Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

16/10/19 : C'est à Saint-Jean-Pied-de-Port (64) que se tient les 17 et 18 octobre le congrès annuel de l'Association Nationale des Elus de Montagne. Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires participera à l'ouverture de la manifestation.

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : Le 17 octobre à 8h45, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers organise un forum emploi inversé : les demandeurs d'emploi ont un stand et les entreprises qui sont les visiteurs venant rencontrer les "offreurs de compétences".

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

14/10/19 : La préfète de Région et le préfet maritime de l'Atlantique ont signé aujourd'hui le premier volet du document stratégique de façade maritime Sud-Atlantique, dont ils ont coordonné les travaux. Une 1re dans la gestion des 720 km de littoral.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

07/10/19 : Le prochain congrès des départements de France se tiendra à Bourges du 16 au 18 octobre, avant de faire sa 90e édition en novembre prochain à La Rochelle. Cette année voit célébrer le 230e anniversaire de la création des Départements.

04/10/19 : A partir de lundi 7 octobre, le Département de la Gironde réalise des travaux de mise en sécurité sur la voie verte située sur la RD 809, entre le carrefour giratoire d'Aquitaine et celui du Sauternais. Fin des travaux prévue le 28 octobre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/19 | 180 exposants au Salon de l'habitat et de l'immobilier à Biarritz

    Lire

    Dès ce jour à la halle Iraty de Biarritz et jusqu'à dimanche, près de l'aéroport, se tiennent deux salons complémentaires, Solution Maison pour son aménagement et un second qui rassemble les constructeurs et promoteurs de la Région. Sans oublier les Offices HLM. Des conférences à thèmes seront en outre organisées. Dans un secteur immobilier très tendu et très convoité au Pays basque, une visite qui s'impose, de 10 h à 19h. Entrée 6 euros et à 3 euros pour...les plus de 60 ans. Gratuit pour les moins de 18 ans.

  • 18/10/19 | Congrès des départements : la gauche dénonce un "mépris"

    Lire

    Vive réaction du groupe de gauche (PS, PCF, PRG) ce vendredi dans le cadre du Congrès des Départements de France (du 16 au 18 octobre à Bourges). Dans un communiqué conjoint, il souligne "le mépris de l'exécutif" suite au refus de participation au congrès d'Edouard Philippe. Ils exigent le maintien de leur autonomie financière, le soutien à l'expérimentation, et affirment que "l’Etat doit 9 milliards d'euros aux Départements" et "masque cette réalité par un effet d’annonce autour d’un fonds insuffisant de 250 millions d'euros".

  • 18/10/19 | Sécheresse en Creuse : la préfecture alerte

    Lire

    Dans un communiqué publié ce jeudi, la préfecture de la Creuse alerte sur les conditions de sécheresse profonde des sols dans le département qui, malgré les pluies de ces derniers jours, ne semblent pas s'atténuer. L'État a annoncé que la Creuse allait être placée en alerte à la sécheresse, soit un seuil moins fort que celui de "crise aïgue", pour cause d'une pluviométrie plus forte depuis plusieurs semaines. "Si l’automne et l’hiver 2019/2020 s’avéraient secs, le retour à une situation de crise aiguë pourrait réapparaître très rapidement", prévient la préfecture.

  • 18/10/19 | Pau: l'expo Apollo fête les 50 ans de la mission lunaire

    Lire

    Le 50e anniversaire des premiers pas de l’Homme sur la Lune (mission Apollo 11 en 1969), est l'occasion d’expliquer et de resituer dans un contexte historique une étape marquante de l’histoire des sciences et des techniques. C'est l'objet de l'"Expo Apollo" présentée à la Chapelle de la Persévérance à Pau par l'asso GERMEA : maquettes de la fusée Saturn V, présentation du voyage d'Apollo 11, des sites d'atterrissage, d'expériences réalisées sur la Lune, vidéos sous-titrées pour les sourds et malentendants, et panneaux d'exposition transcrits en braille. Du 21 au 26 octobre de 14h à 18h.

  • 18/10/19 | Nouvelle-Aquitaine: Programme chargé pour les Journées de l'architecture

    Lire

    Pour la 4ème édition des Journées nationales de l'Architecture (du 18 au 20/10) 130 rendez-vous sont proposés au public en région: ateliers pour enfants, balades urbaines, visites de chantiers, expositions ou conférences autour de la réhabilitation du patrimoine et de l’architecture contemporaine. A voir notamment: un magasin aux vivres du 17e s. devenu résidence à Rochefort, le réaménagement du centre-bourg de Meymac (19), un village de tiers-lieux à Lavaveix-les-Mines (23), la nouvelle École d’art et de design dans un édifice art déco à Pau, un ancien garage devenu Maison de l’architecture à Poitiers (86), le Palais de justice à Limoges.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Entre les lignes : quel futur pour la métropole bordelaise ?

13/06/2019 | Deux livres, l'un autour de Bordeaux Métropole 2050, l'autre écrit par Vincent Feltesse et le collectif Bordeaux Métropole des quartiers, s'interrogent sur l'avenir.

BM250 Feltesse

Le premier fait 226 pages, le second 370. L'un sert de conclusion, l'autre d'introduction. Ils ont beau ne revendiquer aucun lien, on sait qu'ils se posent une question et y apportent des réponses : quelle ville et quelle métropole pour Bordeaux dans 10, 20, 30 ans ? Eux, ce sont les livres autour desquels la station Ausone a organisé deux débats cette semaine : le premier censé clôturer la grande réflexion BM2050 entamée en février 2018, le second proposé par Vincent Feltesse et son collectif Bordeaux Métropole des Quartiers pour faire un diagnostic des grands chantiers à venir au sein d'une collectivité qu'il a un temps dirigé. Lectures croisées.

BM2050

La métropole se projette

La prospection était évidemment le sujet central de toutes les initiatives du programme égréné pendant plusieurs mois au travers de BM 2050. Ce "kilo gratuit", disponible pour les habitants qui en feront la demande à l'hôtel de Bordeaux Métropole, constitue la somme des quelques 2000 contributions retenues pour y figurer et élabore en quatre parties (éveiller, contribuer, débattre et enfin les scénarios et propositions émergeantes) un panorama assez complet de cet exercice de prospective qui a mobilisé assez largement autour de lui. Pour le président de Bordeaux Métropole, Patrick Bobet, "faire le distinguo entre l'urgence du jour et la projection n'est pas si compliqué. Le grand changement qui est en train d'émerger, c'est celui de la démocratie participative. Aujourd'hui, prendre des décisions sans concertations serait tout à fait impensable. Nous avons mobilisés plus de 520 000 personnes lors des différents temps de concertation, 50 000 habitants ont participé au serious-game et 15 000 questionnaires ont été recueillis auprès de personnes de tous âges et milieux sociaux. Maintenant, il faut s'en servir, quelques idées sont bonnes à prendre tout de suite, d'autres dans un temps plus long".

"Nous avons un adn local et une capacité à évoluer collectivement. Le foisonnement de la gouvernance partagée a permis de faire avancer de grands dossiers, il serait paradoxal que rien de ce qui est sorti de BM 2050 ne soit utilisé dès maintenant", a pour sa part ajouté le maire de Bordeaux, Nicolas Florian. Pour Jacques Mangon, maire de Saint-Médard-en-Jalles et en charge de BM 2050, "le point commun entre les gilets jaunes et BM2050, c'est qu'ils ont montré le grand pouvoir d'attraction de Bordeaux et le besoin de penser à la périphérie. La question sera de savoir comment cette périphérie métropolitaine peut apporter à la dynamique globale de la métropole". Les contributions partagées dans cet ouvrage massif sont larges : de l'autonomie alimentaire à l'école, de l'urbanisme aux boulevards, de l'emploi à la mobilité. Elle ne se termine pas par un point final mais plutôt par une ouverture réalisée par Jacques Mangon.

Quatre scénarios, tous très larges, se dessinent : une métropolisation "qui continue et s'autorégule" (avec des conséquences : prix de l'immobilier en hausse, "étalement urbain, conséquences sociales), une "exigence décarbonée qui règle la ville" (interdiction des véhicules thermiques, des voitures diesel, logistique urbaine dense et en hauteur pour éviter l'étalement, bannissement du béton...), une "nature qui redessine la ville" (développement raisonné autour des 28 000 hectares de nature, "central park métropolitain", organisation plus souple des mobilités et transformation de la nature en vraie stratégie politique) et enfin un "équilibre des territoires qui fait la vie" (réseau de RER, échanges plus souples avec les villes moyennes, réaménagement de l'estuaire, le tout après une "nécessaire réorganisation budgétaire et administrative"). "Nous ne savons pas de quoi sera fait BM 2050 mais ce qui est sûr, c'est que nous en seront les artisans", conclue l'exercice, dans lequel on retrouve une somme assez foisonnante de réflexion. S'il ne dresse pas un panorama complet de la métropole et de son avenir, il permet en tout cas de dresser un portait assez dense de toutes les réflexions ayant animé ces mois de débats. Et rien que pour ça, il risque de fortement intéresser tous ceux qui y ont participé... et tous ceux qui, peut-être, en espéraient un résultat.

Vincent Feltesse

Besoin de rupture

Le second ouvrage, présenté à la station Ausone à l'occasion d'une dédicade de Vincent Feltesse organisée ce mercredi 12 juin, est évidemment bien plus politique. Il correspondrait presque aux prémices de la campagne municipale d'un candidat qui, s'il ne s'est pas déclaré, s'agite déjà pour définir des priorités à venir. Une dizaine de personnes a participé à sa rédaction, toutes font bien évidemment partie du collectif citoyen "Bordeaux Métropole des Quartiers" initié par l'ancien candidat aux municipales et président de la Communauté Urbaine de Bordeaux entre 2007 et 2014. Ce dernier en signe d'ailleurs l'introduction et la conclusion, en y ajoutant quelques idées qui risquent de faire les beaux jours de la prochaine campagne dans les semaines à venir. "C'est un livre qui définit un projet pour la métropole bordelaise avec des choix de changements assez radicaux. Le nouveau maire de Bordeaux s'est déjà planté sur le BHNS, la journée "Bordeaux ville morte", il a fait quelques approximations. Ce que je peux reprocher à la majorité, c'est de ne pas avoir anticipé la flambée des prix et les problèmes de logement. L'opposition propose depuis longtemps des outils pour maîtriser le foncier mais pour des raisons internes, Alain Juppé a refusé et on n'a pas vraiment avancé, ce que l'on paye aujourd'hui très cher. Le maire a été longtemps frileux sur les logements sociaux, aujourd'hui ça nous rattrape". 

Au travers des différentes entrées de l'ouvrage, qui n'hésite pas à comparer la métropole avec d'autres grandes villes de France ou d'ailleurs (Taïwann, par exemple), intitulé "783 001 : Bordeaux, la métropole" (en raison de son nombre d'habitants), Vincent Feltesse se prête volontiers des envies de "rupture". "Rien ne serait plus terrible qu'une sorte de continuité affadie", écrit l'élu qui a pris ses distancs avec le parti socialiste, préférant plutôt une "utopie réalisable". Il propose également un "moratoire avec effet immédiat sur toutes les grandes opérations de la rive droite et de Bordeaux-Nord pour permettre à minima aux infrastructures de se mettre en place. Peut-être le gel de toutes ces opérations". Parmi les autres propositions fortes, on comptera notamment un pacte "eau/nature/énergie" pour aider la métropole bordelaise dans ses ambitions zéro carbone, développer la voie ferrée de ceinture, réfléchir à un péage urbain et même supprimer les voitures "entre Garonne et Tourny/Gambetta et Victor Hugo et Arnozan". "L'idée serait d'étendre la zone piétonne au centre de Bordeaux sur l'équivalent du périmètre de l'opération "dimanche sans voiture" et d'enclencher la suppression progressive du stationnement de surface, pas pour supprimer complètement l'automobile mais plutôt améliorer l'utilisation de l'espace public, ce stationnement représentant un tiers des rues. Cela nécessitera évidemment de nouvelles infrastructures", précise d'ailleurs Vincent Feltesse, qui prône un "grand-débat" et un référendum local sur trois sujets centraux : la gratuité des transports publics, le développement de l'aéroport et la possibilité d'un métro. Un début de programme ? Certainement, d'autant que, tout comme la conclusion de BM 2050, l'élu d'opposition ouvre des pistes plus qu'il n'en ferme. 

Le dernier point commun entre les deux initiatives, on l'a relevé dans les propos combinés de Vincent Feltesse et de Patrick Bobet : et si la métropole élisait ses membres plutôt que de placer les maires des communes qui y sont affiliées ? "Si on veut continuer à bien vivre, ce n'est pas en continuant les recettes d'avant. Je trouve incroyable que les maires soient ambassadeurs de leur propre ville au sein de la métropole et que les habitants ne puissent pas choisir les représentants de cette collectivité qui gère tout de même un budget de plus d'un milliard et demie d'euros", dénonce le premier. "Pour un suffrage direct, je pense qu'il est trop tôt. Nous ne sommes pas prêts, mais on y viendra. Le fait que ce soit des maires qui siègent à la métropole est parfois un pousse-au-crime et à la dépense, nous avançons donc petit à petit dans cette direction", contredit le second sans fermer la porte. Le maire de Bordeaux, lui, tranche quelque part entre les deux : "nous ne sommes pas un guichet, nous ne faisons pas de troc entre nous. C'est la volonté collective qui prime". Le mot de la fin sera pour Jean de la Fontaine, cité au sein du livre de BM 2050 : "Ne faut-il que délibérer, la cour en conseillers foisonne. Est-il besoin d'exécuter, l'on ne rencontre plus personne".

"BM2050 commence aujourd'hui" (gratuit, édité par Bordeaux Métropole)

"783 001* : Bordeaux, la métropole" 15 euros, éditions confluences)

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1831
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires