Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

17/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du P S de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux, dans le cadre de la déclinaison locale de l’appel national

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/02/19 | L'actualité du Polar à La Machine à Lire le 22 février

    Lire

    Le polar sera encore à la fête cette semaine à La Machine à Lire... Le vendredi 22 à 20h La Machine à Polar se penchera sur les nouveautés, autour tout naturellement de Hervé Le Corre qui vient de publier «  Dans l'ombre du brasier », Yan Lespoux, enseignant et responsable d'un blog sur le roman noir (encoredunoir) et Olivier Pène, libraire à La Machine à Lire.

  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Métropole | Une charte pour l'urbanisme de Mérignac

22/06/2018 | La commune de Mérignac votera la semaine prochaine en conseil municipal l'adoption d'une "charte de l'urbanisme et de la qualité de la ville". Elle est la première ville de la métropole bordelaise à le faire.

Alain Anziani

De tous les sujets sensibles présents sur la métropole, l'urbanisme et le logement sont peut-être les plus régulièrement disputés. Après des mesures annoncées par la collectivité pour réguler les prix du foncier en mai dernier, les communes de la métropole y vont aussi de leur règlement, censé rappeler aux promoteurs des priorités et des axes clairs. La commune de Mérignac est la première à s'y essayer, et même si d'autres vont probablement suivre dans les prochaines semaines, nous avons pu soulever avec le maire de la commune, Alain Anziani, les engagements tacites qu'impliquaient ce coup de frein au développement immobilier.

Construire mieux et moins

Si les récentes données du Ceser ont mis au jour une nouvelle volonté régionale d'agir sur le foncier local (en plus des ambitions nationales sur le sujet, relativement floues encore aujourd'hui dans leurs applications), la Métropole bordelaise dont la surchauffe foncière est régulièrement dénoncée (malgré un timide arrêt de la tendance ces derniers mois) tente depuis peu d'inverser la tendance des prix de l'immobilier, et surtout de l'escalade à la multiplication des vastes programmes de construction de logements. Après avoir voté une "charte du bien construire" (que la Fédération des Promoteurs Immobiliers n'a pas signé...) et annoncé des mesures concrètes sur la régulation du foncier métropolitain, la collectivité se fait talonner par les 26 autres communes, dont certaines particulièrement concernées par la question et où les grues forment actuellement le paysage. Mérignac est la première à dégainer, ce vendredi, en dévoilant une nouvelle "Charte de l'urbanisme et de la qualité de la ville", censée renforcer une volonté municipale déjà clairement énoncée depuis de nombreux mois : construire moins, moins haut et plus vert.

L'ancien sénateur et maire de la commune, Alain Anziani, évoque cette nouvelle charte, qui bien que n'ayant aucune valeur juridique particulière, est censé rappeler, autant aux habitants qu'aux promoteurs, certaines lignes rouges à ne pas franchir sur le secteur. "Construire des bâtiments toujours plus hauts et plus denses, c'est devenu le modèle urbain des grandes mégapoles et il a été importé sur les territoires. Mais il est très daté et n'est plus conforme aux attentes des habitants d'une ville comme Mérignac. Il y a aujourd'hui un décallage entre la vision des élus, celles des promoteurs et les besoins des habitants". 

Le pied sur le frein

Malgré l'attractivité toujours galopante de la capitale girondine, qui profite aussi aux communes alentours, Mérignac a donc choisi, comme un certain nombre d'autres communes, de ralentir sérieusement la marche de livraison des permis de construire. Et ça ne date pas d'hier : depuis février 2017 et l'adoption du nouveau plan local d'urbanisme métropolitain, la concentration des constructions dans des secteurs mieux desservis par les transports et spécialement dédiés aux programmes de logements, un développement économique "encadré" et la volonté de développer plus d'espaces verts en coeur de ville ont sonné comme autant de principes tacites fixés pour les communes de la métropole, que certaines ont davantage l'occasion de respecter que d'autres... Reste que la majorité de ces principes se retrouvaient déjà dans le plan 50 000 logements  autour des axes de transports (et, évidemment, l'Agenda 21), dont les dix règles de la charte mérignacaise semblent parfois n'être qu'un prolongement logique.

"Il faut répondre à la demande de logements, donc on va continuer à en produire, mais on a fait le choix de le faire au sein de sites dédiés, des zones de projets (citons Mérignac Soleil, marne, Pichey, le centre ville, La Glacière-Mondésir ou encore l'OIM Bordeaux Aéroparc) situés près des transports en commun. On n'a aucune honte ni réticence à le dire, nous respectons également nos obligations de 35% de logements sociaux. Mais dans toute une partie de la ville, là où il n'y a pas ces grands projets, on a décidé de freiner très fortement la production de logements", poursuit Alain Anziani. Si bien même que selon les données recueillies, "entre le 17 décembre 2016 et le 31 mars 2018, 66.8% des logements collectifs accordés se situent en zone de projets, soit 545 sur 816". 

Rappel à l'ordre

Rien de très révolutionnaire dans ces dix engagements, mais quelques règles de base sous forme d'échange de bons procédés. La ville souhaite d'abord inciter les promoteurs à proposer des programmes qui ne soient pas "en décalage avec le tissu résidentiel environnant, notamment en hauteur et en densité", en contrepartie de quoi la ville "s'engage à fournir aux opérateurs une fiche de prescriptions pour toute opération validée supérieure à 1000 mètres carrés de surface de plancher" comprenant notamment le calibre, le volume, la typologie et la densité souhaitées du programme en question, au cas par cas. Construire avec des matériaux "de qualité et résistants, confortables et durables", développer la biodiversité et de la nature en ville, prévoir des capacités de stationnement adaptées, s'adresser à tous les budgets "en privilégiant les propriétaires occupants" (Mérignac étant plutôt une ville résidentielle, rien que du très logique là-dedans), proposer des prix à la valeur vénale (à 2500 euros du mètre carré TTC. Là dessus aussi, la commune suit les directives imposées aux promoteurs par la métropole), intégrer des commerces et des services, organiser une concertation individuelle et collective des riverains et, enfin, discuter "en amont avec la ville de l'opportunité et de la faisabilité" des opérations sont autant de directives formant le squelette de cette charte, dont beaucoup, de l'aveu même du maire, sont déjà appliquées sur le terrain.

Ainsi, la commune affirme qu'elle a refusé, depuis février 2017 et l'adoption du nouveau PLU, deux fois plus de permis de construire en un an que sur la même période l'an dernier, "sans compter les avant projets qui n'ont pas abouti". Avec, parfois, des obligations de recours qui ne seraient cependant qu'à la marge. À titre d'exemple, en 2017, quinze recours ont été engagés, dont 14 contre des permis de construire accordés (contre 21 recours en 2016, 33 en 2015 et 17 en 2014), autant du côté des riverains que de la municipalité. "On a autant de recours pour prostester contre des accords que des recours pour des refus", confie à son tour le maire socialiste. La charte en question, sauf grande surprise, devrait être adoptée par la majorité lors du prochain conseil municipal, fin juin, tandis qu'Alain Anziani n'exclut pas une nouvelle modification voire une révision de la méthode d'élaboration du PLU dans une échéance plus lointaine. En attendant, d'autres communes de la métropole seraient actuellement en discussion pour adopter le même type de charte de leur côté dans les prochains mois. Voilà qui pourrait promettre des comparaisons intéressantes...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3719
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Métropole
Métropole
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires