08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

27/07/22 : Au 2ème trimestre 2022, en Nouvelle-Aquitaine, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) affiche une baisse de 1,5 % sur le trimestre et de 16,8 % sur un an.

25/07/22 : Les feux de Landiras et la Teste de Buch sont désormais fixés, après 12 jours de lutte. 131 km de pare-feu et lignes d'appui réalisés avec la DFCI, les acteurs de la filière, bénévoles, agriculteurs et chasseurs. Les habitants évacués rentrent chez eux.

20/07/22 : Thomas Cazenave, député Renaissance de Gironde, est élu président de la délégation parlementaire aux collectivités et à la décentralisation. Avec un parcours de haut-fonctionnaire plutôt que d'élu territorial, il remplace le Gersois, Jean-René Cazeneuve.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 08/08/22 | Littoral royannais: tout savoir sur les conditions de baignade !

    Lire

    Afin de faciliter l'information des usagers sur les conditions de baignade des 22 zones aménagées et surveillées des 7 communes littorales du territoire de l'agglomération de Royan, une page internet a été créée permettant de localiser les postes de secours et connaitre en temps réel : la couleur du drapeau de baignade, les horaires de surveillance, la météo, les températures de l’eau et de l’air, les horaires et coefficients de marées et le panneau du plan de la plage. Ce site lancé mi-juillet et encore en expérimentation est disponible à l’adresse : plages.agglo-royan.fr

  • 08/08/22 | Viticulture: le prolongement des PGE et l’arrachage restent en suspens

    Lire

    La chambre d'agriculture de Gironde a renouvelé sa demande de prolongation, sans pénalité, des Prêts Garantis par l'Etat (PGE), auprès du ministre de l'agriculture, Marc Fesneau. Le président Jean-Louis Dubourg espère qu’une solution puisse être trouvée au moins pour les sinistrés des épisodes climatiques de cette année. Concernant la demande d’une prime à l’arrachage, le Ministre souhaite trouver une solution adaptée aux besoins des différents bassins de production viticole.

  • 05/08/22 | Risque très sévère de feux de forêt en Charente-Maritime

    Lire

    A compter de ce samedi 6 août, le département Charente Maritime est en alerte très sévère. Tout feu de plein air ou feu d'artifice est interdit. Seuls les feux d’artifices tirés depuis la mer sont autorisés. Les manifestations festives, culturelles et sportives sont interdites dans l’ensemble massifs boisés du département. L’accès aux bois, forêts et landes des communes du massif de La Double Saintongeaise qui compte 29 communes est interdit.

  • 05/08/22 | Marzet Electrolyse fait sa transition énergétique

    Lire

    A Châtellerault, Marzet Electrolyse est spécialisé dans le traitement de surface des métaux et le zingage pour tous les domaines industriels. Afin de s'inscrire dans une démarche de développement durable, la PME change le mode de chauffage des bains de traitement de surface en remplaçant les résistances électriques par une installation fonctionnant à partir de la chaleur produite par un système de 2 pompes à chaleur. Cet investissement permettra de réduire la consommation énergétique de l'entreprise de 130 Mwh/an.

  • 05/08/22 | Sècheresse : Les Pyrénées-Atlantiques étendent les restrictions

    Lire

    Après avoir pris des restrictions sur l'usage de l'eau dans 26 communes des Pyrénées-Atlantiques, la préfecture vient d'élargir la zone de restriction à 76 communes supplémentaires au sud et à l'ouest du Pays Basque ainsi que sur le secteur d'Orthez. L'arrosage y est donc interdit de 8h à 20h. Le lavage des véhicules, tout comme le remplissage des piscines est strictement interdit. Et la ville de Biarritz suspend les douches et robinets sur les plages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Le Grand Entretien - Alain Rousset : "Il faut être sobre, frugal. C'est une autre croissance"

25/07/2022 | "On ne pourra pas réussir la transition agrobiologique s'il n'y a pas un effort financier et si la nouvelle économie, la nouvelle définition de la croissance, y perdent", estime Alain Rousset.

Alain Rousset, Président du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine

Dans un long entretien accordé à Aqui, mi-juillet, le président de la Région Nouvelle-Aquitaine, fait de l'économie circulaire un axe fort de la politique économique régionale, avec la priorité sur la transition climatique et environnementale. Un prisme qu'il applique de l'agriculture à la santé en passant par l'industrie.

@! : Nous nous rencontrons alors que les feux brûlent des hectares de forêts en Gironde...

Alain Rousset : Les conditions sont malheureusement réunies pour un « méga feux ». Et le réchauffement climatique n'y est pas pour rien. On rentre dans un mode survie, avec beaucoup de retard pris en Europe et singulièrement en France sur le sujet. La Région fait travailler 450 scientifiques depuis plus de 10 ans, sur l'objectivation et la connaissance.

Il y a des décisions à prendre par l'Etat, qui devrait nous confier une responsabilité et des moyens. Les pays d'Europe du Nord qui sont de la taille des régions françaises, réussissent des avancées remarquables dans ce domaine.


@ ! : Directement impactées aussi par ce réchauffement, l'agriculture et viticulture, sont un peu écartelées entre ceux qui veulent poursuivre des modèles conventionnels qui permettent de produire la nourriture des populations tout en étant plus vertueux, et un certain nombre d'acteurs, de plus en plus nombreux, « purs et durs » de l'écologie, qui appellent à des modèles plus résilients et plus économes. Comment, en tant que pilote de la région, arrive-t-on à composer avec ces deux tendances de fond ?

AR : D'abord il faut embarquer et convaincre autour de notre feuille de route Néo Terra et autour de l'agroécologie, les 90% d'agriculteurs conventionnels, et avec eux les chambres d'agriculture et la coopération agricole. Ensuite, il faut lever un certain nombre d'impasses dont celle des pesticides. Avec NéoTerra, je propose de sortir des pesticides d'ici 2030. Pour ça il faut trouver des alternatives à ces intrants chimiques de synthèse et de chimie fossile. Des produits alternatifs biosourcés et de biocontrôle existent! Le problème c'est qu'ils ne sont pas homologués ou dans un délai monumental, par l'ANSES. On a un traitement par exemple contre le mildiou et l'oïdium, à base de micro algue ; mais il n'est pas homologué. On peut faire des expérimentations, mais on ne peut pas s'en servir !

A Agen, il y a une entreprise remarquable, De Sangosse, qui a mis au point une quantité de produits alternatifs et qui commence à les développer. Dans certains cas, il faut aller chercher l'homologation à Bruxelles ou dans un autre pays. Tout ça est surréaliste! On a entre les mains de quoi rassurer nos agriculteurs, avec des produits efficaces, mais on ne peut pas les utiliser...

 

Indispensable, l'irrigation restera
@ : Il y a les produits chimiques, et il y a aussi la question de la ressource en eau

A.R : Une autre impasse à lever, en effet, c'est l'accès à l'eau. C'est une vraie inquiétude, et le ciel se rappelle à nous si j'ose dire, donc il faut accélérer. Bien plus d'agriculteurs qu'on ne le pense sont persuadés qu'il faut bouger sur le sujet. Mais comment assurer l'accès à l'eau alors que les étiages sont en déficit ? Dans le Bassin Adour-Garonne, il y a 220 millions de m3 de déficit ! Et les systèmes d'irrigation resteront parce qu'ils sont, pour un certain nombre de cultures, indispensables. Nous travaillons sur l'idée de savoir filtrer les eaux usées au sortir des stations d'épuration pour remonter ces eaux et les utiliser en arrosage. Donc créer une économie circulaire autour de l'eau, en parallèle d'une transition agro-écologique.

Je pense aussi que face aux conséquences du réchauffement climatique, notamment les épisodes de grêle dramatiques récents, il y a besoin de développer le système assurantiel. Pour un agriculteur, passer d'un mode agricole à un autre, alors que l'économie de l'agriculture est une économie annuelle, c'est psychologiquement une vraie difficulté. Il faut un système d'assurance beaucoup plus large, sur le revenu par exemple.

@ ! : Où en est-on du projet d'ouverture d'une école vétérinaire à Limoges par la région?

A.R : On avance à petits pas. Le ministère de l'agriculture ne me dit ni oui ni non. Je ne peux pas financer les profs, parce que je n'ai pas d'homologation, mais je suis prêt à financer le projet : les bâtiments, les équipements. On a un grand projet scientifique à Limoges autour de la théorie « One health » _ une seule santé_ qui rapproche santé animale, santé humaine et santé végétale. En santé végétale, une entreprise installée en Charente, Elicit Planta met au point à partir du soja, un produit qui resserre les pores des plantes, ce qui limite le stress hydrique et le risque d'attraper des maladies. Avec ce produit on supprime quasiment tous les traitements chimiques. 


@ ! : Ce sont des initiatives et des développements que la région accompagne financièrement?

A.R : On ne pourra pas réussir la transition agrobiologique si on n'engage pas un effort financier et on ne pourra pas réussir la transition si la nouvelle économie, la nouvelle définition de la croissance, y perdent. Et je n'appelle pas ça de la décroissance, ce terme ne me plaît pas. Oui il faut être sobre, frugal mais c'est une autre croissance : des modes de vie plus sobres dans lesquels on ne jette pas, et où l'on recycle.

Pour ce qui concerne la région, 25% des crédits à l’agriculture vont à l’agriculture biologique.

 

La région accompagne une économie décarbonnée
@ ! : Mais on constate régulièrement que ces impératifs de transition et de « nouvelle croissance » buttent vite sur d'autres réalités contradictoires. Par exemple, La Rochelle qui porte l'image d'une ville en transition, profite aussi des retombés économiques d'un tourisme lié aux paquebots, qui ne sont pas sans conséquence d'un point de vue environnemental...


A.R : Quand on discute avec le club des ETI (entreprise de taille intermédiaire, ndlr), la décarbonation fait partie de leurs priorités : toutes les entreprises, y compris du monde alimentaire, et d'une manière accélérée avec la crise en Ukraine et la hausse du prix de l'énergie, viennent nous voir pour que la Région les accompagne sur une économie et des fabrications décarbonnées. Et il y a une revendication de la société d'avoir des produits dont on est sûr des effets sur la santé.

@! : En termes de soutien à l'économie, réindustrialisation, innovation... La Région intervient dans tous les secteurs. Comment lire les priorités de votre collectivité ?


A.R : La priorité c'est la transition climatique et environnementale. Il y a une feuille de route sur le biostimulant et le biocontrôle mais l’industrie est aussi dans notre viseur. Par exemple j'ai lancé au début de la pandémie en 2020, un groupe de travail sur le biosourcing des médicaments, afin d'être capable de concevoir des médicaments à partir du végétal, de la résine de cellulose. Je suis effaré que 98% des principes actifs des médicaments viennent de Chine.
Aujourd'hui avec la résine, l'entreprise DRT (Landes) fait des cosmétiques et des produits de nettoyage des maisons. Elle pourrait très bien faire des principes actifs de médicaments.

A Brive, il existe un laboratoire, qui travaille sur les propriéts du végétal liées aux médicaments ou aux cosmétiques. Il y a aussi Toopi Organics qui transforme l'urine en engrais, Optim aéro, une entreprise canadienne qui déconstruit des hélicoptères à Biarritz ; IMET Alloys en Corrèze va régénérer les chutes de métaux nobles ; Envie à Saint-Loubès va déconstruire des cellules photovoltaïques et récupérer des métaux rares, mais aussi remettre sur le marché les cellules en bon état. Et encore l'entreprise Caresten à Lacq qui va déconstruire des aimants pour récupérer des terres rares. Toute cette dynamique, c'est de l'économie circulaire !

Par-delà l'automatisation, la numérisation, l'organisation des postes de travail, le développement de l'usine du futur qui analyse à 360° l'entreprise, démontre que la qualité de vie au travail est le premier ressort de la compétitivité avec des bonds de 30 à 50%. L'homme de gauche que je suis, est à la fois amoureux des usines et attentif aux conditions de travail !


L'économie circulaire ne se décrète pas

@! : Ce prisme de l'économie circulaire, c'est une approche assez récente des politiques régionales ?

A.R : Non, on a financé il y a 15 ans une chaire universitaire sur l'économie circulaire. Au départ, c'était plutôt une préoccupation de l'Economie Sociale et Solidaire et maintenant tout le monde s'y met. La France a pris du retard. Aujourd'hui, si on ne mobilise pas les élus et les professionnels sur le terrain on n'y arrivera pas. Je pense que ce sont les entreprises, PME, ETI qui feront le chemin le plus vite. C’est un travail que l’on fait à bas bruit. Ca ne se décrète pas. Les entreprises qui viennent ici, le font sur la réputation de la région au regard de l'innovation et des relations de confiance qui sont nouées au travers des plates-formes technologiques. Mon souci aujourd'hui dans le secteur de la santé, c'est de mettre en place deux plates-formes technologiques, une sur les biotechnologies et une autre sur les maladies émergentes, suite au Covid.

 

@!: Justement l'actualité sanitaire se rappelle à nous, avec une ixième vague de Covid en France. Dans un scénario de reconfinement, la Région Nouvelle-Aquitaine pourrait-elle à nouveau intervenir en soutien des acteurs économiques et associatifs, à la hauteur de ce qu'elle a pu faire en 2020 et 2021 ?


A.R :
On a triplé notre appel à l'emprunt notamment pour aider les associations culturelles ou sportives qui ne pouvaient pas tenir, pour éviter qu'elles coulent, ainsi que les entreprises bien-sûr. Notre inquiétude aujourd'hui vient du prix des énergies: on fait rouler 5000 bus par jour, on fait rouler les TER, il y a des fluides dans les lycées : c'est 80 M€ de dépenses supplémentaires sur un budget à 3,3 milliards d’€. Des hausses que l’on subit.

Dans le domaine de la santé nous avons accompagné les problèmes liés au confinement comme l'achat de masques et d'équipements de protection individuelle. C'était assez hallucinant d'ailleurs de voir que l'Etat était dépourvu, quand la pandémie fut venue, de produits de première nécessité. L'absence de masques et l'appel à la responsabilité des collectivités avec des circulaires de 63 pages pour savoir comment on place des jeunes dans un car et comment on les assoie dans une école... C'est humiliant ! Même dans un cadre dramatique comme le Covid, le modèle centralisé est humiliant et insupportable !

@! : L’été est là, quel est conseil touristique du président de la Nouvelle-Aquitaine ?

A.R : Le lac de Vassivière, Collonges-la-Rouge... Il faut se rapprocher de zones de fraîcheur !

Solène Méric et Cyrille Pitois
Par Solène Méric et Cyrille Pitois

Crédit Photo : Région Nouvelle-Aquitaine_Francoise Roch

Partager sur Facebook
Vu par vous
4794
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Image d'illustration : train grande vitesse Politique | 20/07/2022

LGV Bordeaux-Dax - Bordeaux-Toulouse : Le GPSO n'a pas peur des ZAD

Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine Politique | 19/07/2022

Alain Rousset : "Décentraliser davantage pour devenir éco-responsable"

Sylvie Marcilly aux côtés de Catherine Desprez, maire de Surgères et première vice-présidente du Conseil départemental de Charente-Maritime Politique | 05/07/2022

Contournement de Marans : enfin un coup d’accélérateur déterminant

La fidèle de François Bayrou, Geneviève Darrieussecq et la tombeuse du PS, Bérangère Couillard sont désormais membres du gouvernement. Politique | 04/07/2022

Deux députées de Nouvelle-Aquitaine rejoignent le gouvernement Borne 2

TGV en gare de Bordeaux Saint-Jean Politique | 01/07/2022

Au moment de financer la LGV vers Toulouse et Dax, l’Europe hésite à payer

En séance plénière du Conseil départemental, les élus se sont prononcés sur 38 dossiers soumis au vote Politique | 24/06/2022

Haute-Vienne :un nouveau schéma autonomie pour personnes âgées ou en situation de handicap

Réunion de bilan du SRDEII le 3 mars 2022 à la Maison de la Région à Poitiers. © Région Nouvelle-Aquitaine / Françoise Roch Politique | 20/06/2022

Développement économique : un schéma régional en guise de leçon au gouvernement

Urne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES dans les Pyrénées-Atlantiques : Avantage à la majorité présidentielle et une conquête de la gauche

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Ensemble! remporte quatre sièges sur cinq en Charente-Maritime

Les candidats élus dans la métropole bordelaise Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES: la métropole obtient trois députés Nupes et trois députés Ensemble!

législatives Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Gironde (hors Métropole): Le RN décroche deux circonscriptions

Genevieve Darrieussecq, Lionel Causse et Boris Vallaud, les 3 députés des Landes Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES : Le département des Landes esquive le séisme électoral du 2nd tour

Les 4 candidats élus en Haute-Vienne Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES Trois candidats de la Nupes élus en Haute-Vienne

Les 2 candidats élus de la Corrèze Politique | 20/06/2022

LEGISLATIVES En Corrèze, les deux candidats LR Frédérique Meunier et Francis Dubois élus

Ce dimanche 19 juin 2022 s'est déroulé le 2nd tour des législatives Politique | 19/06/2022

LEGISLATIVES dans la Vienne : 3 députés pour Ensemble et 1 pour Nupes