Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Finance des collectivités : Dominique Bussereau et l’ADF s’alarment

29/03/2018 | Les dossiers portés par l'ADF se sont invités lors de la session de printemps du Département de la Charente-Maritime

Les élus de Charente-Maritime ont observé une minute de silence suite à la disparition de deux élus locaux, et pour les victimes des attentas de l'Aude

La situation des finances des Départements en général s’est invitée à la session de printemps de la Charente-Maritime, à son ouverture le 27 mars. Avec sa double casquette de président du Département 17 et de l’association des départements français (ADF), Dominique Bussereau est revenu sur deux problématiques phares du moment : la participation financière des départements de plus en plus importante, notamment dans la gestion de l’accueil des mineurs étrangers isolés.

L’Etat a demandé à ce que 340 collectivités locales (des régions aux communes) dont les comptes de fonctionnement excèdent les 76 millions d’euros signent un contrat avec l’Etat pour bloquer au niveau d’1,2 leurs dépenses de fonctionnement. « Sur le principe, l’ADF n’y est pas hostile, sauf que dans ces dépenses, il y en a de nombreuses que nous faisons pour le compte de l’Etat : la prise en charge des mineurs étrangers, mais aussi le RSA, l’APA, la prestation de compensation du handicap… ». L’ADF estime qu’il a manqué 9 milliards d’euros l’an passé aux Départements pour le financement des allocations de solidarité, « sans compter les dépenses pour le SDIS ». Selon Dominique Bussereau, la position de l’ADF est très claire : « tant que notre participations dans ces dépenses ne serons pas prises en compte et que nous n’aurons pas de progrès sur les MNA et les AIS, nous ne voulons pas signer ces contrats avec l’Etat ».

Autre pierre d’achoppement : l’accueil des mineurs étrangers isolés. « En Charente-Maritime comme ailleurs en France (*), nos points d’accueil et nos services sont saturés », alerte Dominique Bussereau, qui s’interroge sur la suite en sachant que la France s’attend à un nouvel afflux massif de migrants suite à la fonte des neiges dans les Alpes. Ils étaient estimés à 20 000 sur l’ensemble des départements en fin d’année dernière.

A la suite du congrès de l’Association des Départements de France fin 2017, le premier ministre avait mis en place une mission – comprenant 5 inspecteurs généraux de l’administration et 5 représentants des services de Départements de l’ADF. Le rapport a été diffusé dernièrement. Il souligne deux besoins immédiats : une mise à l’abri immédiate des mineurs et une évaluation « qui soit bien faite » et dans des temps raisonnables de leur minorité, sachant que certains jeunes migrants ont déjà une vingtaine d’années. « Comme l’Etat, nous souhaitons harmoniser l’évaluation, et que ses délais soit maîtrisés dans tout le département et sur tout le territoire nationale pour permettre une évaluation sérieuse », poursuit Dominique Bussereau. L’Etat doit annoncer ses décisions prochainement. Mais Dominique Bussereau prévient «  Pour l’instant nous ne sommes pas d’accord sur une partie du dispositif : nous souhaitons qu’il prenne totalement en charge l’évaluation et l’hébergement dans les premiers temps de leur arrivé, c’est-à-dire avant la prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance (ASE) – de côté-là nous sommes d’accord avec l’Etat. Mais le gouvernement Cazeneuve avait accepté qu’à partir d’un certain seuil et/ou certaines periodes de l’année, il y ait une participation de l’Etat à la prise en charge par l’ASE et le premier ministre ne nous a pas répondu favorablement pour l’instant ». Les négociations se poursuivent cette semaine. L’an dernier, cet accueil de migrants avait couté un peu plus d’ 1 milllard 25 aux départements français, dont 6 millions d’euros pour la Charente Maritime ou encore 7 millions pour le Lot-et-Garonne, « dont c’est la moitié de son autofinancement, ce qui pèse évidemment sur les dépenses d’investissement », poursuit Dominique Bussereau. « Notre crainte, c’est que ça se poursuive et que les sommes à sortir deviennent intenables si l’Etat ne participe pas à nos côtés ».

(*)270 mineurs étrangers vivent actuellement en Charente-Maritime, dont « 95% de garçons qui arrivent chez nous essentiellement de Guinée Konakry », explique Dominique Bussereau, rappelant que la Charente-Maritime est en coopération avec la province de Boffa, dans le sud ouest du pays.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
10261
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !