Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/04/19 : Le Département 33 et Surfrider Fondation Europe organisent dimanche 28 avril, une journée originale et gratuite sur le domaine de Certes et Graveyron sur la question des déchets aquatiques. Au menu: chasse aux déchets, activités ludiques et ciné débat!

25/04/19 : Trois bâtiments-écoles de la Marine Nationale font escale à Bordeaux du vendredi 26 au lundi 29 avril. "Chacal", "Léopard" et "Guépard" sont trois navires brestois en charge de la formation maritime des officiers et officiers mariniers.

25/04/19 : La Cité du Vin est exposée au Centre Pompidou depuis le 10 avril. Une salle de l'établissement parisien est dédiée au travail de l'agence XTU Architects. Ainsi, 9 maquettes et un diaporama retracent la construction et l'ouverture de la Cité du Vin.

23/04/19 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour travaux dans la nuit du 24 au 25 avril entre les échangeurs 2 et 4 ainsi que les échangeurs 4 et 5 et dans la nuit du 25 au 26 avril entre les échangeurs 4 et 4a en intérieur et 5 et 4 en extérieur.

23/04/19 : Après Jo-Wilfried Tsonga, ex n°1 français et ex n°5 mondial, Lucas Pouille 32ème joueur mondial, n°10 en 2018, vient de confirmer sa participation au tournoi bordelais BNP ParisBas Primrose qui démarre le 29 avril sur les cours de la villa Primrose

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/04/19 | Le festival Vibrations Urbaines appelle aux projets étudiants

    Lire

    Pour la 22ème édition qui aura lieu en partie sur son campus du 28 octobre au 3 novembre, Pessac lance pour la 2ème année consécutive un appel aux projets des étudiants. Dédié aux cultures urbaines, le concours est ouvert à toutes les disciplines artistiques et sportives en lien avec l'univers de la rue : musiques actuelles, danses urbaines, street art, parkour... Les candidats ont jusqu'au 5 juillet pour déposer leur dossier et succéder à la compétition de Chase Tag organisée l'année dernière.

  • 26/04/19 | L'Hermione lève l'ancre vendredi ou samedi

    Lire

    Après une escale technique de trois semaines, l'Hermione a quitté sa forme de radoub à La Rochelle jeudi matin, pour rejoindre le port de La Pallice, d'où elle est repartie sur les coups de 18h. Elle s'est installée au mouillage devant Rivedoux Plage (île de Ré) en attendant une fenêtre de météo favorable, attendue vendredi soir ou samedi matin. Les meilleurs points de vue sont à la côte sud et la pointe ouest de l’île. L'Hermione reviendra dans ses terres le 5 juillet.

  • 25/04/19 | Daniel Barenboim honore Beethoven à Bordeaux le 28 avril

    Lire

    Le pianiste Daniel Barenboim revient sur la scène du Grand-Théâtre de Bordeaux dimanche 28 avril à 15 h 00 pour un programme consacré au compositeur Beethoven. 4 sonates interprétées par l'un des maitres incontestés du piano, qui dirigea - entre autres - l'Orchestre de Paris, et qui consolide cette saison encore ses liens avec l'Opéra de Bordeaux, fruit de sa complicité avec Marc Minkowski. Au programme notamment la célèbre "Clair de lune"...

  • 25/04/19 | L'Europe au secours des bouquetins ibériques en Béarn

    Lire

    En février, mars et avril 2019, 1 502 projets sélectionnés par le Conseil régional, ont pu bénéficier de 69,8 M€ de fonds européens pour leur réalisation. Parmi les bénéficiaires, le Parc national des Pyrénées qui a ainsi obtenu un soutien de 142 800 € de l'Union européenne et de 15 000 € de la Région pour son projet de réintroduction du bouquetin ibérique dans le Béarn, espèce disparue il y a plus d'un siècle en France. Objectif: lâcher 75 animaux sur 3 ans pour créer 2 noyaux d'individus en vallées d'Aspe et d'Ossau et ainsi favoriser le maintien durable de l'espèce dans les Pyrénées.

  • 25/04/19 | "AVC Tous Concernés" pédale pour la prévention des attaques cérébrales

    Lire

    L'association de prévention des AVC organise "la vie est un sourire", trajet de 1 000km à tricycle. Philippe Meynard était maire de Barsac quand il a été victime d'une attaque cérébrale et a dû réapprendre à marcher, écrire et parler. Il partira de Narbonne le 2 mai pour rejoindre Bayonne le 14, en suivant un parcours en forme de sourire passant par l'Espagne. En France, 150 000 AVC ont lieu chaque année. Des actions de prévention seront organisées au départ et à l'arrivée grâce au minibus AVC.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Villenave d'Ornon: l’urbanisation raisonnée, quèsaco ?

19/01/2019 | L’Association "Vivre et Oser Villenave" a organisé ce 18 janvier son 1er forum animé par Etienne Parin.

Florence Rialland, présidente de l'Association Vivire et Oser Villenave et Etienne Parin, ancien directeur du GPV

Créée le 9 novembre 2018, l’association citoyenne Vivre et Oser Villenave a pour but de donner de l’information aux Villenavais mais aussi la parole pour construire des démarches citoyennes. C’est dans ce contexte qu’elle a organisé ce 18 janvier son 1er Forum sur le thème « Villenave dans la métropole ». Pour débattre de cela avec la quarantaine de personnes présentes, Etienne Parin, ancien directeur du GPV (Grand Projet de Ville) qui rassemble sur la rive droite Bassens, Lormont, Cenon et Floirac et qui a permis depuis plus de 10 ans, la mise en œuvre d’une politique de renouvellement urbain.

En préambule de ce forum, Florence Rialland, la présidente de Vivre et Oser Villenave, a rappelé que depuis 10 ans Villenave d’Ornon est en pleine mutation avec une accélération des constructions et une évolution des services publics comme la saturation dans les établissements scolaires. Elle souligne néanmoins l’effort de Bègles avec la construction du lycée Vaclav Havel. Elle dénonce une « urbanisation violente, sauvage et mal gérée » notamment depuis 4-5 ans. C’est dans ce contexte qu’elle a décidé de créer cette association qui est composée de tous les Villenavais qui veulent faire bouger les lignes et donner leur vision de la ville. Pour cela, ils vont mettre en place un travail démocratique avec des fab lab, des séminaires mais aussi des forums sur différentes thématiques : transports, sécurité, culture… Tout cela donnera lieu à des états généraux en septembre où cette restitution sera remise à tous les candidats aux élections municipales de 2020. Pour ce 1er rendez-vous, c’est l’urbanisation et la place de Villenave d’Ornon, mais plus généralement des communes, dans la métropole.

Comment faire sens sur des territoires ?

Pour Etienne Parin, il faut faire sens sur son territoire. Mais qu’est ce qu’un territoire ? Selon chacun, il est différent ; chacun vit sa ville, son quartier, son territoire urbain différemment quelque soit son âge. Selon une étude sur l’urbanisme, en fonction de notre vision du territoire nous aurions 11 logements différents au cours de notre vie. Le regard sur son territoire et son aménagement change au fil du temps. L’aménagement urbain devient donc complexe et il faut l’affronter. Mais « Comment accepter l’idée des difficultés quotidiennes tout en ayant une ville agréable, vivable ? ». Selon Etienne Parin, il faut donc une méthode qui relève de l’ordre de la friction mais qui est adaptable.

La méthode : le projet urbain

Pour Etienne Parin, le point de départ est le projet urbain. Il est difficile à mettre en place car il faut 15 à 20 ans pour qu’il soit réalisable  tandis qu’au cours de ce temps les besoins évoluent. C’est donc « un exercice sur la lucidité d’aujourd’hui et de demain » qu’il faut faire. Ce travail de projet urbain est un travail d’élaboration collaborative à 3 échelles : la proximité, la ville et la métropole. La proximité passe par les habitants, les citoyens d’un quartier : que veulent-ils, de quoi ont-ils besoins… ? Ce sont les ambassadeurs du projet. La ville doit penser à l’ensemble des quartiers, des territoires, à son articulation tant urbaine qu’au niveau des infrastructures routières. La métropole doit discuter de l’interdépendance avec la ville. La ville a besoin de la métropole au niveau universitaire, culturel, mais la métropole a aussi besoin de la ville au niveau commercial, économique… Selon Etienne Parin, « il faut assumer ses interdépendances » et cela n’est pas chose aisée.

Du concept à la réalisation

La déclinaison d’un projet est très complexe dans l’espace et dans le temps car il faut être cohérent à chaque étape, il faut prendre en compte le temps dans un programme précis. Etienne Parin explique qu’avec l’évolution démographique de la Gironde dans les 10 ans à venir, le département aura besoin de 400 classes supplémentaires. Il faut donc, dès à présent, anticiper cette évolution. Cette démarche doit être pensée ensemble, avec tous les acteurs. Chaque acteur ayant des enjeux différents, le projet urbain doit donc poser des règles du jeu non négociables dans un cadre d’intervention précis (mais évolutif avec le temps). Dans le cadre du GPV, 35 acteurs différents se sont retrouvés autour de la table. Le plus difficile aujourd’hui dans ces projets urbains ce sont les programmes immobiliers qui ne tiennent pas toujours compte des besoins des citoyens comme les écoles, les crèches… Avant les ZAC (zones d’aménagement concertées) étaient une garantie de bonne fin car, même si cela était « lourd » à mettre en place, tous les aspects d’un quartier, d’un territoire, était compris dedans. Aujourd’hui, Etienne Parin explique que nous sommes dans une logique de macrolot où c’est le promoteur du terrain qui négocie avec les bailleurs et non plus avec les maires. Autant donc de questions et de réflexions qui se sont conclues par un jeu de questions-réponses, avant la mise en place dans les semaines à venir d’ateliers.

Julie Alleau
Par Julie Alleau

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4082
Aimé par vous
46 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires