Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/08/19 | L'Université d'été du PS revient à La Rochelle

    Lire

    Après trois ans d’absence, l'Université d'Eté du PS fait son retour à La Rochelle. Elle se tiendra à l'espace Encan du 23 au 25 août. Rebaptisée "Campus", elle ambitionne de rassembler tous les partis "alliés" de gauche présents aux élections européennes : Place publique, Nouvelle Donne, le PRG, MDC, PC et UDE. Thème de ces 3 jours : "pour un avenir écologique et social". Les participants seront également invités à faire un "procès de la Ve République" dans un simulacre d'audience judiciaire.

  • 20/08/19 | Musée maritime de La Rochelle : l'Angoumois de retour !

    Lire

    Après sept semaines de restauration, l'Angoumois rejoint la flotte patrimoniale du Musée maritime de La Rochelle. En effet, ce mercredi, le navire, classé monument historique depuis 1993, quittera le Port Atlantique à 18h30, pour aller au Bassin des Chalutiers du Musée. Après l'incendie qui avait détruit l'Angoumois, en 2012, il a fait l'objet de restaurations, dont la dernière cet été. Les travaux ont coûté 187 000 euros, financés à hauteur de 65% par l'État (50%) et le Département (15%).

  • 20/08/19 | Première édition du Raid des forts en Charente Maritime les 11 et 12 octobre

    Lire

    Coproduite par la CCI La Rochelle et l'agence Feeling Event cette première édition du Raid des Forts se déroulera les 11 et 12 octobre en Charente-Maritime. L'aventure sportive inédite est ouverte aux dirigeants et salariés d'entreprises publiques ou privées ainsi qu'au clubs d'entreprises ou aux associations. Objectif: fonder une équipe de quatre personnes pour réaliser 201 kilomètres en deux jours à travers les sites de Marans, l'île de Ré, l'île d'Oléron et de La Rochelle.

  • 20/08/19 | Les Vergers éco-responsables de la Nouvelle-Aquitaine ouvrent leurs portes en septembre

    Lire

    Pour cette 9° édition, les pomiculteurs de l'Association Nationale Pommes Poires ouvrent leurs vergers, labellisés "Vergers éco-responsables", pour permettre au grand public de découvrir comment est cultivé et récolté le fruit préféré des Français : la pomme. Rendez-vous les week-ends des 7-8, 14-15 et 21-22 septembre, pour déceler les secrets de production des pommes, et ceux de son alliée, la biodiversité.

  • 19/08/19 | Christophe Castaner visitera ce mardi le dispositif de sécurité du G7

    Lire

    Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, et Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, visiteront ce mardi après-midi à Biarritz, le poste de commandement interministériel (PCI) en charge de la centralisation des informations durant le sommet du G7 et la coordination des actions prises en vue d’assurer le bon déroulement du sommet. Suivront les postes de commandement de l'aéroport de Biarritz-Pays basque dont le trafic sera exclusivement réservé aux délégations du G7.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Le lycée Élie Faure contre les 10 suppressions de poste annoncées

08/02/2019 | De nombreux professeurs du lycée Élie Faure de Lormont se sont mobilisés contre les suppressions de postes annoncées.

Assemblée générale des professeurs au lycée Élie Faure

Mardi 5 février, dès 9h30, les professeurs du lycée Élie Faure de Lormont faisaient le pied de grue devant le rectorat de Bordeaux. Au cœur de leurs préoccupations, la suppression annoncée de 10 postes au sein de leur établissement, dès la rentrée 2019. Cela fait suite à un nouveau calcul de la part du ministère de l’Éducation nationale. Alors que le lycée Élie Faure était jusqu’ici en réseau d’éducation prioritaire et bénéficiait de classes de 30 élèves, il a été sorti de ce dispositif.

L’équipe pédagogique doit désormais constituer des classes de 35 élèves. Les suppressions d’heures sont massives et conduisent à une réorganisation des effectifs. Telles sont les conséquences pour le lycée Élie Faure de Lormont. « On nous supprime des heures, ce qui pour nous, correspond à plusieurs postes », déplore Gérard Clabé, professeur d’histoire-géographie au lycée. D’abord estimée à 10 postes, cette suppression d’heures a été réévaluée à 7,5 postes. Dans un établissement qui compte 120 professeurs, cela ne passe pas.

Pour les enseignants, la responsabilité de ces coupes dans les effectifs incombe à la réforme des lycées. Une réforme qui sera complexe à mettre en place dans ce lycée avec ces suppressions. Réduction des moyens, deux classes de seconde potentiellement supprimées : « Nous sommes des sacrifiés ! », s’insurge Gérard Clabé, alors qu'il y avait eu « des engagements ». Une décision annoncée il y a à peine une dizaine de jours, ce qui a précipité l’action professorale. « Il faut faire vite, sinon ces suppressions seront entérinées et nous ne pourrons plus rien faire ».

Lors de l’assemblée générale au lycée Élie Faure, le jeudi 7 février, à 12h, une trentaine de professeurs étaient réunis, rejoints par des collègues du lycée des Iris de Lormont et du lycée François Mauriac de Bordeaux. Autour de Sébastien Dalmasso, professeur d’anglais et représentant du SNES au sein de l’établissement, ils ont dialogué pendant près d’une heure et demie des démarches à mettre en place pour améliorer la situation de l’établissement.

Soucieux de l’avenir des lycées de la rive droite, ces enseignants souhaitent désormais aller vers une action concertée. Première d’entre elles : une motion commune des établissements pour dénoncer la réforme des lycées de Jean-Michel Blanquer, le manque d’écoute et de concertation de la hiérarchie face à un texte qui implique des réductions budgétaires « drastiques ».

Mécontentement et incompréhension des professeurs

Pour Émilie Montalétang, professeur de français et de latin, cela est injustifié : « il n’y a pas moins d’élèves dans l’établissement, ni en 3e ou 4e dans les collèges. Au contraire, en quatrième, il y en a même davantage. Nous allons continuer à accueillir le même nombre d’élèves, si ce n’est plus ». Les prévisions envisagent des classes de seconde avec 33 à 34 élèves, au lieu de 30 actuellement, une surcharge incohérente pour les enseignants. « Les élèves sont inquiets » dénonce une autre enseignante. « Ils veulent être associés au mouvement, s’impliquer », complète-t-elle.

Patrick Gelos, professeur au lycée des Iris, est venu prêter main forte à ses collègues, dans cette même logique de coordination des lycées de la rive droite. « Il y a une mise en concurrence des établissements. La hiérarchie joue sur la division, ils veulent nous opposer ! », explique-t-il. En effet, le lycée des Iris devrait bénéficier à la rentrée prochaine d’une création de poste, plus urgente, au vu des classes « déjà à 36 en seconde ». Des différences qui ne doivent pas éloigner les véritables enjeux : « nous n’acceptons plus cette logique qui consiste à nous monter les uns contre les autres ».

Leur mouvement de mardi a su attirer l’attention de leur hiérarchie, puisqu’une audience leur a été accordée à l’inspection académique, ce même jeudi en fin d'après-midi. Sébastien Dalmasso et Sabrina Moretto-Raboutet, du lycée Élie Faure, étaient présents à la réunion, accompagnés de Patrick Gelos. À l'issue de la rencontre, ils ne cachent pas leur déception : « Nous avons posé des questions notamment sur la politique éducative de la rive droite. Mais les réponses n'ont jamais été très claires ». La décision des suppressions d'heures et, par conséquent, de postes, semble entérinée. 

Le mouvement des lycées de la rive droite, porté par le lycée Élie Faure devrait se poursuivre la semaine prochaine, avec encore une fois des actions militantes. Le but : mobiliser également des parents d'élèves. 

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
3820
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires