Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/12/18 : Béatrice Lagarde, la nouvelle préfète de Lot-et-Garonne, a demandé aux services de l’État d'activer leur compte Facebook. Les internautes pourront ainsi suivre l'actualité des services en temps réel.

19/12/18 : L’EFS appelle à la générosité des donneurs et invite le plus grand nombre à se rendre dans l’une des 15 maisons du don de NA ou sur l’une de ses collectes mobiles durant les fêtes et vacances scolaires, en cette fin d'année les réserves sont fragiles

19/12/18 : 1ère réunion d'information le 20 déc. à Bordeaux sur AQUI-LITT, une étude de surveillance microbiologique inédite du littoral néo-aquitain. Portée par Aquitaine Microbiologie, elle établit une cartographie régionale de l'antibiorésistance.

19/12/18 : Au regard des événements actuels et de la clôture effective de la DRAC Nouvelle-Aquitaine, l'équipe du Pôle d'Enseignement Supérieur Musique et Danse annule "Midi en Musique" de Noël, le 21 déc. à 12h15, dans la Chapelle de l'Annonciade.

19/12/18 : Tempête Klaus. 1 M€ pour financer les derniers dossiers de reboisement. Depuis 2009, l’État aura consacré 442 M€, l’Europe 60 M€ et le Conseil régional 1 M€, notamment à la reconstitution des parcelles sinistrées. 203 000 ha ont ainsi été reboisés.

19/12/18 : Faubourg Immobilier, le promoteur spécialisé en immobilier résidentiel, a été retenu par Bordeaux Euratlantique pour réaliser 10 000 m² de logements. Ce projet proposera différents types de logements au cœur de la métropole girondine.

19/12/18 : Les services de la préfecture de la Vienne seront exceptionnellement fermés les lundis 24 et 31 décembre.

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/12/18 | Expo-vente de tableaux de Gérard Desplanques à Limoges

    Lire

    Le Groupe Mercure organise du 20 au 22 décembre une expo-vente, autour d’une rétrospective de 1972 à 2018, de tableaux et de dessins de l’artiste-peintre Gérard Desplanques dont il a puisé son inspiration dans la richesse de la nature du Limousin. Il cherche au travers de ses œuvres à se rapprocher des peintres préhistoriques. Le vernissage de l’exposition aura lieu, en présence de l’artiste le 21 décembre à 18h30, à la Galerie Municipale de Limoges.

  • 19/12/18 | Un marché de Noël 100 % producteurs de Dordogne

    Lire

    La Chambre d’Agriculture de Dordogne organise son 1er marché de Noël le 20 décembre de 16h30 à 19h au Pôle Interconsulaire à Coulounieix-Chamiers. Agriculteurs et artisans proposeront un large choix de produits : Monbazillac, vins de Bergerac, canard gras en frais et en conserves, confitures, agneaux, porcs et dérivés, légumes, bières artisanales, volailles et volailles de Noël, charcuteries, plantes aromatiques, macarons, pain d’épice, nonnettes, nougats, fromage, noix et dérivés, broderies.

  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Départements en danger de métropolisation : « Pas sans nous »

03/10/2018 | Jean-Luc Gleyze au nom de la Gironde et quatre de ses collègues en appellent à Emmanuel Macron. Alain Juppé émet de son côté des conditions.

Jean-Luc Gleyze, président du Conseil Départemental

Les cinq présidents de départements concernés par le projet de l'Elysée de les faire disparaître en tant que tels au profit des métropoles, Jean-Luc Gleyze (Gironde) Charles-Ange Ginesy (Alpes-Maritimes), Philippe Grosvalet (Loire-Atlantique), Jean-René Lecerf (Nord), Georges Méric (Haute-Garonne) réagissent en commun à l'absence de concertation avec les collectivités qu'ils représentent.

"Pour la troisième fois consécutive, le Président de la République a reçu les cinq présidents des plus grandes métropoles françaises afin d’envisager l’adoption du modèle lyonnais dans les départements comportant une métropole de plus de 500 000 habitants.
Alors que, par courrier du 10 septembre, nous avons explicité notre position et sollicité un rendez-vous auprès de l’Elysée sur cette question, nous, présidents des Conseils départementaux de la Haute-Garonne, la Gironde, la Loire-Atlantique, les Alpes-Maritimes et le Nord, sommes totalement exclus de discussions qui engagent l’avenir des territoires périurbains et ruraux, et de 8 millions d’habitants.


"Nous tenons à rappeler notre opposition ferme à ce projet qui signerait la disparition programmée de nos départements et à terme celle des communes concernées par les métropoles. La perspective d’une réforme des métropoles calée sur le seul "modèle lyonnais", au détriment des départements dans leurs compétences et périmètres actuels, nous paraît contenir le risque irrévocable d’accentuer davantage les fractures territoriales qui affaiblissent notre pays, fragilisent le tissu social et alimentent la montée des extrêmes. Nous avons toujours manifesté notre volonté de travailler dans un dialogue intelligent avec les Métropoles qui ont été créées pour assurer le développement économique de leur territoire, et dont les territoires environnants bénéficient.

Un modèle alternatif

"C’est dans cet esprit constructif que nous avons mis en oeuvre des partenariats autour de grands projets d’investissement, dans une recherche permanente d’efficience de l’action publique.
Ce projet de réforme territoriale est l’assurance d’une inertie pour les métropoles, les communes et les départements. Face aux défis écologiques, économiques et démocratiques, nous devons promouvoir les coopérations et les mutualisations plutôt que la concentration et les fusions déconnectées des territoires.
Nous réitérons la proposition de définir un modèle alternatif fondé sur la complémentarité et la coopération entre le Département et la Métropole, assise sur une contractualisation forte qui s’inscrirait dans un pacte républicain préservant la solidarité envers les territoires les plus fragiles. C’est dans cette voie que la Métropole de Nantes souhaite s’engager.
La réflexion sur l’avenir de nos territoires ne peut avoir lieu sans les présidents des Départements visées par cette réforme. Nous appelons le Président de la République à réunir rapidement l’ensemble des acteurs concernés autour de la table des discussions, afin de mener un débat constructif fondé sur la réalité de nos territoires."

 Alain Juppé et ses deux conditions

On notera par ailleurs la position d'Alain Juppé qu'il a confiée, ce jour à Sud Ouest : « Je ne suis pas demandeur. D’autant que la Communauté urbaine de Bordeaux vient de se transformer en Métropole, et cela nous a déjà demandé un énorme travail pendant deux ans. On commence seulement à le digérer. L’idée vient du président de la République et du gouvernement. Mais je n’y suis pas hostile.... Elle peut simplifier l’organisation territoriale car il est vrai que l’on se marche parfois sur les pieds » Et d'ajouter,  étant d'accord sur le principe, qu'il avance « deux conditions sur lesquelles il dit avoir beaucoup insisté à l'Elysée : « d’abord régler la question du reste à charge social. L’État ne paye pas tout ce qu’il devrait payer au Département au titre du RSA et des prestations sociales avant de souligner "que cette réforme doit préserver les libertés communales. La commune est la porte d’entrée du citoyen et doit le rester ... »

La Rédaction
Par La Rédaction

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3521
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !