Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Métropole | Rythmes scolaires : Mérignac se maintient

01/12/2017 | La commune socialiste devrait rester sur le modèle de la semaine des 4,5 jours d'école pour les enfants de maternelle et d'élémentaire. Un choix très politique.

rythmes scolaires

Une tendance à revoir

Les semaines passent et les avis divergeants sur la nouvelle réforme des rythmes scolaires ne désemplissent pas. Après la semaine de quatre jours instaurée par Xavier Darcos en 2008, le "décret Peillon" et ses quatre jours et demie en 2013 et celui des "cinq jours modulables" de Benoît Hamon en 2014, la promesse d'Emmanuel Macron de laisser "plus de libertés aux communes" en leur laissant le choix de revenir où non à la semaine de quatre jours divise les départements autant que les obédiences politiques municipales. Évidemment, ce nouveau décret publié au Journal officiel le 28 juin dernier pour la rentrée scolaire de septembre n'a pas forcément fait l'unanimité. Si l'on suit les chiffres donnés par l'enquête annuelle de l'Association des maires de France (AMF), on voit que sur les 6500 réponses recueillies 83% des communes étant revenues à la semaines de quatre jours l'ont fait à la demande des parents (81% à celle des conseils d'école et 71% des enseignants) tandis que 72% des sondés justifient se retour à la "fatigue supposée" des enfants. Cependant, selon d'autres chiffres publiés en août, si en effet plus de 43% des communes ont choisi un retour à la semaine de quatre jours, la Gironde (et le Sud-Ouest en général) sont bien plus divisés. À la dernière rentrée, 172 écoles ont choisi d'appliquer la semaine de quatre jours (soit 20% des 917 établissements de maternelle et élémentaire du département), et 131 communes ont demandé une dérogation (soit 30%). Sur la métropole, Bouliac et Le Bouscat ont déjà sauté le pas. 

Pour les autres, c'est un peu plus compliqué. Le maire de Pessac, lui, s'est donné un an pour revenir à la semaine de quatre jours, comme il l'avait annoncé en septembre. Si des activités périscolaires seront encore prises en charge par la commune, elles ne concerneront pas les 5 500 enfants qui y sont actuellement scolarisés. À Bordeaux, selon les derniers échos de la municipalité, une "large majorité" serait favorable au retour en arrière, et du soutien scolaire serait prévu à la place des actuels TAP (temps d'activité périscolaires), par ailleurs payants, ce qui n'est pas le cas dans toutes les communes de la métropole. Un rapport sénatorial a beau avoir été favorable au maintien de l'organisation actuelle en juin dernier, cela n'a a priori rien à voir avec la tendance qui se dégage par les résultats de la concertation à Mérignac, ville de l'ancien sénateur PS Alain Anziani. Ce jeudi, aux côtés de la députée sortante Marie Récalde, le maire de Mérignac a donné quelques indices quant à la tendance des résultats de cette concertation ayant débuté après les vacances de Toussaint par le biais d'un questionnaires, à la fois consultables en ligne et glissé dans les cartables des quelques 5200 élèves de la commune. Et les résultats ne sont pas ceux annoncés par les rumeurs, qui parlaient d'un retour à quatre jours. 

Un choix politique

Pour autant, les indices et propositions affirmées dans un rapport rendu en mai 2016 par la sénatrice de Gironde Françoise Cartron, explique sans doute pourquoi cette dernière est intervenue dans un débat sur la question des rythmes scolaires à Mérignac en octobre. Sur cette commune de la métropole, la consultation est large et ne concerne pas uniquement les parents d'élèves : les directeurs d'écoles et leur personnel sont aussi dans le bateau, qui décidément vogue vers un statu-quo. Ainsi, on a appris, au moment de l'annonce de la fin de la première phase (destinée aux parents d'élèves), sur 4300 familles concernées, la communes a recueuilli 2537 réponses, soit 57,6%, "un score élevé qui prouve que le sujet intéresse les parents", selon Marie Récalde. Et les résultats sont, à priori, sans appel : 42% se disent très satisfaits et 21,52% satisfaits de l'organisation actuelle, et 81% souhaitent même le voir maintenu. Il faut dire que les activités périscolaires, à Mérignac (en plus de couvrir, nous dit-on, une "palette très large et innovante, avec notamment des ateliers de drones et de codage"), ont un atout majeur : elles sont totalement prises en charge par un triptyque composé de la mairie, de l'État et de la CAF, à part quasi-égale. Si la question du maintien de l'aide de l'État sur les TAP (qui représente environ 250 000 euros pour Mérignac) se posait il y a quelques mois, elle ne se pose plus depuis une mise à jour dans le récent projet de loi de finances précisant que le fonds de soutien au développement des activités périscolaires réservé aux communes "n'étant pas revenues à la semaine de quatre jours" serait maintenu. Du côté de la CAF, en revanche, l'incertitude demeure. "Oui, il y a un clivage politique mais si on met cette réforme à l'épreuve des faits, ça fonctionne", martelle Marie Récalde.

Un bon signal pour la ville, donc, pour qui le temps de la concertation n'est pas encore terminé, même si un consensus évident (favorisé, sans doute, par la gratuité) semble se dessiner. "Par rapport à la fatigue des enfants, nous avons proposé de décaler les activités périscolaires pendant la pause méridienne, mais les habitants de semblent pas favorables à cette mesure. C'est, pour certaines familles, le seul moment où leur enfant à accès à une activité extérieure", affirme Marie Récalde. À Mérignac, 3500 enfants participeraient à ces activités chaque jour. Pour l'ancienne députée, "les résultats des calculs sur un retour à quatre jours montre que le bénéfice ou l'écart ne sont pas si important, à cause du taux d'accompagnement de l'État". "Nous sommes favorables au maintien", dévoile Alain Anziani, affirmant qu'il y a peut-être un lien entre le fait que "la France consacre aux activités periscolaires un nombre de jours limité et son statut de mauvais élève en Europe", ce dernier faisant référence au statut peu enviable de la France dans les commentaires du dernier rapport PISA. Les papiers ne sont cependant pas encore signés : des conseils d'école extraordinaires doivent se tenir entre le 12 décembre et le 15 janvier prochain, en parallèle de nouvelles concertations du côté des instances officielles gérant le PEDT (Projet Educatif du Territoire), qui rendront leur propre décision, même si le coup de marteau final sera celui du maire, très probablement prononcée au début du mois de février. Mérignac suivrait la tendance au maintien d'autres communes de la métropole, dont certaines toujours en phase de concertation : Eysines, Blanquefort, Cenon ou Lormont pourraient suivre la marche dans les mois à venir.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : ville de Mérignac

Partager sur Facebook
Vu par vous
1371
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires