Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Muriel Penicaud à Biarritz: "la formation passe par le numérique"

01/02/2018 | Cette première journée de l'Université d'hiver de la Formation professionnelle qui se tient à Biarritz a été conclue par la ministre du Travail.

Murilel Penicaud Université Biarritz

Organismes financiers et de formation, directeurs des ressources humaines, partenaires sociaux qui prennent part aux discussions sur la future réforme: ils sont neuf cent soixante-dix à participer à ces trois jours de cette Université d'hiver. Tous les deux ans, elle semble avoir pris le goût de Biarritz où elle a pris ses quartiers pendant trois jours. Mercredi soir, le discours de la ministre du Travail qui prépare une réforme de l'apprentissage et de la formation n'a rien éludé sur le bilan. Ni sur les perspectives. "L'enjeu économique de la connaissance et de la compétence est vital pour notre société".

Organisée par Centre inffo, présidée par Charles Viossa, une très grosse association sous tutelle du ministère du Travail, cette XVe université d'Hiver  tient vraiment son  rôle  notamment à l'occasion du débat public sur la formation professionnelle. "ici, tout le monde s'écoute", commentait un des responsables mercredi soir. En premier lieu, la Ministre du travail, qui avant son discours,  assise au premier rang, a été témoin d'un vaste débat sur la scène du casino de Biarritz. Chaque intervenant était chronométré avec le sérieux de l'enjeu d'une campagne électorale. Muriel Penicaud était d'ailleurs très attendue afin d'éclairer une copieuse assistance de partenaires sociaux et DRH sur son projet de réforme. Qu'il s'agisse du fond ou de la forme la ministre n'a pas fait dans la langue de bois quand elle a développé le thème général de cette université sur le thème "Le défi de l'innovation". Dont elle a tracé les perspectives en quatre chapitres brut de décoffrage.

"L'enjeu social et économique de la connaissance et de la compétence devient, critique, vital pour notre société" a dit en préambule la ministre. "D'abord nous constatons de manière très opérationelle ces temps-ci que la reprise est là. Avec une croissance d'un taux exceptionnel que nous n'avions pas vu depuis six ans. Cette croissance de 1,9% devrait créer des emplois. Mais il y a déjà des difficultés. À Pôle Emploi, rien qu'à Pôle Emploi, en 2017, il y avait déjà 330 000 offres non pourvues. Certes il y a la mobilité, mais le principal sujet était celui de la compétence. Nous avons tellement vécu avec un chômage de masse qu'aujourd'hui on découvre qu'il y a une différence importante entre les métiers d'aujourd'hui, encore plus ceux de demain et les qualifications. La compétence est la meilleure protection contre le chômage. Quand le taux de chômage en France est de plus de 9%, il est de 18% pour les moins qualifiés et de 5% à peine pour les plus qualifiés. "

Quatre points pour relever le défi de l'innovation

"Il faut prendre compte, a-t-elle insisté l'ampleur et la vitesse des mutations du travail. Les journalistes les premiers ont vécu, parmi les premiers, les transformations dans leur métier avec le digital. Et ce n'est pas fini. Différentes études montrent que dans dix  ans environ en France et en Europe, 10 à 15% des métiers vont disparaître en raison de la digitalisation majeure, 10% vont être créés et c'est le chiffre majeur de l'étude, 50% vont être profondément transformés. Et c'est la première fois que ce sera dans tous les secteurs d'activité à la fois. Notre premier défi collectif ici à Biarritz est de prendre conscience de son ampleur et la vitesse. Comment donc anticiper ces mutations? "

Tout le défi de l'emploi se jouerait donc sur la  compétence, l'innovation et la valeur ajoutée. "C'est le prix à payer si l'on veut une croissance riche en emplois, insiste la ministre. La France n'a pas pour but d'être dans le low cost. On ne s'en sortira en terme d'emplois et je dirai de bien être et de cohésion sociale que par la valeur ajoutée. Ça veut dire la compétence, la connaissance à tous les niveaux. Ce n'est pas une question élitiste, c'est une question qui concerne tout un chacun. L'investissement dans les compétences est un sujet qui devient plus stratégique qu'avant. C'est pour cela que le gouvernement a décidé d'engager deux démarches, une qui est une réforme profonde de l'apprentissage et de la formation professionnelle et l'autre le Grand plan d'investissement compétence."

"En matière de formation Il faut que la personne soit au centre du système: accompagnée, aidée, mais pas dépendante. Vouloir être accompagné c'est être dans le siège du conducteur, personne n'a envie d'occuper le siège du passager, y compris ceux qui ont le moins de qualification.

 Quatre défis pour l'emploi passent imparablement par le numérique. "Ils sont inscrits dans le dispositif du numérique que l'on pourrait appeler le numérique pour tous, insiste Muriel Penicaud. Si dans 10-15 ans ceux qui ne pourront effectuer une démarche simple sur internet vont se retrouver handicapés dans énormément d'aspects de la vie sociale. Le numérique est un vrai sujet d'égalité des chances. Chez les demandeurs d’emploi, ce sont 15% d'entre eux qui en ignorent la démarche. C'est pour cela que Pôle Emploi a commencé à mettre en place des ateliers d'apprentissage numérique. On ne peut plus aujourd'hui imaginer que l'appareil de formation n'intègre pas cela dans sa dimension première. C'est un savoir de base nécessaire pour la vie citoyenne".

"Deuxième défi, répondre au besoin de la formation  d'une filière numérique. Les besoins sont énormes et il y a une bonne nouvelle il y a des postes à tous les niveaux, codeurs, techniciens de réseaux, ça va du CAP à l'ingénieur.

Le troisième défi concerne tout l'appareil de formation. "Il s'agit de contribuer à l'adaptation de la majorité des autres métiers. Ici personne n'est motivé de former pour former, mais s'inscrire dans la réussite des apprentis. Enfin, le quatrième défi est lié au numérique. Comment on utilise le numérique pour accompagner le souhait des personnes pour être plus libre dans le choix de leur formation. Il y a un souhait d'autonomie qu'il faut respecter."

"Nous réfléchissons à Un Trip advisor de la formation

 La révolution numérique est aussi une source prometteuse de renouvellement pédagogique. "Je voudrais enfin insister sur les innovations qui sont en train de se faire  à bas bruit. Je pense aux travailleurs handicapés qui peuvent accéder à des formations qui n'étaient pas à leur portée, aux personnes qui, en zone rurale, ne peuvent effectuer cent kilomètres pour suivre une formation.  Les organismes de formation doivent aujourd'hui effectuer leur mue numérique afin de permettre une plus grande fluidité des parcours de formation en facilitant le choix éclairé. Aujourd'hui c'est extrêmement difficile. Ce que nous souhaitons faire avec Jean-Michel Blanquer et Frédérique Vidal, c'est que tout jeune, toute famille, ait une connaissance complète pour chaque formation, ses débouchés, son taux de réussite, le salaire des débuts, un véritable service de Conseil d'orientation. En quelque sorte, le Trip advisor de la formation."

Ce vendredi, c'est le président du Sénat Gérard Larcher qui viendra porter la bonne parole pour conclure les travaux de cette  indispensable assemblée dans le monde du travail.

Muriel Penicaus

 

 

 

 

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4324
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !