Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
  • 21/09/18 | A Bergerac, le service civique recrute

    Lire

    Le BIJ/Espace Jeunes de la Communauté d’Agglomération de Bergerac organise un speed-dating consacré au service civique le 26 septembre de 14h30 à 17h. L’objectif de cet évènement est de mettre en relation les structures avec les jeunes recherchant une mission de service civique. Les jeunes auront 5 minutes pour convaincre les 5 structures présentes : l’association Overlook, l’USB Basket, le collège Max Bramerie, le lycée des Métiers du Sud Périgord et le lycée Jean Capelle.

  • 21/09/18 | L'Hermione repart en 2019, direction la Normandie

    Lire

    L'Hermione reprendra la route en 2019. Pour le 75e anniversaire du débarquement de juin 44, l'Hermione se rendra en Normandie avec des escales à Cherbourg (6 au 8 mai), Rives-en-Seine (du 4 au 6 juin), Ouistreham et Rouen, avec un temps fort lors de l’escale à l’Armada de Rouen du 7 au 16 juin. L'Hermione fera également un arrêt à Nantes et à Saint-Nazaire pour les festivités Débords de Loire du 23 au 27 mai. Départ le 27 avril 2019 de Rochefort.

  • 21/09/18 | Port de Bordeaux : la qualité de l'air mesurée

    Lire

    L'agence Atmo Nouvelle Aquitaine a rendu ce vendredi un rapport étudiant l'impact sur l'air de l'activité maritime au port de la lune, après une campagne de mesure réalisée entre avril et mai. Résultats : l'influence des paquebots maritimes est jugée "négligeable" sur la concentration de polluants étudiés (dioxyde de soufre, dioxyde d'azote et particules fines) sur les deux rives de la Garonne et "les diverses émissions urbaines, dont le trafic routier, sont les principales responsables de la pollution sur le quai" malgré la source supplémentaire de dioxyde d'azote représentée par les paquebots fluviaux.

  • 21/09/18 | La fermeture du pont de pierre contestée

    Lire

    L'association de commerçants de la rive droite bordelaise Esprit Bastide a annoncé ce jeudi avoir déposé une requête auprès du tribunal administratif de Bordeaux pour attaquer l'arrêté municipal du 5 juillet dernier actant la fermeture du pont de pierre aux automobilistes, confirmée après une expérimentation débutée en août 2017. L'association déplore notamment "l’absence d’étude(s) d’impact sur l’environnement économique ou sur l’environnement tout court." La requête devrait donner lieu à une audience dont la date n'a pour l'instant pas été déterminée.

  • 20/09/18 | Pau : un rallye étudiant pour découvrir la ville

    Lire

    Pensé par et pour les jeunes, la Mairie de Pau lance le 4 octobre, son 1er Rallye Etudiant. Objectif, selon Régis Laurent Adjoint au maire chargé de la jeunesse: «souhaiter la bienvenue à Pau aux nouveaux étudiants tout en leur montrant la palette des activités associatives, culturelles et sportives qui y sont possibles». Destinés aux étudiants et étudiants des métiers de 1ère année, ce rallye, mêlant jeu de piste urbain et battles entre équipes, permettra aux jeunes de découvrir les acteurs du territoire au fil de leur pérégrination. A 19h, rdv pour un concert électro gratuit et ouvert à tous place Clémenceau. Détails et inscription.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Objectif : Mars pour les chercheurs du LAB de Talence

28/03/2018 | Des chercheurs du laboratoire d'astrophysique de Bordeaux sont actuellement impliqués dans la conception d'une caméra-laser juchée sur un rover de la Nasa en 2021 sur Mars.

rover Mars 2020

Il s'appelle Mars 2020, c'est le dernier projet en date de la Nasa qui décollera à l'été 2020 en direction de la planète rouge dans l'espoir d'y étudier des traces de vie. Si l'opération est très complexe, la construction du rover de plus d'une tonne l'est aussi. Surprise, c'est une équipe de chercheurs du LAB de Talence qui est chargée de fabriquer SuperCam, la caméra laser très sophistiquée qui surmontera le robot. À l'occasion d'une série de conférences organisées pour détailler son implication, ce mardi 27 mars à Talence, nous sommes allés demander quelques précisions aux chercheurs affiliés au projet SuperCam. On décolle pour Mars.

Il faut bien l'avouer, quand on pose les yeux dessus pour la première fois, on se demande bien comment il va pouvoir rouler sur Mars en février 2021, date à laquelle son arrivée est prévue par la Nasa, tout en sachant qu'il s'agit bien sûr d'une maquette. Mais pas n'importe quelle maquette, car l'engin dont on parle fait bien trois mètres de long et presque autant de large (2,8 mètres), comporte six roues motrices et quatre directrices. Le vrai engin, lui, s'appelle Mars 2020, c'est le dernier projet de rover né après son grand frère (qui est en fait plus petit), Curiosity, qui ces jours-ci vient de dépasser le cap des 2000 sols à la surface de Mars après six ans d'exploration du cratère Gale. Une exploration qui a permis des avancées sensibles pour répondre à LA question que tout le monde se pose : cette planète, si proche de la nôtre, a-t-elle une chance d'abriter la vie ? "Avec Curiosity, on a démontré qu'il y avait toutes les conditions physico-chimiques pour que se développe la vie sur Mars, ce qui ne veut pas forcément dire qu'elle l'a fait", précise Sylvestre Maurice, responsable scientifique du projet, astronome et astrophysicien à l'Irap (Institut de recherche en astrophysique et planétologie) de Toulouse. L'une des particularités de Curiosity, c'est Chemcam, un instrument disposant d'un laser de puissance qui mesure la composition chimique des roches dans le but de comparer le potentiel biologique de la planète à celui de la Terre. Ce Rover devrait faire la même chose, à quelques nuances près. 

Spécialités bordelaises

Si on vous parle de ça aujourd'hui, c'est parce que ce 27 mars a eu lieu, sur le campus de Talence, une série de conférences baptisée "Rover 2020, du Bordeaux sur Mars", censées préciser le contenu scientifique de cette nouvelle mission pilotée par la NASA et auxquels les scientifiques bordelais prendront la tête. Enfin, façon de parler : en fait, la tête du rover contient une caméra et un laser très pointus, et ces dernièrs ont la particularité d'être Made in France. Baptisé SuperCam, le système a été conçu par six laboratoires différents répartis entre Paris, Toulouse et... Bordeaux où officie l'équipe du LAB, composée de 73 personnes, parmi lesquelles des chercheurs spécialisés dans l'étude de l'atmosphère et de la surface des planètes (c'est aussi là que travaille Franck Selsis, le Mr Exoplanètes bordelais). Évidemment, Supercam mobilise des centaines de chercheurs et scientifiques en dehors de ces six laboratoires, à Nantes ou à Grenoble notamment. "Le Rover devrait faire environ 1100 kilos", précise Sylvestre Maurice. "En France, on a reçu la responsabilité de concevoir la tête en gagnant l'appel d'offre de Thales Optronics passé en 2014, on a commencé à travailler dessus en 2015. Cependant on a fait appel à plusieurs laboratoires pour le faire, on n'était pas capables de le faire seul. Les laboratoires de Toulouse, Bordeaux et Paris se sont donc joints à nous". 

L'expertise des chercheurs et scientifiques locaux a donc été largement sollicitée, mais pour faire quoi ? On a posé la question à Pascal Bordé, le directeur du LAB. "Chemcam, qui équipe le robot Curiosity, est la génération précédant SuperCam mais il repose sur la même technique : on utilise un laser avec lequel on chauffe la roche, on la vaporise et on analyse à distance ce qui est vaporisé avec le téléscope qui se trouve dans la tête du robot. À partir de ça, on peut déterminer la composition des roches à la surface de mars et étudier son histoire géologique", précise le responsable. "Au niveau technique, ce qu'on fait plus particulièrement ici, c'est toute l'électronique de commande de l'instrument, son "intelligence", et tout ce qui est boîtiers mécaniques dans le respect de toutes les contraintes liées au spatial : tenue en vibrations, légèreté, tenue technique. Il y a tout un savoir-faire au laboratoire de fabrication mécanique et de carte électronique de commande. On a une équipe électronique très performante sur le filtrage de grands radiotéléscopes au sol et une autre spécialisée dans le pilotage d'instruments et les cartes de contrôle pour des instruments embarqués, sur des satellites, des téléscopes spatiaux ou des Rover comme ici". 

En route pour 2020

Si l'américain Caltech est chargé de la construction du rover à proprement parler, ici, on travaille donc activement sur le pilotage des instruments qui vont permettre d'étudier les roches. À une nuance près : le laser de Curiosity n'était "que" rouge, celui-ci sera rouge... et vert. En dehors de la couleur, on a demandé à Sylvestre Maurice ce que cette nouveauté changeait par rapport au grand-frère. "Le laser de Curiosity était infrarouge. Là, on lui a demandé de refaire la même chose, mais il aura un mode en plus et va devenir vert, ce qui permettra de faire de la minéralogie : grossièrement, on ne brûle plus mais on fait vibrer. Avec le rouge, je chauffe la roche à 8000 degrés pour en connaître la chimie. Avec le vert, je fais vibrer les molécules et je comprends comment les atomes sont attachés entre eux", résume le chercheur. Le but final du rover est donc bien de sélectionner des échantillons de roche, les mettre dans des tubes et les préparer pour le retour sur Terre. Ce dernier n'est, en revanche, pas prévu pour tout de suite. Le robot doit décoller dans le courant de l'été 2020 et arriver sur mars 8 mois plus tard, en février 2021. Il faudra ensuite au minimum trois ans d'exploration avant qu'une éventuelle future mission ne puisse envisager, un jour, d'aller rechercher les échantillons. "C'est la première mission de ce genre. On pense qu'ensuite, d'ici une quinzaine d'années, on sera capable de poser une fusée, d'aller chercher les échantillons collectés, de se mettre en orbite autour de mars et de les ramener sur Terre.

Les perspectives sont vastes, mais les délais de livraison des équipes du LAB, eux, sont très ressérés : ils doivent livrer SuperCam en septembre 2018. Ce qui n'empêche pas les scientifiques de commencer à penser à l'après : depuis peu, une équipe de spécialistes dont fait partie le professeur Philippe Paillou, a pour objectif d'étudier des échantillons d'eau entre l'atmosphère et la surface de mars pour étudier son cycle, Curiosity ayant permis  de faire quelques avancées en prouvant notamment que les roches d'un affleurement martien avaient été déplacées par de l'eau. Le LAB s'est donc doté dun système cryogénique, d'une chambre à vide et d'échantillons pour faire ses propres recherches, dont ils espèrent valider le protocole au moment où Mars 2020 décollera pour Mars. Le travail du LAB est donc, comme souvent, une petite partie d'un grand tout, dont les dernières avancées promettent, pour les passionnés d'espace, quelques années de patience...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
11089
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires