Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Ford Blanquefort : l'ultimatum lancé

21/09/2018 | Le Ministre de l'Economie Bruno Le Maire était ce vendredi matin à Bordeaux pour participer à une réunion d'étape sur l'avenir de l'usine Ford de Blanquefort.

Ford Blanquefort

Ce vendredi 21 septembre à Bordeaux, c'était le bal des ministères. Parmi les visites organisées, celle de Bruno Le Maire à Bordeaux était attendue, le ministre de l'économie devant participer à une réunion avec les élus locaux et les représentants syndicaux pour discuter de l'avenir de l'usine Ford de Blanquefort dont la banque européenne du constructeur a annoncé vouloir se désengager en février dernier. Si aucune négociation n'a encore abouti, le gouvernement a clairement lancé un ultimatum en fixant à la fin du mois d'octobre une décision finale, un repreneur strasbourgeois fabricant de boîtes de vitesses ayant été confirmé comme candidat crédible.

Avant-dernière étape (?)

Le ton a changé. Ce mercredi dans un communiqué adressé à la presse, la direction du site Ford à Blanquefort, a déclaré que "des progrès significatifs ont été réalisés " sur une reprise de l'usine. Pour la première fois depuis fin février et l'annonce de la cessation d'activité du groupe et après de nombreux comités de suivi organisés depuis pour accompagner une procédure de plan de sauvegarde des emplois (PSE), et Ford a assuré que la priorité pour le groupe est désormais "l’identification d’un repreneur fiable". Ce repreneur, c'est un fabricant strasbourgeois de boîtes de vitesses, Punch Powerglide, officiellement "en discussion avec Ford" pour reprendre le site de Ford Aquitaine Industries (FAI). Ce vendredi matin, le ministre de l'économie Bruno Le Maire était à Bordeaux. Il a participé, aux côtés des élus locaux et des représentants syndicaux de l'usine, à une réunion à la préfecture de Gironde pour évoquer l'avenir proche et les échéances à tenir avant la fin du PSE programmée pour décembre.

Des négociations à poursuivre

S'il n'a pas annoncé avoir abouti à une offre de reprise, il a en revanche confirmé que la proposition de Punch était sérieuse et réaffirmé son soutien aux salariés de l'usine. "Je crois en l'avenir du site industriel de Blanquefort", a-t-il martelé. "C'est un bel outil de production avec des salariés motivés ayant fait preuve de sens des responsabilités. Nous leur devons la réussite de la reprise et de la transition. Je crois à un Etat responsable qui prend ses responsabilités quand une entreprise est confrontée à des difficultés conjoncturelles, qui aide les repreneurs et les collectivités locales, qui trace une route et un chemin. Je suis convaincu que d'ici quelques années, nous pourrons avoir retrouvé sur Blanquefort un beau site industriel moderne, compétitif, avec les emplois qui vont avec".

Pour autant, rien n'est encore décidé et de nombreux paramètres restent encore à ajuster, malgré le groupe de travail mis en place par Bruno Le Maire en mars. "Aujourd'hui, le plan de charge de l'usine n'est pas encore suffisant, il doit être amélioré par Punch avec l'aide de Ford et apporter des précisions. Nous avons encore des problèmes financiers à régler parce qu'on sait très bien qu'il y aura de toute façon un ajustement des effectifs pendant une période temporaire. Il pourra y avoir des départs volontaires, du chômage technique, des mesures transitoires. Il y a aujourd'hui, à ma connaissance, 847 salariés sur le site de Blanquefort. Pendant une période que je souhaite la plus courte possible, ce ne sera pas le même volume de salariés. Enfin, il y a des ouvertures possibles vers des commandes en Asie qui supposent de signer des conventions mais ces dernières ne sont pas encore totalement achevées, ça fait partie des sujets qui sont en négociation", a souligné le ministre tout en annonçant avoir "fixé le prochain rendez-vous à la fin du mois d'octobre. Il faut qu'à cette date, les salariés de Blanquefort soient fixés sur leur sort. Ford veut partir et personne ne l'en empêchera. Ca ne serait pas une bonne chose parce que forcer une entreprise industrielle à rester sur un site alors qu'elle n'en a pas envie, ça voudrait dire qu'elle ne ferait pas les investissements nécessaires et qu'on irait vers le pourrissement. Ford doit donc prendre ses responsabilités au niveau des commandes, on ne peut pas passer à zéro commandes du jour au lendemain. Je veux avoir des assurances sur le volume que Ford va laisser dans les années à venir, à la boîte de vitesse et au quarter près. Pour les mesures concernant le personnel, l'Etat est prêt à contribuer mais Ford doit payer".

Les syndicats toujours mobilisés

Présent à cette réunion, l'employé de Ford et ancien candidat à la présidentielle, Phillippe Poutou, s'est autorisé un espoir. "De notre côté, on va se battre. On tient absolument à sauver le plus possible nos emplois, à ce que l'usine survive. On sait que c'est possible mais que ça nécessite un rapport de forces. Ce qui est rassurant, c'est que le dossier est entre leurs mains, ils s'en occupent, on pense donc que tout ce qu'on fait depuis longtemps, c'est utile. On espère qu'au final, le PSE deviendra une discussion pour décider de ceux qui restent, même si on a du mal à imaginer que tout l'effectif sera maintenu. Cette perte là sera quand même moins dramatique dans la mesure où on a environ 300 à 400 collègues soient pré-retraitables. Il va falloir se battre pour que ces dernières se fassent dans les meilleures conditions possibles, c'est à dire sans pertes de salaires. On ne va pas faire les heureux puisque si on fait le bilan, ce sont des centaines d'emplois qui ont été perdus depuis des années mais si on arrivait à sauver l'usine et ses emplois induits, ce serait énorme. On pense qu'on a raison d'espérer et de ne pas considérer que c'est perdu d'avance. Il n'y a pas que Ford, il y a aussi GMS, on sait que ça licencie à Carrefour, à Newlook, à Métaltemple... C'est une situation dramatique pour plein de gens, il y a donc intérêt à mener ce combat. Si on pouvait créer une sorte de dynamique, ce serait bien", a notamment déclaré le porte-parole syndical, ajoutant avoir "exigé que notre expert économique soit intégré dans le processus de discussion, pas juste pour des questions de transparence mais pour qu'il puisse aussi juger la crédibilité des propositions".

En attendant cette future échéance du mois d'octobre et une décision définitive, les syndicats ont prévu une nouvelle manifestation ce samedi à Bordeaux, le départ est prévu à 14 heures place de la République. Et à entendre un représentant syndical, les salariés de Ford Blanquefort ne devraient pas être les seuls présents puisque des délégations d'usines Ford de Cologne, Saint-Denis et Valence devraient venir grossir les rangs. Il faut dire que le constructeur américain, en pleine restructuration et en perte de vitesse sur le marché européen, pourrait licencier une partie de ses salariés. Au niveau national, la fédération de la métallurgie CGT a, de son côté, appelé à une grande manifestation, délocalisée à Bordeaux, le 25 octobre prochain. Selon son responsable syndical "on veut faire un temps fort sur l'automobile avec une manifestation à Bordeaux parce que beaucoup d'usines ferment et de nombreuses entreprises, de part les nouvelles technologies de motorisation, vont être menacées assez rapidement. On veut vraiment tirer un cri d'alarme et on pense que de manière symbolique, la région Nouvelle Aquitaine, qui est très touchée actuellement, est un choix judicieux. Comme on ne pourra pas déplacer les syndicats de toute la France, on appelera aussi à une heure de grève dans toutes les entreprises de l'automobile". Et ce à quelques jours du coup de sifflet final avec un gouvernement qui n'a visiblement pas à coeur de jouer les prolongations.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1848
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires