Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/19 : La ville de Bordeaux a lancé une consultation en ligne pour déterminer quel équipement public de la ville pourrait porter le nom de Jacques Chirac. Le Parc des Expositions, la Bibliothèque Médiadeck ou "un autre lieu" sont les trois propositions énoncées.

21/10/19 : Fermée en septembre 2018 suite à des inondations survenues durant l’été, la médiathèque de Gan (64) rouvre dans des locaux provisoires de 150 m2, rue du Bel Air, près du centre de loisirs, le mardi 22 octobre à 14h.

19/10/19 : Trafic SNCF toujours perturbé en Nouvelle-Aquitaine à la fois sur le service OUIGO et sur les TER à la suite du mouvement national de "droit de retrait" suite à un accident. "un détournement du droit de retrait à l'impact inacceptable" pour E. Philippe

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/10/19 | Pau: Focus sur l'animation handicap du Concours complet 5*

    Lire

    Dans le cadre du Concours Complet International 5 étoiles de Pau, une animation «Découverte du cheval» est proposée les 25 et 26 octobre aux personnes handicapées, adultes et enfants. Cette animation, proposée par les Ateliers de la Cavale, s'organise autour de 3 ateliers: le pansage, le travail du pied et une balade en calèche (adaptée pour l'accueil d'une personne en fauteuil roulant). Cette animation d'une heure permet l'accueil de 6 personnes pouvant chacune participer aux 3 ateliers. Inscription uniquement par mail mission.handicap@ville-pau.fr. Rappel : l'entrée est gratuite le vendredi, payante le samedi.

  • 23/10/19 | L'Entre-deux-Mers interroge sa ruralité

    Lire

    Du vendredi 25 au dimanche 27 octobre prochain, le Comité de Liaison de l'Entre-Deux-Mers (CLEM) organise un colloque autour de "l'histoire des relations du Cadillacais et du Podensacais avec Bordeaux". Y seront notamment abordés les thèmes de la ruralité et de l'effet de la métropolisation sur ce territoire viticole et le projet de labellisation "Pays d'Art de d'Histoire" porté par plusieurs communautés de communes de Sud-Gironde. Les débats se tiendront à Rions (le 25 octobre), à Sainte-Croix-du-Mont le 26 et à Cadillac le 27. Plus d'infos au 05 56 84 45 75.

  • 23/10/19 | Charente-Maritime : une soixantaine d'agriculteurs mobilisés

    Lire

    Une soixantaine d'agriculteurs ont répondu à l'appel à mobilisation de la FNSEA 17 ce 22 octobre. Ils sont allés jusqu'à la station d'épuration de La Rochelle chercher des boues, qu'ils sont ensuite allés épandre devant la mairie de Chambon, dont le maire fait partie du mouvement des "pisseurs de glyphosates". Une trentaine d'entre eux sont ensuite allés poser des banderoles et distribuer des tracts au rond-point à l'entrée de Rochefort.

  • 22/10/19 | Ford signe la revitalisation du site de Blanquefort

    Lire

    Lors d'un nouveau comité de suivi qui s'est tenu ce lundi 21 octobre, le protocole d'accord pour la revitalisation du site de l'ancienne usine Ford à Blanquefort a officiellement été signé par le constructeur. Ce dernier s'engage à injecter 18 millions d'euros dans cette opération, dont quatre millions pour céder certains terrains à Bordeaux Métropole. Ford s'est également engagé à dépolluer le site d'ici 2024. D'anciens salariés de l'usine se sont rassemblés devant la préfecture de Bordeaux à l'appel de la CGT. Pour cibler où seront injectés les 14 millions restants, une nouvelle réunion doit se tenir en novembre.

  • 22/10/19 | Un escape game d'horreur à Bordeaux !

    Lire

    Le frisson pour aider (ou pas) à la réflexion. Closed Escape Game a ouvert dans le Parc d'Activités du Grand Stade (Tram B arrêt Berges de la Garonne) le 06 juin dernier. Deux parcours d'horreur pour 2 à 5 personnes sont proposés, avec pour chacun une immersion dans le frisson garantie. Par sécurité pour les joueurs, les parcours sont déconseillés aux personnes sensibles et aux femmes enceintes. Les joueurs peuvent également abandonner en cours de parcours. Depuis l'ouverture, 63 abandons ont été comptabilisés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le professeur d'histoire Hubert Bonin revisite les Tabous de l'extrême droite à Bordeaux

27/12/2012 | Hubert Bonin, professeur d'histoire économique contemporaine à l'IEP de Bordeaux, est l'auteur des Tabous de l'extrême droite à Bordeaux aux éditions Le festin

Hubert Bonin, Les tabous de l'extrême-droite à Bordeaux aux éditions du Festin

Adrien Marquet, maire de Bordeaux de 1930 à 1945, fut le premier ministre de l'intérieur de Pétain. Les Bordelais l'oublient volontiers.« Charles Maurras, et plus tard Tixier-Vingancour, venaient en meeting à Bordeaux pour rencontrer une grande ferveur d'extrême-droite. Ils remplissaient des salles de 2000-3000 personnes à Bordeaux! » raconte Hubert Bonin, lyonnais d'origine. Historien de vocation, il a gardé son esprit critique. « J'applique mon portefeuille de connaissances à des cas locaux », s'amuse l'historien qui a toujours refusé les connivences des dîners mondains de peur de s'enliser dans le conformisme.

Les tabous de l'extrême droite à Bordeaux
Acheter ce livre chez Mollat.com

 «L'antisémitisme est bien sûr animé par un sentiment inter-bourgeois catholique contre la banque protestante et juive. Mais on trouve des propos sidérants dans les archives municipales et une virulence récurrente hors période de fascisme qui prouve l'existence d'un terreau antisémite », explique l'historien qui a basé son travail sur des rapports de police détaillés, des archives privées, le journal Sud-ouest qui a produit des reportages abondants sur la campagne présidentielle du premier candidat d'extrême-droite, Tixier-Vignancour et les annuaires des archives qui décrivent sans pudeur les positions idéologiques des habitants.

« Mais à partir de 1960 les dictionnaires biographiques sentent la poudre de gomme ! », s'amuse Hubert Bonin. Par exemple, la famille St-Marc, connue pour avoir fait fortune dans les lessives et pour son grand gaulliste Renaud Denoix de St-Marc, patron du Conseil d'Etat, l'est moins pour celui qui fut leader de l'extrême droite bordelaise dans les années 60 disparu des registres municipaux et départementaux. « Il y aurait de "bons" membres de dynasties et des "moutons noirs"», écrit Hubert Bonin soulignant le côté caché d'une ville qui veut paraître « modérée » ,« sans sentiments extrêmes. »

Pas de détermination idéologiqueHubert Bonin distingue la droite dure, construite autour de valeurs et de traditions, de la droite-extrême qui s'oppose au régime en place dans un mouvement de démolition. « Certains leaders de la droite dure, comme Georges Mandel, n'ont pas commis le pas. D'autres, comme Henriot, ont abandonné leur corpus de valeurs humanisto-religieuses pour se tourner vers la dénonciation des minorité et la violence, mais il n'y a pas de pré-détermination idéologique », explique Hubert Bonin

Il prend pour exemple les choix différents de François Mauriac et de son frère Pierre, professeur de médecine à l'université et animateur de l'extrême droite dans les années 30-40. Ou encore, la famille Marie-Brizard dont une partie finançait la droite modérée, quand l'autre finançait l'extrême droite. La seule constante d'extrême-droite que révèle le professeur à l'Institut d'études politiques se trouve dans les professions du droit à Bordeaux. « On constate dans les grandes places de Droit, comme Bordeaux et Paris, un goût pour les traditions avec cette idée sous-jacente que l'ordre social est préservé par un ordre juridique. »  

Hubert Bonin, Les Tabous de l'extrême droite à Bordeaux, éditions Le Festin, 20 €

Olivier Darrioumerle
Par Olivier Darrioumerle

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2978
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !