Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/19 : Dans le cadre du grand débat national, la quasi-totalité des mairies de Charente-Maritime ont ouvert des cahiers citoyens. Ces cahiers se clôturent ce soir, 20 février. Ils seront transmis à la préfecture, au plus tard pour la fin de la semaine.

20/02/19 : La Rochelle : Le prochain forum Objectif Emploi (rencontres entreprises et demandeurs d'emploi) aura lieu à La Jarrie mardi 5 mars de 14h à 17h, Gymnase du collège Jacky Héraud, 43 rue du chemin vert. Rencontres ouvertes à tous sans inscription.

19/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du PS de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux. Ce rassemblement est devenu au fil des heures un "Front républicain"

19/02/19 : Concert du pianiste Fazil Say à l'Auditorium de l'Opéra de Bordeaux les 21 et 22 février. Au programme : le Concerto n° 21 de Mozart mais aussi sous la direction musicale de Paul Daniel, l'ONBA jouera la nouvelle symphonie du pianiste baptisée "Hope"

18/02/19 : Dans la nuit de samedi et dimanche 500 hectares sont partis en fumées au dessus des vallées de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Saint-Etienne de Baigorry, premiers résultats récurrents des écobuages traditionnels. Ils ont été interdits jusqu'à ce jour.

18/02/19 : La ville de Poitiers appelle à un rassemblement contre l'antisémitisme et le racisme le mardi 19 février à 19h place Leclerc.

18/02/19 : Charente-Maritime : Saint-Jean-d'Angély organise son grand débat national le vendredi 1er mars à 18h, salle Aliénor-d’Aquitaine. Cette réunion d’initiative locale aura pour thème « Vers une nouvelle ruralité », en présence du député J-P Ardouin.

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/02/19 | P-A : attention maximale au ski

    Lire

    Alors que la saison de ski bat son plein, les services de l'État se mobilisent. Ainsi, ces derniers lancent la campagne "Pour que la montagne reste un plaisir", dédiée à la sécurité sur les pistes et les règles de bonne conduite à respecter sur les domaines skiables. La Préfecture des Pyrénées Atlantiques organise dans ce cadre deux journées de prévention les 20 et 21 février sur le domaine skiable de Gourette. Les journées sont ouvertes aux skieurs de tous âges.

  • 20/02/19 | Convention entre les Deux-Sèvres et Ciments Calcia SAS

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres et la société Ciments Calcia SAS viennent de signer une convention pour l'aménagement d'accès à une future carrière d'argile, la carrière d'Amailloux sur la RN 149. La société Ciments Calcia SAS est ainsi chargée des travaux qui consistent en l'aménagement d'un giratoire et d'une route d'accès à la carrière, au niveau de la RD 327 et de la RN 149.

  • 20/02/19 | EDF simplifie la vie

    Lire

    EDF lance IZY by EDF, une plateforme permettant d’accéder aux services du quotidien. Que ce soit pour des petits travaux ou des projets de rénovation plus importants, IZY by EDF s’adresse à tous, particuliers comme professionnels. Présent dans 8 agglomérations en France, ce service arrive à Bordeaux et dans ses alentours. Un accompagnement gratuit à chaque étape du projet est proposé par IZY au travers de ses conseillers spécialisés. Plus d'infos

  • 20/02/19 | BMQ : deux porte-paroles nommés

    Lire

    L'association Bordeaux Métropole des Quartiers s'est réunie le vendredi 15 février dernier. Le séminaire était organisé dans le but de définir la marche à suivre pour les semaines à venir. BMQ a ainsi décidé d'amplifier son travail de fond, annonçant l'arrivée cet été d'un ouvrage sur les grands enjeux de la métropole. L'association a également nommé deux nouveaux porte paroles. Il s'agit de l'avocate Anne Cadiot-Feidt, et de Marc Langlois, fondateur du cabinet de conseil DOO.

  • 20/02/19 | 2ème édition du mois de la reliure à Pau

    Lire

    La Bibliothèque Patrimoniale de Pau propose 4 rendez-vous en mars à l'Usine des Tramways pour faire découvrir à tous l'art de la reliure. Après le succès de la 1ère édition, cette année le but est de découvrir les étapes de fabrication d'un livre et les techniques de réparation des œuvres abîmées. Les samedis 2, 9, 16 et 23 mars dès 15 h, des activités et visites seront ainsi organisées. Inscriptions au 05 59 98 78 23 ou par mail à patrimoines@agglo-pau.fr. Places limitées à 15 par séance, 10 pour le 23 mars.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Cenon 2030 : "renforcer les liens"

10/02/2019 | La restitution des débats organisés dans le cadre de l'initiative municipale "Cenon 2030" a eu lieu ce samedi 9 février au Rocher de Palmer. Elle a été riche en débats.

Assises Cenon 2030

Ce samedi 9 février, au Rocher de Palmer, à Cenon, c'était l'heure du bilan. La démarche de concertation "Cenon 2030", débutée en octobre par le biais de quatre "conférences débats" thématiques autour des enjeux d'un "futur souhaitable" pour une commune en pleine transformation, a livré ses résultats. Ils sont riches en enseignements et révèlent des attentes très fortes et actuelles des citoyens : représentativité, lien social, ouverture culturelle. Petit tour d'horizon non-exhaustif des principaux témoignages/résultats entendus lors de cette restitution particulièrement dense, qui reflètent des attentes très fortes dans un contexte national de divisions.

En quête de satisfaction

C'est un bilan attendu par les quelques 300 personnes ayant participé aux quatre soirées débat thématiques autour de la ville de Cenon en 2030 auquel s'est livré le maire de la ville, Jean-François Egron (accompagné d'invités ayant fait office de "représentants culturels" de la commune) ce samedi 9 février. Ce travail de concertation, réalisé par le cabinet d'expertise Neorama, consistait à identifier les enjeux des futures politiques à venir. Il a démarré en octobre dernier, en amont des réflexions nationales autour du grand débat. Et après avoir épluché les 502 réponses au questionnaire diffusé en ligne et les différentes propositions effectuées lors de ces quatre "soirées à thème", l'heure du bilan global a su montrer l'appétit grandissant des participants pour la cohésion, le lien, l'ouverture sociale et la démocratie participative.

Les réponses au questionnaire, d'abord, on livré les premiers enseignements pour une commune dans laquelle 62,09% des 502 personnes interrogées sont "satisfaites" de vivre (21,12% de "très satisfaits", 13,39% de "peu satisfaits" et 3,31% de "pas du tout satisfaits"), à des degrés divers selon les thèmes abordés : 89% de satisfaction pour les services de santé, 75% pour les actions de solidarité, 47% pour le développement des crèches et des modes de garde et 41% seulement pour le développement des commerces. Des "centres d'intérêts prioritaires" ont également été présentés à l'occasion de ces assises : les écoles, la tranquillité publique, la propreté de la ville et la dynamique culturelle et sportive arrivent en tête quand le stationnement et la dématérialisation des procédures restent en bout de piste.

Ouverture et sécurité

Les pistes d'action dessinées par l'étude sont, elles aussi, riches en conclusions car elles répondent en large partie à des envies très actuelles : urbanisation maîtrisée, transports alternatifs, ville plus verte, actions en faveur des jeunes, moins de formalités dans les conseils de quartier, une action de concertation sur les grands projets immobiliers de la commune ont été clairement soulignés. En plus des nombreuses questions posées par les participants durant cette matinée d'échange, de nombreux témoignages sont venus ponctuer les restitutions, et il n'ont pas oublié de dénoncer les problèmes, notamment lorsqu'il s'agissait de "mieux comprendre les besoins des jeunes en allant vers eux". Pour le cinéaste cennonnais Zangro, venu témoigner, le constat est clair : "On est face à une jeunesse éloignée de la pratique culturelle. Si les jeunes voyaient plus souvent des démarches artistiques comme l’improvisation, ils en feraient peut-être une passion, voire un métier. Ce qui manque ici, ce sont les personnes relais. Entre anciens animateurs, on s’appelait "la chair à canons" : mal payés, sans gratitude face à un public désœuvré et marginalisé. On a besoin d’avoir des associations qui fassent ces passerelles là, d’avoir des éducateurs de rue bien plus présents".

Si le problème du trafic de drogue dans les quartiers a lui aussi été abordé par un participant comme une des raisons de cet éloignement, la tranquillité publique et les moyens mis en place pour la préserver ont également fait partie des nombreuses  questions soulevées et abondées par le maire de la commune face aux incertitudes et aux questionnements des participants (beaucoup de responsables associatifs, peu d'"habitants", ce qui a également été regretté). "Nous devons recréer une politique d’intervention dans les quartiers. La police est un problème en termes de moyens mis à notre disposition. On a perdu trente postes de policiers en quinze ans. On avait onze îlotiers sur Cenon, il n’y en a désormais plus que cinq pour toute la presqu’île", a notamment souligné Jean-François Egron. "La suppression des contrats d’avenir a mis des associations à plat, pareil pour le fonds national de développement du sport qui a disparu. La municipalité doit essayer de jouer les équilibristes pour tenter de conserver la culture, le sport et le reste à un niveau convenable. J’ai regretté que la deuxième vague de la Police de Sécurité du Quotidien ait oublié Cenon, j’espère qu’à l’avenir on y pensera". Globalement, ce besoin de lien et de représentativité a dominé le fond d'une grande partie des débats : pourquoi ne pas filmer le conseil municipal, créer un budget participatif, poursuivre le développement des conseils de quartier déjà mis en place ? Pour Zangro, la ville dispose "d'espaces ouverts, comme le parc Palmer. Il faut que ça reste comme ça". 

Une ville qui continue sa mue

Assises Cenon 2030

L'une des nombreuses restitutions présentées, ici sur l'attractivité de la ville

Les enjeux d'urbanisme n'ont évidemment pas été oubliés, dans une commune où le programme des 50 000 logements de Bordeaux Métropole a permis de faire pousser beaucoup de murs et où de nouveaux projets sont toujours en cours. "À Cenon, qui est une des plus petites villes de la métropole avec Le Bouscat, la densification urbaine se voit beaucoup plus qu’ailleurs. Aujourd’hui, on est arrivés à un niveau où il faut modérer les choses. On a mis en place une charte de qualité environnementale mais il y aura d’autres étapes, notamment le prochain plan local d’urbanisme dans lequel on va encore plus préserver les secteurs pavillonnaires. La parole des habitants a bien été entendue sur ce sujet", a largement répété le maire de la commune, qui dit également "pousser pour que 20% de l’espace de terrain occupé par les nouvelles constructions soit en pleine terre, en sachant que ce pourcentage est aussi celui de la surface de Cenon consacrée aux espaces verts. Il faut préserver ça, c’est la raison pour laquelle les deux parcs sont classés en espace naturels sensibles. Personne ne pourra y toucher". Plusieurs pistes ont également été données pour le "développement économique" de Cenon : beaucoup d'espoirs sont ainsi fondés sur le projet de la Vieille cure, censé devenir un nouveau "phare économique du territoire", qui sera discuté lors du prochain conseil municipal et où l'on a promis aux habitants qu'ils seraient "très agréablement surpris".

L'Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU) a validé, en début d'année, une enveloppe globale d'investissements de l'ordre de 24 millions d'euros. "Je regrette que nous n’ayons pas pu qualifier l’opération Palmer-Saraillère d’enjeu national. Néanmoins, nous avons obtenu des sommes qui vont nous permettre de rénover et de restructurer tous les logements de Palmer (888 logements) et de la Saraillère (environ 300 logements avec une tour qui va être détruite). On va créer des allées pour valoriser le parc de Palmer pour faire en sorte qu’elles soient le plus agréables possibles. On a aussi acté des reconstructions d’écoles et un nouvel usage sous l’Estacade  (viaduc construit pour le passage de la LGV) qui va devenir, dans un premier temps, un complexe sportif qui se fera en concertation avec la population. Au niveau de l'ouverture des quartiers on a déjà franchi une première étape en créant un espace de rencontre ou un espace vert dans chacun d'eux. La seconde étape sur laquelle on doit se pencher, c'est celle du lien. La ville continue de se transformer". Si la restitution a fait office de grand bilan de concertation et que la municipalité s'interdit toute démarche similaire dans les mois à venir faute d'un renouvellement municipal à venir, elle promet que les échanges vont continuer : les panneaux d'exposition présentés lors de ces assises, qui reprennent quelques idées abordées au cours des quatre soirées thématiques, vont devenir itinérantes, notamment dans les mairies de quartier, "avec des boîtes à idées dans lesquelles les gens pourront déposer des réflexions ou des propositions destinées à affiner le projet", promet Jean-François Egron. L'ensemble des résultats des questionnaires et une synthèse des quelques 180 propositions relevées devraient être publiées par la ville dans les prochaines semaines. Plus que jamais, le débat reste ouvert.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1784
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires