Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/18 : Le pont d'Aquitaine sera fermé à la circulation pour des travaux de maintenance dans les 2 sens de circulation entre les échangeurs 2 et 4a le 14 novembre de 21h jusqu'au 15 6h et le 15 novembre de 21h jusqu'au 16 6h.

13/11/18 : [Rectificatif] Le Parc Marin fait savoir ce soir que contrairement à ce qui a été annoncé à l'issue du vote du Parc Marin le 8 novembre, le grand port de La Rochelle n'avait pas voté pour le projet d'extraction de granulats dans l'estuaire.

12/11/18 : La Rochelle : à partir de lundi prochain, Pierre Thepot succédera à Alain Michel au poste de Directeur Général du Groupe Hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis, des Centres Hospitaliers de Rochefort et de Marennes et de l’EHPAD de Surgères.

09/11/18 : 1ères Assises régionales de lutte contre le gaspillage alimentaire en Nouvelle-Aquitaine, les 13 et 14 novembre au lycée Vaclav-Havel de Bègles portant sur « Alimentons la Transition écologique et solidaire ! »

07/11/18 : Semaine européenne pour l'Emploi des Personnes Handicapées. Table ronde à Bordeaux pour un échange sur le thème de l'inclusion des personnes handicapées le 22 novembre de 9h à 11h30 au Pullman Bordeaux Lac organisée par l'Agefiph

07/11/18 : 17338. C'est le nombre de visiteurs que Cap Sciences à Bordeaux a reçu en 15 jours pendant les vacances de La Toussaint.

07/11/18 : La semaine de la petite enfance, organisée par La Cali du 12 au 17 novembre, dédiée aux enfants/parents porte sur « Aider à grandir les 0 - 4 ans », et a lieu à Izon, St Quentin de Baron, Coutras, Libourne, St Denis de Pile, Nérigean et Génissac.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/18 | Réunions publiques sur les digues de protection dans le Marmandais

    Lire

    Les digues de protection contre les crues de Garonne au cœur de 5 réunions publiques dans l’agglomération du Val de Garonne. Ouvertes au public, elles ont lieu à Marmande, jeudi 15 novembre à 18h30, à Fauguerolles, lundi 19 novembre à 18h30, à Meilhan-sur-Garonne, lundi 26 novembre, à 18h30, à Monheurt, jeudi 29 novembre à 18h30 et à Tonneins, lundi 3 décembre à 18h30.

  • 13/11/18 | Billère: une expo pour les plus petits

    Lire

    Jusqu'au 31 décembre, la médiathèque d'Este à Billère (64) présente "Jouons avec les livres", une exposition pour les tout-petits de l'illustratrice Emilie Vast qui met en scène plantes et animaux, comme autant de personnages venant raconter leurs histoires dans des illustrations stylisées, douces et poétiques. Amoureuse de la nature et inspirée par les arts graphiques du passé, l'univers graphique de l'illustratrice, qui est aussi auteure et plasticienne, joue avec les lignes pures, la couleur en aplat et le contraste. Tout pour plaire aux 3 ans et plus. Entrée libre

  • 13/11/18 | Le campus euro-régional Bordeaux Pays basque récompensé

    Lire

    Le 8 novembre à l’Ambassade d’Espagne à Paris, les Universités de Bordeaux et du Pays Basque ont reçu le Prix Dialogo France pour «leur projet commun de développement d’une communauté euro-régionale de recherche, formation et transfert de connaissance». Leur alliance renforcée depuis 2011 a en effet permis la création de 5 doubles diplômes, l’augmentation de la mobilité étudiante entre Bordeaux et Pays Basque, la délivrance de doctorats en cotutelle, la création de 2 laboratoires transfrontaliers communs et le projet de campus Ocean Experience qui s’appuie sur un cluster de 50 entreprises euro-régionales.

  • 13/11/18 | Vous avez 4 heures

    Lire

    Le 19 novembre, la Communauté de Communes 4B, la ville de Barbezieux-Saint-Hilaire et la CCI Charente organisent « 4 Heures de la transmission-reprise d’entreprise » au Logis de Plaisance à Barbezieux. Au cours cette après-midi,une table ronde sur « les clés d’une transmission d’entreprise réussie » aura lieu à 14h30. S’en suivra des rdv individuels de 20 minutes avec des professionnels tels que des notaires, avocats, experts-comptables... pour toutes les personnes qui souhaitent reprendre une entreprise ou bien transmettre.

  • 12/11/18 | Mérignac: Le stade nautique acté par la Métropole

    Lire

    Après un passage en conseil municipal le 5 novembre, puis un vote le 9 novembre en conseil de Métropole, le projet du futur stade nautique de Mérignac, reconnu d’intérêt métropolitain, est lancé. Ce complexe aquatique, mêlant apprentissage de la nage, loisirs, bien-être, pratique sportive et accueil de compétitions d’envergure grâce à un bassin de 50 m doté de 10 couloirs, répond au besoin de plans d’eau inscrit dans le Plan Piscine élaboré par Bordeaux Métropole en mars 2017. Le coût de la construction sera assuré par Bordeaux Métropole (57%) et Mérignac (43%) pour une livraison prévue à l'été 2022

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Portrait - Marie Kerouedan, l'écolo du crackers

20/08/2018 | Marie Kerouedan a été lobbyiste agricole, serveuse, anthropologiste-essayiste et enfin fabricante de crackers. Et puis comme l'idée avait l'air bonne, depuis, elle s'accroche.

Marie Kerouedan, fondatrice d'Intelligence Culinaire

Ils ont un très fort goût de céréales, une petite odeur de châtaigne, une forme carrée et très fine, une couleur brunâtre et un aspect "recycling" très à la mode. Ils sont 100% bio, 100% végétal et fabriqués à partir de résidus de céréales ayant servi à faire de la bière artisanale. Ils sont fabriqués à la main dans un petit atelier parisien, mais c'est en Nouvelle-Aquitaine qu'on leur cherche de futurs frères et soeurs. Ces crackers là (baptisés Résurrection) sont singuliers, mais pas autant que l'histoire de Marie, l'une des femmes qui se cache derrière leur fabrication. Où comment faire naître un militantisme écologique dans un bol de biscuits apéritif.

Entre boulot et conscience

Il existe mille et une façons de devenir militant. Des idées issues d'un héritage familial, un déclic face à un drame personnel, ou simplement une envie, à son niveau, de changer les choses. Pourtant, lier un paquet de crackers à l'engagement écologique de leur créatrice ne semble pas, au premier abord, l'exercice le plus facile à faire. C'est qu'avant d'arriver dans leur paquet, ces recettes très particulières confectionnées à partir de drêches de brasserie (des résidus de céréales obtenues lors de la fabricaton de la bière), façonnées dans un marketing simple comme une "recette des faims heureuses" ont bien dû arriver à maturité. Marie Kerouedan, bordelaise d'origine bretonne, mère de deux enfants, est plutôt stricte lorsqu'il s'agit de l'écologie : chez elle, vous ne trouverez que très peu de plastique, vous la croiserez plus souvent en vélo qu'en voiture, et pour aller dans une épicerie bio plutôt que dans le Carrefour (même bio) du coin. "Le militantisme, ça se construit sur du long terme, c'est un cheminement personnel. Il y a encore plein de choses à améliorer dans ma vie pour aller vers plus d'engagement écologique", avoue-t-elle. Sa petite société de crackers, elle l'a montée en janvier 2016, certainement parce qu'elle a jugé l'idée prometteuse. Mais avant de se lancer dans cet artisanat très particulier, elle a un peu vadrouillé, jouant parfois le rôle de quelqu'un d'autre dans des mises en scène plutôt surprenante.


Le lobbying pour la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs après son master en Sciences Politiques, elle a connu. Et elle en est revenue : "j'ai rapidement démissionné parce que c'était intenable en termes de position. C'est par ce prisme que j'ai découvert le monde agricole et je me suis dit que quelque chose n'allait pas. C'était quand même très orienté pro-pesticide, pro OGM. Intuitivement, ça ne collait pas". Elle a aussi eu sa phase "voyage" : l'Amérique latine où, en free lance, elle fait plusieurs reportages et commence à écrire et à donner des lettres de noblesse toujours plus affirmées à son militantisme écologique. En découvrant les ravages de la culture du soja, la déforestation, le business de l'huile de palme, elle se construit une opinion très personelle de l'assiette mondialisée. Vous avouerez que pour une ancienne étudiante en école de commerce, ça détonne. Quelques posts de blog plus tard (des récits de voyage et des recettes, puis des articles plus engagés sur des "systèmes alimentaires plus durables"), cette fan de cuisine se découvre une vocation sur le tard en rédigeant un premier essai sur les concepts alimentaires contemporains : ses pages sont remplies de bio, de local et de commerce équitable, entre "plaisir et conscience alimentaire".

Touche personnelle
Le chapitre suivant est plus naturellement logique que les débuts. Marie monte un bureau d'étude en conseil, formation, gestion et montage de projets dans la filière durable dans une coopérative d'activité et d'emploi. Elle y recontre celle qui deviendra plus tard son associée du crackers, alors conseillère en communication culinaire. Ensemble, elles tâtonnent un peu avant de trouver leur pré carré. "Avant Résurrection, on a commencé à travailler sur différents sujets ensemble : on a répondu à des appels d'offre, on a monté une marque sur des ateliers d'intelligence culinaire zéro déchets. Quand on a découvert les drêches à l'occasion d'un stage en brassage, on s'est dit qu'il fallait qu'on en fasse quelque chose". Sans doute est-ce venu d'une impression d'avoir entre les mains un produit censé servir à l'alimentation animale où à la méthanisation, pas à être mis dans un petit bol et servi à l'apéritif. Mais avant de fourrer un peu plus notre nez dans ce petit paquet en papier cartonné, il faut préciser une dernière chose : entre temps, Marie est devenue une diplômée en anthropologie, spécialisée en alimentation. Dans un second bouquin écrit en 2012 ("Magrets and Co - quelques réalités alimentaires contemporaines du Sud Ouest"), elle a "essayé de comprendre, par le prismes de recettes très classiques, limite stéréotypées comme le magret de canard, la morue ou les pruneaux à l'armagnac, ce qui s'exprimait derrière en termes de discours, de représentation et de construction sociale". Surprenant de voir de l'anthropologie dans un morceau de viande, encore plus pour une végétarienne, non ? Attendez la suite.


"Je n'ai pas de culture militante, mes parents n'étaient pas du tout tournés vers le bio mais j'ai converti une partie de ma famille. C'est venu au gré des apprentissages et de la découverte", confirme donc Marie, qui nous dévoile par ailleurs que c'est en fabriquant sa propre bière qu'elle en a appris un peu plus sur ces fameux résidus de fabrication dans lesquels elle a senti à la fois  des odeurs de "tartine grillée, de caramel et de torréfaction. Je suis repartie avec un sac de déchets sur l'épaule. J'ai fait des tests en cuisine le soir même. (...) Ce n'est pas intéressant juste parce que c'est un déchet, c'est un bon produit, c'est ce qu'on a découvert quand on a commencé à le travailler". Les drêches, c'est le petit secret de ces crackers au goût très prononcé de céréales. Pour 1000 litres de bière fabriquée, on obtient 300 kilos de malt avec lesquels la jeune SAS Intelligence Culinaire, pour l'instant installée au sein de la pépinière de Darwin, à Bordeaux, produit 400 kilos de crackers. "En sachant que Les Brasseurs de la Lune produisent environ une tonne de drêches par semaine, il y a du potentiel". La singularité du produit final (il y a bien une société californienne qui incorpore des drêches dans ses barres de céréales, mais à des doses bien moins importantes) n'a d'égal que l'engagement de ses méthodes de fabrication : "de l'artisanat à grande échelle".

Ma petite entreprise
Quand un industriel du crackers produit quatre à cinq cent kilos de biscuit par heure, la petite ligne de production "faite main" et certifiée sans machines de Noisy Le Sec (pour des biscuits apéro, ça ne s'invente pas...) en conçoit entre cinquante et cent kilos par jour. Mais le fait de les vendre dans des épiceries fines, des magasins bio, des cavistes ou des brasseries comme un biscuit haut-de-gamme n'est pas uniquement dû à cette capacité de production réduite (en cours d'augmentation puisque la jeune société veut en produire une tonne par mois d'ici la fin de l'année, contre une demi-tonne actuellement) : les ingrédients justifient une bonne part du prix final (entre 5 euros 40 et six euros le paquet de cent grammes). "On est très exigeantes sur le sourcing de matières premières, d'autant qu'on est le premier produit agro-alientaire fabriqué à partir de déchets certifiés bio. On essaie d'aller chercher les matières premières le plus près possible : notre graine de courge est européenne et pas chinoise, notre farine de chataîgne est fabriquée en France. Notre huile d'olive est espagnole, pas tunisienne. On met le prix en termes de matières premières pour avoir le meilleur produit possible. On essaie d'être jusqu'au-boutiste, c'est principalement ce qui nous positionne sur du haut-de-gamme".


Résurrection a bien essayé la sous-traitance, mais s'y est un peu cassée les dents. Le processus de fabrication est totalement internalisé, et bientôt, il deviendra local. En effet, dans le courant de l'année 2019, Intelligence Culinaire va ouvrir un nouveau site de production en Nouvelle-Aquitaine, à une date et dans un lieu encore inconnus. Elle va y développer une nouvelle gamme de recettes, dont une sans gluten, notamment à partir de drêches mais aussi d'autres produits transformés pour leur trouver une "seconde vie". Le fabricant local de crackers bio et sains est aujourd'hui identifié : soutenu par la Région, l'ADI, la BPI mais aussi des donateurs privés (en juillet 2017, la société de Marie Kerouedan et Nathalie Golliet a récolté un peu plus de 19 000 euros via une campagne de financement participatif sur Ulule), Intelligence Culinaire s'apprête, dans les mois qui viennent, à organiser une levée de fonds pour accompagner son développement. Et, peut-être, renforcer leur présence sur les étals ? Car si l'on trouve leurs produits dans une soixantaine de boutiques en France (dans les lieux déjà cités mais aussi des endroits plus insolites comme l'Abbaye de Saint-Vendry en Seine Maritime où hors de France comme à Lisbonne, à la Réunion où en Angleterre), il faut encore les chercher pour les connaître, et inversement. Là aussi, c'est un choix délibéré. "On a refusé plusieurs grandes chaînes de grande distribution. On va chercher de beaux ingrédients, ce n'est pas pour être référencé dans un linéaire de Carrefour ou de Monoprix. Aujourd'hui, ça n'aurait pas de sens pour nous".

Quant à leur processus de fabrication, "Il restera artisanal, mais à quel niveau, on ne sait pas encore. Il y a des tâches qui sont pénibles à certains moments : c'est répétitif, il y a un process très rigoureux. Quand on aura les moyens d'automatiser une partie pour réduire la pénibilité du travail, augmenter les rendements et baisser les coûts de production, on n'aura pas d'états d'âme à le faire". En attendant, Marie est toujours végétarienne, milite pour le zéro déchets, a le souhait de développer sa nouvelle activité et circule le plus possible à vélo, on l'a dit. Elle semble pourtant croire très fort en son projet et ne regrette, à coup sûr, pas une seconde d'avoir posé sa petite casquette de lobbyiste agricole dans un carton au fond du grenier. Elle est en tout cas, de notre point de vue, la preuve par A+B qu'un engagement militant, ça se construit parfois avec pas grand-chose et qu'il y a mille et une façons de le faire fructifier. Bref, son truc à elle, c'est les crackers. Et le vôtre ?

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3393
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires