Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/05/20 | Les Jardins de l'Imaginaire à Terrasson (24) rouvrent le 30 mai

    Lire

    Après les jardins d'Eyrignac et de Marqueyssac, c'est autour des Jardins de l'Imaginaire à Terrasson-Lavilledieu de recevoir à nouveau les visiteurs à partir du samedi 30 mai. Face au contexte sanitaire, le port du masque sera obligatoire. Les visites seront uniquement guidées et limitées à 9 personnes à la fois. Il faut donc réserver à l'avance. Les départs sont programmés de 10 h à 11 h 30 et de 14 h à 17 h 30. La saison doit durer jusqu'au 31 octobre.

  • 25/05/20 | Drones: L'UAV Show 2020 annulé, mais pas oublié

    Lire

    Initialement prévu les 15, 16 et 17 septembre à Bordeaux, la 10ème édition de l'UAV Show est annulé. Mais, pour ne pas être absent une année de plus l'événement se déclinera en 3 temps forts tout au long de l'année 2020/2021. Le 16 septembre avec l'UAV Day, rdv au centre d'essais CESA Drones et en ligne, entre expositions statiques, démonstrations en conditions réelles sur des applications métiers et tables rondes. Au printemps 2021, dans le cadre du salon Electric Road. Et enfin les 19, 20 et 21 octobre 2021, l'UAV Show fêtera ses 10 ans au Parc des Expositions de Bordeaux.

  • 25/05/20 | Un projet de "circuit pré-historique" inter-départemental

    Lire

    A l'initiative de la Maison de la Dame de Brassempouy (musée sur la préhistoire et Archeoparc dans les Landes), un projet de coopération, accompagné par la Région a vu le jour entre 5 sites préhistoriques du Grand Sud-Ouest : les Grottes d'Isturitz et Oxocelhaya (Pays Basque), la Maison de la Dame de Brassempouy (Landes), le site de Castel Merle (Dordogne), le musée d'Arudy (Béarn) et l'espace préhistorique de Labastide (Hautes-Pyrénées). Les sites partenaires construisent leur projet autour de l'Itinérance, à l'image de celle des hommes de la préhistoire entre ces sites, au gré de la saisonnalité des campements.

  • 25/05/20 | Aéro: des cabines connectées et modulables fabriquées à Rochefort

    Lire

    Equipementier aéronautique depuis plus de 40 ans, l'entreprise Simair à Rochefort développe une stratégie d'innovation de produits et de services en proposant notamment une nouvelle gamme d'équipements modulables permettant aux compagnies aérienne de reconfigurer des avions (3000 par an) en réduisant les coûts environnementaux mais aussi financiers sur la destruction et le réaménagement. La Région soutient son projet de développer une seconde génération de ces produits avec des matériaux recyclables, connectés et adaptables tout au long de leur vie à hauteur de 892 316 €.

  • 25/05/20 | Des planches de surf sur-mesure et écoresponsables produites à Anglet

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente, les élus régionaux ont voté une subvention de 20 000€ à Hexa (Anglet - 64), afin de soutenir l'amorçage de cette start-up émergente de la filière Glisse, engagée dans une démarche de production écoresponsable, dans un contexte économique tendu compte tenu de la crise sanitaire Covid-19. La start-up a l'ambition de fabriquer localement et de commercialiser sous sa propre marque des planches de surf sur-mesure (imprimées en 3D), à partir de plastique recyclé. 9 embauches sont prévues sur les 3 années à venir.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | L'engagement de Benoît Biteau : "Mettre un terme à des fonctionnements absurdes"

30/05/2019 | Elu dimanche, le conseiller régional Charentais-Maritime Benoît Biteau est l’unique député européen du Poitou-Charentes.

Benoît Biteau chez lui à Sablonceaux

Elu en 11e position sur la liste Europe Ecologie les Verts de Yannick Jadot, le conseiller régional Charentais-Maritime Benoît Biteau est l’unique député européen du Poitou-Charentes, parmi les quatre élus néo-aquitains qui siègeront au Parlement européen. Egalement exploitant à Sablonceaux, cet agriculteur militant revient pour @qui! sur son engagement.

@qui! On vous connaissait sous l’étiquette du Parti Radical de Gauche, pourquoi vous-êtes vous engagé sur la liste Europe Ecologie les Verts ?

Contrairement à ce qui se raconte, Yannick Jadot est un homme très disposé à l’ouverture. Il a manifesté très tôt son intérêt pour ma candidature, et m’a associé très vite à des réunions, auxquelles j’ai participé en toute liberté. Aussi, je ne comprends pas qu’aujourd’hui les radicaux de gauche hurlent à la trahison : d’autres, comme Virginie Rozière, ont été sollicités, ils n’ont pas voulu venir. Si le vote qu’ils espéraient n’a pas eu lieu, c’est qu’ils ont fait le mauvais choix. J’ai moi-même été sollicité par d’autres listes, j’ai choisi les Verts car, d’une part, je suis un écologiste depuis toujours, d’autre part, je pense que l’écologie est l’enjeu de ce siècle, si on veut pouvoir regarder les jeunes droit dans les yeux. A mon sens, être un humaniste aujourd’hui, c’est relever des défis contemporains qui sont sur le chemin de l’humanité. La démarche de Yannick pour cette campagne européenne a été de s’entourer de personnes ayant une expertise pour travailler ensemble.   Il m’a dit très tôt « ton profil m’intéresse », dans un contexte où on savait que José Bové ne voulait pas y aller. Pour Yannick, j’étais la personne adéquate pour, non pas succéder ou remplacer José Bové, mais pour prolonger son travail.

Avez-vous été surpris par le score obtenu par EELV, que les sondages annonçaient en deçà ?

Oui et non, parce nous sommes beaucoup allés sur le terrain avec l’équipe, et j’ai eu la sensation que l’opinion des gens ne collait pas aux sondages. Aussi bien des électeurs de droite que des abstentionnistes que nous rencontrions nous disaient qu’ils étaient d’accord avec nos idées, qu’il fallait faire quelques chose et qu’ils iraient voter Vert. Du coup, je n’ai jamais cru à ce sondage qui nous prédisait 8% des voix. D’ailleurs, si je n’avais pas cru en notre potentiel, je n’aurais jamais signé pour la 11e place ! Or, on avait la certitude que même cette 11e place serait éligible. Ceci-dit, il va falloir faire admettre une chose très concrète : ce score, on est allé le chercher avec les dents sur le terrain. On a sillonné la France de bout en bout, on a fait des kilomètres pour aller rencontrer les gens et convaincre notamment les abstentionnistes, qui ne votent plus simplement parce qu’ils n’y croient plus ! On a essayé d’être porteurs d’espoir face au pessimisme. Et malgré toute une campagne de dénigrement de notre liste sur internet  - je pense notamment à des vidéos débiles financées par des lobbys- et à des mauvaises interprétations, voire des erreurs de certains médias dans des propos qu’auraient tenus Yannick Jadot, on a fini à 13% ! Ca fait du bien. On a l’impression qu’il y a un réveil national en faveur de l’écologie.

Comment percevez-vous l’arrivée en tête du Rassemblement National ?

Pour moi, les politiques d’Emmanuel Macron sont celles qui créent du rejet, d’où découle le vote des extrêmes. Mais si les Verts arrivent en 3e position aujourd’hui, c’est qu’il y a bien une troisième voie.  Ca éteint le fond de commerce du RN au sujet des flux migratoires et la politique de Macron qui n’est pas basée sur des principes de solidarité […] Ce vote RN est inquiétant dans le sens où il existe aujourd’hui un socle électoral d’extrême droite solide, constant, qui vote de façon régulière, alors que l’électorat modéré ne va plus aux urnes. Mais le potentiel électoral  RN est stabilisé depuis quelques années, il a atteint son plafond de verre : le jour où les modérés retourneront voter, ça changera complètement la donne. C’est pour ça que nous sommes allés chercher les abstentionnistes ! Je ne trouve pas que le RN soit le grand gagnant de cette élection, mais nous : c’est le seul score plus élevé que les prédictions des sondages ! Et surtout, nous sommes ceux qui avons le plus touché la tranche des 18-24 ans. Cela nous oblige car en votant pour nous, ils nous ont confié une mission et nous n’avons pas le droit de les décevoir. A titre personnel, ça m’oblige d’autant plus que mes 5 enfants  sont exactement dans cette tranche d’âge.

Vous avez fait savoir très vite que vous garderiez votre place de conseiller à la Région, alors que des bruits de couloir disaient le contraire. Pourquoi cumuler les deux ?

La loi dit qu’on ne peut pas cumuler deux mandats exécutifs, or, je ne suis pas dans l’exécutif à la Région en étant dans une fonction de conseiller. J’ai toujours envisagé de conserver les deux. On a construit cette campagne sur le partenariat entre l’Europe et les régions, pour amener à une étape supplémentaire vers la décentralisation. Dans la logique où l’on veut renforcer les liens entre les deux, je trouve cohérent de mener ces deux mandats. Le président de la Nouvelle Aquitaine Alain Rousset lui-même a été député et président de région en même temps, et je crois pouvoir dire qu’il a été à la fois un bon député et un bon président. L’un n’empêche pas l’autre. Je suis capable d’évaluer mes forces et m’organiser pour être efficace dans les deux. Je vais garder les missions centrales en lien avec l’Europe. Je vais me soulager de certaines missions à la Région, pour être plus disponible sur d’autres sujets. Je sais ce que nécessite l’engagement d’un mandat européen, j’ai vu ce que faisait José Bové. Par exemple, je suis dans un certain nombre de conseils d’administration de lycées, je ne vais pas pouvoir continuer. Je compte également rendre ma délégation à la mer, par respect pour les gens de Mer dont les problématiques méritent qu’on s’y consacre pleinement, mais je porterai ce thème au Parlement européen, notamment à travers les dossiers sur la politique de l’eau. Car quand on parle d’écologie, il y a des questions déterminantes liées à la mer : 90% des pollutions en mer viennent de la terre donc ça nous renvoie forcément à la problématique de la gestion de l’eau. C’est un enjeu cohérent avec un mandat de député européen.

On connaît votre engagement par rapport à l’agriculture, en particulier biologique et votre combat mené en 2017 pour récupérer les aides de la PAC, quels combats comptez-vous porter au niveau européen ?

Le but de mon engagement, c’est de mettre un terme à des fonctionnements absurdes. Comme celui des aides. En 2017, lorsque je suis monté au créneau pour obtenir leur versement, contrairement ce qu’ont prétendu certains, je n’ai pas fait ça pour ma gueule mais pour les 28 000 agriculteurs bio qui n’ont pas eu leurs indemnités. J’ai utilisé mon exemple personnel parce que parler de ses difficultés en agriculture, c’est très difficile : on a peur du regard des autres et on préfère se laisser mourir à petit feu plutôt que d’aller demander de l’aide.  Ceci dit, ces trois ans de retard ont montré que le modèle bio fonctionne car d’autres exploitations en conventionnel n’auraient jamais tenu autant de temps sans. La raison pour laquelle ces agriculteurs ont été gravement mis en difficulté est liée au fonctionnement de l’Agence de services et de paiement (qui est le payeur de la quasi-totalité des aides européennes versées aux exploitations agricoles dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC), dont les bureaux sont à Limoges, NDLR). S’entendre dire que c’est de la faute d’un logiciel si les sous ne tombent pas, c’est juste absurde ! Surtout quand, au final, en plein mois d’août, 30% des dossiers sont mis en paiement ! Donc notre idée, c’est de supprimer cet intermédiaire qu’est l’ASP, sortir de cette co-gestion insupportable en créant des grandes régions sur le modèle des régions italiennes ou des Länder allemand, qui permettrait d’interagir directement avec l’Europe. Notre objectif est aussi d’orienter les politiques publiques pour trouver de nouveaux modèles agricoles. L’enjeu, c’est d’en trouver un qui propose de réconcilier les hommes avec la nature, les consommateurs avec l’agriculture et l’agriculture avec l’environnement. On voit que les logiques que proposent les logiciels actuels n’ont servi qu’à sortir 50% des agriculteurs du métier, sans compter les nombreux suicides… On peut faire l’inverse et leur offrir du bonheur. Il faut arrêter d’alimenter ce modèle curatif qui paye pour réparer les dégâts engendrés par la culture extensive et utiliser l’argent publique pour une politique agricole au service de l’intérêt commun. Il faut mettre en place une politique de transition agricole où l’agriculture bio sera le grand bénéficiaire ; construire une PAC avec un système de tickets modérateurs en fonction de la contribution à l’environnement : pour l’eau, les traitements phyto, etc., bref, poser des réciprocités agriculture/environnement dès le premier pilier de la PAC. 

 

Dates clés :

  • 1967 : naissance
  • 2009 : son exploitation de Sablonceaux (17) obtient le trophée national de l'agriculture durable.
  • 2010 : élu conseiller régional et vice-président du Poitou-Charentes.
  • 2016 : élu conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine
  • 2017 : dénonce publiquement les retards de versement des aides agricoles aux agriculteurs bio.
  • 2018 : publie un livre « Paysan Résistant » sur la transformation de son exploitation vers un modèle respectueux de l’environnement.
  • 2019 : élu député européen EELV

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Julien Bonnet

Partager sur Facebook
Vu par vous
4996
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !