Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/08/19 | L'Université d'été du PS revient à La Rochelle

    Lire

    Après trois ans d’absence, l'Université d'Eté du PS fait son retour à La Rochelle. Elle se tiendra à l'espace Encan du 23 au 25 août. Rebaptisée "Campus", elle ambitionne de rassembler tous les partis "alliés" de gauche présents aux élections européennes : Place publique, Nouvelle Donne, le PRG, MDC, PC et UDE. Thème de ces 3 jours : "pour un avenir écologique et social". Les participants seront également invités à faire un "procès de la Ve République" dans un simulacre d'audience judiciaire.

  • 20/08/19 | Musée maritime de La Rochelle : l'Angoumois de retour !

    Lire

    Après sept semaines de restauration, l'Angoumois rejoint la flotte patrimoniale du Musée maritime de La Rochelle. En effet, ce mercredi, le navire, classé monument historique depuis 1993, quittera le Port Atlantique à 18h30, pour aller au Bassin des Chalutiers du Musée. Après l'incendie qui avait détruit l'Angoumois, en 2012, il a fait l'objet de restaurations, dont la dernière cet été. Les travaux ont coûté 187 000 euros, financés à hauteur de 65% par l'État (50%) et le Département (15%).

  • 20/08/19 | Première édition du Raid des forts en Charente Maritime les 11 et 12 octobre

    Lire

    Coproduite par la CCI La Rochelle et l'agence Feeling Event cette première édition du Raid des Forts se déroulera les 11 et 12 octobre en Charente-Maritime. L'aventure sportive inédite est ouverte aux dirigeants et salariés d'entreprises publiques ou privées ainsi qu'au clubs d'entreprises ou aux associations. Objectif: fonder une équipe de quatre personnes pour réaliser 201 kilomètres en deux jours à travers les sites de Marans, l'île de Ré, l'île d'Oléron et de La Rochelle.

  • 20/08/19 | Les Vergers éco-responsables de la Nouvelle-Aquitaine ouvrent leurs portes en septembre

    Lire

    Pour cette 9° édition, les pomiculteurs de l'Association Nationale Pommes Poires ouvrent leurs vergers, labellisés "Vergers éco-responsables", pour permettre au grand public de découvrir comment est cultivé et récolté le fruit préféré des Français : la pomme. Rendez-vous les week-ends des 7-8, 14-15 et 21-22 septembre, pour déceler les secrets de production des pommes, et ceux de son alliée, la biodiversité.

  • 19/08/19 | Christophe Castaner visitera ce mardi le dispositif de sécurité du G7

    Lire

    Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, et Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, visiteront ce mardi après-midi à Biarritz, le poste de commandement interministériel (PCI) en charge de la centralisation des informations durant le sommet du G7 et la coordination des actions prises en vue d’assurer le bon déroulement du sommet. Suivront les postes de commandement de l'aéroport de Biarritz-Pays basque dont le trafic sera exclusivement réservé aux délégations du G7.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Bordeaux : Vincent Feltesse esquisse l'après PS

24/01/2019 | Ce jeudi 24 janvier, Vincent Feltesse a affirmé avoir "repris sa liberté" après son départ du Parti Socialiste annoncé en début de semaine. Et après ?

Vincent Feltesse

Manoeuvres partisanes, diront certains. Préparation de terrain, diront d'autres. Vincent Feltesse, lui, considère son départ du Parti Socialiste comme une reprise de liberté. Le futur candidat (encore non déclaré officiellement) à la mairie de Bordeaux lors des prochaines élections municipales, revient ce jeudi sur le sens réel de sa défection, dans un climat où il juge allègrement un PS "en train de se refermer". Sans annoncer de candidature, l'ancien président de la Communauté Urbaine de Bordeaux dresse des priorités faisant clairement office de pistes pour une éventuelle campagne à venir.

Ne pas claquer la porte

Ce n'est pas le premier à le faire et pour l'instant, au vu du climat actuel (notamment au niveau des Européennes qui se profilent à l'horizon), impossible de savoir s'il sera le dernier. Pourtant, l'ancien conseiller politique de François Hollande et rival potentiel d'Alain Juppé lors des prochaines élections municipales en 2020, Vincent Feltesse (ancien maire de Blanquefort et président de la Communauté Urbaine de Bordeaux) a annoncé en début de semaine qu'il quittait le Parti Socialiste. Il l'a fait au travers d'une lettre adressée au premier secrétaire du parti, Olivier Faure, assurant ne pas claquer la porte ni "partir sur la pointe des pieds". Ce jeudi, il est revenu un peu plus longuement sur cette décision, qu'il considère comme "un long cheminement de (s)a part. Même en connaissant la chose politique, je n'ai pas d'appétence particulière pour les appareils, j'ai toujours essayé au sein du PS d'ouvrir au maximum sur l'extérieur, ça n'a pas forcément été simple. Au moment du renoncement de François Hollande, je m'étais donné une sorte de délai d'observation", a ainsi précisé Vincent Feltesse, qui a affirmé "rester un homme de gauche, adhérent à la CFDT".

Garder ses convictions
"Je garde mes convictions, j'ai repris ma liberté. Il y a un certain nombre d'inconnues et de spéculations qui font que ça n'a pas de sens de se positionner maintenant dans le jeu politique", affirme celui qui n'est désormais plus affilié à aucun parti officiel, même s'il a toujours deux sièges attitrés, l'un au Conseil régional et l'autre au sein de l'opposition municipale de Bordeaux. Sans clamer haut et fort sa candidature aux prochaines municipales, Vincent Feltesse a en tout cas avoué sa ferme intention de continuer à distribuer des cartes. Après un refus en fin d'année d'adhérer à En Marche, Vincent Feltesse poursuit donc son chemin vers une éventuelle candidature pour briguer le siège de maire de la capitale girondine, face à un Alain Juppé qu'il ne juge "pas très mobile intellectuellement". Pour lui, les combats d'idées se feront sur deux fronts, qui reviennent aujourd'hui sans cesse dans les débats politiques locaux : la mobilité et le logement. "En 2007, j'ai été l'un des porte-étendards de la métropolisation, ce que je ne regrette pas. En 2018, deux tendances se dessinent : la première veut aller plus vite plus loin dans cette direction et la seconde considère que c'est une folie et qu'il faut trouver une autre manière de continuer à se développer".

Partir en pèlerinage
Tout en avançant à grands pas sur une stratégie de mobilités métropolitaines dont il dénonce l'absence, attribuant clairement au dernier "plan d'urgence des mobilités" un rôle de pansement davantage qu'une projection à long terme, Vincent Feltesse remet également en cause le modèle de développement urbain en termes de logement, au premier rang duquel les nouveaux "quartiers" comme Euratlantique, Brazza ou Bastide-Niel, tous prévus pour une échéance 2025-2030. "Nous avons besoin d'un nouvel horizon. Depuis vingt ans, c'est sur son autonomie en termes de mobilité que la métropole arrive à agir : le tramway, la LGV en sont deux exemples. Le temps de la compétition entre métropoles est passé, nous sommes arrivés dans la période de la coopération avec les territoires proches". Dans cet entre-deux politique, sur quelles bases peut donc encore se reposer l'éventuel futur rival d'Alain Juppé (qui l'a déjà été en 2014... et pas vraiment à son avantage) ? Son association, Bordeaux Métropole des Quartiers (qui compte, à ce jour, environ 260 adhérents), sur laquelle il se basera pour établir des "propositions concrètes" (qui feront évidemment office d'avant carnet de campagne) et de ses "cahiers", qui se concentreront sur un bilan de la ville et de la métropole en mars et reviendront, avant l'été, sur une future stratégie métropolitaine. Enfin, l'élu promet de prendre prochainement son "bâton de pèlerin" pour aller discuter avec les habitants en dehors de la métropole. Largement de quoi alimenter les futurs débats à venir.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3327
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !