Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/19 : La ville de Bordeaux a lancé une consultation en ligne pour déterminer quel équipement public de la ville pourrait porter le nom de Jacques Chirac. Le Parc des Expositions, la Bibliothèque Médiadeck ou "un autre lieu" sont les trois propositions énoncées.

21/10/19 : Fermée en septembre 2018 suite à des inondations survenues durant l’été, la médiathèque de Gan (64) rouvre dans des locaux provisoires de 150 m2, rue du Bel Air, près du centre de loisirs, le mardi 22 octobre à 14h.

19/10/19 : Trafic SNCF toujours perturbé en Nouvelle-Aquitaine à la fois sur le service OUIGO et sur les TER à la suite du mouvement national de "droit de retrait" suite à un accident. "un détournement du droit de retrait à l'impact inacceptable" pour E. Philippe

18/10/19 : Ce 18 octobre, environ 250 retraités agricoles ont manifesté devant la préfecture de Dordogne. Le montant moyen des pensions des 25 612 retraités agricoles périgourdins est de 447 euros par mois. Ils revendiquent une retraite à 85% du SMIC.

18/10/19 : Les 8, 9 et 10 novembre prochains aura lieu la 14ème édition du salon de l’agriculture paysanne et durable Lurrama à la Halle d’Iraty de Biarritz. Cette année, la thématique sera une reprise de la formule de Flow Food, "Le climat, c'est la vie".

15/10/19 : Nouveau passage du Tour de France en Béarn l'été prochain! A noter dans les agendas, l'étape Pau-Laruns le dimanche 5 juillet 2020, avec au menu les cols de la Hourcère (1440m), du Soudet (1540 m), d'Ichère (674 m) et de Marie-Blanque (1035 m).

15/10/19 : Tour de France : c'est officiel, la Charente-Maritime accueillera une journée de repos à l'Île d'Oléron, l'Île de Ré et Châtelaillon-Plage seront villes étapes du Tour de France 2020.

15/10/19 : La ville de La Rochelle a à son tour pris un arrêté contre l'épandages de pesticides. Le maire promet d'accompagner vers la sortie des intrants celle des deux exploitations sur la commune n'étant pas biologique.

08/10/19 : Niort: Le réaménagement du boulevard Main, entre le Moulin du Roc et le quai Métayer, a débuté en janvier. A partir du 21/10, la voie qui longe le port Boinot sera définitivement fermée aux véhicules et la circulation basculée sur la nouvelle voie.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/10/19 | Pau: Focus sur l'animation handicap du Concours complet 5*

    Lire

    Dans le cadre du Concours Complet International 5 étoiles de Pau, une animation «Découverte du cheval» est proposée les 25 et 26 octobre aux personnes handicapées, adultes et enfants. Cette animation, proposée par les Ateliers de la Cavale, s'organise autour de 3 ateliers: le pansage, le travail du pied et une balade en calèche (adaptée pour l'accueil d'une personne en fauteuil roulant). Cette animation d'une heure permet l'accueil de 6 personnes pouvant chacune participer aux 3 ateliers. Inscription uniquement par mail mission.handicap@ville-pau.fr. Rappel : l'entrée est gratuite le vendredi, payante le samedi.

  • 23/10/19 | L'Entre-deux-Mers interroge sa ruralité

    Lire

    Du vendredi 25 au dimanche 27 octobre prochain, le Comité de Liaison de l'Entre-Deux-Mers (CLEM) organise un colloque autour de "l'histoire des relations du Cadillacais et du Podensacais avec Bordeaux". Y seront notamment abordés les thèmes de la ruralité et de l'effet de la métropolisation sur ce territoire viticole et le projet de labellisation "Pays d'Art de d'Histoire" porté par plusieurs communautés de communes de Sud-Gironde. Les débats se tiendront à Rions (le 25 octobre), à Sainte-Croix-du-Mont le 26 et à Cadillac le 27. Plus d'infos au 05 56 84 45 75.

  • 23/10/19 | Charente-Maritime : une soixantaine d'agriculteurs mobilisés

    Lire

    Une soixantaine d'agriculteurs ont répondu à l'appel à mobilisation de la FNSEA 17 ce 22 octobre. Ils sont allés jusqu'à la station d'épuration de La Rochelle chercher des boues, qu'ils sont ensuite allés épandre devant la mairie de Chambon, dont le maire fait partie du mouvement des "pisseurs de glyphosates". Une trentaine d'entre eux sont ensuite allés poser des banderoles et distribuer des tracts au rond-point à l'entrée de Rochefort.

  • 22/10/19 | Ford signe la revitalisation du site de Blanquefort

    Lire

    Lors d'un nouveau comité de suivi qui s'est tenu ce lundi 21 octobre, le protocole d'accord pour la revitalisation du site de l'ancienne usine Ford à Blanquefort a officiellement été signé par le constructeur. Ce dernier s'engage à injecter 18 millions d'euros dans cette opération, dont quatre millions pour céder certains terrains à Bordeaux Métropole. Ford s'est également engagé à dépolluer le site d'ici 2024. D'anciens salariés de l'usine se sont rassemblés devant la préfecture de Bordeaux à l'appel de la CGT. Pour cibler où seront injectés les 14 millions restants, une nouvelle réunion doit se tenir en novembre.

  • 22/10/19 | Un escape game d'horreur à Bordeaux !

    Lire

    Le frisson pour aider (ou pas) à la réflexion. Closed Escape Game a ouvert dans le Parc d'Activités du Grand Stade (Tram B arrêt Berges de la Garonne) le 06 juin dernier. Deux parcours d'horreur pour 2 à 5 personnes sont proposés, avec pour chacun une immersion dans le frisson garantie. Par sécurité pour les joueurs, les parcours sont déconseillés aux personnes sensibles et aux femmes enceintes. Les joueurs peuvent également abandonner en cours de parcours. Depuis l'ouverture, 63 abandons ont été comptabilisés.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Nouvelle-Aquitaine : éloge de la stabilité et inquiétude pour l'apprentissage

19/09/2019 | Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, a effectué sa rentrée politique et médiatique ce jeudi 19 septembre. Elle s'est déroulée dans une ambiance... remontée.

Alain Rousset rentrée 2019

Formation, écologie, Europe. Voilà, en substance, le triptyque formé par la rentrée politique du président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, qui s'est déroulée ce jeudi 19 septembre à Bordeaux. À moins de quinze jours d'un Congrès des Régions qui devrait, à minima, être révélateur sur les relations entre les 13 collectivités et le gouvernement, l'ancien chef de file de l'ARF n'a pas vraiment été tendre avec ce dernier, notamment concernant la réforme de la formation professionnelle. Tout en s'en servant pour évoquer une candidature à sa propre succession en 2021, il a souligné le souhait clair d'une "stabilité" qui tarde à venir...

Après avoir annoncé un virage vert en janvier (qui a donné naissance au vaste plan NéoTerra), la rentrée politique d'Alain Rousset, qui s'est effectuée ce jeudi 19 septembre à Bordeaux, était moins apaisée. Une grosse dizaine de jours avant le prochain Congrès des Régions de France, qui se tiendra les 30 septembre et 1er octobre prochain à Bordeaux (et devrait inviter quelques têtes d'affiches gouvernementales dont Edouard Philippe et Jean-Michel Blanquer), le président de la Nouvelle-Aquitaine n'a pas vraiment été tendre avec certaines réformes phares. "Il y a une instabilité dans la définition du rôle des uns et des autres". Le plus gros coup de gueule est aussi le plus prévisible : c'est celui contre la loi "choisir mon avenir professionnel", pour laquelle la rapporteur et députée Catherine Fabre est en ce moment même en train d'assurer un service après-vente sous la forme d'un "Tour de France" de l'apprentissage. Visiblement, Alain Rousset ne digère pas vraiment le fait que les Régions aient perdu le monopole sur la gestion des Centres de Formation des Apprentis.

Formation professionnelle : l'œil dans les tuyaux

"L'action publique, c'est le temps long. C'est assez piquant de voir le Premier Ministre et Muriel Pénicaud aller inaugurer des CFA tous neufs qui ont des succès extraordinaires et n'ont rien à voir avec la dernière loi puisque c'était l'ancienne et nos compétences qui s'appliquaient", a ainsi tenu à rappeler l'élu socialiste Nous ne connaissons pas la tuyauterie, qui ne s'est pas encore mise en place, sur le financement de l'apprentissage. Or elle est essentielle pour tenir un CFA dans un milieu rural. Je suis très inquiet pour l'avenir de nos CFA si le gouvernement n'arbitre pas pour confier aux régions les moyens, tant en investissement qu'en fonctionnement, pour les préserver. La volonté du ministère du travail, ça a été de mettre de la concurrence partout et de payer au "coût-contrat". Autrement dit, si vous ouvrez une section de formation à 12 places et que vous n'en avez que six, vous ne serez payés que sur six et vous pouvez avoir des cycles économiques rendant très difficiles vos moyens de fonctionnement. Ça risque d'être dramatique, surtout pour les territoires ruraux. Si on y supprime les possibilités de formation et les usines, ce sera pire que la désertification médicale des médecins. Je suis stupéfait de l'incompétence de ces réformes, je ne sais pas si c'est de gauche ou de droite, mais c'est incroyable. La tuyauterie ne peut pas se mettre en marche avant trois ou quatre ans. Les grands groupes vont se financer leurs propres dispositifs, ce sera dans les grandes villes. Mais les apprentis ont des problèmes de mobilité : quid des transports, de l'hébergement ? Cette centralisation de certains organismes professionnels comme l'IUMM est contraire au développement de nos territoires".

Un rappel d'autant plus remonté que la région s'est engagée en janvier dans un Pacte régional d'investissement dans les compétences (2019-2022) d'un montant de 502,45 millions d'euros visant l'augmentation du nombre de parcours de formation pour atteindre le chiffre de 60 000 en 2020. La rentrée 2019 est d'ailleurs l'occasion pour la collectivité de mettre en place des "plateformes d'amorces de parcours de formation" (5000). Le Fonds régional d'innovation dans la formation s'est vu confier le rôle de "se préparer aux évolutions de la nouvelle loi" et de s'adapter aux "mutations technologiques". Il a retenu, pour sa deuxième année, 27 dossiers jugés "innovants" qui seront présentés au sein d'une commission permanente en octobre. "Ce sont les régions qui ont fait bondir le nombre d'apprentis depuis 2015", justifie ainsi l'élu pour illustrer les récents chiffres assez positifs mis en avant par le Ministère du Travail. Le Congrès des Régions, qui sera notamment dédié à une séance sur la décentralisation, devrait à coup sûr être un moment privilégié pour vérifier si les violons ont des chances de s'accorder, alors qu'une application du Compte Personnel de Formation doit arriver en novembre.

Fonds européens : nouveau plaidoyer

Pas question non plus de décolérer sur la recentralisation des fonds européens dits FEADER de soutien à l'agriculture souhaitée par le gouvernement (représentant 1,4 milliards sur les 2,5 milliards d'euros accordés entre 2014 et 2020 aux régions qui faisaient jusqu'à présent office d'autorités de gestion. Et le fait que la dotation "jeunes agriculteurs" resterait à priori de la compétence des conseils régionaux (30% du total FEADER) ne rassure pas vraiment le chef de file de la Nouvelle-Aquitaine. "Nous sommes la première région agricole d'Europe et pourtant l'emploi dans l'agriculture est en baisse. Nous n'avons pas d'explication précise, mais il faut bien sûr pouvoir réanimer l'installation en y ajoutant une véritable quête de sens, comme nous l'avons fait avec le programme Usine du futur que nous souhaitons démultiplier pour arriver à en labelliser 1500 (il y en a actuellement plus de 600). Nous avons doublé les aides à l'agriculture en Limousin et en Poitou-Charentes. Les Crédits Européens correspondent aux compétences des régions. Il ne faut pas que les fonds structurels des crédits européens deviennent un camouflage des régulations budgétaires de Bercy. Ma dernière discussion avec Édouard Philippe sur ce sujet me laisse un peu d'espoir, la gestion régionale du FEADER pourrait être expérimentée dans plusieurs régions". À charge pour elles de monter le dossier des demandes de soutien financier, échéance sur laquelle la France, à entendre la vice-présidente du Conseil Régional en charge de l'Europe et de l'International Isabelle Boudineau, n'est pas vraiment en avance... 

Poursuivre l'élan

Enfin, le dernier volet politique majeur de cette rentrée aura sans aucun doute été celui de l'environnement. Alors que les travaux du comité scientifique Écobiose doivent être officiellement restitués le 4 octobre et que les ambitions en termes de transition écologique se multiplient dans le rapport NéoTerra voté en juillet (la réduction de 35% de la consommation d'eau et l'objectif de 30% de gaz vert dans les réseaux en 2030 n'en sont que deux exemples parmi de nombreux autres), la Nouvelle-Aquitaine a récemment été lauréate de l'appel à projets "Territoires d'innovation" au travers du projet VitiREV dont l'ambition est d'accompagner la sortie des pesticides dans la viticulture. Une enveloppe de 73,6 millions d'euros que Lydia Héraud, conseillère régionale déléguée à la viticulture, a détaillé. "Le programme se fonde sur une cinquantaine d'actions précises, par exemple développer des outils de formation spécifique virtuels dédiés aux viticulteurs pour qu'ils puissent identifier via des simulateurs les solutions alternatives à apporter en matière de traitement de la vigne. On veut aussi développer des escape game et jeux vidéo pour transformer la vision qu'ont les jeunes de la viticulture". "On ne réussira que si on embarque tout le monde dans cette barque ambitieuse mais indispensable", a abondé Alain Rousset. 130 "partenaires" s'y sont déjà engagés.

La satisfaction ne cache pas l'inquiétude sur un autre dossier : celui de la sécheresse "que connaissent actuellement beaucoup de nos territoires. Que ce soit en Corrèze, dans la Creuse ou la Vienne, la situation est très préoccupante. À Guéret, ils vont être obligés de prélever et de traiter l'eau du lac de loisir qui se situe juste à côté pour approvisionner le réseau. Ce n'est pas forcément à l'échelle de la région que l'on va régler le problème de la résilience, mais je vais réunir un séminaire de travail associant des chercheurs et des spécialistes concernés par ce problème. Faudra-t-il un plan de réactions, de solidarités ? Une régulation du ruissellement ?", questionne le président de Région en annonçant qu'un vaste plan de lutte et de gestion des ressources en eau devrait être établi dans les prochains mois. "Il faut des retenues d'eau, reste à se mettre d'accord sur le où et le comment". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3923
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !