Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

  • 20/09/18 | Pau : un rallye étudiant pour découvrir la ville

    Lire

    Pensé par et pour les jeunes, la Mairie de Pau lance le 4 octobre, son 1er Rallye Etudiant. Objectif, selon Régis Laurent Adjoint au maire chargé de la jeunesse: «souhaiter la bienvenue à Pau aux nouveaux étudiants tout en leur montrant la palette des activités associatives, culturelles et sportives qui y sont possibles». Destinés aux étudiants et étudiants des métiers de 1ère année, ce rallye, mêlant jeu de piste urbain et battles entre équipes, permettra aux jeunes de découvrir les acteurs du territoire au fil de leur pérégrination. A 19h, rdv pour un concert électro gratuit et ouvert à tous place Clémenceau. Détails et inscription.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Conseil de Métropole : finances et transports

26/03/2018 | Le dernier conseil de métropole a été l'occasion pour la collectivité de détailler son budget pour l'année 2018. Voici ce qu'on a pu tirer en creusant dans les chiffres.

Conseil métropole

Au moment où la métropole de Bordeaux, collectivité test, est toujours en discussion avec le gouvernement pour arrêter un taux de plafond de ses dépenses, elle votait ce vendredi un important volet budgétaire. Ce dernier traduit, au travers des crédits votés, un poste "mobilité, transports et déplacements" qui représente près de la moitié des dépenses. Cela n'a rien d'un hasard : ligne D du tramway, extension de la ligne C vers Villenave d'Ornon, BHNS... les chantiers en cours se poursuivent alors qu'un bilan de concertation pour le tramway vers Saint-Médard envisage déjà un futur investissement de 74 millions d'euros supplémentaires.

Tracé décrassé

Quand on interroge le maire de Bordeaux sur la politique du "tout tramway" qu'est en train de mener la métropole bordelaise et sur celle de la concertation, qui a dernièrement connu quelques limites, ce dernier est plutôt tranchant. "Ce n'est pas une lubie qui apparaît d'un coup, nous avons voté un plan il y a plus d'un an. Ce Schéma des déplacements métropolitains prévoit tout un ensemble de lignes nouvelles sur lesquelles il y a un consensus très fort des élus municipaux et métropolitains. Je ne vois pas pourquoi on aurait attendu que la paralysie nous guette. Dans des communes éloignées de Bordeaux, les habitants attendant avec grande impatience d'être mieux relayés". Pour la métropole, la concertation, qui s'est tenue du 8 février 2017 au 12 janvier dernier, a pu compter sur "une très forte participation du public" : 2300 personnes aux réunions publiques et 1500 avis exprimés. Y compris celui, toujours au rendez-vous, du collectif Jalles Transports qui s'était montré, juste avant les débuts de cette concertation, agacé par un lobbying jugé un peu trop voyant aux entournures...

Mais l'opération, toujours chiffrée à 74 millions d'euros pour un potentiel évalué à 5000 voyageurs par jour, a, depuis cet épisode et après une guerre de pétitions, arrêté son tracé il y a quelques jours. "Il n'y avait pas de tracé totalement consensuel mais c'est celui qui comporte le plus d'avantages. C'est vrai qu'il est plus cher car plus long, mais je pense que le tracé par la piste cyclable se serait heurté à des oppositions quasiment infranchissables". Et peu importe, au fond, les "micro groupes de pression" dénoncés par le Président de la métropole : "ils défendent leur intérêt personnel, l'égoïsme est en train de prévaloir, or l'intérêt général est de poursuivre la politique du tram (...) Les élus ont reçu un mandat démocratique pour le faire et les concertations, malgré les divergences sur le tracé, l'adhésion était tout à fait importante". Malgré tout, un point noir subsistait encore sur le tracé de la ligne D : "nous avions une inquiétude sur la réalisation d'un pont-rail au Bouscat parce que la SNCF nous avait fait savoir il y a quelques temps qu'elle n'avait pas les moyens de réaliser cet ouvrage. Après avoir protesté, nous avons obtenu satisfaction. La région, la métropole et la SNCF financeront donc cet ouvrage qui va permettre de poursuivre les travaux", affirme Alain Juppé. Ce pont-rail est ainsi chiffré à hauteur de 3,7 millions d'euros, dont 1,1 à la charge de la métropole, à la seule condition que les travaux soient effectués avant la livraison de la ligne fin 2019.

Opération mobilité

Le tramway n'est pas le seul projet ne suscitant pas une adhésion totale : le BHNS vers Saint-Aubin de Médoc, malgré quelques 144 réunions (publiques mais surtout individuelles), ce nouveau bus, suscite toujours de vives interrogations, même auprès du tribunal administratif qui, en octobre, avait cassé la déclaration d'utilité publique suite au recours d'une autre association, Bordeaux à Coeur. Bordeaux Métropole, qui au dernière nouvelle s'est pourvue en cassation dix jours plus tard, attend toujours la décision du Conseil d'État qui devrait arriver entre juin et octobre 2018, sauf si le tribunal administratif change d'avis. "Il faut aussi anticiper les innovations technologiques qui vont se produire dans les trois à six ans qui viennent. L'un des handicaps du BHNS, c'est que si on veut qu'il soit électrique, on ne peut pas dépasser des véhicules de 18 mètres. Le tramway, c'est beaucoup plus que ça en termes de capacité de transport, d'autant qu'on voit que le tram est déjà saturé...". Pourtant, le BHNS entre Bordeaux et Saint-Aubin de Médoc figure toujours dans la liste des crédits attribués ce vendredi dans le budget 2018 (9,5 millions d'euros), preuve s'il en est que la collectivité n'est visiblement pas prête à lâcher le morceau. Les transports, c'est d'ailleurs clairement le volet le plus important des crédits attribués : 341 millions d'euros en investissements et 290 millions en fonctionnement, soit 631 millions d'euros et une hausse affichée de +11%, ce qui représente donc près de la moitié du volet "dépenses"; développement économique, attractivité, habitat et  "qualité de vie" (version polie de la gestion des déchets ménagers, de l'eau et de l'assainissement) suivent derrière.

Le sujet de la mobilité et des transports sur la métropole, revenu sur la table à plusieurs reprises après la tenue des Assises Nationales de la Mobilité en octobre, avait été un peu détourné dernièrement à Bordeaux par la polémique sur le stationnement. Même si la ville a depuis mis de l'eau dans son vin, la récente obligation émise par le tribunal administratif remet le macaron dans les choux. Si le maire de Bordeaux avait fait machine arrière, la ville ne compte visiblement pas céder davantage de terrain dans le dossier en question. "Nous allons contester la décision, parce que je la trouve très contestable. Il est absolument évident que les conditions d'exercice du métier de médecin lorsqu'il se rend au domicile d'un patient n'ont rien à voir avec celle d'un avocat. Je n'ai pas le souvenir que les avocats se déplaçaient au domicile de leurs clients pour les assister, je pense que c'était plutôt l'inverse...". Ce léger créneau ne reste qu'une parenthèse : au niveau municipal, de nouvelles mesures au sujet du stationnement payant devraient être annoncées lors du conseil municipal du 26 mars. En attendant, du côté de la métropole, on se concentre aussi sur les travaux de voierie : 30 millions d'euros pour le pont Simone Veil, 12 millions pour achever les travaux de la rocade où encore 6,1 millions d'euros dévolus à ceux du pont de pierre, toujours fermé aux véhicules motorisés au moins jusqu'en juin prochain. La collectivité est également en train de réfléchir à un "bonus" co-voiturage, qui devrait arriver en discussion en salle du conseil en septembre. 

Pression budgétaire

Côté finances enfin, le budget 2018 (880 millions d'euros de dépenses, 1,114 milliards de recettes soit +2% dont une hausse des impôts économiques de +3,5 millions d'euros) et des impôts ménages de +3,1 millions d'euros) va devoir se plier, dans un contexte où les dotations de l'État diminuent de dix millions d'euros supplémentaires, à une future contractualisation avec l'État et un seuil de plafonnement des dépenses réelles qui, sauf ajustements de dernière minute (les discussions sur ce contrat financier passé avec la métropole et les villes de Bordeaux et de Mérignac étant toujours en cours, devrait être fixé à 1,35%, soit très légèrement au dessus des 1,2% annoncés au départ par le gouvernement (qui, ailleurs, ne fait pas forcément l'unanimité). "Cela ne veut pas dire que nous allons utiliser ce seuil supplémentaire, mais en cas de problèmes, ce sera notre marge de manoeuvre". Si les effets de ce seuil ne seront sans doute pas mesurables avant le prochain budget, l'autofinancement des dépenses d'investissements de la métropole marque déjà légèrement le pas : tous budgets confondus, il s'établit à 46,5% contre 48,5% en 2017 et 52% en 2016. Même chose pour le budget principal, en recul lui aussi à 52,5%. Comme la métropole le précise, "le besoin de financement sera couvert par l'emprunt", reste à voir si le contrat passé avec le gouvernement aura des effets sur ce dernier. La dette de la métropole, au 1er janvier dernier, s'établissait à 615 millions d'euros, en baisse de 10,7%, soit 93 euros par habitant contre 111 pour la moyenne nationale des métropoles. La question du maintien de cet équilibre se pose donc, mais le rapport présenté ce jour par le maire de Mérignac, Alain Anziani, concernant l'avancement de la mutualisation sur 2017, montre déjà des indicateurs révélateurs. En effet, dans un premier bilan financier, ce rapport précise que malgré des charges de fonctionnement en hausse de 1,34% pour la métropole, les dépenses de fonctionnement pour les communes, elles,  auraient baissé de 2%. À voir si ces indicateurs ne seront pas traduits par un coup de rabot dans la poursuite de cette mutualisation métropolitaine, ce qui est à priori peu envisageable, en tout cas selon Standard and Poor's... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5474
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires