supplémentaires et une analyse du conseiller juridique pour être décortiqué.

En attendant, les salariés sont plutôt lucides, et le leader syndical est lui aussi conscient que la reprise, même si elle survenait, ne serait pas vraiment providentielle. "Tout ne va pas être résolu si le plan de reprise est accepté. On ne connaît pas son contenu précis mais on se doute bien que Punch ne va pas nous dorloter. On pense qu'en dehors du plan de départs en retraite, il faut sauver les emplois de ceux qui ont encore l'âge de bosser. On préfère une reprise, même avec tous les doutes que ça apporte derrière, que le chômage. Mais si on se tait, ça ne bougera pas. Ford met en avant le fait que le plan de reprise ne serait pas viable. Même les formulations sont assez cyniques puisque ce serait au nom de l'intérêt des salariés et de la protection de nos emplois. On ne peut pas dire que le plan de Punch est super. Le vrai problème, c'est que c'est à Ford de mettre les moyens pour que ça marche et de mettre en place un fonds de garantie. Ils ne doivent pas seulement choisir le meilleur repreneur qui se présente, même si pour l'instant, il n'y en a qu'un. Ils sont obligés d'argumenter leur refus, ils sont en train d'essayer d'assouplir leur discours mais c'est un gros mensonge". Le plan de reprise, officiellement prévoit la conservation de 300 emplois et acterait le départ de 400 salariés en pré-retraite et le transfert de 150 autres dans l'usine Getrag Ford Tranmission, selon les informations fournies par le secrétaire du comité d'entreprise du site de Blanquefort.

La position officielle de Ford a été précisée dans un communiqué publié ce matin. "Notre priorité a été de trouver un repreneur fiable pour le site de FAI, nous nous sommes engagés depuis plusieurs mois dans des discussions rigoureuses et détaillées avec un acquéreur potentiel. Néanmoins, comparé à un plan social Ford très complet, nous ne pensons pas que le plan de l'acquéreur potentiel offre le niveau de sécurité et protection requis ou limite le risque futur de suppression d'emplois", écrit la communication du constructeur automobile. En sortie de réunions, les responsables régionaux de Ford n'ont pas échappé à quelques huées. En revanche, ils ont réussi à passer entre les mailles des caméras et des micros espérant une réaction de leur part. Du côté des employés encore présents, on a choisi d'utiliser des bennes à ordures pour bloquer l'entrée des camions. Après des manifestations mobilisant de moins en moins de salariés (le 30 juin, le 22 septembre et le 12 octobre devant le salon de l'automobile), une nouvelle mobilisation pourrait avoir lieu le 25 octobre prochain. Quant au futur comité d'entreprise, il espérait encore recevoir le repreneur belge Punch ce mercredi, sans avoir la certitude que Ford s'engage à un nouveau face à face. En partant, on pose la question à un salarié en tenue de travail : y croit-il encore ? "Que ce soit avec Punch, Ford ou un autre, peu importe. Que faire d'autre qu'y croire ?".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2263
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires