Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/19 : Le 22/09 dès 11h, le H14 accueille Cap associations,rdv annuel du monde associatif bordelais auquel participent 327 associations. L'occasion de s’informer, découvrir et essayer des pratiques sportives et culturelles ou s’investir en tant que bénévole.

20/09/19 : Le 24/09 le Centre Commercial Mériadeck reçoit le Forum des Acteurs Associatifs de l’Emploi. Les assos bordelaises liées à l’insertion professionnelle y présentent leurs services d'orientation et accompagnement des personnes en recherche d'emploi

20/09/19 : Le patron bordelais de Keolis, Jean-Pierre Farandou, succèdera à Guillaume Pépy à la tête de la SNCF en janvier. Il a effectué en Gironde une grande partie de sa carrière aux postes de chef de gare, chef de projet TGV ou responsable de la mobilité TER.

19/09/19 : Bordeaux - James Gray, le réalisateur New yorkais de Little Odessa, La nuit nous appartient, Two Lovers ou du récent Ad Astra sera l'invité d'honneur du 8èmé Festival International du Film Indépendant de Bordeaux qui se tient du 15 au 21 octobre 2019

18/09/19 : Bordeaux. Il aura fallu quatre mois pour que le trafic reprenne sur la ligne C du tram entre la Porte de Bourgogne et la gare Saint-Jean après l'incendie du parking Salinières: il est annoncé pour le 28 septembre.

18/09/19 : Mont de Marsan Agglomération recherche des volontaires en Service Civique pour assurer des missions en lien avec la culture, la solidarité, l'environnement et l'éducation. Réunion d'information le 26 septembre à 14h au Bureau Information Jeunesse.

18/09/19 : Le Pont d'Aquitaine sera fermé entre les échangeurs 1 et 5 du 19 septembre 21h au 20 septembre 6h pour des travaux de maintenance et d'entretien.

18/09/19 : Deux-Sèvres : à l'occasion des Journées du patrimoine, le Département ouvre ses portes au public de la Maison du Département, des Archives Départementales et des Tumulus de Bougon. Animations et visites guidées sont au programme.

18/09/19 : Charente-Maritime : le chantier du pont transbordeur de Rochefort ouvre ses portes au public à l’occasion des journées européennes du patrimoine. RDV notamment samedi 21 à 10h pour assister au remontage sur le tablier du premier élément de chariot.

17/09/19 : Dordogne : Frédéric Gojard, 58 ans, conduira la liste du Rassemblement National à Périgueux pour les élections municipales. Cet ancien militaire, aujourd'hui âgé de 58 ans, s'était déjà présenté aux dernières élections européennes.

17/09/19 : Marcel Amont se rend à Bordeaux à la libraire La Machine à Lire jeudi 19 septembre à partir de 18h30 pour évoquer son livre "Les Coulisses de ma vie" aux éditions Flammarion. Il sera le lendemain à l’Espace Culturel de Pau à partir de 18h30.

17/09/19 : Philippe Lambert atteint de la sclérose en plaques, est attendu à Agen mercredi 18 septembre à 16h30 pour une étape dans le cadre de son « Tour de France - défi 3000 km de Philippe Lambert ».

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/09/19 | Vienne : un essai clinique "sauvage" interdit

    Lire

    L'agence du médicament (ANSM) a annoncé ce jeudi avoir interdit un "essai clinique sauvage" de molécules aux "effets inconnus" (sous forme de patchs) sur au moins 350 malades de Parkinson et Alzheimer réalisé en partie dans une abbaye de Saint-Benoît, près de Poitiers. L'ANSM a demandé aux participants de ces essais de "ne plus utiliser ces patchs" et de consulter "rapidement un médecin pour réaliser un bilan de santé et s'assurer que la prise en charge de leur maladie est adéquate". L'autorité a également annoncé avoir saisi le pôle santé du Parquet de Paris.

  • 20/09/19 | Ingrandes (86) : 150 emplois sur l’ex-site de la COOP Atlantique

    Lire

    Au micro de France Bleu Poitou, ce mercredi 18 septembre, le président de Grand Châtellerault, Jean-Pierre Abelin a annoncé l’installation par le groupe Emil Frey (premier distributeur automobile en Suisse et propriétaire du site Autosphère) d’une plateforme de voitures d’occasion. Elles seront préparées et remises en état. A la clé 150 emplois sur le site de l’ancienne COOP Atlantique, qui était fermé depuis le début de l’année 2018.

  • 20/09/19 | La Rochelle : le choix du site du nouvel hopital fait débat

    Lire

    Le choix de l'emplacement du nouvel hôpital de La Rochelle a fait débat, lors du conseil d'agglomération du 19 septembre. Plusieurs élus se sont étonnés de ne pas avoir été consultés, estimant que le sujet devrait faire l'objet d'une discussion en conseil communautaire. Or, le futur emplacement sur l'actuel site du Parc des expositions a été décidé puis acté en juillet 2018 par le conseil de surveillance du groupe hospitalier et validé par l'ARS, et n'avait suscité aucune contestation à l'époque.

  • 20/09/19 | Nuit des chercheur.e.s à Limoges

    Lire

    La 15ème Nuit Européenne des Chercheur.e.s se tiendra le 27 septembre. A cette occasion la Maison de l’Europe Limousin propose une exposition « Unis pour la protection de l’eau ! » qui aborde la thématique de l’eau à l’échelle régionale mais aussi européenne. Cette exposition sera complétée par un module d’animation interactif pour permettre à chaque visiteur de se questionner sur les pratiques en matière de protection de l’eau.

  • 20/09/19 | La Rochelle : un grand débat autour de l'acharnement thérapeutique

    Lire

    Depuis janvier 2016, le Centre National des Soins Palliatifs et de la Fin de Vie (CNSPFV), a notamment pour mission d’informer et de communiquer avec le grand public sur la démarche palliative et la fin de vie. Il organise avec le centre hospitalier de La Rochelle un débat public sur le thème "Acharnement thérapeutique ou obstination déraisonnable: où ça commence? Qui en décide? Que dit la loi?", le 25 septembre de 19h à 21h, salle de l'Oratoire à La Rochelle. Entrée libre et sans inscription.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Lormont : Lancement des Rencontres Citoyennes en avril !

17/04/2019 | Les rencontres citoyennes reviennent, précédées cette année d'une plénière qui aura lieu le 29 avril 2019 à Brassens-Camus.

lancement rencontres citoyennes 2019 une

Fortes d'un succès grandissant auprès de la population, les rencontres citoyennes, exercice de démocratie participative initié par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du le 21 février 2014, reviennent cette année pour une quatrième édition. Organisées au sein de cinq quartiers, elles permettent aux administrés de rechercher avec les élus locaux, des solutions aux problèmes du quotidien. Une édition 2019 pour laquelle la municipalité attend de nombreux participants et qui comportera quelques innovations. Le point avec Jean Touzeau, Maire de la commune.

@qui.fr- le 29 avril verra le lancement des Rencontres Citoyennes « version 2019 » sur un mode un peu différent de celles d'avant, puisque précédées cette année, d'une plénière. Pouvez-vous nous parler de l'idée qui a prévalu pour sa mise en place, ainsi que des ateliers de co-construction qui permettent de débattre, mettre les idées sur la table et chercher des solutions ?

 

Jean Touzeau, Maire de la commune- C'est un nouveau cycle de rencontres et surtout, une volonté de la ville d'essayer de toujours valoriser ce qui a pu être mis en avant ou ce qui peut nous permettre de mieux faire vivre ce lien. Et je pense que l'actualité de l'année, avec ses difficultés qui apparaissent dans la façon avec laquelle on peut, en dehors des échéances électorales, faire en sorte que les mots de « co-construction », « participation » et « citoyenneté » se déclinent d'une façon concrète, est un élément fort de notre démarche ;

Une démarche qui n'est pas nouvelle mais différente et qui correspond à une réflexion profonde : dans la crise que nous vivons actuellement, la ville doit jouer un rôle majeur pour faire vivre cet échelon communal comme un échelon où les mots de « démocratie citoyenne » peuvent prendre tout leur sens.

J'ai toujours cru, en tant que maire depuis des décennies, à cet espace là, la commune, comme un cadre qui permet très concrètement de progresser dans ce lien.

Cadre où le maire et les élus sont vraiment proches mais qui permet aussi, à l 'image de ce que nous proposons aujourd'hui, de faire évoluer les dispositifs en prenant en compte les évolutions globales.

Des propositions qui constituent une étape, une initiative qui prend en compte ce qui a pu être fait et dit que là, on a peut-être une piste qui peut nous permettre de faire encore mieux. Depuis 1995 à Lormont on a eu les comités de quartiers (ça a marché un temps), puis les conseils citoyens et toujours cette démarche positive qui consiste à faire évoluer les dispositifs pour essayer de les améliorer.

Le 29 avril prochain, ce qu'on propose ce sont des échanges et une concertation précédant la rencontre. Il y aura de l'émulation.

C'est donc un élément très positif qui consiste à dire avec beaucoup d'humilité : prenons en compte cette soif, comme on prend en compte sur chaque dossier, l'avis de l'habitant entre deux étapes électorales où l’élection donne la légitimité démocratique.

Donc, on fait évoluer la méthode mais l'objectif est le même.

Avant, les rencontres globales faisaient un peu la synthèse de cette démarche décentralisée dans les quartiers. Là, on lance la démarche et ensuite, ça permet dans les semaines et les mois qui viennent de pouvoir travailler.

Deuxième évolution : on veut essayer de les rendre un peu plus intéressantes, attractives en mettant en avant des thématiques fortes, des projets qui permettent à ceux qui viennent dans les rencontres, de pouvoir réfléchir à la substantifique moelle du projet. Et c'est ce que nous allons essayer d'innover avec des intervenants telle l'association DIDEE, au cœur de ces rencontres Brassens-Camus. Des thèmes qui pourront ensuite être décentralisés dans les quartiers. Et puis toujours cette démarche d'ateliers pour co-construire des solutions aux problèmes mis en avant.

On ne le souligne pas suffisamment mais la citoyenneté, devenir citoyen, c'est une contrainte. C''est à dire que dans une société qui est extrêmement individualiste, où on est sur le « moi je », c'est contraignant d'aller dans une démarche où le citoyen, c'est le « nous ».

 

@qui.fr- Dans les thèmes, il y en a aussi qui sont dans l'air du grand débat (développement durable, aménagement du territoire, …) mais appliqués à la ville.

 

J.T- Oui, car les thèmes qui sont mis en avant dans le cadre du projet de ville, ne sont pas suffisamment consensuels aujourd'hui pour ces grands débats de société (sauf dimension environnementale, l'avenir de la planète, comment on change nos modalités de vie dans les domaines de la santé de la mobilité de l'alimentation...). Et nous essayons dans une ville où on vient de porter un grand renouvellement urbain de prioriser, aujourd'hui, ces dimensions là qui sont beaucoup plus qualitatives. Comment, par exemple, on va prioriser un certain nombre de jardins privés ou publics et montrer que cette chaîne a un impact sur le plan de la santé. Sans compter le côté éducatif.

Deux projets emblématiques vont avoir lieu dans les mois qui suivent :

dans l'espace central de Montaigne, nous avions deux sites : l'ancienne école Montaigne et l'ancien centre social que nous avons rasés. J'ai refusé des constructions en cœur de ville et donné la primauté à un grand jardin. Et le centre social travaille avec les familles à comment mettre en valeur ces jardins.

Par ailleurs, nous reconstruisons la résidence Victor Hugo avec Logévie, avec au cœur un jardin cultivé par les personnes âgées qui pourront préparer les produits dans les cuisines de la résidence. C'est très concret. C'est la cohérence dans ce projet de ville et la dimension santé nature qu'on essaie de prioriser.

@qui.fr- Un point sur les dernières grandes opérations de rénovations urbaines réalisées ?

J.T- Dans nos communes, on a déjà un certain nombre de pratiques de ce qui apparaît comme essentiel dans les territoires. Carriet, c'en est l'exemple même avec l’achèvement du renouvellement urbain.

Nous disons que Carriet doit devenir le Parc de Carriet car c'est le seul espace de la Métropole qui est à flanc de colline.

Dans les années 1995, nous avons réalisé en première phase du renouvellement urbain, ce qui était prioritaire en la matière :

-l'arrivée du tram et le désenclavement à travers les transports

-la reconstruction de toutes les écoles

-la crèche (bâtiment de Mireport transformé en pôle d'accueil pour les 0-3ans )

C'est à dire qu'on a déjà sur Carriet, ce qui au tout début d'une opération de renouvellement urbain, apparaît comme une priorité (désenclavement, école et services). Pour la deuxième phase, il faut prioriser le logement et l'habitat avec 750 à 800 logements qui seront réhabilités avec l'aide de Domofrance, dont c'est le patrimoine.

A ce sujet, lire aussi : Métropole | Logement social : Logévie cède 2069 logements familiaux à Domofrance

A noter également les près de 200 bâtiments qui vont être démolis sur le bas de la cité Carriet pour finir la cité jardin en pavillons individuels. Donc, de la réhabilitation avec un peu de démolition en haut, en bordure de rocade, pour donner la dimension attractivité économique et accès à l'emploi.

Autre élément fort : la reconstruction de la piscine municipale atteinte par le poids du temps. Donc, on anticipe les difficultés. On reconstruit dans le cadre des programmes métropolitains, départementaux et régionaux une piscine de façon à ce que si l'autre nous lâche dans les trois années qui viennent, on ait celle-ci.

@qui.fr- Qu'en est-il de vos actions menées l'an dernier contre les incivilités (lettre au premier ministre et suggestion d'un partenariat entre polices municipale et nationale) ?

J.T- sur ce point là, ça va mieux.

Il y a encore quelques phénomènes de rodéos mais l'appel que nous avons lancé à un certain nombre de maires a mieux été entendu

Quelques problèmes perdurent car on a aujourd'hui, des forces de police qui en terme d'effectifs et de présence sont très fragilisées, notamment par les Gilets Jaunes.

Reste à savoir si en tant que maire, je peux créer ou porter davantage quelque chose qui permette d'améliorer la situation. La réponse est oui sur les politiques de prévention, sur l'école, mais pour ce qui est de la sécurité, c'est une compétence régalienne de l’État.

La police municipale a un rôle bien défini et accompagne dans l’îlotage, la police nationale. On a une approche de complémentarité. C'est pourquoi nous avons créé un bureau de police qui permet aux polices nationale et municipale de se retrouver ensemble en cœur de ville pour une meilleure collaboration.

 

Jean Touzeau from Aquipresse on Vimeo.

Joël Aubert, Yoan Denéchau et Emmanuelle Diaz
Par Joël Aubert, Yoan Denéchau et Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
2550
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires